Allocations familiales : l’assistance sociale revalorisée

Offrir des bouées sous-gonflées plutôt que d’apprendre à nager, telle semble être la politique sociale du gouvernement…

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Allocations-familiales

Le gouvernement vient d’augmenter deux prestations sociales en faveur des familles dites « les plus modestes »

Deux décrets parus fin avril au JO officialisent des mesures de revalorisation « spécifique » du montant de deux prestations sociales pour les familles nombreuses modestes et les parents isolés:

  • D’une part, le complément familial (168,35 € au 1er avril) est majoré (soit 185,20 euros) pour les familles vivant sous le seuil de pauvreté. (Le plafond de ressources conditionnant l’octroi de cette majoration est inférieur au plafond classique : 10.360 € pour un couple avec un seul revenu d’activité avec 3 enfants à charge, 4.164 € par enfant en plus, pour la France métropolitaine.)
  • D’autre part, l’allocation de soutien familial, versée aux parents isolés, bénéficie d’une majoration exceptionnelle. Les taux servant à son calcul sont relevés, portant le montant de la prestation à 127,33 € à taux plein et à 95,52 € à taux partiel.

Outre les aspects politiquement contestables de ces décisions – est-il logique d’avoir une politique qui incite à la destruction de la famille pour créer des situations économiquement dramatiques qu’on subventionne par la suite ? –, il apparaît que ce gouvernement renforce encore et encore les situations de « dépendance à l’allocation », créant de ce fait des situations de seuils repoussant toujours un petit peu plus loin le moment où l’emploi devient « rentable »…

Vous connaissez tous notre devise : « Les socialistes aiment tellement les pauvres qu’ils les multiplient »


Sur le web.