La France prise en otage

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Prise d'otages (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France prise en otage

Publié le 22 avril 2014
- A +

img contrepoints242

Quand Nicolas Sarkozy organisa et réussit la libération des infirmières Bulgares (2007), le premier secrétaire du PS, François Hollande, approuva, mais demanda la création d’une commission d’enquête. Chiche, aujourd’hui, pour cette libération d’otages médiatisée.

Une fois le couplet moralisateur récité et les embrassades débrassées, la question de fond sera encore une fois niée – qui paye ? – ainsi que le coût réel, politique, de ces prises d’otages réussies pour leur instigateurs. Tous les observateurs admettent que les Allemands et les Espagnols ont contribué à financer les islamistes du sahel par les rançons versées pour leurs prisonniers libérés. Pour l’anecdote folklorique, les Soviétiques confrontés à ce problème des otages pendant les guerres du Liban avaient mis fin aux ambitions des ravisseurs en leur renvoyant, par colis et en pièces détachées, des membres de leurs familles.On apprend que nos excellents services secrets-spéciaux ont toujours su où étaient nos otages. Chouette, nous sommes rassurés pour les suivants. Les Anglais ne payent pas et n’en font pas étalage dans leurs journaux.

Quant aux grandes émotions déontologiques qui ont embué nos écrans plats, je rappellerai les nombreux bidonnages de cette même presse depuis et avant Timisoara qui n’hésite pas à faire courir des risques inutiles à nos militaires en Afghanistan en se faisant enlever totalement inconsciemment par des Talibans ravis, ou encore par ces photos posées en Ukraine, en particulier quand on distingue les étincelles d’une balle à blanc tirée par les soi-disant agresseurs d’un poste de police, publié en soi-disant choc des photos…

En attendant ,il est tout aussi évident que la France est prise en otage par une – nombreuse – bande de nervis aux ordres d’intérêts corporatistes et que nous pouvons nous attendre à devoir payer beaucoup plus que la rançon de 50 milliards annoncée, car eux aussi sont assurés de l’impunité.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Montenay.

Faut-il vraiment verser une rançon pour délivrer des prisonniers, aidant ainsi financièrement des terroristes en lutte contre nous ? La question est vieille comme le monde.

Elle s’est de nouveau posée avec la libération de Sophie Pétronin. Officiellement cette otage a été libérée ainsi que deux autres Occidentaux et le chef de l’opposition malienne dans le cadre d’un échange de prisonniers, mais il paraît qu’une rançon a été versée en plus.

https://youtu.be/3yiD8g4MqIk

Il est évidemment très désa... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Les forcenés étaient retranchés à l’intérieur. La tension venait encore de monter d’un cran. Et les autorités ne savaient plus quel langage tenir pour tenter de faire revenir tout ce beau monde à la raison. La situation était grave et préoccupante. Qu’allait-il advenir ? Quand cette tension allait-elle retomber ? Comment sortir de cette véritable impasse ?

« Nous ne sortirons pas tant que vous n’aurez pas cédé à nos revendications. Nous exigeons que vous le retiriez immédiatement. Sans quoi nous amplifierons... Poursuivre la lecture

Par Phoebe Ann Moses.

C'est le débat qui fait rage, des réseaux sociaux aux gros titres des médias : fallait-il aller sauver deux touristes français au Bénin en laissant deux soldats y perdre la vie ?

Emmanuel Macron a semble-t-il accueilli fraîchement, sur le tarmac de Villacoublay, les otages libérés. Pouvait-il en être autrement ? Le chef des armées sait que deux soldats ont perdu la vie pendant cette opération, il n'a donc aucune raison de manifester une euphorie particulière, ou de répéter à l'instar de son prédécesseur que... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles