Étude économique de la Corée 2014

La Corée a été l’un des pays de l’OCDE où l’expansion économique a été la plus rapide au cours des dix dernières années, poussée par sa stratégie de rattrapage traditionnel centrée sur les exportations.

OCDE Étude économique Corée 2014 coverCependant, la croissance a été freinée par des problèmes structurels, tels que le retard pris par le secteur des services et la faiblesse des PME. Une nouvelle stratégie de croissance est nécessaire pour promouvoir une économie créative, dans laquelle les entreprises à risque et les PME jouent un rôle clé. La Corée est confrontée à une nette hausse des inégalités de revenu et de la pauvreté relative, avec un taux de 49% chez les personnes âgées. Les politiques visant à promouvoir une économie créative, tout en mettant davantage l’accent sur la cohésion sociale, sont importantes pour étayer l’expansion actuelle et améliorer le bien‑être.

Entretenir l’expansion économique

Une croissance de la production de l’ordre de 4% est anticipée en 2014-15, bien que la Corée soit exposée aux risques extérieurs, tandis que le niveau élevé d’endettement des ménages fait souffler un vent contraire sur la croissance. L’inflation devrait se hisser dans la fourchette de 2,5 à 3,5% retenue comme objectif. La situation des finances publiques demeure solide, puisque le solde budgétaire des administrations publiques est excédentaire en 2012 et que leur dette brute représente moins de 35% du PIB. Si les risques à la baisse se matérialisent, la Corée dispose d’une marge de manœuvre pour assouplir davantage la politique monétaire et prendre des mesures de relance budgétaire à court terme.

Un nouveau paradigme économique pour la Corée : favoriser une économie créative

Le rendement des volumineux investissements de la Corée dans la recherche‑développement est limité par les faiblesses du système d’innovation et des conditions cadres, répondant au caractère relativement restrictif de la réglementation des marchés de produits et à la faiblesse des entrées d’investissement direct étranger. En outre, la création d’entreprises est entravée par des problèmes liés au marché du capital-risque et au financement des PME. L’écart de productivité entre les grandes entreprises et les PME reflète l’existence de problèmes dans le secteur des services, où la productivité est inférieure de moitié environ à celle du secteur manufacturier. Une stratégie globale pour développer une économie créative, y compris les mesures visant à améliorer le système d’innovation et des conditions cadres et de développer un secteur d’activité dynamique de risque et les PME plus fortes, est une priorité.

Politiques de lutte contre les inégalités et de promotion de la stabilité sociale

OCDE Étude économique Corée 2014 pauvreté seniorsLa classe moyenne en Corée est en baisse et la Corée arrive aujourd’hui au 8e rang des pays de l’OCDE classés par ordre décroissant en fonction de leur taux de pauvreté relative. Il est primordial de s’attaquer à la source en réduisant la proportion de travailleurs non réguliers. Des réformes de l’éducation et les actions destinées à renforcer l’emploi favorisant le rapprochement du taux sont également essentielles pour une plus grande mobilité sociale. Les dépenses sociales publiques n’ont qu’un impact relativement mineur sur les inégalités de revenu et le taux de pauvreté relative, en particulier celui des personnes âgées, dont le taux de pauvreté relative est de 49%. Les politiques visant à accroître la couverture du régime national de retraite et d’assurer sa viabilité, tout en favorisant l’épargne privée pour la retraite, sont nécessaires. Le minimum vieillesse doit être ciblé sur les personnes âgées en situation de pauvreté absolue