Quand j’entend le mot « culture »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Culture CGT (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand j’entend le mot « culture »

Publié le 17 juin 2014
- A +

rlh - culture

On a prêté au célèbre mécène Hermann Göring la formule « Quand j’entend le mot culture, je sors mon révolver ». De son côté, le Petit Père des Peuples ne disait rien mais envoyait les artistes dissidents ou ayant déplu au Goulag.

C’est pourquoi, ayant démontré dans un précédent billet la parenté entre PCF et CGT, je vous avouerai ma perplexité : peut-on être « artiste » et appartenir à un syndicat CGT ? La longue tradition de création artistique soviétique figée dans le réalisme socialiste de classe, le rock interdit, le culte de la personnalité jusqu’à Gorbatchev servant de décoration aux murs publics (y’en avait pas de privés), la connaissance de toutes ces répressions sur 70 ans peut-elle faire admettre la qualité d’artiste à un cégétiste, mot qui sonne comme kagébiste de la Pensée ? Peut-on se dire « artiste », même intermittent, quand on quémande à l’État une rente de situation, comme le faisait Molière — qui avait du talent, lui — avec Louis XIV, en échange d’une certaine souplesse d’échine qui nous explique les quantités de films, séries TV, spectacles, opéras vomissant leur politiquement correct et leur mépris du public populaire qui n’a pas le bon goût d’apprécier Avignon, dont le directeur considérait, comme les Intermittents, que la scène est leur propriété exclusive.

Je suis effaré par la quantité de spectacles anémiés du bulbe recensés dans mon journal régional. Allez supporter sur Arte, un bon opéra revisité par un jeune/vieux réalisateur de génie (méconnu ?), regardez jusqu’au bout un court métrage pourtant trop long, un film d’auteur intimiste, ces navets cultivés grâce au racket du CNCF. C’est ça, le combat des syndicats CGT et Sud, totalement indifférents à leur public, tout à leurs prébendes.

Vive un libéralisme sans subvention pour une culture libérée !

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
    • Aleph, la faute est dans le titre … mais sur le dessin c’est correct …
      sauf dans la deuxième partie : « je sors mon goulag ».
      On a compris quand même.coquin de SORT !

  • Cette phrase est souvent attribuée à Goebbels (pas Göring), elle serait, en fait, du dramaturge Nazi Hans Johnst dans « Schlageter »

  • Article juste bête et méchant, c’est la mode en ce moment… C’est à qui sera le plus con et le plus nihiliste, vous avez vos chances.

    Rien que faire un article de rebelle sur la culture en faisant deux énormes fautes d’orthographe, montre à quel point le sujet vous est étranger.
    On pourrait en rire si le filon comique de la médiocrité n’était pas en voie d’épuisement.

    La répétition de la bêtise est lassante d’uniformité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La décision du gouvernement de supprimer la redevance audiovisuelle publique sera effective dès 2022. On nous explique qu’en fait la suppression de cette redevance va constituer « une mesure de plus en faveur du pouvoir d’achat » des Français qui devaient la payer, c’est-à-dire toute personne possédant un téléviseur, à moins qu’elle en soit exonérée sous certaines conditions. Le raisonnement semble limpide : ceux qui payaient 138 euros par an n’auront plus à supporter cette charge et leur pouvoir d’achat sera augmenté d’autant.

Qui va pay... Poursuivre la lecture

Par Tadd Wilson. Un article de la Foundation for Economic Education

En dépit de ce qui est enseigné dans la plupart des universités, les idées libérales essentiellement classiques de l'économie de marché libre et du gouvernement limité ont remporté le test de base de toute doctrine : bat-elle la meilleure alternative ? La preuve en est évidente, qu'il s'agisse de l'effondrement de l'économie planifiée de l'ancienne Union soviétique ou de la réduction du secteur public dans des pays aussi variés que l'Estonie, la Nouvelle-Zélande et la ... Poursuivre la lecture

jeux videos cadeaux
1
Sauvegarder cet article

Les gamers, faites attention. La gauche radicale va s'occuper de vous.

Un nouveau rapport d'Axios dénonce :

« Les extrémistes de droite sont de plus en plus présents dans les jeux vidéo [...]  la faible modération du contenu et la politique de l'autruche entravent l'évaluation et la lutte contre le problème. »

Axios a cité un rapport de 2019 du notoirement partisan Anti-Defamation League, ou ADL, comme preuve que les abus et l'extrémisme sont endémiques dans les jeux.

Le rapport de l'ADL affirme :

« 53 % des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles