Sécurité par l’obscurité : l’étatisme par l’obscurantisme

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sécurité par l’obscurité : l’étatisme par l’obscurantisme

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 24 avril 2014
- A +

Par Baptiste Créteur.

informations

Le « need-to-know » est à l’origine un mode d’organisation et de propagation de l’information utilisé par le renseignement américain. Chaque partie prenante dispose seulement de l’information nécessaire pour remplir correctement ses fonctions, rien de plus.

Rendant l’espionnage et le vol d’information difficiles, le « need-to-know » aurait été utilisé sciemment pour la première fois durant la Seconde Guerre mondiale. Durant le débarquement en Normandie, peu connaissaient la réelle ampleur de l’opération. Durant les tests pour la première bombe atomique et l’opération Trinity, quelques scientifiques seulement connaissaient le réel objet des recherches.

Le « need-to-know » est devenu central dans le fonctionnement de la CIA, dont l’influence mêlée au secret donne lieu à d’incessantes spéculations sur son financement (la CIA serait au cœur des principaux trafics de drogue et associée à de puissantes mafias) et son rôle dans la vie politique de nombreux pays. Et le secret devient obscurité quand la CIA gère des conflits, ce qui est techniquement le cas de la guerre contre le terrorisme.

Le mandat et le cadre légal des opérations du renseignement américain, intérieur et extérieur, sont pour le moins flous. Les informations les plus sensibles sont parvenues au peuple et aux alliés des États-Unis non directement via le gouvernement et la presse, mais via des lanceurs d’alerte courageux qui font l’objet de poursuites judiciaires. Les révélations de Bradley Manning et Edward Snowden n’ont pas tant révélé le contenu et le fonctionnement que l’ampleur des opérations de la diplomatie et du renseignement américain. Et n’ont été connues du public et de la presse que parce qu’ils leur ont transmis l’information.

Des problèmes similaires existent en France, où l’influence du politique sur le judiciaire est loin d’être inexistante et où la vie politique est jalonnée d’« affaires » rarement résolues et rarement suivies de conséquences plus lourdes qu’une mise à l’écart et une réputation ternie. Jérôme Cahuzac est un fieffé menteur, mais n’a aucune forme d’importance alors que les informations sur le financement de campagnes politiques et le mobile d’attentats visant des Français sont placées sous le sceau du secret, même pour ceux qui enquêtent au nom de la justice.

Il existe sans doute de réels enjeux de sécurité, mais est-il normal que les citoyens soient les derniers informés – quand ils le sont – des actions entreprises en leur nom et financées par leurs impôts ?

Le « need-to-know » est par ailleurs dangereusement unilatéral : l’État espionne les citoyens et considère que « on n’a rien à craindre quand on n’a rien à se reprocher ». Il serait alors bon de se demander pourquoi les citoyens n’ont pas le droit ou la possibilité de savoir grand chose sur les décisions prises « pour leur sécurité » : si l’État et les politiciens n’ont rien à se reprocher, la transparence ne peut leur faire aucun mal. Et la transparence est cruciale, pas tant sur leur situation personnelle qui ne regarde qu’eux mais sur leur usage du pouvoir.

Compte tenu du rôle du ciblage dans l’impact des campagnes électorales, l’information détenue par l’État et le gouvernement sur les citoyens peut changer le cours d’une élection ; ne serait-ce que pour cette raison, et pour ne pas qu’un lobby du renseignement ne se développe plus encore, elle ne doit pas être collectée et enregistrée sans cadre légal. Au minimum, l’information sur les agissements de l’État doit être conservée puis publiée après un délai donné, et les décideurs doivent être tenus responsables des décisions prises.

La culture du secret qui envahit les plus hautes instances de l’État est un obstacle de plus à une vie démocratique saine ; elle en dit beaucoup sur l’intégrité de ceux qui prétendent représenter les citoyens mais se comportent en réalité comme une mafia. Alors que l’omerta règne au sein de nos instances politiques et que les guerres sont décidées en secret, il faut renverser la surveillance et rendre les politiciens responsables devant les citoyens tout en protégeant la vie privée. La transparence ne peut être que bénéfique, et la surveillance ne peut être qu’abusée.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Il existait aussi en Union soviétique. Une femme enceinte travaillant dans une usine en Sibérie fabriquait des pièces pour landaus. Elle réunie ses copines et leur demande à chacune de voler la pièce qu’elle fabrique pour que son bébé ait un landau. Son mari chargé de le monter se désespère « Cela fait trois mois que je monte ces pièces dans tous les sens et chaque fois je me retrouve avec un T34 ».

  • Leur culte pour le secret et le sombre grenouillage entre soi n a rien de surprenant, il va de pair avec la franc maçonnerie , secte que nos « élites » affectionnent.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par  Jean-Pierre Chamoux.

Facebook, Twitter ou Linkedin ont profondément transformé les relations humaines. Transmettant à distance l'image, le mouvement, l'écrit et le son, ces réseaux modifient profondément les relations entre les hommes : au contraire des échanges face à face, les réseaux sociaux n'impliquent ni de connaître celui qui s'exprime, ni même de savoir avec qui l'on est mis en rapport. Leur prétention à la "transparence" menace de faire éclater la vie en société!

Le réseau social plonge le nouvel entrant dans un mi... Poursuivre la lecture

Par Jonathan Frickert.

Il y a quelque chose qui sent le soufre dans la période que nous traversons. On a souvent annoncé un possible reconfinement. On se refusait à y croire. Pourtant, la gageure est bien là, explicitement affirmé par Jean Castex lui-même ce jeudi sur France 2, concomitant à un appel de deux prix Nobel à un reconfinement avant Noël.

Un reconfinement qui semble déjà là lorsqu’on voit les mesures prises ces dernières semaines voire ces derniers jours dans de nombreuses villes de France et notamment sur la Côte d’A... Poursuivre la lecture

Par Benjamin Monnery[1. Maître de conférences en économie, Université Paris Nanterre – Université Paris Lumières.]. Un article de The Conversation

Comme la plupart des Français, les parlementaires ont été fortement impactés dans leur travail par la crise du Covid et ses règles sanitaires. L’Assemblée nationale et le Sénat ont bouleversé leur mode de fonctionnement en réduisant drastiquement la présence physique au Palais Bourbon et au Palais du Luxembourg, pour recourir de manière massive aux réunions par visioconférence et aux votes p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles