Pépère Ier franchit le mur du çon

Un autre mur du çon a été franchi, qui lui n’a fait qu’un pschitt perçu seulement par quelques commentateurs en mal de copie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mur des cons (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pépère Ier franchit le mur du çon

Publié le 5 mai 2014
- A +

Le regard de René Le Honzec.

img contrepoints273

Les médias se sont fait l’écho du mach 1 franchit par une patrouille de deux Rafale en interception qui a fait du bruit depuis Bayonne jusqu’en Vendée. Un autre mur du çon a été franchi, qui lui n’a fait qu’un pschitt perçu seulement par quelques commentateurs en mal de copie, c’est celui du célèbre Hollande sur son biplan PS-EELV à moteur Alstom qui a affirmé « sentir le retournement économique ». En dehors des habitudes alcôviques qui ne regardent que lui, selon les définitions de retournement, « bouleversement, changement complet et dans un sens opposé d’une situation » ou encore « figure aérienne complexe qui aboutit à revenir sur sa précédente trajectoire », plus proche des tentatives à la façon du mur du çon, cela peut donc signifier :

  • que le Président va faire l’inverse de ce qu’il a fait jusqu’ici ;
  • que le Président va refaire le trajet déjà parcouru ;
  • que le Président ne sait pas ce qu’il dit.

Les trois hypothèses sont également tentantes, et pas forcément contradictoires. Il est vrai qu’il avait déjà senti le changement de la courbe du chômage. Tous les espoirs des oppositions sont permis. Et tous les désespoirs des Français aussi, ces mêmes citoyens électeurs qui vont certainement confirmer leur nouvelle passion-sondages pour l’agité Valls aux élections européennes. Pépère sent-il là aussi le retournement ? Une fois encore, l’athée indifférent s’en remet à la litanie du psaume « Le socialisme est mon berger, là où il me conduit je ne manquerai de rien. »

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bien d’accord avec vous. Malheureusement, nous devons encore subir cet attardé et sa clique pendant 3 ans. Quand on voit ce qu’ils ont réalisé en 2 ans, on ne peut que s’affoler.

  • « Si la dépense publique créait des emplois, il y a bien longtemps que nous aurions le taux de chômage en France le plus bas d’Europe »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand les temps sont moroses, quand les perspectives semblent sombres, rien de tel qu’un peu de distraction sans prétention pour se changer les idées et rire un peu. En France, alors que les prix de l’énergie s’envolent et que la guerre en Ukraine nous désole, nous réalisons une fois de plus avec effroi que nous n’avons pas de pétrole et beaucoup trop d’impôts. Mais par chance, nous avons François Hollande pour nous dérider !

Ancien Président et héros improbable de virées amoureuses en scooter, il rêvait de rendosser l’habit de Capitai... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par Jean-Philippe Feldman. Un article de l'IREF Europe.

Les supputations sont allées bon train après que François Hollande a récemment déclaré qu’« un ancien Président peut très bien être candidat à l’élection présidentielle ». Pourtant, la question essentielle n’a pas été posée : comment François Hollande peut-il encore exister en politique ?

L’exception française

Les commentateurs n’ont pas manqué de railler les ambitions présidentielles toujours vertes de l’ancien chef de l’État. On peut comprendre humainement que François Ho... Poursuivre la lecture

Suspense intenable ! François Hollande va-t-il bientôt nous annoncer sa candidature présidentielle ? Des propos habilement équivoques tenus récemment par l'ancien chef de l'État devant des lycéens relancent la machine à spéculation politico-médiatique : "pour l'instant", il n'est pas candidat. Mais comme "ça ne va pas bien" - sous-entendu, à gauche, vous l'aurez immédiatement compris - forcément, il s'interroge :

"Est-ce qu'une candidature de plus serait utile ? Je ne sais pas. Je ne le pense pas, d'ailleurs. J'ai les mêmes idées qu'av... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles