Exclusif : l’IRM du cerveau de Hollande révélée

cerveau hollande (Crédits H16, tous droits réservés)

En exclusivité, la dernière IRM du cerveau de François Hollande vient d’être publiée, et elle révèle son obsession pour sa réélection en 2017…

Par Nicolas Nilsen.

cerveau hollande

L’IRM du cerveau de Hollande devait évidemment rester confidentielle… Mais des médecins-militaires du Val-de-Grâce se considérant « libérés du secret médical dans l’intérêt de la France » viennent de la publier sur Internet. Elle est édifiante car elle révèle que toutes les mesures prises par Hollande ne sont pas guidées par l’intérêt exclusif du pays mais par une obsession unique et maladive : sa propre réélection en 2017…

Faire monter le Front national

En bon élève de Mitterrand, François Hollande sait que pour être réélu aux prochaines présidentielles il doit impérativement dynamiter la droite qu’on appelle « républicaine » et faire monter le FN d’abord dans les sondages et ensuite dans les urnes.

Il sait très bien que s’il a Sarkozy ou Juppé en face de lui en 2017, il est mort. Mais que si c’est Marine le Pen, il repasse sans difficulté. Et donc ? Et donc il fait tout pour agiter les chiffons rouges qui divisent l’opinion, exaspèrent la droite classique et font monter l’extrême-droite. Hollande est un politicien, mais il n’est pas bête. Le seul problème est qu’il y a une très grande différence entre un petit politicien calculateur et un grand homme d’État !

Une « certaine idée de la France »

  • En 1958, le Général de Gaulle trouve le pays dans un état catastrophique : les caisses sont vides, les finances sont dans le rouge et, pour boucler les fins de mois, les éphémères ministres de la IVe République accomplissent leur voyage rituel à Washington pour faire leur quête humiliante auprès du Trésor américain… Guidé par « une certaine idée de la France », le Général n’a qu’une obsession : redresser le pays. Nouvelle constitution, nouveau Franc, Plan Pinay, Plan Armand-Rueff…, les mesures prises sont fortes et courageuses, elles remettent le pays en ordre de marche et l’ouvrent sur l’extérieur. Elles permettent à la France de reprendre son rang.
  • En 2014, François Hollande nous dit : « Quand je suis arrivé, le pays était au bord du dépôt de bilan » (le 6 mai chez Bourdin). Mais si, comme il le prétend, il a trouvé en arrivant la France aussi mal, pourquoi n’a-t-il pas pris aussitôt les mesures de redressement qui s’imposaient à un pays « au bord du dépôt de bilan » ? Pourquoi a-t-il continué à dépenser massivement, à créer 60.000 postes de fonctionnaires et à endetter le pays pendant deux ans ? Si le pays allait si mal, il fallait d’urgence faire ce que le Général de Gaulle a eu le courage de faire immédiatement et sans tarder : prendre des mesures de redressement de l’économie du pays !

L’obsession maladive de « 2017 »

img contrepoints297 irm hollandeOr à quoi pense Hollande depuis qu’il est arrivé ? À prendre des mesures économiques courageuses ? À rassembler et réunir les Français ? À pacifier la société ? Non ! À s’occuper de politique politicienne et d’idéologie : mariage gay, politique du genre, PMA/GPA, vote des étrangers, proportionnelle, anti-christianisme, répression policière des « veilleurs », obsession mémorielle incessante, clientélisme, lois Taubira pour vider les prisons, matraquage fiscal, étatisme pesant, etc…

Toutes ces mesures ne sont à l’évidence pas celle qu’on prend en priorité quand on trouve un pays « au bord du dépôt de bilan ». Non, elles ont un but politique unique : exaspérer les tensions entre Français, braquer la droite dite républicaine et donc faire prospérer le Front National. Des mesures politiciennes. Logique quand on est un politicien. Mais quand on se prétend « Chef de l’État », ce sont d’autres mesures qu’il faut prendre.

À condition évidemment d’en avoir la stature, et de se faire « une certaine idée de la France »…

—-
Sur le web