Fumer, c’est voter

Lutte antivote (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints, licence Creative Commons)

Ce n’est pas le paquet qui fait le fumeur, comme ce n’est pas le programme coloré qui fait le votant.

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints349

Marisol Touraine, ministresse socialiste a donc le grand projet salvateur de débarrasser le monde des sales fumeurs (dont moi, mais je ne pense pas, soyons honnête, que c’est pour de basses raisons politiques consécutives à ma renommée de billettiste talentueux de notre site libéral) et pour ce faire, de supprimer ces belles images qui ornent nos paquets favoris, parce que nous sommes trop idiots pour fumer des paquets sans images pernicieuses.

Si on fume, c’est à cause des belles images : pour SAS, les couvertures, je ne dis pas, mais mon paquet, je l’ai choisi il y a longtemps pour ses qualités gustatives. Ma pauvre dame, vous vous mettez la rose dans l’œil jusqu’au pot !

La preuve, les récentes élections, avec des partis qui affichaient des paquets différents et aguichants mais avec des contenus similaires (que des trucs idiots mais variés). Ben, les fumeurs – les électeurs si vous préférez – se sont abstenus sans être trompés par ces apparences et à l’arrivée, le parti vainqueur ne représentait guère que 10% des fumeurs-voteurs. C’est la preuve que ce n’est pas le paquet qui fait le fumeur, comme ce n’est pas le programme coloré qui fait le votant. Et si vous trouvez mon billet un peu fumeux, c’est qu’il est dans l’air du temps, avec l’enfumeur de l’Élysée.