Économies pour l’assurance maladie : Marisol Touraine a encore frappé

Marisol Touraine (Crédits Philippe Grangeaud-Parti socialiste, licence Creative Commons)

Un éventail de mesures qui ne bouleverse pas le système. Et qui fait porter l’effort sur les professionnels de santé.

Par Phoebe Ann Mo$e$.

Marisol Touraine

Dans un élan de consensus économique et ses grands yeux bleus essayant d’exprimer un maximum de sincérité et d’indignation, Marisol Touraine vient d’annoncer qu’elle allait donner encore un petit coup derrière la tête de la médecine libérale. La rémunération des médecins intérimaires à l’hôpital va être plafonnée. Cette mesure est dans les tiroirs depuis quelques mois.

La recette concoctée par Marisol Touraine est la suivante : il faut consommer plus de médicaments génériques ; mutualiser les services de type blanchisserie, restauration ; et plafonner certaines rémunérations. Tout cela : « Si nous voulons préserver notre modèle envié dans le monde » (sic).

Notez bien qu’il ne s’agit nullement de faire baisser les dépenses de santé, mais de les faire augmenter moins vite qu’avant. Un peu comme pour l’inversion de la courbe du chômage.

2 milliards d’économie sont attendus rien qu’en harmonisant les systèmes informatiques et en mutualisant la blanchisserie. C’est dire comme on était peu regardant sur la facturation dans l’hôpital public.

Depuis des semaines, l’incantation est : « plus de chirurgie ambulatoire » pour que les gens ne séjournent pas trop longtemps à l’hôpital. C’est sûr, la mesure va faire un tabac, le séjour hospitalier n’étant pas exactement une partie de plaisir (notamment pour les papilles, mais enfin on n’est pas là pour manger). Bref, la mesure est utile, certes, mais ce n’est pas la chirurgie de la cataracte, devenue ambulatoire qui comblera le trou de la sécu.

génériquesL’usage des génériques, présenté comme une économie, n’est pas non plus la panacée. Il existe là aussi un marché des génériques, et, cela a peut-être échappé à Marisol Touraine, en forçant l’usage des génériques, on va favoriser l’émergence de laboratoires dont la spécialité est de copier la molécule d’origine, et non les laboratoires qui l’ont inventée. Les uns vont s’enrichir ; les autres seront sommés d’innover encore pour mieux soigner et à moindre frais.

Il y aura d’ailleurs une liste de médicaments recommandés, « afin de faciliter la qualité de la prescription ». Pour la qualité, on pouvait s’en remettre à son médecin. Mais une liste recommandée commence à sentir un peu moins la qualité et un peu plus l’économie. Une prescription « hors liste » sera-t-elle déremboursée ?

img contrepoints263 TouraineEnfin, les médecins intérimaires à qui les hôpitaux demandaient de l’aide à cause de la pénurie de médecins, ou d’une réglementation des 35 heures trop stricte, verront leur rémunération plafonnée : pour M. Touraine, il est inadmissible que ces médecins « se comportent parfois comme de véritables mercenaires ». Ceux qui vendaient leurs services un 25 décembre, des nuits entières, des mois d’août, ne pourront donc plus prétendre à une rémunération en accord avec le service rendu. Trouvera-t-on encore des médecins pour la besogne ingrate ? Va-t-on les menacer d’une obligation de présence à moindre coût ? Se tourneront-ils vers ceux qui peuvent encore les payer, c’est-à-dire les cliniques privées ?

Marisol Touraine veut satisfaire le peuple et le rassurer : surtout qu’on ne s’inquiète pas, tout le monde continuera à être soigné, et très très bien, et gratuitement. Il n’y a que ceux qui dispensent les soins qui auront à faire un effort.