Étude économique de l’Allemagne 2014

Face aux crises récentes, l’économie allemande a fait preuve d’une résilience remarquable.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Étude économique de l’Allemagne 2014

Publié le 15 mai 2014
- A +

OCDE Étude économique Allemagne 2014 coverLe chômage est à son niveau le plus bas depuis la réunification, grâce aux ambitieuses réformes menées au cours de la dernière décennie et au statut de l’Allemagne, dont les actifs financiers sont considérés comme des « valeurs refuges ». Même si la demande intérieure a commencé à contribuer de manière substantielle à la croissance, l’excédent de la balance courante demeure important.

Les banques allemandes ont bien résisté à la crise de la zone euro, mais la faiblesse des taux d’intérêts et leur forte exposition aux produits dérivés constituent pour elles des facteurs de vulnérabilité. Ces risques sont aggravés par le niveau élevé d’endettement des plus grandes banques du pays, et par l’impression persistante que les banques bénéficient de garanties de l’État. L’expansion du crédit a diminué en termes réels ces dernières années, compte tenu de l’atonie de la demande. À certains égards, le gouvernement a pris de l’avance par rapport aux autorités de nombreux autres pays de l’OCDE en termes de réformes destinées à réduire les risques dans le secteur financier. Néanmoins, des mesures supplémentaires visant à rendre les banques plus robustes les inciteraient davantage à tirer parti de la faiblesse des taux d’intérêt pour financer une croissance économique forte et durable. Il conviendrait notamment de réduire le niveau d’endettement, qui est élevé, de mettre en œuvre de manière ambitieuse les dispositions adoptées au niveau de l’Union européenne imposant une réforme de la législation relative à la résolution des défaillances bancaires, et de remédier aux problèmes de gouvernance qui se posent dans le secteur bancaire public.

La contribution du secteur des services à la croissance de la valeur ajoutée en Allemagne a été relativement modeste ces 10 dernières années. Tandis que le secteur manufacturier exportateur est exposé à la concurrence internationale et s’appuie sur des innovations porteuses de gains de productivité et sur l’accumulation de capital humain pour y faire face, le secteur des services est à la traîne du point de vue de la productivité. Le jeu de la concurrence semble souvent entravé par la protection des entreprises en place. Réformer et déréglementer les secteurs de services orientés vers le marché intérieur, notamment certaines industries de réseau, l’artisanat et les services professionnels, permettrait de libérer un potentiel de croissance latent et se révélerait bénéfique pour l’ensemble de l’économie. Cela pourrait également contribuer à renforcer la demande intérieure et à rendre la croissance économique plus équilibrée.

OCDE Étude économique Allemagne 2014 chômageLes inégalités de revenus ne se sont pas accentuées depuis 2004 et sont demeurées moindres que dans la plupart des autres pays de l’OCDE. Néanmoins, le risque de pauvreté pèse de plus en plus sur les salariés ne bénéficiant que d’une protection de l’emploi relativement faible, ou n’ayant qu’un accès limité à l’assurance-chômage, ainsi que sur nombre de salariés à temps partiel et de travailleurs indépendants. La proportion de femmes travaillant à temps partiel est élevée. Les jeunes non diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire ont de médiocres perspectives de revenus sur l’ensemble de leur vie. Par ailleurs, le milieu socioéconomique influe toujours grandement sur les résultats scolaires. Les efforts déployés pour favoriser une croissance économique plus inclusive doivent se poursuivre. Il conviendrait notamment d’améliorer la situation des individus défavorisés sur le marché du travail ainsi que leur mobilité ascendante sur l’échelle des revenus, de renforcer les qualifications des catégories de population ayant les plus bas niveaux de formation ; de revoir le système de prélèvements et de prestations afin d’améliorer les incitations qui en découlent et d’assurer une redistribution efficace et bien ciblée ; et de rendre plus inclusifs les systèmes d’assurance maladie et d’assurance vieillesse.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Réduire le niveau d’endettement » : le stock de dette publique est pour l’essentiel dû à la réunification. Certains estiment ce coût à 2000 milliards d’euros pour 12 à 13 millions d’habitants. Ce montant permet d’entrevoir l’état catastrophique de la population de la RDA au sortir de la période socialiste et le chemin qui a été parcouru depuis qu’ils ont été libérés de leur pays-prison. On imagine sans peine la performance, incroyable vu de France, qu’aurait réalisé la RFA sans la charge de la réunification. On rêve pour la France d’une performance similaire au lendemain de sa libération du socialisme.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

À l’heure où l’Union de la gauche reprend tous les poncifs anti-marché qu’elle a dans sa manche pour améliorer le bien-être social (comme le contrôle des prix, l’augmentation du salaire minimum, etc.), il est temps pour les lecteurs et moi-même de repartir à la découverte de théories d’auteurs abandonnés, inexploités, et pourtant très pertinentes, pour comprendre les problèmes de notre pays.

Nous parlerons donc aujourd’hui de la théorie classique du chômage, et de son plus grand défenseur, l’économiste William Harold Hutt.

Les e... Poursuivre la lecture

Par Delphine Moret.

La crise sanitaire a dopé le paiement électronique, par carte bancaire ou sans contact, comme l’a constaté la Banque centrale européenne (BCE). Les restrictions des déplacements et des interactions physiques ont accéléré le boom du e-commerce et l’utilisation des moyens de paiement digitaux. De plus, la crise du Covid-19 a été marquée par des opérations d’influence d’envergure et une attaque en règle de la réputation du billet de banque, accusé à tort de transmettre le coronavirus. « Un tsunami informationnel » qui ... Poursuivre la lecture

Le taux de chômage baisse enfin en France et les pouvoirs publics ne manquent pas de faire du triomphalisme.

Ainsi Bruno Le Maire interviewé le 18 février dernier par Ouest-France, a évoqué avec la plus grande satisfaction une « grande victoire  française ».

On lit sur le JDN, un site d’information très suivi :

« Du jamais vu depuis 2008 : le taux de chômage a atteint son plus bas niveau à 7,3 % de la population active au premier trimestre 2022 selon l’INSEE, contre 7,4 % au trimestre précédent. Le nombre de chômeurs au s... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles