Irak : un non événement pour le monde pétrolier ?

Alors que la situation en Irak se dégrade, il n’y a pas de flambée pétrolière. Pourquoi ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Irak : un non événement pour le monde pétrolier ?

Publié le 21 juin 2014
- A +

Par Aymeric de Villaret

irak pétrole

Alors que l’EIIL (l’État islamique en Irak et au Levant) sunnite est aux portes de Bagdad, les cours du pétrole n’ont réagi que très modérément (de l’ordre de 5 à 7$), quasiment de la même manière que lors de la menace de frappes sur la Syrie à l’été 2013 alors qu’en 1990, lors de l’invasion du Koweït par l’Irak, le baril avait doublé !

Pourquoi en est-on arrivé à ce point que les événements irakiens actuels soient quasiment un non événement pour le monde pétrolier ?

Près de 25 ans après 1990, la situation mondiale a été complètement modifiée :

  1. Alors que le Brent était à moins de 20$/baril, aujourd’hui, il navigue dans la zone 100-110$ avec quelques incursions vers 90$ et 115$ mais de manière très sporadique.
  2. Les différentes crises pétrolières récentes (Libye, Égypte…) n’ont pas créé de flambée des cours.
  3. La question est posée par de nombreux observateurs sur la croissance infinie de la demande de pétrole.
  4. L’huile de schiste américaine, même si elle devrait rapidement plafonner, a entraîné le sentiment d’une certaine indépendance des États-Unis pour leur dépendance future vis-à-vis des pays du Moyen Orient.
  5. l’Iran devient de plus en plus fréquentable et sa production, si les investissements pétroliers y sont possibles, possède un bon potentiel.

Pour en revenir plus directement à l’Irak, soulignons que :

  1. Les principales zones pétrolifères sont situées dans le Sud du pays en zone chiite et que de 2,5 à 2,6 Mb/j sont exportés par le port de Bassora
  2. Le Kurdistan irakien est déjà quasiment indépendant dans sa politique
  3. Les exportations du brut irakien dans le Nord via le pipeline arrivant à Ceyhan en Turquie étaient déjà interrompues depuis mars

Aussi tant que la zone principale de production (en territoire chiite) semble devoir rester à l’abri de tout arrêt, il n’y a pas de raison fondamentale à voir une forte hausse du brut.

Seule une menace sur le sud de l’Irak serait susceptible de faire réagir les marchés pétroliers ; toutes les exportations actuelles partent de Bassora. Actuellement, la production irakienne est de 3,1 Mb/j (chiffres de 2012 et 2013), 3,6% de la production mondiale.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Anthony P. Mueller.

Un excès de dépenses publiques et une politique monétaire laxiste entraînent une hausse des prix associée à une baisse des taux de croissance économique. Tous les chemins keynésiens mènent à la stagflation. C'est le résultat d'une mauvaise gestion économique.

La croyance selon laquelle les banquiers centraux pouvaient garantir la soi-disant stabilité des prix et que la politique budgétaire pouvait empêcher les ralentissements économiques s'est révélée fausse à maintes reprises. La crise actuelle est une p... Poursuivre la lecture

L'Ukraine connaît des combats limités depuis 2014 et une guerre inédite en 2022. Comment expliquer ce scénario tragique ukrainien? Quels sont les multiples enjeux du conflit russo-ukrainien?

L'Ukraine champ d'affrontement entre la Russie et les Etats-Unis

L'aspect global du conflit est perceptible à travers l'affrontement indirect que se livrent d'un côté les USA et de l'autre la Russie. Les Etats-Unis, chefs de file du camp occidental, ont les premiers violé le droit international avec d'abord la guerre du Kosovo en 1998 puis la guerr... Poursuivre la lecture

Le 2 mai dernier, Politico publiait en exclusivité un article traitant de la fuite d'un projet de jugement de la Cour suprême américaine relatif à la remise en cause d'un précédent jugement de cette même cour, Roe vs Wade.

Ce précédent arrêt avait posé les bases rendant légal l'avortement dans tous les États américains et limitant l'intervention de l'État dans la décision d'interruption de grossesse, considérée alors du domaine de la vie privée. Le projet actuellement en discussion et dont le contenu a fuité vers Politico renverrait à ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles