Irak : un non événement pour le monde pétrolier ?

Alors que la situation en Irak se dégrade, il n’y a pas de flambée pétrolière. Pourquoi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Irak : un non événement pour le monde pétrolier ?

Publié le 21 juin 2014
- A +

Par Aymeric de Villaret

irak pétrole

Alors que l’EIIL (l’État islamique en Irak et au Levant) sunnite est aux portes de Bagdad, les cours du pétrole n’ont réagi que très modérément (de l’ordre de 5 à 7$), quasiment de la même manière que lors de la menace de frappes sur la Syrie à l’été 2013 alors qu’en 1990, lors de l’invasion du Koweït par l’Irak, le baril avait doublé !

Pourquoi en est-on arrivé à ce point que les événements irakiens actuels soient quasiment un non événement pour le monde pétrolier ?

Près de 25 ans après 1990, la situation mondiale a été complètement modifiée :

  1. Alors que le Brent était à moins de 20$/baril, aujourd’hui, il navigue dans la zone 100-110$ avec quelques incursions vers 90$ et 115$ mais de manière très sporadique.
  2. Les différentes crises pétrolières récentes (Libye, Égypte…) n’ont pas créé de flambée des cours.
  3. La question est posée par de nombreux observateurs sur la croissance infinie de la demande de pétrole.
  4. L’huile de schiste américaine, même si elle devrait rapidement plafonner, a entraîné le sentiment d’une certaine indépendance des États-Unis pour leur dépendance future vis-à-vis des pays du Moyen Orient.
  5. l’Iran devient de plus en plus fréquentable et sa production, si les investissements pétroliers y sont possibles, possède un bon potentiel.

Pour en revenir plus directement à l’Irak, soulignons que :

  1. Les principales zones pétrolifères sont situées dans le Sud du pays en zone chiite et que de 2,5 à 2,6 Mb/j sont exportés par le port de Bassora
  2. Le Kurdistan irakien est déjà quasiment indépendant dans sa politique
  3. Les exportations du brut irakien dans le Nord via le pipeline arrivant à Ceyhan en Turquie étaient déjà interrompues depuis mars

Aussi tant que la zone principale de production (en territoire chiite) semble devoir rester à l’abri de tout arrêt, il n’y a pas de raison fondamentale à voir une forte hausse du brut.

Seule une menace sur le sud de l’Irak serait susceptible de faire réagir les marchés pétroliers ; toutes les exportations actuelles partent de Bassora. Actuellement, la production irakienne est de 3,1 Mb/j (chiffres de 2012 et 2013), 3,6% de la production mondiale.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pratiquement aucune affirmation n'a été répétée aussi souvent dans les médias que celle selon laquelle l'inégalité entre les pauvres et les riches a augmenté massivement d'année en année - partout dans le monde et surtout aux États-Unis.

Pour mon livre In defence of Capitalism, j'ai commandé une enquête sur les perceptions du capitalisme dans 33 pays : nous avons présenté aux personnes interrogées dans les 33 pays une liste de 18 affirmations sur le capitalisme - positives et négatives. L'idée que le capitalisme conduit à une inégalité... Poursuivre la lecture

la Chine
11
Sauvegarder cet article

Si l’Histoire nous enseigne quelque chose, c’est qu’un empire ne peut tenir dans la durée que grâce à deux éléments clés : son armée et sa monnaie.

Son armée, car l’empire doit être capable de protéger son territoire et de conquérir de nouvelles terres pour s’étendre ; et sa monnaie car c’est avec elle qu’il paye ses militaires et c’est par elle qu'il entendra échanger des richesses avec ses vassaux. Dans ces deux domaines, un empire voulant durer doit mettre en place des mesures pour maintenir la stabilité à la fois militaire et écono... Poursuivre la lecture

Par Scott Shackford.

Si le premier acte d'un nouveau gouverneur donne le ton de son administration, Josh Shapiro, le gouverneur de Pennsylvanie, a clairement indiqué qu'il n'avait pas l'intention d'aider les organismes gouvernementaux de réglementation et d'éducation à renforcer les exigences en matière de licences et de diplômes pour les personnes à la recherche d'un emploi.

Le Démocrate Shapiro a prêté serment mardi. Son premier décret publié mercredi a été d'annoncer l'ouverture de milliers d'emplois du gouvernement de Pennsy... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles