France, 2014 : le « grand capital apatride »

On trouve de tout à l’Assemblée Nationale, même le pire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Logos des composantes du Front de Gauche (tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France, 2014 : le « grand capital apatride »

Publié le 27 juin 2014
- A +

Par le Parisien libéral

En 2014, un député de l’Assemblée Nationale française peut se permettre d’utiliser l’expression « grand capital apatride » lors d’une question au gouvernement. Ce député, il s’appelle Jean-Jacques Candelier, il est communiste.

Déjà, est-ce normal que, 25 ans après la chute du mur de Berlin, il y ait encore des communistes en France ? Comment ces gens peuvent-ils oser se réclamer d’une idéologie mortifère qui a fait 100 millions de morts ? La question est posée. En plus, que pèsent-ils dans l’opinion ?

Mais bon, les institutions et les règles du scrutin uninominal majoritaire à deux tours sont ce qu’elles sont. Les communistes sont dix alors que le Front National a seulement deux élus, mais c’est comme ça. L’Assemblée Nationale n’a rien d’une représentation instantanée et proportionnelle de l’état de l’opinion du pays. La preuve : le PS est toujours majoritaire.

Ensuite, le député communiste Jean-Jacques Candelier a expliqué au Lab Europe 1 que son expression ne devait pas être prise dans son sens antisémite, qu’elle était « non connotée« .

Est-ce que le député communiste Candelier dit vrai quand il affirme qu’il a utilisé son expression sans connotation antisémite ? C’est possible. Les communistes sont connus pour leur amnésie. La gauche et l’extrême gauche ont fourni de gros bataillons de collaborateurs, mais se disent aujourd’hui en lutte contre les idées qui ont amené l’Europe a souffrir du joug nazi.

pcf

Et si ce que dit le député Candelier est faux ? C’est possible aussi.

Problème : cela soulève plusieurs questions, à commencer par celles de la transmission et celles de la cohérence de la lutte anti extrême-droite. Si le député Candelier, agé de 69 ans (encore un gauchiste qui veut la retraite à 60 ans sauf pour lui, un peu comme Martine Aubry, Jack Lang et d’autres), politicien professionnel, ignore que « grand capital apatride » est une expression que l’extrême droite utilise fréquemment, alors comment peut-il, lui et ses amis, passer son temps à nous vendre son école et sa République alors qu’on voit bien qu’elles ne transmettent rien du tout, même pas des cours d’histoire décents ?

Certains diront : attention, en montant en épingle cette histoire de « grand capital apatride », on retombe dans les travers de la repentance qui font qu’en 2014, on ne peut rien dire parce qu’il y a 74 ans, des Français, notamment la police française, ont préféré, par idéologie, envoyer des gens à la mort. C’est vrai que nous ne sommes pas responsables de ce qui s’est passé. Mais cela n’empêche pas d’en tirer des leçons et surtout d’identifier les coupables, à commencer par le nationalisme inhérent à toute idée socialiste.

Enfin, quelle réaction de la gauche aux propos du député Candelier ?

On a certes le choc des mots de Candelier mais surtout le poids des actions de Montebourg, félicité par Valls. En effet, si Jean-Jacques Candelier dénonce le « grand capital apatride », Montebourg, Eckert et autres passent, eux, leur temps à le combattre effectivement, en faisant tout pour que la France ne soit pas attractive. Ils transforment aussi le sens des mots, en donnant aux Français l’illusion d’un « droit divin à avoir des emplois », en utilisant trop fréquemment les expressions « nos entreprises » ou « nos emplois », dans une vision très soviétique de l’économie. Comme si les groupes du CAC 40 n’avaient pas de propriétaires, les actionnaires.

Quand une polytechnicienne affirme que « je préfère que nos entreprises restent à capitaux français » (au lieu de démissionner et d’en créer une, d’entreprise) et que personne ne la reprend en demandant si elle voulait dire « je préfère que les entreprises incorporées en France soient détenues par des personnes françaises », c’est infiniment plus dangereux car cela accrédite dans l’opinion, sur le long terme, l’idée qu’il y a une sorte de propriété collective, de patrimoine commun.

Être en France ne signifie pas appartenir à la France et aux Français. Les 20 millions de logements situés en France appartiennent à des gens, leurs propriétaires, pas à « la France ». Et ces propriétaires peuvent aussi être du « grand capital apatride ».

Accessoirement, la gauche, socialiste, communiste ou autre, est bien contente quand ce grand capital apatride finance notre mode de vie à crédit. N’oublions pas que quand la SNCF ou la Sécurité Sociale vont à New York ou à Singapour pour vendre leurs obligations, c’est bien le grand capital apatride qu’elles vont draguer.

Préférence socialiste pour le capitalisme de connivence, nationalisme, crise de représentativité : la petite phrase du député communiste Candelier en ouvre, des tiroirs !

Enfin, que n’aurait-on dit si un député d’extrême-droite avait utilisé cette expression ? Preuve supplémentaire est faite que extrême-droite et extrême-gauche, c’est le même combat.

Manuel Valls, au lieu de rire quand le député Candelier parle de grand capital apatride, ferait mieux de s’expliquer sur sa politique et sur sa complaisance vis a vis de l’extrême-gauche.

Sur le web.

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Bonnes questions! Et les réponses (quand il y en a) des sinistres (ceux qui sont à gauche) sont toujours les mêmes. Mais il est vrai qu’ils représentent les « forces de progrès » comme disait le collaborateur G.Marchais.

  • C’est quoi au fait le pacte germano-soviétique ?

  • Chassez le naturel, il revient toujours au galop.

    Les gauchos sont d’exellents fachos.

  • Rien de nouveau sous le soleil. La Gauche peut dire ce qu’elle veut, elle est dans le « camp du bien’.

    Et tous autant qu’ils sont, quand ils parlent (très souvent) des nazis, oublient systématiquement que nazi veut dire National SOCIALISTE !

  • En france, 80 % des colllabos venaient de la gauche . laval était un ancien communiste. je vous conseille de lire Un paradoxe français, Antiracistes dans la Collaboration, antisémites dans la Résistance de l’historien simon epstein

  • ASSOCIATION POUR LA MEMOIRE DES CRIMES HISTORIQUES ET ACTUELS DU COMMUNISME: https://www.facebook.com/pages/AMCHAC/166611226830060

  • Homo-Orcus je crois savoir, vaguement, ce pacte etait une alliance entre Staline et Hitler, chacun modelant ses frontières sans chercher a empiéter sur le terrain de son homologue le premier reeduquant ses ouailles a coups de goulags l autre…Ouaiiiee! Ca fait mal des chenilles processionnaires investissant des pays!
    J y pense a propos du premier, une émission radio qui semblait etre une vieille redif et dont j avais ouï la derniere phrase, d une femme qui semblait savoir tres bien de quoi elle parlait comme si elle avait connu la ..hemhem chose! »Staline en avait une grosse et il s en servait »!!! Explosion de rire!

  • merci ! Tellement de verites dont « les grands » médias ne traitent jamais..

  • « Manuel Valls, au lieu de rire quand le député Candelier parle de grand capital apatride »C’est déja ça,on aurait pu craindre qu’il applaudisse

  • Amusant.
    Je fais en ce moment passer des oraux d’entrée dans une grande école de commerce réputée. Et je m’insurge très très souvent contre des expressions de ce genre « nos entreprises nous donnent un avantage sur la Grande Bretagne ».
    Le (mauvais) enseignement y est pour beaucoup et cette passion pour la géopolitique qui est à la politique ce que la macro-économie est à l’économie une sur-simplification collectiviste niant l’individu.
    Mais il y a aussi un biais naturel poussant à considérer « les autres » et « nous » et à mettre dans le « nous » ce qui nous est proche, sympathique, cher.

  • Assemblee nationale = ferme a champignons !

    beaucoup de fumier et peu de lumiere !

  • J’ai tout de même une remarque désobligeante : avancer, en temps que libéral une telle question, n’a rien de libéral : « En plus, que pèsent-ils dans l’opinion ? ». Que pesons-nous, libéraux, aujourd’hui dans l’opinion ?

    Certes, nous n’avons pas de sang sur les mains mais nous sommes marginalisés depuis toujours par l’opinion qui a depuis toujours le cerveau d’un mollusque… grâce à l’idée mortifère que collectivement, on serait plus fort ! L’idée que les entreprises appartiennent à la nation est une ânerie que nous payons chers, alors que les politiques auraient depuis des lustres, dû garantir le droit de la propriété individuelle. La propriété « publique » associée au capitalisme de connivence (l’exception collective française) est une fumisterie aux conséquences désastreuses !

  • avec des co.s pareil ça pousse a devenir apatride .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

tableau de Staline
2
Sauvegarder cet article

Holodomor. Le mot est enfin entré dans l’usage courant en Occident. La question est maintenant : doit-il faire l’objet de la même attention que Shoah ?

Holodomor signifie « la famine ». Il est le nom de la catastrophe survenue en Ukraine en 1932 et 1933. Six millions d’innocents perdent la vie dans des conditions cauchemardesques. Cette catastrophe n’est pas le produit de conditions météorologiques défavorables. Elle n’est pas non plus le simple fruit d’une politique agricole aberrante. Elle est un crime totalitaire parfait. L’assassin... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles