Ce qu’il faut faire pour sauver la France !

La France est devenue un navire sans pilote. Les Français doivent prendre en main leur destin.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le radeau de la méduse, par Théodore Géricault, conservé au Louvre (image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce qu’il faut faire pour sauver la France !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 29 juin 2014
- A +

Par Claude Reichman

radeau de la meduse
Le Radeau de La Méduse, Théodore Géricault, 1819.

 

Pour la première fois de son histoire démocratique, la France se trouve privée de classe politique représentative. Certes les partis politiques actuels ont fait élire un président de la République et des députés, mais les uns et les autres sont sans solution face au désastre économique qui frappe la France. De plus, il n’existe aucun personnage prestigieux « en réserve de la République » et qui proposerait une politique susceptible de sortir le pays de l’ornière.

Une telle situation ne peut se perpétuer sans que des conséquences très graves ne s’ensuivent. Le premier risque est l’anomie : face à l’impuissance de l’État, chacun essaye de s’en tirer par n’importe quel moyen, y compris ceux qui sont illégaux ou violents. Le pays plonge alors dans une guerre civile désordonnée, où le danger est au coin de chaque rue. Le second risque est le fascisme : quelque aventurier parvient à faire entendre un langage enflammé que la masse veut croire porteur de solutions et, à la tête de milices armées, impose sa dictature.

L’État, en France, a déjà disparu. Il est certes encore capable de détruire les entreprises par ses impôts et ses règlements, de tracasser le citoyen, voire de l’enfoncer dans la misère, mais il ne guide plus le pays dans la tempête. La France est un navire sans pilote, un bateau ivre. Demain, elle deviendra le radeau de la Méduse.

Que peuvent les Français face à ces perspectives effrayantes et chaque jour plus proches ? Ils doivent prendre en main leur destin.

Indépendamment de tout parti politique, il faut qu’ils se regroupent en collectifs locaux ou départementaux informels, à l’initiative de tel ou tel qui en a compris la nécessité, qu’ils échangent librement leurs analyses de la situation, qu’ils ébauchent des solutions au mal français et qu’ils nouent des relations avec d’autres collectifs du pays. Tout cela doit déboucher rapidement sur un congrès des collectifs, dont se dégageront à la fois un projet pour la France et des personnalités nouvelles pour le porter.

La seule condition pour que se crée un tel mouvement est le rejet de tous les partis politiques existants, qui ne peuvent que polluer le débat et faire avorter le sauvetage du pays.

Dans le tour de France de 41 villes que je viens d’accomplir en quelques mois pour promouvoir la liberté sociale, c’est-à-dire la fin de la tyrannie de la sécurité sociale qui paralyse et ruine la France, j’ai été accueilli par des organisateurs spontanés, souvent très jeunes, parfois moins, parmi lesquels figuraient de nombreuses femmes, et qui de leur vie n’avaient jamais organisé une réunion ni pris la parole en public. Leur maîtrise est apparue à tous. Ils sont l’exemple de ce qu’il faut faire.

Un tel déploiement ne demande aucun moyen financier particulier. On fait la quête pour payer la salle où l’on se réunit, et très vite des lieux privés se proposent gratuitement. Un élan se crée. Les idées fusent. L’imagination reprend le pouvoir, celui qu’elle a dû abandonner à la caste des hauts fonctionnaires, aussi incapables que cupides. La France reprend espoir. La crise a failli être mortelle, mais elle a été surmontée.

Je ne viens pas de vous raconter un conte de fées, mais une action simple et réaliste. Si les Français ne se montrent pas prêts à l’animer et à la faire vivre, ils peuvent se préparer au cauchemar !

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • Analyse bien réelle. Gare cependant à la fabrication de « nouveaux collectifs », en dépit même de l’obligation de passer par leur formation. La récupération n’existe pas que pour des matières physiques dites raréfiées.

  • l’auteur exagère un peu beaucoup……une guerre civile ??? une menace fasciste ???? il ne fait pas exagérer non plus. la france va finir comme la grèce c’est à dire en ruine. elle va finir sur tutelle de la troika (qui avec chances ne reproduiront pas les meme erreurs que la grece).

    • Et vous pensez (pour l’écrire) que la France n’est pas dans la situation de la Grèce? Nous ne devons pas vivre dans le même pays! Nous sommes un pays agonisant entre les mains de financiers jamais repus! La droite comme la gauche, en tant que partis, ne représentent plus rien!

      • Financiers jamais repus!

        Si vous voulez mais il vaudrait mieux écrire que le pays est entre les mains de fonctionnaires jamais repus!

        C’est un peu plus proche de la réalité.

        • « C’est un peu plus proche de la réalité. »

          Pas exactement, dans le privé on dire « Financiers jamais repus! » et ils nous pourrissent bien la vie !

          • C’est cela, il faut revenir au coquillage pour l’échange de biens 🙂
            Non aux financiers jamais repus, et les coquillages, c’est bon 🙂

          • Les gens de l’agence France trésor placent les emprunts de l’Etat avec les flingues des banquiers sur la tempe ?

            Le socialisme sans l’argent gratuit des autres, ça ne tient pas longtemps. Demandez-donc à Allende !

        • « fonctionnaires jamais repus » me semble bien plus adapté.

    • la menace de guerre civile voir même de fascisme est tout à fait sérieuse … si l’état fini en cessation de paiement et que certains attendent un peu trop leurs allocs en tout genre, leur chômage et leur salaire pour les fonctionnaires … les possibilités d’evenements crados sont larges

    • En Grèce, quatre personnes ont déjà été massacrées par des manifestants. En Argentine, il y a eu des émeutes faisant des dizaines de morts et vous croyez que ce sera différent en France où la moitié de la population vit d’allocations diverses ?

      Le pilier du communisme est la guerre civile permanente. Ca tombe bien, la France est un pays communiste.

  • Bonjour,
    Bon article merci !
    j’ai déjà eu l’idée de participer à ce type de réunions mais il est difficile de trouver localement ce genre de genre de réunions et groupes de parole. Connaissez vous des moyens de s’y rendre ou de les répertorier ?
    Merci.

  • Bien simpliste l’idée de ce Monsieur, ça me fait penser au slogan ( L’artisanat la plus grande entreprise de France ) la plus con oui, et je sais de quoi je parle j’ai été artisan pendant 35 ans. On pourrait dire aussi ( les smicards le plus gros salaire de France ).
    Ce qui est sur c’est que : les élus et les partis donc l’état et son administration y compris les syndicats on pris le pays en otage, tout est verrouillé on a étouffé endormie le peuple, c’est une forme d’esclavagisme autorisé et programmé depuis bien longtemps. Les clans , baronnies, obédiences en tous genres, ceux qui avaient tracés les plans du XIX et XX siècle de la France on bien manœuvrés pour en faire une coquille vide. Des sans culottes au jeans il n’y a qu’un pas sachons le franchir, c’est le seul choix qu’il nous reste de gré ou de force.

  • Imaginez un instant, vous être propriétaire d’une maison que l’on va appeler France.
    Cette maison qui a été construite sur des fondations pas assez stables pour soutenir le poids considérable de sa bureaucratie se lézarde de toute part.
    Cela fait des décennies que l’on tente tant bien que mal de colmater les fissures qui deviennent tellement énormes qu’il faut aller chercher de l’argent chez les chinois pour les réparer.
    Que faire? continuer jusqu’à qu’elle s’effondre d’elle-même? la raser pour en reconstruire une autre? ou encore l’alléger au maximum pour la stabiliser?
    La réponse appartient aux seules Français et non aux élites oligarques autoproclamées qui sont sensées nous guider tel un Führer ou un petit père du peuple.
    Seul l’initiative populaire et le référendum obligatoire sont capable de prendre les bonnes décisions.

  • Alors, Mr Reichman, comment fait on pour vous joindre?

  • Associez-vous à M. Jardin, il cherche des bonnes volontés !
    http://www.contrepoints.org/2014/05/27/167199-maires-et-zebres-promouvoir-laction-locale-des-citoyens-et-elus
    Sinon vous pouvez contacter les altermondalistes qui cherchent des gens pour organiser des alternatives et créer des forums locaux ou départementaux informels, qui vont fleurir partout et poum la révolution !, voire les indignés qui s’émoussent un peu. Je ne dis pas qu’avec les altermondialistes ça ne va pas être compliqué puisque chez eux, bien que mal, il y en a qui ‘pensent’, mais avec les indignés, vu les bases stupides sur lesquels ils se sont ‘engagés’, vous leur dites que vous êtes antipolitique et ils marcheront peut-être. En plus leur gourou est mort, la place est à prendre…

    • « Seront présents notamment ce mercredi : Anne Hidalgo, maire de Paris et Alain Juppé, maire de Bordeaux »

      C’est déjà foutu avant d’avoir existé

      • Oh, Monsieur Dubalourd, l’ironie ça vous évoque une vague notion 😉 !

        Cela dit, autant cet article est d’une naïveté presque attendrissante et qui confine à la mièvrerie dans ses derniers paragraphes, autant l’action entreprise, concrète, autre chose que de vagues forums où l’on blablate et s’épuise comme de vulgaires enculeurs de mouche alternatifs, par M. Reichman et les siens dans liberté sociale est salutaire, héroïque et à rejoindre !
        http://www.contrepoints.org/2014/07/02/170713-naissance-de-lassociation-liberte-sociale

  • En effet. La France n’est plus que l’ombre d’elle-même ! Plus de fierté nationale (ça fait facho…)plus que des taxes et impôts assassins qui ruine le peuple qui bosse pour entretenir et assister certains et enrichir des politicards incapables et irresponsables
    Gaver les gros pontes de la finance. Jetter du fric dans cette sécu voulue par les communistes et qui coule nos finances. Subir la bêtise, l’irresponsabilité et la folie politico-fiscale d’un soit-disant « président » et de son « gouvernement » d’incapables. Le pire c’est qu’ils ne rendront pas des comptes au peuple !! Il nous faut un mouvemrnt populaire qui doit remettre les pendules à l’heure. Ah, si j’étais président, je réformerais tout et remettrais la France au travail et redonnerais la fierté à son peuple et tant d’autres choses…

  • L’idée de collectifs spontanés, locaux et reliés en réseaux est un mode classique d’auto-défense d’un peuple vis à vis d’un danger voire de la tyrannie de son propre Etat.

    D’expérience j’ai observé qu’un groupe se met plus facilement d’accord sur une action que sur un principe. Ces comités gagnerons à s’orienter vers l’action locale : sécurité, école, emploi, logement, municipalité.

    Certaines choses peuvent être faites dans le cadre du système actuel, mais l’action butera sur les limites du bénévolat et le manque d’argent car l’Etat prend tout ! Il manque la liberté économique qui permet à l’action sociale d’être décentralisée, personnalisée et ainsi de toucher sa cible.

    Aux actes citoyens en est un exemple. Elle ne peut traiter efficacement ni le chômage ni le logement, car le pb vient de l’Etat.

    S’ils veulent aller plus loin, ces citoyens devront envisager de se passer de l’Etat. S’il fait faillite, ou en cas de crise sociale, se connaître localement est déjà un atout essentiel pour préserver la ville de l’anarchie et de la violence.

    Jadis les russes ont formé ces comités, ces soviets, mais ils ont été détournés par les bolcheviques. Un siècle après les soviets de la liberté en France devront avoir conscience de leurs libertés économiques et de leur liberté d’association.

  • depuis 68 on fonce sur l’iceberg , depuis 68 on folâtre a tout et n’importe quoi, et personne a la barre , que des fainéants planqués ,et profiteurs . je m’étale pas sur la question il y a trop a dire . et comme personne ne la touchée ,cette barre , elle est coincée . il resterait la solution de faire marche arrière , mais le dernier a prendre les commandes n’aillant jamais rien fait de ça vie, il n’est pas apte a gouverner un bateau de cette taille , il est cramponné a une manette en criant ,c’est moi qui ! c’est moi je ! je ferai ! ,il ne se rend pas compte du moins j’espère,qu’il est en avant toute ,et que nous sommes pas loin de l’iceberg . le moment venu il faudra compter que sur la débrouille . la clique aux commandes ont mis la main sur les canots de sauvetage. le peuple ils s’en foutent. allé ciao ,a bientôt dans le bouillon .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Par Jacques Clouteau

[caption id="attachment_217468" align="aligncenter" width="640"] zoetnet-heroes-(CC BY 2.0)[/caption]

Voici quelques années je suis allé visiter la Valachie du Nord.

Quelle idée, me direz-vous, d'aller visiter la Valachie du Nord, un des derniers paradis communistes de la planète, pratiquement le seul qui a su arrêter le nuage de poussière quand le mur de Berlin est tombé en 1989... C'est une vieille histoire de famille qui remonte aux années 1930. Ma grand-mère, qui était valaque, est tombée amoureus... Poursuivre la lecture

Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Par Patrick de Casanove.   

La Sécurité sociale a été créée par les Ordonnances de 1945 :

 « Art. 1er. — Il est institué une organisation, de la sécurité sociale destinée à garantir les travailleurs et leurs familles contre les risques de toute nature susceptibles de réduire ou de supprimer leur capacité de gain, à couvrir les charges de maternité et les charges de famille qu’ils supportent. »

Elle a pour objectif de « de protéger les individus des conséquences de divers événements ou situations, généralement qualifiés d... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles