Agression lilloise : doit-on vraiment compter sur la collectivité ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Métro Lillois (Crédits michallon, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Agression lilloise : doit-on vraiment compter sur la collectivité ?

Publié le 29 avril 2014
- A +

Mercredi dernier, dans le métro lillois, une jeune femme se fait tripoter par un ivrogne. Appelant à l’aide les passagers de la rame, elle doit cependant subir l’individu alcoolisé sans que personne n’intervienne. Ce n’est qu’une fois hors du métro, au milieu de la circulation urbaine, qu’un automobiliste lui viendra en aide. Magie des réseaux sociaux couplés à une presse en désuétude trop heureuse de faire du drame social pour occuper ses colonnes, ce fait divers malheureusement banal a rapidement enflé pour finir par faire de gros titres dans la presse nationale.

En substance, l’affaire racontée par les journaux nationaux est brossée à gros traits : la jeune femme a été agressée sexuellement, a subi les attouchements d’un jeune homme en état d’ébriété, le tout sous le regard indifférent (ou torve et concupiscent, allez savoir) de nombreux passagers du métro qui se sont honteusement abstenus d’intervenir. Ceci n’a pas empêché la justice de passer puisque l’agresseur a finalement été rattrapé, est passé en comparution immédiate et s’est pris dix-huit mois de prison ferme assorti d’une interdiction du territoire de deux ans (le fait qu’il était, comme on dit de nos jours, « défavorablement connu » des forces de police a dû jouer quelque peu).

Mais voilà : tout ceci soulève plein de questions, dont une de société qui aura été posée par le procureur de la République de Lille, Frédéric Fèvre, et qui en a profité pour ouvrir une enquête préliminaire pour « non-assistance à personne en danger » : comment la société égalitaire, solidaire, citoyenne, multiculturelle, festive et éco-consciente dans laquelle nous vivons tous, et pour laquelle nous payons tant d’impôts afin que ça se passe bien, comment peut-elle dériver pour aboutir à cette hideuse indifférence de nos concitoyens devant les malheurs d’une femme agressée ?

indifference

La question posée, l’enquête débute donc. Il ne s’agit plus de châtier l’impétrant (c’est fait, n’y revenons plus), ni même d’en expliquer le comportement : tout le monde sait que c’est la société qui est au moins en partie responsable de la dérive de ce pauvre homme, que ce sont les conditions d’emploi difficiles, le turbo-capitalisme des patrons mangeurs d’enfants communistes et l’ultra-libéralisme doublé d’un individualisme double-couche molletonné de tous les individus qui traînaient par là qui ont produit ce résultat navrant, pas de doute. Non, ici, il s’agit de retrouver ceux qui n’ont rien fait et de les punir aussi un peu, parce que franchement, dans une société normale (égalitaire, solidaire, citoyenne, multiculturelle, festive, éco-consciente et aux bisous nappés de caramel) il est inconcevable qu’on laisse ceci se produire. Et puis ça tombe bien, c’est puni par la loi, d’abord.

Il faut bien ça. Le procureur de la République à Lille est d’ailleurs tout tourneboulé de l’intérieur et a bien rappelé le fond du problème :

En tant que représentant du ministère public, je suis inquiet de ce visage d’une société où on est capable de prendre une autre rame en laissant seule une femme face à son agresseur. Il est là, l’effroi aujourd’hui, se dire que dans notre société, on ne pourra pas compter sur la collectivité.

Pansements "Hello Kitty"Voilà : c’est horrible de savoir qu’on ne peut plus compter sur la collectivité ! La collectivité, c’est l’alpha et l’oméga de la sécurité. C’est la béquille quand on boite, le coussin quand on doit mettre un genou à terre, le sparadrap Hello Kitty quand on est amputé. Et la collectivité qui n’agit pas, ce serait comme l’État qui n’apporterait pas de solution. Ce serait comme un service des urgences débordé qui laisserait mourir des gens faute de soin. Ce serait comme des gouvernants qui s’occuperaient plus d’air pur et de vélos que de chômage et d’entreprises. Ce serait insupportable. Il faut donc punir les individus individualistes.

Sauf qu’à première vue, cela ne va pas être totalement du gâteau de retrouver et mettre en examen les méchants égoïstes/individualistes indifférents au sort des donzelles en détresse. Et puis, on ne peut pas s’empêcher de se dire que cette recherche des coupables, de tous les coupables, ce pointage minutieux des défaillances cache un peu trop la nécessaire réflexion sur ce qui s’est produit.

Par exemple, on pourrait noter qu’à part la médiatisation très exagérée de ce fait divers, cette affaire est d’une triste banalité et n’est finalement qu’un nouvel exemple parfaitement ordinaire de ce qui se passe, régulièrement, en France. D’ailleurs, selon les propres paroles de la personne agressée,

J’espère que ça n’arrivera pas à une autre fille. Arrivé une certaine heure, mieux vaut ne pas prendre le métro. Il y a des gens qui boivent, qui fument, qui sont désagréables.

Apparemment, c’est donc quelque chose d’assez banal, à Lille, d’avoir des gens qui boivent, qui fument, et qui sont désagréables (on supposera ici qu’il s’agit en réalité de gens qui boivent plus que de raison, qui fument là où c’est interdit et des substances a priori pas autorisées, et qui sont plus désagréables que la faune habituelle de voyageurs en transport en commun). C’est d’ailleurs tellement banal qu’il y a quelques semaines, un groupe de militants du Groupe Identitaire avait organisé des « patrouilles sécuritaires » dans ce même métro, au grand dam de tout ce qui compte parmi les associations conscientisées, dénonçant l’apparition de milices (apparemment, le collectif, dans ce cas-là, ce n’est pas bien).

Eh oui : on est fort prompt à dénoncer l’absence de réaction des individus devant l’agression en cours, mais on oublie qu’apparemment, ce genre de faits divers est suffisamment courant pour que justement, plus personne ne s’en émeuve. Peut-être le problème réside-t-il en partie là, et il faut ensuite se poser la question : ces agressions ont-elles lieu parce que les gens ne réagissent plus, ou les gens ne réagissent plus, blasés, parce que ces agressions ont lieu régulièrement ?

Et là, la réponse est gênante quel que soit le cas.

Si les individus ne réagissent plus parce qu’il y a trop d’agressions, peut-être est-ce le signe clair d’un problème fondamental de sécurité. Peut-être est-ce la démonstration que la société, voulue si bisou, ne l’est plus depuis suffisamment longtemps pour que personne ne s’émeuve plus qu’une femme se fasse peloter lourdement par un poivrot agressif. Peut-être cette société est-elle devenue suffisamment violente pour que chaque individu fasse un calcul, sordide, d’importance de l’agression, et que celle-ci se soit classée bien trop bas dans le niveau de danger pour justifier une action… En tout cas, le collectif appelé de ses vœux par le naïf procureur, ici, est clairement en faute de n’avoir su endiguer cette insécurité galopante. Au fait, quelle entité collective est en charge, justement, d’assurer la sécurité ? La foule ? Les individus qui voyagent dans le métro ? Ou l’État par sa police ?

Au contraire, si les agressions ont lieu parce que les individus ne réagissent plus, peut-être est-ce parce que chacun d’entre eux sait qu’intervenir peut lui coûter fort cher. On ne compte plus, dans la presse, les cas où le bon samaritain, venant à la rescousse, se retrouve à son tour troué. D’ailleurs, Laurence Rossignol, sénatrice PS, avait fait l’expérience de cette « indifférence », et s’était étonnée que personne ne soit venu à sa rescousse ; mais voilà, lorsqu’à l’inverse de Laurence, on est défavorablement inconnu des services de police, on évite d’intervenir et de passer ensuite de longues heures au commissariat du coin à expliquer ce qui s’est passé, ou aux urgences à tenter de survivre. Sans compter qu’ensuite, l’agresseur, devenu agressé, peut aussi se retrouver à réclamer des dommages et intérêts. Et les obtenir.

laurence rossignol

Alors oui, comme le dit le gentil procureur, c’est fort désolant et très très mal de n’avoir pas observé de réaction. C’est bien triste que la société dans laquelle nous vivons aujourd’hui autorise ce genre d’inaction. Mais voilà, monsieur le procureur : tout ceci n’indique pas franchement un problème au niveau des individus qui sont très rationnels, finalement, et qui ne réagissent pas parce que c’est devenu trop banal ou trop dangereux. Cela montre plutôt que vous et les juges, les politiciens et tout l’appareil d’État, avez parfaitement réussi à faire pénétrer le message important que seul l’État peut intervenir sur ce genre de problèmes.

Vous et tout l’appareil d’État avez persuadé tout le monde efficacement que la défense concrète du citoyen ne passait que par l’État. Et maintenant, vous vous plaignez que, l’État n’assumant pas les missions qu’il s’est lui-même arrogées, les citoyens soient les bras ballants ? À force de collectivisme, vous avez durablement désarmé les individus, physiquement d’abord, puis psychologiquement, en leur ôtant toute possibilité, puis toute envie, de défendre leur prochain. Et maintenant, devant l’échec lamentable de la collectivisation de la force, vous vous plaignez et vous versez des petites larmes ?

Allons. Un peu de cohérence, que diable !

—-
Sur le web

Voir les commentaires (76)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (76)
  • « Ces agressions ont-elles lieu parce que les gens ne réagissent plus, ou les gens ne réagissent plus, blasés, parce que ces agressions ont lieu régulièrement ? »

    Il s’agit d’un phénomène parfaitement connu en psychologie sociale : le syndrome Kitty Genovese, également appelé l’Effet Témoin (rien à voir, donc, avec un « sparadrap Hello Kitty ») et qui tire son nom d’un fait divers survenu à New York dans les années 60.

    • Il faut préciser que Kitty Genovese avait été assassinée au vu de tout le monde dans la cour d’un immeuble J’habitais les Etats-Unis à l’époque.

      • Par la suite, il a été prouvé que cette affaire avait été montée en épingle, et que les « témoins »… n’avaient été témoins d’à peu près rien.

  • Très bon article.A première cela paraît insensible, limite insultant envers la victime si on pousse le bouchon, mais c’est vrai : pourquoi intervenir si c’est pour finir au commissariat et se taper une éventuelle plainte par l’agresseur ou finir par mourir ou handicapé à vie ? La société a tout fait pour décourager l’initiative et l’héroïsme, alors qu’aux USA on voit régulièrement des actes d’héroïsme car ces gens savent qu’ils peuvent se défendre et qu’on ne les punira pas pour ça.

    • Sans compter que comme l’écrit H16 (une interdiction du territoire de deux ans), il y a de grandes chances que tu te fasses condamner pour racisme agavé.

      • On se demande d’ailleurs pourquoi ce type d’individu n’est pas interdit de territoire définitivement ?

        • Si vous les virez tous, les proxénètes de la culture de l’excuse n’auront plus rien à se mettre sous la dent pour justifier de leur existence.

      • « Racisme aggravé » comme potentiel motif d’inculpation, c’est nouveau ?
        Jamais entendu parlé. Ni les avocats, d’ailleurs.

    • Un soir, il y a déjà pas mal d’années, lors de festivités municipales, pareil : je vois une jeune fille se faire agresser par un mec bourré.
      Ni une ni deux, je fonce sur le mec pour le séparer. S’ensuit une petite baston, mais le gaillard n’était pas bien baraqué et ne tenait pas trop droit sur ses jambes. Résultat des courses, il m’a quand même pété le petit doigt gauche. Aujourd’hui encore j’ai du mal à plier mon doigt mais pas bien grave, il ne sert que pour me curer l’oreille (gauche !).
      La fille s’est enfuie pendant la baston, je l’ai jamais revue.
      Mais je suis prêt à risquer un autre petit doigt si l’occasion se représente…

    • Probablement car la victime était également maghrébine.
      Dans ces cas-là, il est compréhensible de penser : laissons-les se débrouiller entre co-religionnaires.

      • J’avais déjà remarqué que certains était obsédé par l’origine des agresseurs, je me rends compte désormais qu’ils sont tout autant obsédé par l’origine des victimes : on touche vraiment le fond.

      • Et oui, la gauche, à force de nous dire que tous ces gens sont ses potes et qu’on ne doit pas y toucher et bien on n’y touche pas.

  • On nous interdit déjà la légitime défense, on ne voit pas, en effet, pourquoi on irait défendre les autres. Imaginons un instant que la réponse à l’agression de cette femme n’ait pas été proportionnée à ladite agression, qu’aurait risqué le malheureux ? Se retrouver au poste pour coups et blessures ?

  • La première non assistance aux personnes en danger est le fait des flics qui pantouflent dans les commissariats au lieu d’être sur le terrain.

    • J’ai une fois dans ma vie eu l’audace de signaler une agression à un flic.

      Il m’a engueulé parce que je le mettais en danger en lui parlant alors qu’il était sur une avenue.

      Sans rire.

    • Z’êtes dur avec les flics Homo-Orcus, des fois ils sortent pour se cacher et mettre des PV aux automobilistes ou font des controls aléatoires genre Stasi…

  • « Mercredi dernier, dans le métro lillois, une jeune femme se fait tripoter par un ivrogne… suédois »

  • « Il faut donc punir les individus individualistes. » On doit noter que les individus individualistes concernés ont décidé collectivement de ne pas intervenir, d’être collectivement indifférents à la détresse de la victime, respectant par réflexe l’esprit sinon la lettre de l’environnement juridique qui sanctionne lourdement les derniers inconscients qui osent encore s’interposer. Et voilà maintenant, oh quelle surprise, qu’un des membres éminents de la caste collectiviste, ici un procureur, nous réclame avec force de l’individualisme, pour ne pas dire ce gros mot qu’est devenue la légitime défense ? Cette bonne blague !

    Rassurez-vous, cette incohérence n’est qu’apparente ! Tout ce qui compte pour la caste des clowns totalitaires est de sanctionner un maximum de Français innocents, sur la route, dans le métro, dans leurs activités économiques, dans leur vie sociale, dans les moindres recoins de leur vie jusqu’à la mort. Sanctionner à tout prix pour bien montrer qui contrôle la vie, qui possède le pouvoir, tout le pouvoir, sans aucune limite. Peu importe pourquoi on sanctionne les Français tant qu’on les sanctionne ! Tous coupables, par principe ! La guerre civile de l’Etat obèse socialiste, menée avec rage contre la France et les Français, se poursuit sans relâche.

  • Un autre point sidère d’avantage, l’absence totale de réactivité de la « victime » !!!

    Voila une femme dans la force de l’age, vaguement effleurée par un type bitu, qui ne lui fera d’ailleurs aucun mal. La scène dure près d’une demi-heure, dans le transport, puis sur le quai.

    Questions :
    – pourquoi ne hurle-t-elle pas ?
    -pourquoi ne tire-t-elle pas la sonnette d’alarme ?
    – pourquoi n’utilise-t-elle pas son coude pur l’estomac du type, son genou un peu plus bas, et sa chaussure en direction di tibia ?

    Expérience vécue à deux reprises, ces agresseurs sont des lâches, et se débinent à la moindre résistance.

    Plus de cours de self défense, ce serait une belle économie de policiers et de Justice.

    • Et surtout, pourquoi n’est-elle pas descendue de la rame au bout de quelques minutes au lieu de se laisser enquiquiner pendant 1/2 heures ?

      • Alors pour cette question, les transports étant ce qu’ils sont, quand on en a un, on ne le laisse pas. C’est le risque de devoir rentrer à pied… Et de s’exposer à une faune encore pire que le mec bourré dans un espace public.

  • C’est fou des histoires pareil, pour avoir fréquenté le métro lillois à heure avancée de la nuit, j’avais été surprise et me sentais pas à l’aise, des propos vulgaires, agressifs, alcoolisme… bref rien de bien méchant mais pas rassurant. Et hier dans le métro parisien, un jeune homme a tenté une approche de la main, personne n’est venu à mon secours, j’avais pourtant l’air très en détresse!

    • 40 ans de castration du mâle blanc.

      Remerciez le progressisme (le passé conservateur et catholique de l’Europe doit être effacé), le féminisme ultra (l’homme est un macho et doit devenir aussi sensible qu’une femme), et l’antiracisme d’état (l’européen est intrinsèquement raciste et sur simple soupçon, ses pulsions doivent être jugulées, poursuivies, anéanties).

      Ceux qui osent intervenir sont lynchés par les médias, utilisés par les politiques, et condamnés par la justice.

  • L’agresseur étant armé d’un tesson de bouteille, n’importe quelle personne à peu près intelligente aurait neutralisé l’agresseur en le prenant de dos plutôt que de se mettre entre lui et la victime.
    Seulement je vous laisse imaginer la merde dans laquelle vous allez vous retrouver si vous blessez un agresseur en l’attaquant de dos. Les exemples récents des bijoutiers agressés ont marqué l’esprit des français.

    • Ou si tu te prends un coups de tesson …

      Tu serais pret à te prendre un coups de tesson, sachant que l’agression finira probablement quand la fille quittera la rame. Donc sans doute elle aura vécu une expérience traumatisante, ce qui est moche mais toujours mieux que ça dégénère avec un objet contondant.

      Y a un moyen simple de rétablir l’équilibre entre les tarés prêts à agresser, et les gens « normaux » qui n’ont pas envie de passer leur vie à se préparer pour une éventuelle aggression, ça s’appelle les armes. Dommage en France elles sont réglementées et/ou interdites.

      Une personne dans la rame sortait une arme à feu et l’agression terminait immédiatement. Sans violence, sans risques. Mais en France évidemment tu fais ça tu es condamné.

      • Le fait est qu’aujourd’hui ce sont les criminels qui ont des armes à feu, pas les gens honnêtes.

      • Mais c’est incroyable ça, 2 postes sur la Crimée déjà, sur un sujet qui n’a rien à voir, ce genre d’obsession est malsain, faut vous faire soigner là o_o

  • Les missions qu’il s’est lui-même arrogées.

  • Oui c’est comme l’élue PS ou vert qui s’était fait voler son argent au distributeur, et qui se plaignait que personne n’était intervenu … C’est comique de voir ces abrutis qui ont passé toutes les lois possibles pour empécher le citoyen lamba de se défendre être confrontés aux conséquences.

  • Il y a des solutions toutes simples pour ce type de problème :

    Mettre des peines plancher dissuasives en matière d’agression sexuelle et donc criminaliser ce qui n’est qu’un délit. 20 ans de prison ça fera réflichir plus que 2.

    Faire passer une loi reconnaissant aux femmes la présomption de légitime défense.

    Faciliter le port d’armes pr les femmes.

    Rendre obligatoire traitement medical à vie pour les agresseurs sexuels (les pervers restent des pervers dc castration chimique).

    Après que certains découvrent que les transport publics st des lieux dangereux pour les femmes et que la violence contre les femmes et tellement banalisée et encouragée que les mec n’interviennent pas …. Rien de nouveau.. Ça fait 10 000 ans au moins.

    • « Mettre des peines plancher dissuasives » : Les tarés de ce genre ne connaissent pas les lois. Qui plus est mettre 20 ans de prison pour une aggression sexuelle est illogique. Combien pour un viol ? 40 ans ? Mais c’est vrai que c’est difficile de faire une équivalence années de prison / . Et quel coût pour la société.

      « Faire passer une loi reconnaissant aux femmes » : pourquoi les femmes ? les hommes non ? Il n’y a pas besoin de nouvelle loi, il faut juste appliquer correctement le droit à l’auto défense (à l’opposé de différents cas de ces dernières années)

      « Faciliter le port d’armes pr les femmes » : idem, pourquoi que les femmes?

      Des solutions simples évidemment il y en a, mais elles ne plaisent pas :
      – la suppression de toutes les lois et réglementation limitant la possession d’armes et leur usage en auto défense,
      – l’arrêt du message anti auto défense relayé à tous les niveaux de la société (dont la justice),
      – revoir les peines non plus en années de prison mais plus en adéquation avec les crime commis. ex travail forcé etc.

    • Il faut quand même savoir que techniquement une main aux fesses voir même un baiser volé c’est déjà une « agression sexuelle » : vu la diversité de comportements couverte par cette infraction une peine plancher serait totalement inadapté (les peines automatiques sont un mal en soi, mais appliqué aux infractions sexuelles c’est particulièrement inapproprié).

      • Très vrai. Autant le viol est bien délimité et clair pour tout le monde (« pénétration sexuelle »), autant la phrase « Constitue une agression sexuelle toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise.  » laisse un champs sans limite à la jurisprudence.

    • Quand je lis : « Il y a des solutions toutes simples pour… » venant de certaines personnes, mon détecteur de conneries crépite à tout berzingue…

      Hé voilà, dans sa guerre chaude contre le genre mâle, Adèle a trouvé la soluce : il faut jeter les mecs dans des oubliettes infestés de tarentules et au sol jonché de tessons de bouteilles… Et ressortir les instruments moyenâgeux tranchants et broyants, bien sûr.

      Va zy Adèle, raconte nous ce qu’il t’est arrivé personnellement pour que tu en arrives là ?

  •  » une jeune femme se fait tripoter par un ivrogne » … NON. Une Arabe se fait tripoter par un Arabe, voilà les faits. Qui va risquer s’interposer alors qu’il peut recevoir un coup de couteau? ou subir des représailles par le grand frère ou par les membres de la famille arabe… Vous ne regardez pas la réalité en fac.

    • On s’en fiche qu’ils soient arabes, avec mon look de collège girl année 60 américaine j’ai pris la défense d’un jeune arabe dans le bus sur qui le chauffeur vociférait alors qu’il avait demandé « s’il vous plait la porte », ce soir… Ça et le blanc catho homophobe de fucius…

  • Si on voit des types armés arrêter des automobilistes dans la rue pour leur piquer de l’argent, est-ce qu’on doit intervenir ?

    Et si on est soi-même agressé de la sorte peut-on se défendre (violamment si les types sont armés) ?

    • « Si on voit des types armés arrêter des automobilistes dans la rue pour leur piquer de l’argent, est-ce qu’on doit intervenir ? »
      Sûrement pas si votre vie est en jeu, par contre vous avez le devoir d’avertir police ou gendarmerie.

      « Et si on est soi-même agressé de la sorte peut-on se défendre (violamment si les types sont armés) ? »
      Là non plus si vous n’êtes pas capable de vous défendre en neutralisant vos adversaires ; vous n’avez pas d’autre choix que de laisser faire en gardant votre calme.

      Comme vous voyez, Pragma, je tiens à vous voir rester en bonne santé 🙂

      • « Si on voit des types armés arrêter des automobilistes dans la rue pour leur piquer de l’argent, est-ce qu’on doit intervenir ? »
        Sûrement pas si votre vie est en jeu, par contre vous avez le devoir d’avertir police ou gendarmerie. »

        Bravo, mais si c’est la police qui vous arrête dans la rue?

        • Je ne saisis pas trop le sens de votre intervention…

          Si c’est la police qui vous arrête dans la rue vous feriez quoi, vous?

          • Je crois qu’il veut dire que quand on voit des « types armés » arrêter les gens dans la rue pour leur piquer leur argent c’est le plus souvent des flicsou des gendarmes.

  • Vous qui vous réclamez de la « liberté », vous avez supprimé tous les commentaires que j’avais écrit.

  • Quels spams? D’accord, j’ai envoyé 5 liens à la suite mais il n’y avait aucune intention malveillante de ma part.

    • Bah oui quoi c’est vrai, on peut spammer en étant gentil tout de même ! Essaye un pansement Hello Kitty pour ton égo. 😉

  • De toute façon, le honnête citoyen est foutu quoi qu’il fasse.
    – S’il n’intervient pas comme ici, on l’accuse de non assistance à personne en danger.
    – S’il intervient et met l’agresseur hors de nuire, ce dernier portera plainte pour coups et blessures et…Gagnera son procès. Si par hasard il ne la ramène pas alors c’est la justice qui s’en chargera pour « réaction disproportionnée » car le bon samaritain cherchera naturellement à recevoir le minimum de coups par tous les moyens à sa disposition, sauf que ce n’est pas naturel chez les magistrats.
    – Il appelle la police et là c’est le point Godwin assuré. Il devient un collabo en puissance dont le comportement rappelle les heures les plus sombres de l’histoire.

    Maintenant, que faisaient les gars censés scruter les caméras de vidéosurveillance pendant une demi-heure? ils jouaient à la belote ou à Candy Crush?

    • Tout à fait !
      Le mieux c’est d’éviter les coins et heures où ce genre d’agression a des chances de se produire, autant que possible.ça diminue les risques.

  • Simple vous n’avez pas le droit de faire justice vous-même. C’est l’Etat fautif de cette situation. Il y a des caméras partout et pourquoi donc aucun policer n’a vu l’agression ? Pourtant pour verbaliser les stationnements ils font du grand zèle !

  • Il fut un temps où un homme se fût senti investi du devoir de protéger une faible femme.
    Mais notre époque est celle des Femen, et les hommes rasent les murs.
    Un inconscient s’interposerait-il qu’il ne s’attirerait que des ennuis auprès d’un système de justice qui vous juge coupable selon une analyse sociale marxiste.
    Le harasseur appartient visiblement à une classe défavorisée et pas vous, donc il est d’emblée votre victime.
    Pour peu qu’il appartienne à une minorité, votre compte est bon.
    Au moins, en l’espèce, le risque est-il limité par le fait que l’agresseur est très probablement hétérosexuel: Par les temps qui courent, quand un juge peut se faire un présumé homophobe blanc, il ne prend pas de gants.
    Pour peu que l’imprudent soit catho sur les bords, c’est tout de suite deux mois fermes – un peine que la délinquance vous obtiendra difficilement…

    • C’est amusant comme votre commentaire transpire la frustration… 😉

      • Frustration légitime car décrivant une triste réalité : sans usage de brutalité, vous ne pouvez stopper un fauteur de trouble, et c’est l’usage de cette même brutalité qui servira de chef d’accusation pour dire qu’en France « on ne doit pas faire justice soi-même »; car l’état et la justice ont confisqué le droit à lé légitime défense et à la défense d’autrui.

        • Est-ce que vous auriez des décisions de justice allant en ce sens ?

          Quelque chose au sujet de ce qui est traité dans cet article, à savoir une intervention pour empêcher une agression. Quelqu’un qui aurait été condamné pour avoir empêché une agression ou un délit contre une personne.

          J’aimerais donner un peu de poids à ce type d’affirmation, mais sans sources, c’est difficile.

          PS : Je peux comprendre que l’on considère que tirer dans le dos d’un malfaiteur qui s’enfuit soit de la légitime défense, mais ce n’est pas trop le sujet du fait divers de cet article. Je dis cela afin que nous nous comprenions.

          • Non, « tirer dans le dos d’un malfaiteur qui s’enfuit » n’est PAS de la légitime défense.

            Par ailleurs, il n’y a pas qu’en France qu’il soit interdit « de faire justice soi-même », loin de là.

            C’est fou ce que l’on peut lire comme bêtises parfois.

            • « n’est PAS de la légitime défense »

              Selon quelle définition?

              Le malfaiteur ne « s’enfuit » pas, il sort. Il a encore une arme. Il représente encore un danger pour n’importe qui sur sa route. Il peut encore se retourner.

              Celui qui lui tire dans le dos utilise le petit avantage temporaire qu’il a CONTRE SON AGRESSEUR. Si l’agresseur n’est pas content, il n’avait qu’à pas commencer.

              Ce ne serait pas de la légitime défense seulement si l’agresseur (tous les agresseurs s’ils sont plusieurs) était désarmé (pas l’arme tombée là où il peut encore l’attraper) et les mains attachées.

              C’est évidemment de la légitime défense. Je ne comprends pas comment on est arrivé au point où des tapioles juridistes font la loi ici. Enfin si, je comprends.

              Il faut être littéralement inhumain pour reprocher à celui qui s’est défendu de l’avoir fait. Il faut être une vipère, un sous-homme, un juristoïde.

          • @ simple-touriste

            Selon quelle définition?

            La définition juridique que vous pouvez par exemple consulter ici http://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gitime_d%C3%A9fense ou bien là http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?idArticle=LEGIARTI000006417218&cidTexte=LEGITEXT000006070719

            Libre à vous d’ignorer cette définition, ne venez pas vous plaindre après si vous avez des ennuis avec la justice parce que « vous aurez tiré dans le dos de votre agresseur »

            Je ne porte pas de jugement, je dis simplement ce que dit la loi, vous êtes grand et vous faites comme vous voulez après tout, ce n’est pas mon problème.

            • La définition du bon sens, évidemment.

              Qu’est-ce qui dans la Loi contredit ce que j’ai écrit?

              Mais la Loi est interprétée par des juges, qui bien souvent sont idiots et idéologisés. Ils ont de la sympathie pour les crapules, et méconnaissent la réalité sauf quand elle arrive dans le Tribunal parce que les crapules n’ont plus peur des juges. Alors les juges s’expriment dans les merdias pour dire que c’est un scândâle. Sauf que cette situation c’est eux qui l’ont créée…

            • Mano: « ne venez pas vous plaindre après si vous avez des ennuis avec la justice parce que « vous aurez tiré dans le dos de votre agresseur » »

              En réalité les humains quand on les attaques pour la 3eme ou 4eme fois et qu’on met en danger leurs vie (pour de vrai) en leur braquant des flingues sous le nez (et en les insultant probablement) ne sont pas connu pour se poser beaucoup de questions ni réfléchir froidement si les « moyens sont bien proportionnés » parce que c’est insoutenable et inhumain de subir ce genre de choses.

            • @ simple-touriste et Ilmryn

              Comme j’ai dit je ne porte pas de jugement (ce que vous faites et c’est votre problème) je me contente de rappeler ce que dit la loi.

              Pour votre information (mais je suppose que vous n’allez même pas en faire grand cas) voici un excellent billet de Maitre Eolas http://www.maitre-eolas.fr/post/2013/09/15/L-affaire-du-bijoutier-de-Nice

              Pensez ce que vous voulez de la justice et des magistrats ( l’outrance est quelque chose de bien partagé sur ce blog) mais finalement, comme disait Talleyrand : tout ce qui est excessif est insignifiant.

            • L’existence du Syndicat de la magistrature n’a rien d’insignifiant.

              Je ne vais pas lire du blabla juridique sans intérêt. L’affaire est entendue pour les personnes de bon sens, qui malheureusement sont très rarement des juristes. Il faut être fou ou juriste pour discutailler des heures d’un évènement qui s’est produit en une fraction de seconde.

              En version courte : vous êtes un cuistre et un bouffon, comme beaucoup de juristoïdes.

            • @simple-touriste

              « L’affaire est entendue pour les personnes de bon sens »

              Voici ce qu’en dit justement Eolas « …ce fameux “bon sens” que je hais tant car il est le contraire de la réflexion, il est le préjugé étayé par les idées reçues… »

              Mais bien évidemment, comme je l’avais prédit, vous vous défaussez avec « Je ne vais pas lire du blabla juridique sans intérêt », preuve de votre bonne foi et de votre capacité à éclairer les foules.

              Vous portez bien votre nom, simple touriste, cela vous va comme un gant.

            • Mano « tout ce qui est excessif est insignifiant. »

              Vous avez parfaitement raison: exiger un sans froid de commando d’un civil qui s’est fait braquer, insulter et menacer avec arme plusieurs fois est parfaitement excessif et inhumain.

              Mais je ne porte aucun jugement sur votre manque d’humanité.

            • « tout ce qui est excessif est insignifiant » s’appliquait aux commentaires du blog, mais comme vous ne savez pas lire (ou feignez de ne pas avoir compris) vous faites une diversion sur le cas de ce malheureux bijoutier qui vous sert finalement d’alibi facile.

              J’imagine que vous non plus n’avez pas pris la peine de lire l’article d’Eolas, si c’était le cas de ne parleriez pas de manque d’humanité, mais il est vrai que le droit c’est parfois fastidieux, surtout quand ça demande de réfléchir un peu.

            • « comme je l’avais prédit »

              comme je l’avais prédit vous êtes un crétin. S’il faut « réfléchir » pour savoir ce qu’un type menacé a été obligé de décider en une fraction de seconde aurait du faire, alors c’est de la merde.

              Il faut être un intellectuel de haut vol pour dire des choses aussi stupides que vous et vos semblables.

              Le bon a raison et vous avez tort.

            • Mano: « J’imagine que vous non plus n’avez pas pris la peine de lire l’article d’Eolas, si c’était le cas de ne parleriez pas de manque d’humanité »

              C’est après l’avoir lu qu’il m’est apparu que ça reflétais un total manque d’humanité. (souvent propre aux magistrats d’ailleurs, a force d’être confronté à la misère humaine on blinde l’empathie ou on fini cinglé)
              C’est une analyse clinique du cas à l’aulne des textes de lois qui fait totalement l’impasse sur ce que peut être la détresse psychologique, la rage, la dépression d’un type qui se fait braquer à répétition dans l’indifférence complète de ceux qui sont censés le protéger.

              Encore une fois je ne porte aucun jugement sur ton absence totale d’empathie.

  • 3% du budget pour la sécurité, 0,30% dévolu à la justice, 100’000 peines non effectuée (typiquement les agressions « légères » qui n’en sont pas pour les victimes). Le risque de blessure grave sans que l’agresseur aie plus que quelques mois (avec sursis ou non effectué), ou le risque de lui faire mal et de voir pour une fois la justice fonctionner si la presse s’en émeut, si le juge est mal luné ou juste con.

    Pas de médaille ni même de félicitations en vue, rien que des emmerdes voir les huées de la foule. Tout est fait pour dissuader les gens d’intervenir effectivement. Même les bombes lacrymogène d’auto-défense sont interdite en France. L’énorme surprise c’est que des types s’émeuvent devant le manque de réactions des gens, pourtant les mêmes écrivent des article assassins quand une défense réussi trop bien.

  • Vous n’avez pas compris, il juge les 2 pour atteintes à ce que vous voulez des autres usagers de la rame!
    Vous êtes intéressants messieurs, justifier l’inaction des gens par la peur des représailles de l’Etat. Moi je pense que dans l’immédiat d’une situation pareil, les gens pensent: vais-je mourir, prendre un mauvais coup, réussir à le battre, plus que et si je me fais arrêter.
    Du coup c’est peur de la grande faucheuse contre peur de Maman état, mais lequel est le pire?…

  • @Homo-Orcus

    Quel comique ! Des borborygmes exégétiques en guise de soutènement au sadisme.

    • Pourquoi intervenir sans arme ? Alors même que les forces de l’ordre sont armées, parce que c’est potentielement très dangereux. Donc le citoyen lambda doit risquer sa peau à la différence du flics…. stupide !

      •  » …stupide !  »

        Il est tout aussi stupide de faire de l’intelligence un prétexte pour continuer à vous chier dessus et feindre de regarder ailleurs tranquillement .

  • @Mano, plutôt que de prendre comme parole d’Evangile ce que peut dire Me Eolas (qui, prétendant s’en tenir au droit, met dans ses interventions une bonne dose de morale et de jugements personnels), je vous suggère de chercher les différentes interviews qu’a pu donne Me Thibaud de Montbrial, avocat lui aussi, qui a une interprétation de la légitime défense (en se basant sur la même loi) très différente. Votre « sobre » rappel de la loi ne fait que s’appuyer sur le climat médiatique ambiant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nul n’a le droit de se faire justice soi-même. Cet adage de sagesse est la base même de la vie en société, pour éviter les abominations de la loi du Talion ou de la vendetta, ou des vengeances individuelles occultes.

Le Président Macron en déplacement à Fouras a précisé sa position sur la légitime défense suite à la mort d’un des quatre cambrioleurs qui entraient par effraction chez un agriculteur :

"Chacun doit avoir la sécurité et c'est le devoir de la puissance publique de l'assurer. Mais, je suis opposé à la légitime défense... Poursuivre la lecture

par h16

Intéressant développement aux États-Unis où, après un procès dont le verdict a mis du temps à tomber, Kyle Rittenhouse a finalement été acquitté de tous ses chefs d'accusations : alors qu'il y a un an la presse n'avait cessé de présenter le jeune homme comme un fou de la gâchette ayant fait un massacre lors d'une manifestation à Kenosha, après plusieurs semaines de procès, les jurés ont pourtant conclu qu'il était totalement innocent.

Ce verdict ne surprendra que ceux qui se sont contentés de lire les explications fourni... Poursuivre la lecture

"Les pages qui suivent traitent d'une espèce particulière de guerre, celle dont le sujet est l'individu lui-même [...]. Traditionnellement c'est l'État qui est le sujet de la guerre."

Car, avant, d'aucuns parlaient de la détention par l'État du monopole de la violence physique légitime. C'est lui qui faisait la guerre à l'ennemi et qui la lui déclarait. Il en était le sujet.

Maintenant des groupes affrontent l'État asymétriquement en menant contre lui une guerre de partisans qu'ils considèrent comme légitime. Et cette guerre peu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles