Le vrai espion qui a inspiré James Bond

Voici le vrai espion qui a inspiré James Bond.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le vrai espion qui a inspiré James Bond

Publié le 26 février 2023
- A +

Par Jon Milimore.

Dans ses mémoires de 1987, Spycatcher, l’ancien agent de contre-espionnage britannique Peter Wright se souvient d’une conversation qu’il a eue avec deux agents de contre-espionnage légendaires de la CIA – James Jesus Angleton et William K. Harvey – quelque temps après le désastre de la baie des Cochons à Cuba.

Harvey, un homme chauve et trapu qui ressemblait à une version plus lourde de Heinrich Himmler sans lunettes, a dit qu’il cherchait à obtenir des informations sur les intérêts britanniques dans les Caraïbes, mais Wright a senti qu’il cherchait autre chose. Harvey était connu pour diriger un groupe d’assassins issus d’organisations criminelles européennes, et l’agent du MI5 craignait que tout ce qu’il disait soit bientôt « cité à Washington par la CIA comme étant l’interprétation britannique de la situation ».

Après un peu de va-et-vient, il est devenu clair pour Wright que Harvey cherchait quelqu’un qui pourrait être mis sur écoute pour éliminer Fidel Castro.

« Ils ne font pas de travail en freelance, Bill », dit Wright sans ambages.

Cette réponse a irrité Harvey, qui semblait croire que Wright était délibérément inutile. Wright a décidé de jeter un os à Harvey.

« Avez-vous pensé à approcher Stephenson ? » demande Wright. « Beaucoup de vieux de la vieille disent qu’il a dirigé ce genre de choses à New York pendant la guerre. »

 

Un homme appelé Intrepid

Wright faisait référence à William Stephenson, un espion britannique plus connu sous le nom de code de son service de renseignement pendant la guerre : Intrepid.

Stephenson, qui est né au Canada, a reçu ce surnom de Winston Churchill. Lorsqu’il était chef de la Coordination de la sécurité britannique (BSC), Stephenson – en plus de diriger des équipes de tueurs à gages – a transmis des secrets britanniques à Roosevelt, formé des agents en Europe, confié des secrets américains à Churchill et a contribué à détourner l’opinion publique américaine de l’isolationnisme pendant la Seconde Guerre mondiale au profit de l’interventionnisme.

La vie de Stephenson a inspiré plusieurs biographies au cours de son existence – dont The Quiet Canadian or A Man Called Intrepid (1962) et A Man Called Intrepid (1976) – ainsi qu’une mini-série télévisée avec David Niven. On dit même qu’il a inspiré l’espion de fiction le plus célèbre de l’histoire : le James Bond de Ian Fleming.

« James Bond est une version très romancée d’un véritable espion. Le vrai est… William Stephenson », a écrit un jour Fleming.

Même le goût de Bond pour les martinis semble avoir été inspiré par Stephenson qui, selon Fleming, « avait l’habitude de faire les martinis les plus puissants d’Amérique et de les servir dans des quarts de verre ».

 

L’échiquier du diable

Il n’est pas certain que Harvey ait jamais contacté Stephenson pour lui présenter son projet d’assassinat de Castro. Stephenson est mort en 1989, emportant avec lui plus de secrets que nous ne saurons jamais.

Ce qui est clair, c’est que la CIA joue depuis des générations à des jeux obscurs, souvent illégaux. Il s’agit notamment de programmes contraignant des prisonniers à participer à des expériences de contrôle mental (projet MKUltra), de l’histoire ténébreuse de l’agence en matière de torture, de l’espionnage illégal de commissions du Sénat, et de leur tournage avec des prostituées (opération Midnight Climax), et d’un plan non réalisé visant à couler « un bateau rempli de Cubains en route pour la Floride » et à en faire porter la responsabilité à Castro (opération Mongoose).

N’oubliez pas qu’il ne s’agit là que des programmes dont nous avons connaissance et qui ont tous été confirmés par les archives d’État. Bien qu’il soit tentant de croire qu’un « État profond » n’existe que dans les films d’Hollywood ou dans l’imagination des animateurs de télévision de droite, le dossier historique suggère le contraire.

Dans son livre à succès de 2015, The Devil’s Chessboard, l’auteur David Talbot fait minutieusement la chronique de la gouvernance de l’ombre au sein du gouvernement américain. Talbot n’est pas un libéral ou un homme de droite. Fondateur et ancien rédacteur en chef du magazine de gauche Salon, Talbot est un progressiste du New Deal avec une nostalgie de Franklin Roosevelt. Pourtant, il offre un aperçu sans complaisance et glaçant des entrailles de la bureaucratie créée par Roosevelt – et de la carrière d’Allen Dulles, le premier directeur de la CIA.

Lorsque vous lisez l’ouvrage de Talbot qui lève le voile sur l’agence d’espionnage la plus importante et la mieux financée au monde, une grande partie du monde que vous voyez aujourd’hui prend tout son sens : d’anciens patrons de la CIA s’expriment chaque soir sur les chaînes de télévision ; des entreprises comme Google remplies d’anciens agents de la CIA surveillent la « désinformation et les discours haineux » ; et, comme nous l’avons découvert l’année dernière, des opérations illégales de surveillance de masse des Américains qui durent depuis des années.

Comme le titre de l’ouvrage de Talbot l’indique, la CIA joue depuis longtemps son propre jeu, et nous ne devrions pas présumer que son agenda s’aligne sur celui d’une société libre et ouverte.

Ce compte rendu a été l’un des meilleurs travaux – mieux que n’importe quelle organisation médiatique – en documentant scrupuleusement et avec diligence l’infiltration totale d’ex-opérateurs de l’État de sécurité américain dans les grandes entreprises technologiques et médiatiques.

 

James Bond n’est en fait pas un héros

On ne sait pas si la CIA a employé William Stephenson pour mener à bien l’un de ses nombreux complots d’assassinat contre Castro mais on peut affirmer sans risque de se tromper que « la Compagnie » a travaillé avec d’innombrables personnes comme lui pour accomplir des missions illégales en vue d’atteindre ses objectifs : le pouvoir et le contrôle.

De nombreux Américains ne voient peut-être pas cela comme un problème. Après tout, nous sommes une culture qui aime James Bond, le Dirty Harry des histoires d’espionnage international. Pourtant, il convient de souligner que même Ian Fleming avait compris que sa création fictive n’était pas un bon gars :

« James Bond n’est en fait pas un héros, mais un instrument contondant efficace et peu attrayant entre les mains du gouvernement ».

Fleming, qui a lui-même travaillé dans la division des renseignements de la marine britannique pendant la Seconde Guerre mondiale, savait probablement que Stephenson avait carte blanche pour, selon les termes de Talbot, « tuer des membres du réseau nazi aux États-Unis – y compris des agents allemands et des hommes d’affaires américains pro-Hitler – en utilisant des équipes d’assassins britanniques ». C’est probablement ce qui a inspiré le slogan « licence to kill » de Bond, et bien qu’il ait été un admirateur du charme et de l’audace de Stephenson, Fleming semblait saisir la nature contraire à l’éthique de telles méthodes.

De nombreux Américains seraient sans doute surpris d’apprendre la sombre histoire de la CIA – les assassinats, l’espionnage, les programmes de contrôle mental et ses efforts actuels pour supprimer et manipuler la parole. Hélas, ils ne devraient pas l’être.

« L’État, par sa nature même, doit violer les lois morales généralement acceptées auxquelles la plupart des gens adhèrent », a observé le célèbre économiste Murray Rothbard.

C’est un excellent argument pour limiter le pouvoir de la CIA et de l’État. On se doute que même Ian Fleming approuverait.

Sur le web

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La Chine est-elle un monstre totalitaire prêt à conquérir le monde ? Ou bien ses politiques étrangères et intérieures sont-elles le résultat d'un intérêt personnel rationnel, comme celui de tout un chacun ? Un nouveau livre offre quelques espoirs pour éviter une confrontation entre les États-Unis et la Chine.

Les relations entre les États-Unis et la Chine peuvent-elles éviter le bord du gouffre ?

Article original de l'Acton institute.

Peu après son accession à la présidence, Donald Trump a invité son homologue chinois, Xi... Poursuivre la lecture

Une procédure antitrust est engagée contre le géant de la technologie au nom de la protection des consommateurs. Mais l'innovation pourrait bien être la véritable victime de cette affaire.

Nous connaissons tous cette personne qui semble toujours avoir le dernier gadget Apple. À bien des égards, les produits Apple sont devenus un symbole de statut social. Bien qu'il existe un groupe dévoué et loyal de fans d'Apple qui pensent qu'il n'existe pas d'autres options, et ceux qui considèrent ces produits comme un signal au monde qu'ils sont s... Poursuivre la lecture

Ce vendredi 2 février, les États membres ont unanimement approuvé le AI Act ou Loi sur l’IA, après une procédure longue et mouvementée. En tant que tout premier cadre législatif international et contraignant sur l’IA, le texte fait beaucoup parler de lui.

La commercialisation de l’IA générative a apporté son lot d’inquiétudes, notamment en matière d’atteintes aux droits fondamentaux.

Ainsi, une course à la règlementation de l’IA, dont l’issue pourrait réajuster certains rapports de force, fait rage. Parfois critiquée pour son ap... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles