Limitation des importations chinoises : une protection pour l’économie marocaine ?

Le gouvernement marocain semble réceptif à toutes les voix réclamant une défense commerciale active contre les produits chinois. Doit-il céder à ces sirènes ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Limitation des importations chinoises : une protection pour l’économie marocaine ?

Publié le 9 mai 2014
- A +

Par Hicham El Moussaoui, depuis le Maroc.
Un article de Libre Afrique.

ProtectionnismeSi l’on regarde la situation critique que connaissent certains secteurs de l’économie nationale au bord de l’asphyxie (sidérurgie, bois, textiles, etc.) et la pression qu’ils exercent sur l’exécutif, le niveau du déficit de la balance commerciale (196 milliards DH) qui, quoique en léger recul, reste menaçant pour la stabilité macroéconomique du pays (réserves de change et endettement), le déséquilibre structurel des échanges avec la Chine en défaveur du Maroc (24 milliards DH, soit 12% de l’ensemble du déficit commercial du Maroc), il n’est pas étonnant, qu’en ce temps de disette, le gouvernement soit réceptif à toutes les voix réclamant une limitation des importations via une défense commerciale active, en l’occurrence contre les produits chinois. Mais, en cédant à ces sirènes, va-t-il sauver réellement notre commerce et notre industrie émergente ? Pas si sûr !

Tout d’abord, précisons que le niveau des échanges reste encore faible (7,4% de nos importations et 1,2% de nos exportations), comparativement aux partenaires européens (près de 67%). Néanmoins l’évolution des échanges est remarquable puisque les importations ont cru quantitativement et qualitativement, faisant aujourd’hui de la Chine le troisième fournisseur du Royaume chérifien. Lors de la dernière décennie, elles ont augmenté de 20% en moyenne, et elles ne se limitent plus au thé et aux produits de contrefaçons qu’on retrouve dans les quartiers, mais elles se sont diversifiées. Les groupes chinois sont aujourd’hui parmi les fournisseurs de l’équipement et des technologies des entreprises marocaines. Cela constitue un défi au secteur productif marocain, notamment lorsqu’il s’agit d’importations qui concurrencent directement les produits locaux (textile, chaussures, contreplaqué, ronds à béton, etc.). Un tissu productif qui n’est pas toujours en mesure de soutenir la concurrence étrangère. Normal puisqu’il a été protégé pendant longtemps, l’empêchant ainsi de développer son sens de la rivalité et les armes indispensables pour se défendre sur le marché aujourd’hui mondialisé. Le refus de l’apprentissage de la concurrence montre aujourd’hui ses limites puisque le développement de l’industrie nationale, la croissance et l’emploi sont désormais menacés. Mais, faut-il pour autant s’abriter uniquement derrière la défense commerciale ?

Certes, la défense commerciale est un droit garanti par l’OMC pour lutter contre les pratiques de concurrence déloyale telles que le dumping, la subvention ou encore les importations massives non justifiées. Cela dit, l’exercice de ce droit doit être juste et modéré pour plusieurs raisons.

D’abord, pour que ce droit ne se transforme pas en une rente pour certains lobbies qui, à défaut de se mettre à niveau de la concurrence mondiale, réclament toujours d’être protégés au détriment des consommateurs locaux devant payer leurs inertie et inefficacité. Il n’y a qu’à se rappeler que depuis les années 90, les producteurs marocains avaient un sursis pour se mettre à niveau en prévision de l’entrée en vigueur de la zone de libre échange avec l’UE. Un engagement qui n’a pas été tenu puisque l’on entend toujours les mêmes doléances et les mêmes requêtes de protection qu’il y a deux décennies. Ensuite, le recours injustifié et abusif aux mesures de défense pourrait déclencher des représailles de la part de nos partenaires, ce qui compromettra à terme les intérêts de l’économie nationale, si l’on se place dans la perspective de la conquête du grand marché chinois. À ce titre, l’activation des mesures de défenses commerciales doit être faite en coordination avec les Chinois dans le cadre du mémorandum d’entente signé déjà en 2012. Enfin, un abus de la défense commerciale collera au Maroc l’étiquette d’un pays protectionniste, ce qui écornera son image d’économie ouverte nécessaire pour attirer des investisseurs étrangers, notamment dans la perspective de hub pour l’Afrique.

Pour toutes ces raisons, la limitation des importations par l’usage de la défense commerciale doit être mue uniquement par la lutte contre les pratiques de concurrence déloyale et la lutte contre la contrefaçon. Autrement dit, la défense commerciale est légitime tant que les autres partenaires ne respectent pas l’esprit du libre-échange.

Les mesures de défense commerciale doivent être également circonscrites dans le temps, et surtout elles doivent être mises en œuvre dans un cadre contractuel avec les secteurs concernés : protection contre restructuration. De cette manière la défense commerciale cesse d’être un droit garanti, et devient conditionnelle à la mise à niveau de nos entreprises afin qu’il n’y ait pas de rente ou de détournement de ce droit pour les intérêts particuliers de certains lobbies.

Si la limitation administrative des importations pourrait sembler apporter un bol d’oxygène à l’économie nationale, il ne faut pas céder à la tentation et à la facilité de la protection. La défense commerciale ne peut être considérée comme une stratégie de protection à long terme. Car la meilleure façon de protéger notre tissu productif réside dans le développement de notre compétitivité qui laisse encore à désirer (77ème dans le dernier classement du WEF). Cela passe inéluctablement par l’amélioration de l’environnement des affaires, la baisse de la charge fiscale, la rationalisation des couts des intrants et de la logistique, la chasse à l’excès de réglementations, la lutte contre la corruption et la rente, et la facilitation de l’accès au foncier et au financement.


Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Merci pour toutes ces information, très bonne synthèse de l’état des relations sino-marocaines. Il faut dire non aux solutions faciles et non réfléchies. La question est qu’est ce que les Marocains peuvent donner en échange des produits chinois bon marché ? A part les matières premières sans valeurs ajoutées et les dollars ? On n’est très loin du marché chinois culturellement et géographiquement …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Taiwan
1
Sauvegarder cet article

Par Alexandre Massaux.

Depuis plusieurs mois, la presse étrangère évoque la pénurie de semi-conducteurs et de micropuces. Les mesures liées au covid ont perturbé leur production. Ces nouvelles sont passées relativement inaperçues et n’ont pas soulevé beaucoup de réactions en France. Pourtant, l’enjeu est beaucoup plus important qu’on ne le pense.

Dans notre monde actuel dépendant des appareils informatiques, les semi-conducteurs sont essentiels. Sans eux, nos ordinateurs ne pourraient pas être fabriqués. Ainsi, au début de l’ann... Poursuivre la lecture

L'escale à Taïwan de Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, risque de relancer les tensions entre Washington et Pékin. La rivalité sino-américaine est à son comble, et se traduit partout dans le monde, avec l'Ukraine, comme point focal.

Sur le grand échiquier stratégique visant à conserver leur position dominante dans le monde, les États-Unis doivent rassurer leurs alliés en sortant de l'ambiguité face à leurs concurrents russe et chinois.

 

Un signal fort au camp atlantiste à Taiwan

... Poursuivre la lecture

Contrepoints occident déclin
1
Sauvegarder cet article

En 2016, j’écrivais que « le refrain du déclin en Occident est injustifié » et cet article n’a pas pris une ride. Six ans après, je constate de nombreuses confirmations, malgré la pandémie et la guerre de la Russie à l’Ukraine.

 

2016 : le refrain du déclin occidental est injustifié

Les échecs américains au Moyen-Orient, succédant aux considérations sur le poids de la Chine dans le monde, ont relancé l’idée d’un déclin occidental. À tort, car cette formule cache l’évolution réelle du monde.

Précisons d’abord que l’Oc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles