Le chômage progresse de 4,5% sur un an, mais pour Rebsamen il y a « stabilisation »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
saucisson_chomage_mars_2014_aa

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le chômage progresse de 4,5% sur un an, mais pour Rebsamen il y a « stabilisation »

Publié le 28 avril 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen.

saucisson_chomage_mars_2014_aa

Les chiffres du chômage en mars ont été publiés en fin de semaine dernière. Le chômage progresse de 4,5% sur un an mais, pour François Rebsamen, le nouveau ministre du chômage, il s’agit d’une… « stabilisation ». En mars 2014, nous dit-il, « le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A se stabilise et s’établit à 3,349 millions (…) Cette stabilisation est conforme à la tendance de fond observée depuis octobre 2013. » Je ne sais pas si le ministre croit vraiment à ce qu’il dit, mais le problème est que, comme toujours, le gouvernement ne nous parle que de la seule catégorie A, et jamais du saucisson entier qu’il découpe habilement en toutes petites rondelles (catégories « A, B, C, D, E… ») — pour que vous ne preniez pas peur ! Et donc, comme je le fais souvent, je vous ai reconstitué la totalité du saucisson du chômage.

Les lecteurs de Contrepoints connaissent bien ce saucisson que j’actualise régulièrement avec les derniers chiffres officiels parce que sinon, avec la propagande gouvernementale et la langue de bois, on n’y comprend plus rien. Et surtout, puisqu’ils s’obstinent à prétendre que le chômage « se stabilise », ça les aidera à se réveiller. N’oublions pas que la courbe du chômage, c’est la courbe des prochaines émeutes urbaines. Ce serait bien qu’ils se réveillent avant que ça n’explose en violence et que les rues ne s’enflamment.

Le saucisson du chômage fin mars

Le gouvernement est habile et sait que vous donner brutalement le chiffre global du chômage en France vous ferait sortir vos fourches. Pour minimiser l’ampleur du chômage, il préfère donc vous découper le saucisson en petites rondelles. Systématiquement, il ne met en avant que la rondelle de la « catégorie A », car elle est moins impressionnante. Moi, comme je ne suis pas ministre, je vous donne tous les chiffres :

saucisson_chomage_mars_2014_b

 

Le gouvernement aime bien parler de la seule catégorie A qui ne comprend « que » 3.349.300 chômeurs. Mais ce n’est évidemment pas tout et, en comptant toutes les rondelles, on arrive à un total de plus de 5,6 millions de chômeurs tenus ou non de rechercher un emploi mais qui sont de vrais chômeurs et dans la merde tout de même quelle que soit leur « catégorie ». Et encore, le chiffre qu’ils donnent est « France métropolitaine » seulement (ils ne publient pas le chiffre incluant les DOM)…

Ils ne comptabilisent pas les chômeurs des DOM

Fin mars 2014, le nombre de chômeurs de catégories A, B et C s’élevait à près de 5 millions (4.949.500). Et ce chiffre ne concerne que la France « métropolitaine ». Avec les DOM, il s’élève à 5.246.800. Mais, pour les catégories D et E, le gouvernement ne donne pas les chiffres « avec les DOM »… Pourquoi cette distinction « France métropolitaine / DOM » ? On est tous français, non ?

Je ne savais pas que le gouvernement était raciste au point de distinguer les chômeurs selon qu’ils sont DOM ou « métropolitains ». Pour moi, un chômeur est un chômeur quelle que soit la couleur de sa peau. Et donc il faudrait ne donner qu’un seul chiffre, sans distinction d’origine. Est-ce qu’on comptabilise à part les « ministres métropolitains » ? Est-ce qu’ils oseraient compter Madame Taubira à part dans le gouvernement ? Quelle honte. Donc qu’ils arrêtent de parler de « chômeurs métropolitains » et de « chômeurs des DOM » !

Le chômage progresse de 4,5% mais pour le ministre il y a « stabilisation »

Quand il y a deux chiffres d’évolution du chômage, sur un mois et sur un an, le gouvernement prend évidemment toujours le chiffre qui l’arrange le plus pour dissimuler la gravité de l’évolution. Il ment donc par omission sur la période de référence. Car c’est évidemment la référence du chômage sur un an qui donne la bonne mesure de l’évolution (et pas la référence sur un ou deux mois).

  • Catég. A : augmentation de + 4,1% sur un an.
  • Catég. B : augmentation de + 3,0% sur un an.
  • Catég. C : augmentation de + 7,1% sur un an.

Au total les catég. A, B et C augmentent de + 4,5% sur un an.

La « courbe des prochaines violences urbaines » !

Regardez bien cette courbe : elle indique ce que François Rebsamen, le ministre du Travail, appelle une… « stabilisation conforme à la tendance de fond observée depuis octobre 2013 ». Et ce que Stephane Le Foll, le porte-parole du gouvernement appelle… « des résultats qui vont dans le bon sens ».

saucisson_chomage_mars_2014_c

Hilarant non ? Comment diable ces gens osent-ils penser qu’on va gober cela ? Il est vrai que j’ai pris le temps de chercher cette courbe que les « grands médias » ne vous montreront évidemment jamais : il ne faut pas faire peur aux électeurs qui doivent croire la propagande gouvernementale !

Cette courbe est la courbe officielle publiée le 25 avril 2014. Les chiffres sont ceux des statisticiens de la DARES qui publie les chiffres officiels des demandeurs d’emploi. Ce sont eux qui calculent le total des catégories A, B, C, D, E. Et c’est cette courbe qui fait dire au gouvernement qu’il y a « stabilisation » ! Et c’est ce que répètent servilement les médias.

Vous savez ce que je ferais, moi, si j’avais plus de 5,6 millions de chômeurs dans mon pays ? Pour réveiller les politiques, j’arrêterais de parler de « courbe du chômage » pour dire carrément : « courbe de l’explosion sociale » ou « courbe de la colère des laissés pour compte », ou « courbe des jeunes abandonnés qui vont devenir violents » ou – c’est d’ailleurs la formule que j’adopterais – « courbes des prochaines émeutes urbaines »…

Alors peut-être les ministres se réveilleraient ? Mais François Rebsamen vient d’arriver dans son nouveau palais doré et il est persuadé qu’avec ses « éléments de langage » il va arriver à duper l’opinion publique. Les ministres ne voient rien, n’entendent rien, et ne comprennent rien. En se murant derrière un déni de réalité et en refusant d’appeler les choses par leur nom, ils se condamnent à ne pas désamorcer les bombes à temps. Elles leur exploseront donc à la figure. Et ce sera tant pis pour eux.

* * *

Annexe : À quoi correspondent les « rondelles » du saucisson

Pour ceux qui ne connaissent pas bien comment le gouvernement découpe le saucisson du chômage en rondelles, je vous redonne le détail des « catégories » de chômeurs. Les voici :

Vous avez d’abord les catégories A, B et C : les chômeurs qui sont tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi

  • Catégorie A : demandeurs d’emploi sans emploi.
  • Catégorie B : demandeurs d’emploi ayant exercé une activité réduite courte (i.e. de 78 heures ou moins au cours du mois) ;
  • Catégorie C : demandeurs d’emploi ayant exercé une activité réduite longue (i.e. plus de 78 heures au cours du mois).

Vous avez ensuite les catégories D et E : les chômeurs qui ne sont pas tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi :

  • Catégorie D : non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi (en raison d’un stage, d’une formation, d’une maladie…), y compris les demandeurs d’emploi en convention de reclassement personnalisé (CRP), en contrat de transition professionnelle (CTP), sans emploi et en contrat de sécurisation professionnelle (CSP) ;
  • Catégorie E : non tenus de faire des actes positifs de recherche d’emploi, en emploi (par exemple : bénéficiaires de contrats aidés).


Sur le web.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • le jour ou vous rencontrerez un élu qui reconnait ce qui crève les yeux , faites moi signe , ce sera à marquer dans les annales …..ou anales , je sais plus…..

  • Le (les?) ministre parle exactement comme ces traders qui prévoient les évolutions des actions à la bourse par la seule forme de leurs courbes : du pifomètre ! Car l’évolution à la marge n’a pas d’influence réelle sur l’avenir.

    C’est un truc de fou d’entendre ce gouvernement nous raconter ça avec l’écho des média !!

  • ce serait intéressant de mettre les chiffres de l’outre-mer, car ce ne sont pas des petits chiffres !

    par ailleurs, comptez-vous aussi tous ceux qui ont disparu des statistiques (rayés, perdus…)

  • C’est du pur sabotage ! En fait, grâce à la vigilance éclairée de Normal Ir, la situation de la France est florissante.

    Ce qui gâche les statistiques, ce sont tous ces types de l’UMP qui s’!inscrivent au chômage pour ennuyer leur Ministre !

  • La stabilisation est acquise, mais dans la croissance du chômage!

  • Il y a un phénomène corrélé, un genre de purgatoire avant l’enfer du chômdu, c’est la smicardisation du populo.
    2012 – 2. 580.000 et 2013 – 3.110.000 soit une augmentation de 20.5% ; en courbe c’est spectaculaire !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En France, il faut davantage d'enseignants, il faut davantage de juges, il faut davantage de policiers, il faut davantage d’informaticiens, davantage de plombiers et on pourrait allonger la liste…

Et cela pour d’excellentes raisons que nous allons rappeler, car des problèmes à résoudre sont très importants. Mais ces revendications se terminent par des demandes de moyens financiers… alors que la question n’est pas là.

Les raisons de recruter sont excellentes

Il n’y a pas assez de profs ? C’est vrai, il y a encore des classes surc... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Thomas Renault.

Le taux de syndicalisation correspond au rapport du nombre de salariés membres d'un syndicat sur le nombre total de salariés. Si l'on observe l'ensemble des pays membres de l'OCDE, la France est le deuxième pays avec le plus bas taux de syndicalisation, juste devant la Turquie, avec un taux de syndicalisation de seulement 7,8 % (voir graphique plus bas).

Taux de syndiqués et taux de chômage

En théorie, on pourrait alors se dire qu'un taux bas de syndicalisation devrait être synonyme de davantage de flexibilit... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles