Quand j’entend le mot « culture »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Culture CGT (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand j’entend le mot « culture »

Publié le 17 juin 2014
- A +

rlh - culture

On a prêté au célèbre mécène Hermann Göring la formule « Quand j’entend le mot culture, je sors mon révolver ». De son côté, le Petit Père des Peuples ne disait rien mais envoyait les artistes dissidents ou ayant déplu au Goulag.

C’est pourquoi, ayant démontré dans un précédent billet la parenté entre PCF et CGT, je vous avouerai ma perplexité : peut-on être « artiste » et appartenir à un syndicat CGT ? La longue tradition de création artistique soviétique figée dans le réalisme socialiste de classe, le rock interdit, le culte de la personnalité jusqu’à Gorbatchev servant de décoration aux murs publics (y’en avait pas de privés), la connaissance de toutes ces répressions sur 70 ans peut-elle faire admettre la qualité d’artiste à un cégétiste, mot qui sonne comme kagébiste de la Pensée ? Peut-on se dire « artiste », même intermittent, quand on quémande à l’État une rente de situation, comme le faisait Molière — qui avait du talent, lui — avec Louis XIV, en échange d’une certaine souplesse d’échine qui nous explique les quantités de films, séries TV, spectacles, opéras vomissant leur politiquement correct et leur mépris du public populaire qui n’a pas le bon goût d’apprécier Avignon, dont le directeur considérait, comme les Intermittents, que la scène est leur propriété exclusive.

Je suis effaré par la quantité de spectacles anémiés du bulbe recensés dans mon journal régional. Allez supporter sur Arte, un bon opéra revisité par un jeune/vieux réalisateur de génie (méconnu ?), regardez jusqu’au bout un court métrage pourtant trop long, un film d’auteur intimiste, ces navets cultivés grâce au racket du CNCF. C’est ça, le combat des syndicats CGT et Sud, totalement indifférents à leur public, tout à leurs prébendes.

Vive un libéralisme sans subvention pour une culture libérée !

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
    • Aleph, la faute est dans le titre … mais sur le dessin c’est correct …
      sauf dans la deuxième partie : « je sors mon goulag ».
      On a compris quand même.coquin de SORT !

  • Cette phrase est souvent attribuée à Goebbels (pas Göring), elle serait, en fait, du dramaturge Nazi Hans Johnst dans « Schlageter »

  • Article juste bête et méchant, c’est la mode en ce moment… C’est à qui sera le plus con et le plus nihiliste, vous avez vos chances.

    Rien que faire un article de rebelle sur la culture en faisant deux énormes fautes d’orthographe, montre à quel point le sujet vous est étranger.
    On pourrait en rire si le filon comique de la médiocrité n’était pas en voie d’épuisement.

    La répétition de la bêtise est lassante d’uniformité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Gary Galles.

 

Il est relativement courant que ce qui devrait être reconnu comme un signal d'alarme annonçant des problèmes majeurs est souvent ignoré jusqu'à ce que la situation devienne si mauvaise qu'il est presque impossible de ne pas les remarquer (à moins d'être très déterminé à ne pas les voir). Leonard Read a canalisé de telles pensées sur les dommages que les politiques publiques ont causés aux Américains. Il est même allé jusqu'à dire « Thank God for the Mess We're In » (The Freeman, mars 1975), le gâchis éta... Poursuivre la lecture

Par Dan Sanchez.

L'un de mes premiers souvenirs d'enfance est le film Superman 2 diffusé à la télévision. Une scène en particulier m'a laissé une impression indélébile.

Les méchants du film, trois Kryptoniens nommés Zod, Ursa et Non, terrorisent une ville rurale. Un garçon part à cheval pour chercher de l'aide. Zod, le chef, voit le garçon qui tente de s'échapper.

À ce moment-là, j'ai fermé les yeux, car je savais que le garçon allait être tué. Je n'ai osé regarder à nouveau qu'une fois l'acte accompli.

Des décenni... Poursuivre la lecture

9
Sauvegarder cet article

Ah, finalement, qu'il est doux d'être journaliste en France dans un journal de révérence !

Jadis, c'était un travail fatigant, voire stressant et parfois même risqué : il fallait aller chercher l'information directement sur le terrain et la corroborer le carnet de notes à la main. Certains événements pouvaient impliquer de mettre sa vie en danger ; et certaines informations, une fois obtenues, pouvaient signifier une exposition directe aux rétorsions des puissants...

Heureusement, en France, ce temps est révolu : de nos jours, l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles