Pourquoi emprunter pour investir, et pas juste en immobilier ?

Avant de s’endetter, il faut bien comprendre pourquoi emprunter. L’endettement est un outil à utiliser mais bien appréhender, aussi bien dans une approche patrimoniale globale que dans ses aspects affectifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pourquoi emprunter pour investir, et pas juste en immobilier ?

Publié le 30 mai 2014
- A +

Par Charles Sannat.

Dans cet article, je voudrais partager avec vous quelques idées au sujet du crédit et vous glisser au creux de l’oreille que les taux n’ont jamais été aussi bas. Un simple tour sur le site Internet du courtier Cafpi vous apprendra que, sur 25 ans, le taux moyen est désormais de 1,2% (au 24 novembre 2021). Disons-le, ce n’est vraiment « pas cher » pour de l’argent que nous n’avons pas ! Sur 20 ans, il vous en coûtera 2,67% et sur 25 ans 2,87%. Il s’agit-là de taux hors assurance qui, elle, dépend de l’âge et de l’état de santé du « capitaine ».

Alors avec de tels taux, pourquoi emprunter ? Est-ce le bon moment ?

À cette question, je répondrais intuitivement par deux autres questions. Emprunter pour quoi faire ? Acheter de l’immobilier locatif ? Une nouvelle voiture ? Vos prochaines vacances ? Ensuite, pourquoi les taux sont-ils aussi bas et qu’est-ce que cela nous apprend ? C’est cette question d’ailleurs qui me semble la plus importante.

Les taux sont bas depuis le début de l’intervention des banques centrales et le Quantitative Easing. Les banques centrales ont piloté aussi bien des injections massives de monnaie que des taux d’intérêt directeurs désormais proches de zéro. Ce n’est pas qu’en Europe mais à peu près partout dans le monde occidental.

Mais depuis quelques jours, les taux baissent de plus en plus car en réalité les marchés anticipent un risque de déflation et ça, ce n’est pas une bonne nouvelle de façon générale pour l’économie. Alors cela nous amène à une autre question.

Doit-on s’endetter en période de déflation ?

C’est là que la réponse va devenir largement plus compliquée. La déflation c’est la baisse généralisée du niveau des prix. Mais ce que nous vivons pour le moment est ce que j’ai qualifié « d’indéflation », un moment assez inédit dans nos économies où nous avons une coexistence d’un mouvement inflationniste sur certains actifs (la bourse, les obligations par exemple, ou encore les matières premières) et une baisse, donc un mouvement déflationniste, sur d’autres agrégats économiques comme les salaires et les retraites par exemple et c’est encore plus marqué dans les pays du sud de l’Europe comme la Grèce évidemment ou encore le Portugal sans oublier l’Espagne avec 12,5% de baisse moyenne des revenus en 2013.

De façon générale, on s’endette lorsque l’on a de la visibilité, or notre monde économique manque cruellement de visibilité. Difficile avec 6 millions de chômeurs de retrouver facilement du travail si l’on perd le sien. Mais il s’agit là d’une généralité d’ordre général et bien entendu, tout cela dépend de votre savoir-faire, de votre expérience, de votre niveau de revenu, bref… de ce qui caractérise votre situation personnelle.

Logiquement, je conseillerais à ceux qui ont de la visibilité et une certaine sécurité professionnelle de financer effectivement des projets en profitant de ces taux très bas. D’ailleurs, la déflation a cela de « génial » que lorsque l’on a un peu d’argent et que certaines choses baissent comme le prix des voitures, par exemple, de permettre d’acheter dans d’excellentes conditions.

On en revient donc à la question : pourquoi emprunter et s’endetter ?

Étant de la vieille école paysanne, on ne s’endette que pour acheter un « actif ». Je sais que sur ce sujet-là je suis un peu « psycho-rigide » comme dit ma femme, mais le crédit ce n’est pas pour financer les prochaines vacances du mois d’août car le crédit à la consommation peut très vite devenir un piège. Avec les nouvelles lois Alur de Cécile Duflot, je déconseille l’investissement immobilier à vocation de placement locatif car vous pourriez vous retrouver coincés par des systèmes de blocage de loyer et des travaux d’amélioration de l’habitat forts coûteux. Reste donc, en matière d’investissement, l’actif l’immobilier de résidence principal et de résidence secondaire et là il y a des choses à faire.

Pour votre résidence principale, un achat immobilier n’est pas qu’un raisonnement purement financier, c’est aussi un projet de vie, un projet de couple ou familial et les couples et les familles ont besoin de projets partagés ! Donc ceux qui veulent se loger mieux, plus grand ou ce genre de chose peuvent le faire sans hésiter et profiter pleinement de ces taux historiquement bas. Encore une fois, on loge dans sa maison… pas dans son PEA ou son assurance vie.

Ne gardez pour autant pas toute votre épargne à la banque !

Autre élément à garder en tête : avoir trop d’économies à la banque par les temps qui courent n’est pas l’idée la plus géniale, donc mieux vaut dépenser votre argent dans un appartement que d’attendre de vous le faire « chyprer » lors de la prochaine crise bancaire. Enfin, même si les créances seront a priori reprises par une autre banque en cas de faillite de votre banque, il n’en demeure pas moins que je préfère devoir de l’argent à la banque (du coup c’est la banque qui a un problème) plutôt que d’être dans une situation où la banque me doit de l’argent (mon épargne déposée) et dans ce cas, c’est moi qui ai un problème !

Revendre de l’immobilier en attendant une baisse éventuelle cela veut dire placer l’argent de la vente… mais où ? Le faire sur un contrat d’assurance vie fonds euros avec tous pleins de dettes d’États tous plus insolvables les uns que les autres pourrait ne pas être l’idée du siècle… En cas de défaut, vous vous retrouveriez sans la valeur « d’usage » de votre résidence principale (à savoir encore une fois que l’on vit dans sa maison, pas dans son assurance vie) et sans l’argent de la vente parti en fumée dans la faillite… bref, vous seriez ruiné !

Pour l’immobilier de résidence secondaire que l’on peut aussi appeler les « bad » pour base autonome durable avec potager, poulailler et… stock de boîtes de conserves (PEBC), vous avez actuellement d’excellentes affaires à réaliser car les prix dans les zones rurales ont considérablement baissé ! Alors trouver une maisonnette de campagnette à 70.000 euros c’est parfaitement possible et 70.000 euros sur 10 ans à 1,99 %… c’est une idée qui doit se travailler en matière patrimoniale et aussi en matière de plaisir. Avant d’être un refuge en cas de problèmes économiques majeurs, votre investissement dans une résidence secondaire sera tout d’’abord une maison de campagne, de vacances et de week-end ! Côté pile, si tout va mieux que bien, vous aurez une maison dont profiter en famille. Côté face, si tout part en vrille économiquement et socialement… vous aurez un lieu ou adopter la stratégie dite du « canard » à savoir « on se planque, on se met à l’abri et on attend que ça passe »…

N’oubliez pas de renégocier tous vos crédits !

C’est une évidence, cela va sans dire… mais qui va mieux encore en le disant ! N’oubliez pas de renégocier vos crédits en cours, cela peut vous faire une substantielle économie surtout si la durée de votre crédit est encore longue (supérieure à 10 ans généralement).

Alors pourquoi s’endetter en 2021 ?

En réalité, le fond de ma pensée est que plus que jamais il est en fait indispensable de se désendetter de façon générale et d’être le plus autonome possible en anticipant des baisses significatives de vos revenus. Encore une fois, il s’agit là d’une « moyenne », tel ou tel cadre dans telle ou telle entreprise pourra même voir son salaire augmenter surtout s’il est banquier…

La seule dette que je pourrais accepter est celle consistant à se loger car le logement c’est aussi une part importante de votre résilience et de votre résistance à la crise. De la même façon que l’on n’achète pas un truc dont on n’a pas besoin uniquement pour faire une déduction fiscale et payer moins d’impôts, il est inutile de s’endetter sous prétexte que l’argent n’est pas cher… ce n’est pas une bonne raison, ni une raison suffisante.

Le recours à de l’effet de levier doit faire sens aussi bien dans une approche patrimoniale globale que dans ses aspects affectifs, c’est la raison essentielle pour laquelle ma conclusion est : pas de crédit par les temps qui courent, sauf pour votre résidence principale et/ou une maison à la campagne qui vous servira de refuge.

À mon sens, la meilleure répartition patrimoniale reste sa résidence principale dans une grande ville (cela retrouvera toujours une valeur donc c’est un bon élément de stockage de valeur), puis une maison à la campagne avec poêle à bois, potager et poulailler… et enfin, pour le cash, de l’or et de l’argent métal, en banque vous aurez le minimum nécessaire, minimum qui peut être très élevé dans certaines situations patrimoniales (type contrat d’assurance vie pour réduire les droits de succession en cas d’héritage très conséquent).

Cet article a été édité en novembre 2021 pour mettre à jour les taux.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • « et enfin, pour le cash, de l’or et de l’argent métal, en banque vous aurez le minimum nécessaire, minimum qui peut être très élevé dans certaines situations patrimoniales (type contrat d’assurance vie pour réduire les droits de succession en cas d’héritage très conséquent). »

    Excusez moi, je n’ai pas de grandes connaissances en banque, assurance, ma question peut donc paraître stupide, mais je ne comprend pas du tout cette dernière phrase. Avoir le minimum d’or ou d’argent métal en banque, comment ? Pourquoi ? Pour quoi faire ?

    • Remplacez la virgule après « métal » par un point ! L’or, servant de cash, n’est pas en banque mais physiquement dans votre cave, entre des bonnes bouteilles et les conserves. Seule l’assurance-vie reste en banque, parce que c’est obligatoire pour bénéficier de la défiscalisation en cas d’héritage. Toutefois, on peut douter de la pérennité des assurances-vie en cas d’effondrement économique. Dans ce cas, ce conseil paraît vain et rien ne vaut la transmission de l’or entre vifs, sans rien dire à personne, ce qui permet une défiscalisation bien plus efficace que n’importe quel contrat officiel, sous réserve que la détention d’or ne soit pas sévèrement réprimée (de la simple amende jusqu’à la peine capitale).

      Ceci dit, les conseils à propos de l’endettement des particuliers sont excellents : on ne s’endette jamais pour consommer mais pour acquérir un actif, c’est-à-dire un bien créant de la valeur. Typiquement, l’immobilier.

  • Les taux sont bas, mais les prix des logements sont surévalués…

    • Non ! Les prix des logements sont correctement évalués, conforme à la volonté commune des vendeurs et des acquéreurs à l’instant où les transactions sont effectuées, sinon les transactions n’aboutiraient pas. Ce qui est peut-être surévalué, ou sous-évalué, allez savoir, c’est l’anticipation de ce que seront les prix demain. Au fond, personne n’en sait rien.

      Que les primo-accédants soient exclus du marché à cause des lois socialistes est un autre sujet. En détruisant les marchés, le socialisme crée la pénurie pour les plus fragiles. La solution pour retrouver l’abondance est donc simple et évidente. Il ne manque que la volonté de la caste politique de renoncer à son pouvoir quand ce pouvoir n’est plus que nuisance.

      • Tout à fait d’accord, mais j’ajouterai que quand je dis surévalué, je parle compte tenu de tout le soutien étatique vers la pierre.
        Dans une économie « normale », il existerait une offre de logement beaucoup plus conséquente qu’aujourd’hui.

  • De plus en plus, l’investisseur est amené à appliquer des stratégies, autrement dit à spéculer. Au lieu d’étudier la santé des entreprises, les perspectives de croissance, de rechercher les entreprises qui innovent, on en est réduit à tenter de prédire les interventions étatiques et leurs conséquences sur l’économie et les marchés.

    D’un coté, le spéculateur peut s’enrichir à condition d’être pragmatique et de se méfier des tentatives de déstabilisation de certains. D’un autre coté, cela montre bien le coté désastreux et ubuesque des politiques d’intervention quand le politique se substitue à l’économie, non pour le bien général mais au proffit de ceux qui sont plus malins que nos dirigeants.

  • J’aime bien le côté « fonctionnel » de cet article, et je note le  » on loge dans sa maison… Pas dans son PEA »!

    •  » on loge dans sa maison, pas dans son PEA  »

      on peut toujours essayé de squater dans sa banque … comme spaggiari !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vincent Bénard. Un article de l'IREF Europe.

La remontée des taux d’intérêts initiée par les banques centrales a suscité quelques articles de presse évoquant la possibilité d’un éclatement prochain de la bulle immobilière, laquelle atteint des sommets à Paris et à Lyon, et retrouve de la vigueur en province, comme en témoigne la dernière mise à jour des statistiques officielles du ministère du Logement :

Les conditions d’un éclatement ne sont pas réunies

Mais douchons l’enthousiasme de ceux qui souhaitent un tel écla... Poursuivre la lecture

Dans ce qui précède dans la première partie, je continue de me placer dans le cadre d'un écosystème bancaire traditionnel de nature essentiellement territoriale, avec un marché monétaire domestique rattaché à la présence d'une banque centrale nationale souveraine. Or au cours des cinq dernières décennies, cet écosystème a subi une mutation fondamentale, fruit de l'interaction entre le mouvement mondial de libéralisation économique  et les développements de l'innovation technologique financière.

Le nouvel étage du « Global Money »

Mondi... Poursuivre la lecture

En 2008 le monde a subrepticement changé de régime monétaire. Les médias (c'est sûr) et même les banques centrales (apparemment) n'en ont pas encore pris conscience. Ils continuent de discourir comme s'il n'en était rien. Conséquence : un déluge d'hystérie et de prévisions inflationnistes non crédibles.

Aujourd'hui, une toute petite part seulement de la création monétaire a pour origine la Banque centrale. Dans son étude de 2014 sur la création de la monnaie la Banque d'Angleterre donne le chiffre de 3 % pour le Royaume Uni (monnaie + ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles