Faire Simple : le crowdsourcing très encadré de l’administration française

Avec « Faire simple », le gouvernement vous propose de suggérer des réformes de simplification. Mais si elles sont trop audacieuses, attendez-vous à les voir censurées de façon malhabile.

Par Victoria Melville.

Comme vous le savez, le gouvernement travaille à simplifier la vie quotidienne des Français. Pour ce faire, il dispose d’un Secrétariat général de la modernisation de l’action publique lequel a dégainé à la fin de l’année dernière l’initiative Faire simple qui a pour vocation de demander au public de contribuer à la simplification des démarches, notamment en formulant des propositions devant donner lieu ensuite à des ateliers menant à des propositions concrètes d’amélioration selon le schéma ci-dessous.

fabrique

Nous avions déjà parlé de ce dispositif pour évoquer ses ambitions et sa mise en place quelque peu opaque. Plusieurs mois plus tard, le projet a suivi son cours et de nombreuses propositions sont apparues et des soutiens ont été ajoutés à celles que nous avions évoquées la dernière fois. On notera également au crédit du SGMAP qu’aucune des propositions soumises à l’époque n’a été supprimée, si j’ai bien suivi.

Je vous suggère donc d’aller faire un tour à la liste des propositions formulées par le public. Pour les trier, vous pouvez choisir celles qui concernent les particuliers et celles qui concernent les professionnels. C’est tout. Il n’est aujourd’hui plus possible de les trier par popularité. Elles ne sont pas non plus triées par ordre chronologique.

fairesimpleaccueil

Pourtant, il est très instructif de se livrer à une analyse des propositions les plus populaires parmi les 614 affichées ainsi que de leur position dans la liste. Si l’on peut admettre que notre premier article a suscité une vague de soutiens pour les propositions que nous avions sélectionnées, de nombreux mois plus tard, cela ne peut plus suffire à expliquer la situation.

Le top 20 en nombre de soutiens (chiffres retenus en date du 13 mai 2014) et leur position dans l’ordre d’apparition :

  1. Supprimer le RSI : 328 soutiens, 542e position,
  2. Fin du monopole de la sécurité sociale  : 228 soutiens, 126e position,
  3. Simplifier le droit du travail : 99 soutiens, 386e position,
  4. Mettre en place le chèque éducation : 87 soutiens, 512e position,
  5. Laisser les salariés gérer leurs assurances chômage, retraite et santé : 84 soutiens, 109e position,
  6. Simplifier les bulletins de salaire : 76 soutiens, 579e position,
  7. Payer aux salariés leur salaire brut : 67 soutiens, 167e position,
  8. Ouvrir les administrations le samedi : 60 soutiens, 199e position,
  9. Supprimer la TVA pour les opérations entre entreprises : 60 soutiens, 466e position,
  10. Simplification des statuts des travailleurs : 55 soutiens, 537e position,
  11. Dématérialiser les diplômes : 53 soutiens, 492e position,
  12. Journal d’annonces légales : 51 soutiens, 405e position,
  13. Passage au logiciel libre : 50 soutiens, 298e position,
  14. Carte d’identité au format carte de crédit : 46 soutiens, 336e position,
  15. Avoir la carte européenne d’assurance maladie au dos de la carte vitale : 46 soutiens, 351e position,
  16. Choisir ce que finance la redevance TV : 45 soutiens, 226e position,
  17. Etendre le statut d’autoentrepreneur : 44 soutiens, 568e position,
  18. Gratuité de la dissolution d’une entreprise : 43 soutiens, 398e position,
  19. Création du compte unique citoyen : 42 soutiens, 247e position,
  20. Simplifier la création d’entreprise : 42 soutiens, 454e position.

Autant le dire, pour arriver à la suppression du RSI ou au statut d’autoentrepreneur, il faut vraiment se livrer à l’exercice avec une certaine conscience. On ne se posera donc pas la question de l’ordre d’affichage des propositions car, n’est-ce pas ? Poser la question, c’est déjà y répondre.