Croissance nulle ? Sans Montebourg, elle aurait été négative !

Sans l’action de notre ministre chargé du redressement productif, la croissance aurait été carrément négative !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Croissance nulle ? Sans Montebourg, elle aurait été négative !

Publié le 16 mai 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen.

img contrepoints302 patriotisme économique

Surtout n’allez pas croire que 0% de croissance au premier trimestre ce soit un mauvais résultat ou une surprise. Michel Sapin nous précise en effet que « c’était le chiffre auquel beaucoup d’observateurs pouvaient s’attendre »… Ah bon ? Il devrait pourtant savoir qu’il y a moins de 10 jours, Hollande annonçait un « retournement » économique ! Pire encore, notre ministre des Finances et des Comptes publics ajoute que « ce n’est pas grave ». Ah bon ? 0% de croissance ce n’est « pas grave » quand on a près de 5,6 millions de chômeurs ? Et il ose conclure que cela « conforte toute la politique que nous menons aujourd’hui ». Ah bon ? 0% ça conforte sa politique ? Cette phrase stupide fait partie de ces « éléments de langage » qu’il nous balancerait quelle que soit la situation : si la croissance avait été en hausse il aurait dit cela « conforte toute la politique que nous menons aujourd’hui ». Elle est nulle ? Il déclare que cela « conforte toute la politique que nous menons aujourd’hui ». Elle aurait été négative ? Il aurait dit que cela « conforte toute la politique que nous menons aujourd’hui ». Du grand art oratoire !

Sans Montebourg la croissance aurait été négative !

Croissance nulle ? La belle affaire. Sans notre ministre chargé du redressement du retournement de l’Économie, elle aurait été carrément négative ! Alors tout de même, arrêtez avec vos critiques. Bon, d’accord, tous les voyants économiques sont au rouge : PIB (0%), consommation (-0,5%), investissement des entreprises (-0,5% après +0,8% au dernier trimestre 2013). Mais si la croissance est nulle, ne vous dites pas que c’est parce que le gouvernement est nul. C’est exactement l’inverse justement : si la croissance n’est pas négative, c’est uniquement grâce à l’énergie farouche d’Arnaud Montebourg, notre fulgurant ministre du redressement de l’économie et du patriotisme économique.

Les chefs d’entreprise, qu’il injurie du matin au soir, sont évidemment incapables de générer la moindre croissance. Ce sont d’horribles capitalistes qui se gavent sur le dos des travailleurs donc vous pensez bien que la croissance c’est le cadet de leurs soucis. Si on les laissait faire, c’est une croissance négative que l’INSEE aurait enregistré ! Et c’est donc uniquement parce que Montebourg travaille la nuit, pour faire tout ce que les chefs d’entreprises n’arrivent pas à faire le jour, qu’on arrive à une croissance zéro. Avec lui, au moins, ça gaze.

Montebourg : « l’effet multiplicateur 3 »

Si vous ne comprenez pas comment Montebourg parvient à sauver l’économie – en tout cas à stabiliser la croissance à 0% au lieu de la laisser sombrer vers des chiffres négatifs où nous entraînerait un méchant capitalisme libéral – c’est parce que vous ne connaissez pas son dernier truc interventionniste : « l’effet multiplicateur 3″…

tweet_montebourg

Quand un chef d’entreprise du privé dépense 1 euro, il ne dépense qu’1 euro. Donc il est nul. Montebourg, lui, et tous ses potes de l’État, ce sont des magiciens : vous leur donnez 1 euro, et ils en font 3 avec !

numero_vert_c_montebourg

Cet « effet multiplicateur », c’est leur grand truc pour justifier leurs politiques keynésiennes : ils vous piquent 1 mais – abracadabra – ils en font 3 ! Depuis le temps qu’on vous dit que l’État c’est génial et magique, vous deviez l’avoir compris tout de même. Montebourg ne sait même pas comment on crée une entreprise et n’a jamais créé un seul emploi de sa vie. Donc si un jour – contre votre paquet de lessive – Montebourg vous en promet 3, surtout gardez votre paquet de lessive. Encore trois ans et ce gars aura achevé de détruire l’économie Française. Mais d’ici là, il nous raconte en levant le menton, qu’il sauve la croissance ! Sans lui, et sans son « effet multiplicateur », la croissance ne serait pas à 0% mais à -3% ! Kapish ?

Montebourg le ministre bêta-bloquant

Et puis, ce n’est pas fini : du haut de son savoir industriel (rappelez-vous qu’il n’a jamais mis les pieds dans une entreprise ni créé un seul emploi de sa vie), Montebourg va encore continuer à bloquer. Bloquer les investissements étrangers dans les différents domaines qu’il juge « stratégiques » : dans les secteurs de l’énergie, des transports, de l’eau, de la santé et des télécoms… etc. Avec des « interventionnistes stratégico-patriotiques » comme Montebourg, la liste n’en finira pas de s’allonger… Bientôt ils bloqueront les iPad parce que ça risquerait de faire concurrence à nos Minitels !

« Le choix que nous avons fait est un choix de patriotisme économique », a déclaré Arnaud Montebourg, dans un entretien accordé au Monde. « Ces mesures de protection des intérêts stratégiques de la France sont une reconquête de notre puissance », ajoute-t-il. « Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties », assure le ministre de l’Économie.

Ah bloquer : le rêve du Commissaire-Montebourg-patriote-ministre, bloquer les entreprises, bloquer les investisseurs étrangers… Bloquer ! Regardez la croissance, il ne la favorise pas : il « l’impose » ! S’ils ne partent pas avant 2017, la France sera totalement déglinguée.

montebourg_impose_b


Sur le web.

 

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • C’est très bien qu’ils restent.
    De toute façon si ce n’est pas eux qui déglinguent, ce seront leurs collègues syndicaux et autres corporations qui font la pluie et le beau temps quel que soit le gouvernement.
    Pour le moment le français n’en a toujours pas marre d’être dirigé par les syndicats, sinon il serait dans la rue, non, il attend le retournement comme le boulet.
    Attendons le murissement complet, il ne faut pas cueillir un fruit vert.

  • « Nous pouvons désormais bloquer des cessions, exiger des contreparties »

    en d’autres temps ils auraient appelé ça du communisme…vilaine bête qui veut tout contrôler et n’aime pas la démocratie.

  • Entre les changements, les retournements, les inversions, les renversements, nous vivons l’époque « loopings ».

  • J’aime beaucoup vos articles. Bon sens, limpidité et acide chlorhydrique. Voilà ce qu’il nous faut. Merci !

  • Mais qu’attendent-ils pour faire inscrire l’interdiction du chomage, de la pauvreté, de la maladie, des accidents et du décès dans la constitution.

  • Ils ne partiront pas avant 2017. Ils attendent tranquillement l’intervention de la BCE, en plus nos voisins ne sont pas au mieux non plus. Et puis je crois que majoritairement, les français aiment le socialisme, cette descente aux enfers peut prendre encore 50 ans.

    • Les Français n’aiment pas spécialement le socialisme (voir le score prévu aux européennes). Les Français n’ont surtout pas la moindre connaissance en économie, ni la moindre idée de ce qu’il faut faire, et ce serait écrit en lettres de feu sur le mur en face d’eux qu’ils ne sauraient que trouver des objections.
      Ca finit par m’énerver de les voir constater la baisse de 75% des investissements étrangers, l’imposition à 75% des investisseurs français, les 0% de croissance, et l’efficacité destructrice des mesures gouvernementales, et en tirer comme conclusion qu’avec autant de bonnes intentions affichées, ceux qui ont amené ça ne sont vraiment pas récompensés de leurs efforts et doivent être soutenus.
      Je finis par espérer que Montebourg va forcer Alstom à se jeter dans la gueule de Siemens, afin que ce dernier dépèce son concurrent et que les yeux et les oreilles s’ouvrent un peu.

      • Je suis tout à fait d’accord avec vous.
        Ce qui est révoltant avec cette clique d’apprenti-sorciers ignares, c’est le sacrifice qu’ils font payer sous forme de suppression d’emplois à ceux-là même qu’ils se targuent de représenter.
        Avouons cependant que la culture managériale française est elle aussi à la traine par rapport à de nombreux autres pays, ce qui bien sur est aggravé en symétrie, par l’ineptitude dramatique des syndicats.

      • Et comme ils ne s’intéressent guère à l’économie, ils n’ont pas de vision de long terme.

      • « que les yeux et les oreilles s’ouvrent un peu » ?
        Vous êtes bien optimiste. Les gens ont la mémoire courte. Et ce ne sera pas Montebourg mais le capitalisme qui sera accusé ! Pour réveiller tout le monde, il faudra quelque chose de massif, une catastrophe bancaire qui tâche ou une faillite à la grecque, pour qu’apparaisse au grand jour que notre modèle social que le monde nous envie n’est fondé que sur de la dette.

        • en attendant, les suisses s’apprêtent à voter massivement contre le salaire minimum. l’argument qui porte le plus, c’est « regardez en france, on ne veut pas devenir comme eux ».
          il n’y a qu’en france qu’on croit qu’on nous envie.

          • Je pense que cet argument va gagner aussi l’Allemagne et le Royaume-Uni, et sans doute quelques autres, dans les prochains mois. Et je ne crois pas qu’accuser le capitalisme fasse grand-chose pour la popularité de nos dirigeants quand les pays en question, plus capitalistes et en meilleure santé que nous, vont s’impatienter.

            Pendant que nous faisions 0%, Allemagne et GB faisaient 0.8. Le trimestre en cours pourrait être sanglant : 2 jours, mais aussi 4 jours fériés et 3 ponts de plus que le précédent. Je vois bien le même écart à nouveau, et encore du +/- 0.1% pour nous. Du coup, la croissance pour 2014 serait ramenée à 0.5% au mieux (les 1% prévus sont d’ores et déjà irréalistes) et là, les autres vont vouloir couper la remorque avant de se faire entraîner par le fond.

            • « les pays en question, plus capitalistes et en meilleure santé que nous, vont s’impatienter. »

              Ils sont sans doute déja impatients, mais que peuvent-ils faire pour forcer la classe politique française à assumer ses responsabilités ? Prendre le risque de casser l’union européenne ou nous infliger des sanctions financières (que l’on refusera de payer).

              En pensant à l’Ukraine, je me dis que les dirigeants n’ont pas compris les conséquences de la libéralisation des marchés et la globalisation de l’économie. Infliger des sanctions ou des embargos pénalise pratiquement autant l’un que l’autre. Les liens économiques ne sont pas d’état à état, mais d’entreprises à entreprises et d’individus à individus. Ce ne sont pas les états qui sont interdépendants mais les entreprises et les individus. En interdisant le commerce, les états ont le même effet catastrophique sur leur propre économie que quand ils tentent de la réguler.

    • « Ils ne partiront pas avant 2017 »

      Un socialiste ne rend jamais le pouvoir, lequel est son obsession patholgique number one, le number two étant l’argent gratuit des autres et le number three étant l’espace vital.

    • Les Français n’aiment peut-être pas spécialement le socialisme, mais ils aiment en tout cas follement l’étatisme! Question de langage 😉

  • li bloque, il bloque, il bloque …

    normal, ce sont des ultra-conservateur, le meilleur moyen de ne pas faire avancer une société, c’est de bloquer :
    mème les syndicats sont des ultraconservateurs : ils préfèrent voire fermer l’usine plutot que d’ y faire des réforme . dans les grosses boites, les primes de licenciement représentent une telle manne, quelles sont une façon de pérenniser l’emploi aprés la mort de l’entreprise … une sorte de momification sociale .

    la france me fait penser à miss havisham , dans le roman de dickens  » de grandes espérances « 

    • Le communisme est fondamentalement réactionnaire, pas conservateur.

      • EXACTE ! C’est tout a fait différent…
        Le conservatisme n’est pas un blocage et plutôt un vision prudente des choses, parfois trop prudente, parfois vital.
        Le conservateur a besoin du progressiste pour avancer comme le progressiste à besoin du conservateur pour ne pas se planter !
        Avec une bonne communication et de la bonne fois ce sont deux visions utiles à une société et à la vie.

        Le réactionnaire, c’est le blocage de tout et la mort de tout. C’est délétère…Tout les idéologies du XXeme ne sont que réactionnaire….La pire étant pour moi, « la rouge » car arrivant a visage masquée, fourbe, se cachant derrière une morale creuse !
        Comme disait les romains : Méfie toi de celui qui veut faire ton bien malgré toi…

        • Le conservateur garde ce qui marche. Le communiste garde ce qui ne marche pas. Le socialiste remplace ce qui marche et ce qui ne marche pas par des trucs qui ne marchent pas.

        • Le comble de l’idéologie réactionnaire est le principe de précaution et l’usage qu’en font les Verts.

      •  » le communisme est fondamentalement réactionnaire  »

        celle la, il faut l’encadrer et la mettre à un endroit ou tous le monde la voient … et la finie la sinistrose, la patrie est sauvée !

    • « les primes de licenciement représentent une telle manne, quelles sont une façon de pérenniser l’emploi aprés la mort de l’entreprise »

      c’est là que tu vois le modèle radicalement différent par rapport aux US…
      Chez FREESCALE, quand il y a eut le plan social avec départ volontaire, les américains sont intervenus.

      Dans les premières réactions il y a eut celle de la prime de départ : ils ne comprennent pas pourquoi on donne de l’argent aux gens pour qu’ils se barrent, et d’éxpliquer que eux, ils font le contraire, ils donnent des welcome price pour remercier le salarié d’avoir choisi FREESCALE pour exercer ses compétences.

      Tu ajoutes à ça le plan de formation / reconversion proposé et c’est bon. Les américains ont vite compris et s’étonnait qu’il n’y ait pas plus d’étude sur la performance de ces plans au delà de 2 ans.

      Il a fallut leur expliquer que c’était normal, après 1 an, 95% de l’emploi est sauvegardé, après 2 ans, on est à 85% mais à 5 ans, c’est bien plus bas, et les « sauvegardés » ont peut etre été obligé de changer 2 ou 3 fois de boulot pour conserver une misère.

      Autre point de découverte : la reconversion aisée. Si avoir envie de tout faire à 20 ans semble facile et accessible, c’est moins vrai à 45 ans quand on a une maison à payer et la responsabilité d’une famille.
      On accepte (on se débarrasse en faite) le salarié qui a un reve et qui va le faire.
      Combien de comptable se sont découvert en grande période de licenciement des âmes de boulangers…
      Seulement quand t’as passer 20 ans le cul derrière un PC à boire du café dans une petite ambiance de moquette et que la tache la plus dure était de mettre une ramette de papier dans le copieur, hé ba le fournil ça pique.

  • Pourquoi personne n’a-t-il fait remarquer à Montebourg, à propos de son coefficient multiplicateur, que s’il divisait par 3 les dépenses de l’Etat, ce seraient 10 euros que le privé investirait pour chacun de ceux qu’il dépenserait ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Saul Zimet.

Les chiffres de la croissance économique pour le premier trimestre de cette année sont tombés, et ils sont lamentables. Dans l'économie très réglementée des États-Unis, nous en sommes venus à nous attendre à des taux de croissance faibles. Mais une croissance négative est particulièrement mauvaise, ne se produisant que dans des conditions économiques terribles. Et pourtant, décroître est précisément ce qu'a fait l'économie américaine au cours des trois premiers mois de 2022.

Selon un communiqué du département du ... Poursuivre la lecture

À partir du moment où l’on admet qu’il existe des « limites à la croissance » comme l’a théorisé le rapport Meadows publié par le Club de Rome en 1972, ou lorsqu’on pense comme Jean-Marc Jancovici que « la planète n’acceptera pas d’avoir 10 milliards d’habitants », dans le droit fil des prédictions apocalyptiques sur l’impossibilité d’obtenir une production alimentaire en phase avec la croissance démographique formulées aux alentours de 1800 par l’économiste britannique Thomas Malthus, on en vient assez rapidement à vouloir imposer un mode de... Poursuivre la lecture

Par Chelsea Follet. Un article de Human Progress

 

Aujourd'hui marque le lancement d'une nouvelle série d'articles par HumanProgress.org intitulée "Les centres du progrès". Où le progrès se produit-il ? L'histoire de la civilisation est à bien des égards l'histoire de la ville. C'est la ville qui a contribué à créer et à définir le monde moderne. Cette chronique bi-hebdomadaire donnera un bref aperçu des centres urbains qui ont été le théâtre de progrès décisifs dans les domaines de la culture, de l'économie, de la politiqu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles