Frontières : lettre ouverte au député Jacques Myard

Jacques Myard (Crédits UMP, licence Creative Commons)

M. Myard, vous menez un combat d’arrière-garde en voulant rétablir des frontières douanières dans un monde ouvert où la diffusion des savoir-faire est un impératif moral, politique et économique

Par Philippe Robert.

Jacques Myard (Crédits : UMP, licence Creative Commons)
Jacques Myard

Monsieur le Député,

À mon humble avis, vous menez un combat d’arrière-garde en voulant rétablir des frontières douanières dans un monde ouvert où la diffusion des savoir-faire est un impératif moral, politique et économique non seulement pour notre pays mais, à titre de réciprocité, pour les nations en cours d’émergence dont il ne nous est plus possible, sans prendre le risque insensé de nous couper totalement du reste du monde, d’ignorer leur ferme et légitime volonté de se mettre au diapason des nations les plus avancées.

Laissez donc aux acteurs économiques sur le terrain le soin de prendre les meilleures décisions possibles dans l’intérêt de tous. En tout état de cause, je conçois parfaitement l’ardente nécessité de faire en sorte que, socialement parlant, tout soit entrepris pour amortir au maximum les effets de la destruction créatrice que l’aggiornamento planétaire en cours, d’une puissance sans égale je le reconnais volontiers, produit immanquablement. On peut aussi très bien rester sur place, mais à quel prix !

Faisons alors l’effort, certes douloureux mais comment peut-il en être autrement quand le monde entier s’éveille en même temps, de comprendre et de saisir au vol la chance qui s’offre à nous de nous restructurer à neuf pour reconquérir une place de choix que nous avons malencontreusement abandonnée, au fil des dernières décennies, pour des raisons trop souvent médiocres et plus encore blâmables dès lors que carriérisme et clientélisme prennent le dessus.

Monsieur le Député, ne me dites pas que je me mêle de ce qui ne me regarde pas comme, déjà, cela me fut littéralement envoyé à travers la figure par certains élus de votre bord, un comble ! Car les élus doivent leur ascension politique à la société civile qui les élit et qui a donc parfaitement le droit, naturellement dans les limites de la bienséance, de donner librement son avis sur des points qui la concernent au premier chef et qui donc lui paraissent devoir être sereinement soulevés.

S’agissant de notre mère l’Europe, s’il est certes utile et nécessaire de se livrer à une critique argumentée de son organisation actuelle qui, à l’évidence, n’est pas optimale et requiert certainement une réflexion approfondie pour la rendre plus respectueuse des peuples, il m’apparaît cependant dangereux de se lancer dans un tel réquisitoire sans, au moins, prendre la précaution minimale d’imaginer quel nouvel avenir un telle posture, à la limite du populisme, peut nous réserver. Respectueusement.

 


En réponse au communiqué de presse suivant du député Jacques Myard (UMP) :

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

Le 24 Mai 2014

A/S : PEUGEOT / POISSY : DÉLOCALISATIONS , L’EUROPE OU LA QUADRATURE DU CERCLE !

L’annonce par la direction de Peugeot que la production de la prochaine génération de la citadine C3 va être délocalisée de Poissy à Trnava en Slovaquie est l’illustration parfaite de l’impossibilité d’assurer un équilibre économique et social dans un marché unique aussi hétérogène que l’Union européenne : c’est la quadrature du cercle !

Les déclarations du président de Peugeot , Carlos Tavares selon lesquelles :  » Il n’est plus possible de produire de petites voitures en France  » méritent réflexions !!!!

En effet la Slovaquie et bien d’autres pays entrés dans l’Union ont des salaires et des prestations sociales sans commune mesure plus compétitives que celles acquittées en France par les entreprises .

Il est alors inutile de parler de concurrence loyale et non faussée comme le prétendent les Traités et la Commission .

Ce déséquilibre est encore décuplé lorsque s’ajoute le différentiel monétaire de la comparaison de l’euro aux monnaies nationales polonaise, bulgare, roumaine et tchèque , sans oublier les aides européennes que reçoivent tous ces Etats de Bruxelles et que nous payons , le solde net annuel payé par la France à l’Union européenne est de l’ordre de 7 milliards d’euros .

Celles et ceux qui affirment qu’il faut harmoniser la fiscalité et les prestations sociales pour rétablir un équilibre économique entre les entreprises françaises et européennes tirent des plans sur la comète , ils rêvent les yeux ouverts ! C’est en effet une idée d’avenir et qui le restera longtemps, on ne voit pourquoi ces pays se feraient hara-kiri pour nos beaux yeux !!!!

La seule solution mathématique que défendent les ultras libéraux européens au nom de la compétitivité , c’est bien sûr la baisse drastique des prestations sociales françaises . CHICHE ? juste pour rire et mettre un peu d’animation dans nos rues…..

Cette Europe dans laquelle le chômage est devenue la valeur d’ajustement est condamnée ! Une totale remise à plat s’impose, à défaut c’est toute la construction européenne qui sera rejetée !