La légende noire de la révolution industrielle selon Mises et Hayek

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
liège 2 industrie

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La légende noire de la révolution industrielle selon Mises et Hayek

Publié le 20 avril 2014
- A +

Par Tom Woods [*]
Traduit par Marc Lassort, Institut Coppet.

liège 2 industrieLa vision standard de la révolution industrielle dans le grand public est qu’elle aurait conduit à la paupérisation généralisée de personnes qui jusqu’alors vivaient dans la joie et l’abondance. Durant ces dernières décennies, cependant, d’autres interprétations de cette période critique sont devenues tellement abondantes que même les manuels de civilisation occidentale, qui tentent toujours de s’adapter aux nouvelles tendances de la pensée universitaire, ont été forcés de concéder l’existence d’un « débat sur les niveaux de vie » autour de la révolution industrielle. Déjà dans les années 1940 et 1950, les grands économistes autrichiens F. A. Hayek et Ludwig von Mises étaient de ceux qui avançaient une autre vision.

Une des raisons pour lesquelles autant de mensonges et d’idées fausses sont venus brouiller notre compréhension de la révolution industrielle, selon Hayek, est que les historiens qui avaient étudié le sujet ont été aveuglés par leurs propres idées préconçues à base d’idéologies.

Beaucoup d’entre eux étaient des marxistes qui croyaient que l’industrialisation avait simplement rendu les travailleurs misérables. Comme Hayek l’indique : « Parce que leurs idées préconçues issues de leur théorie les menaient à postuler que la montée du capitalisme avait dû se faire au détriment des classes laborieuses, il n’est pas surprenant qu’ils aient trouvé ce qu’ils cherchaient. » En résumé, ils n’ont pas considéré les faits avec l’esprit de rationalité impartiale qui sied aux universitaires, mais plutôt avec la moulinette idéologique qui caractérise les propagandistes1.

L’économiste et philosophe Leopold Kohr était loin d’être isolé parmi les intellectuels suspicieux à l’égard du capitalisme quand il a suggéré dans son livre The Breakdown of Nations (1957) que la formidable montée des mouvements de réforme et de critique sociale, dans le sillage de la révolution industrielle, était un indicateur de l’appauvrissement généralisé. « Une augmentation des mouvements de réforme », a écrit Kohr, « est un signe de dégradation, non d’amélioration, des conditions. Si les réformateurs sociaux étaient rares dans les âges précédents, cela ne pouvait être que parce que ces âges étaient plus prospères que le nôtre. »2

Mais selon Hayek, ce n’est pas nécessairement vrai ; en fait, c’est l’exact opposé qui est plus probablement vrai. Le fait même que nous entendions des plaintes à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle à propos des épouvantables conditions dans lesquelles beaucoup de personnes vivaient et travaillaient est, assez ironiquement, un point en faveur de la révolution industrielle. Avant la révolution industrielle, chacun s’attendait à vivre dans une abjecte pauvreté, et plus encore, s’attendait à un sort totalement similaire pour ses descendants. L’étonnante richesse produite par la révolution industrielle rend maintenant les gens plus impatients à l’encontre de toutes les poches de pauvreté persistantes. Avant la révolution industrielle, quand chacun vivait écrasé par la pauvreté, personne ne notait ni n’exprimait d’indignation. Ainsi, comme le note Hayek, nous voyons durant le XVIIIe siècle « une prise de conscience croissante de faits qui auparavant n’auraient pas été signalés ». Il poursuit : « L’augmentation même de la richesse et du bien-être à laquelle on était parvenu augmentait les niveaux de vie et les aspirations. Ce qui semblait depuis des âges une situation naturelle et inévitable, ou même comme une amélioration par rapport au passé, en vint à être regardé comme incongru avec les opportunités que le nouvel âge apparaissait offrir. La souffrance économique devint à la fois plus visible et sembla moins justifiée, parce que la richesse générale était en train d’augmenter plus vite que jamais auparavant. »3

On peut aussi mentionner dans ce contexte la fameuse observation du grand économiste Joseph Schumpeter. Selon lui, la fantastique richesse que le capitalisme a créée, a permis ironiquement aux critiques du capitalisme d’occuper la position d’intellectuels à temps plein, profitant du confort des loisirs et de la civilisation que le système tant décrié rendait possible. Schumpeter craignait, en fait, que ce développement ne se révèle fatal au capitalisme. La montée d’une classe distincte d’intellectuels, complètement ignorants en économie, qui blâment le capitalisme pour tous les maux de la société tendrait au fil du temps à amoindrir l’attachement du public au système et conduirait finalement au remplacement du capitalisme par un socialisme assumé. En résumé, Schumpeter craignait que le succès même du capitalisme ne sème les graines de sa propre destruction.

Le capitalisme crée le prolétariat

Hayek continue en disant que : « La véritable histoire de la connexion entre le capitalisme et la montée du prolétariat est presque l’opposé de ce que ces théories de l’expropriation des masses suggèrent. »4 Selon lui, le capitalisme a créé le prolétariat en ce sens que les nouvelles opportunités d’emplois qu’il a créées signifiaient que plus de gens pouvaient survivre : « Le prolétariat, que le capitalisme aurait créé, était non pas une proportion qui aurait existé sans lui et dont il a dégradé les conditions de vie ; c’était une population additionnelle qui a eu la possibilité de croître grâce aux nouvelles opportunités d’emplois que le capitalisme fournissait. »5 Avant la révolution industrielle, celui qui était incapable de vivre de l’agriculture, ou qui n’avait pas été pourvu par ses parents des outils nécessaires pour se lancer dans une affaire indépendante, était condamné à la misère.

Ce que la révolution industrielle a rendu possible, alors, était pour ces personnes, qui n’avaient rien d’autre à offrir au marché, de pouvoir vendre leur travail aux capitalistes en échange de salaires. C’est pourquoi ils ont été capables de survivre. La révolution industrielle a par conséquent permis une explosion de la population qui n’aurait pas été soutenable dans les conditions de stagnation de l’âge pré-industriel. Mises et Hayek contestent l’hypothèse que cet âge ait été prospère et satisfaisant. Cette légende, bien sûr, est bien relatée également par Mises : « Les paysans étaient heureux. Ainsi étaient les travailleurs dans le secteur domestique. Ils travaillaient dans leurs propres cottages et profitaient d’une certaine indépendance économique depuis qu’ils possédaient leur bout de jardin et leurs outils. Mais alors « la révolution industrielle s’abattit comme une guerre ou la peste » sur ce peuple. Le système des usines réduisit le travailleur libre à un esclave virtuel, il abaissa son niveau de vie au point de simple subsistance ; en entassant les femmes et les enfants dans les moulins il a détruit la vie de famille et sapé les fondations mêmes de la société, de la morale, et de la santé publique. »6

Mises rejoint Hayek en suggérant que les conditions de vie avant la révolution industrielle étaient en fait catastrophiquement pauvres. L’économie de la veille de la révolution industrielle était désespérément statique, et ne possédait de débouchés d’aucune sorte pour le nombre en augmentation de personnes pour lesquelles une vie dans l’agriculture ou dans une manufacture domestique était impossible.

Comme le montre Mises, le simple fait que les gens prenaient un emploi dans une usine indiquait en premier lieu que ces emplois, quoique désastreux pour nous, représentaient la meilleure opportunité qu’ils avaient. (Ce qui est une illustration du concept de Murray Rothbard de « préférence démontrée », selon laquelle les préférences d’un individu, quand elles s’expriment dans des actions volontaires, fournissent le seul indicateur digne de foi qu’il a changé un état personnel moins satisfaisant pour un état plus satisfaisant.) « Les propriétaires d’usines », écrit Mises, « n’avaient pas le pouvoir de contraindre quiconque de prendre un emploi à l’usine. Ils pouvaient seulement embaucher les gens qui étaient prêts à travailler pour les salaires offerts à eux. Aussi bas que ces salaires étaient, ils étaient néanmoins plus élevés que ce que ces indigents pouvaient gagner dans n’importe quel autre secteur ouvert à eux. C’est une distorsion des faits que de dire que les usines enlevaient les femmes des nurseries et des cuisines et les enfants de leurs jeux. Ces femmes n’avaient rien pour cuisiner et nourrir leurs enfants. Ces enfants étaient démunis et affamés. Leur seul refuge était l’usine. Elle les sauvait, au sens propre du terme, de la famine. »7

Mises concède que pendant les premières décennies de la révolution industrielle : « Les niveaux de vie des travailleurs d’usine étaient particulièrement mauvais en comparaison avec les conditions de vie contemporaines des classes supérieures et avec les conditions de vie actuelles des masses industrielles. Les horaires de travail étaient longs, les conditions sanitaires des lieux de travail déplorables… Mais le fait demeure que pour le surplus de population que le mouvement des enclosures a réduit à une misère extrême et pour qui il ne restait littéralement aucune place dans le schéma du système de production prévalant, le travail dans les usines a été un salut. Ces personnes se sont précipitées dans les usines pour aucune autre raison que l’envie d’améliorer leur niveau de vie. »8

Production de masse

Un autre point central est que le capitalisme industriel est dédié à la production de masse. « Le processus des affaires des premiers âges », explique Mises, « a presque exclusivement pourvu aux besoins des plus aisés. Son expansion était limitée par le montant de produits de luxe que la strate des plus aisés avait les moyens de s’offrir. »9 La production des usines, au contraire, était destinée à la production de masse de produits bon marché pour le commun des mortels. Ce qui représente un énorme pas en avant pour le niveau de vie de chacun. Et c’est sur ce principe que le système capitaliste est entièrement basé : « Le fait remarquable à propos de la révolution industrielle et qu’elle a ouvert un âge de production de masse pour les besoins des masses. Ceux qui gagnent des salaires ne sont plus simplement des gens qui peinent pour le bien être d’autres. Ils sont eux-mêmes les principaux consommateurs des produits des usines. La grande entreprise dépend de la consommation de masse. Il n’y a pas, dans l’Amérique d’aujourd’hui, une seule grande entreprise qui ne fournit pas les besoins des masses. Le principe même de l’entrepreneuriat capitaliste est de satisfaire les besoins du commun des mortels… Il n’y a dans l’économie de marché aucun autre moyen d’acquérir et de conserver la richesse que de fournir les masses de la meilleure et moins onéreuse manière avec tous les biens qu’elles demandent. »10

Notre compréhension des événements historiques influence nécessairement notre vision politique ici et maintenant. Notre vision de la révolution industrielle colore indirectement notre perception des questions économiques d’aujourd’hui. Est-ce que le capitalisme, quand il n’est pas perturbé, tend à accroître le bien-être de chacun, ou est-ce que l’intervention de l’État est nécessaire pour empêcher une large paupérisation ? C’est ce qui est en jeu dans ce débat en cours sur la révolution industrielle, et dans cette entreprise, F. A. Hayek et Ludwig von Mises étaient notablement en avance sur leur temps.


Article original publié le 1er novembre 2001 sur le site de la Foundation for Economic Education. Traduction : Institut Coppet.

[*] Thomas Woods Jr détient un PhD de l’Université de Columbia et il est professeur d’histoire au Suffolk Community College de Brentwood, New York.

  1. F.A. Hayek, « History and Politics », in Capitalism and the Historians, ed. F.A. Hayek (Chicago: University of Chicago Press, 1954), p. 22.
  2. Leopold Kohr, The Breakdown of Nations (New York: Rhinehart & Co., 1957), p. 155.
  3. Hayek, “History and Politics,” p. 18.
  4. Ibid., p. 15.
  5. Ibid., p. 16.
  6. Ludwig von Mises, Human Action: A Treatise on Economics, 3rd. rev. ed. (Chicago: Henry Regnery, 1966 (1949)), p. 618.
  7. Ibid., pp. 619–20.
  8. Ibid., p. 620.
  9. Ibid
  10. Ibid, p. 621
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Article très intéressant !

  • Tout est dit argumenté, démontré loin des mensonges et manipulations chères aux socialistes pour s’accaparer les richesses d’autrui

  • le développement des premières  » usines  » à la fin du 18ième et au 19ième siècle, à permis de fournir non seulement des emplois mal payés, mais peut-etre mieux payés que les emplois agricoles d’alors, mais aussi, des emplois de specialistes, qui étaient souvent trés bien payés car recherché par les directeurs de fabriques, comme par exemple celui de graisseur : avant le développement des roulements a billes, dans le milieu du 19ième siècle, eux-mème permis par le développement de la métalurgie, le graissage des arbres en mouvement dans les usines, était un travail fondamentales pour le rendement des machines et leur longévité. on pourrait multiplier les exemple à l’infini. il est probable que bon nombre d’ouvrier, commençaient leur carrières trés jeunes avec des emplois au rabais, et soit montaient en galon dans l’usine, en développant des techniques plus rentable que le travail à la chaine, soit retournaient à la campagne, avec un pécule, ce qui leur permettaient d’acheter un bout de terrain ou un attelage …
    il est probable que la situation des ouvriers chinois aujourd’hui, est assez similaire : la TV nous dépeint des fourmis qui seraient mal payé et qui marcheraient à la baguette, entassés dans des dortoirs … ce sont souvent des gens trés jeunes qui viennent de la campagne, de parfois fort loins et ont tout interet à etre logés dans des dortoirs alors que le logement dans les villes chinoises est extrèmement chère, avant de retourner dans leur campagne avec des économies, pour se marier et débuter une nouvelle carrière …
    la croissance économique des 18ième et 19ième siècle, peu connue, vu l’absence de statistiques fiable à cette époque, et néanmoins bien réelle et devait varier entre 1 et 3% par ans. la révolution industrielle à permit d’augmenter le pouvoir d’achat de tout le monde, y compris des pauvres, ne serait ce que par la diminution du prix de l’alimentation qu’elle permettait parallèlement à l’amélioration des techniques industrielles, ou à l’amélioration des transports.
    au début de la révolution industrielle, en angleterre, les pauvres pouvaient s’habiller relativement facilement avec des vètements provenant des usines, en singeant les mode vestimentaires des classes aisées. de tels produits étaient évidement écoulé sur le continents, ou leur relativement bon rapport qualité prix faisait qu’ils étaient prisés par la population. cela fut une des causes de la chutte de l’empire napoléonnien : en bloquant les arrivées de produits anglais, moins cher et plus à la mode que les produits continentaux, les français mécontentèrent tout le monde …

  • simple-touriste
    21 avril 2014 at 4 h 29 min

    Est-il est vrai que c’est le seul moment où l’espérance de vie a très significativement diminuée?

  • Intéressant mais j’émets un bémol, sans être un spécialiste de cette periode et loin de la:
    Si la révolution industrielle a certainement permi une augmentation du niveau de vie général, de la population et l’émergence du prolétariat, ce qui est l’objet de l’article, celui-ci n’evoque que marginalement une question qui devrait être centrale chez les libéraux.

    Quid de la liberté ?

    Certes, Hayek et Mises soulignent avec raison que le choix du travail à l’usine se faisait le plus souvent librement-si tant est que le libre choix existe dans le contexte de misère sociale que decrit l’article.
    Certes, on retorquera avec raison que les contraintes de la vie paysane etaient aussi très rudes et que la liberté d’action concrète y est très limitée ( surtout pour les métayers, et ne parlons même pas du servage qui existait encore par endroits), mais je pense qu’il ne faut pas négliger l’impact psychologique de ce brusque changement de mode de vie sur la perception du monde des principaux intéressés, fût elle subjective voire erronée.

    Je m’explique: concrètement, pour un garçon dont les ancêtres cultivent la même terre depuis des générations, passer soudainement à l’usine devait être très déconcertant. Bien que comme évoqué la vie à la ferme était très difficile et contraignante, je pense qu’elle n’en offrait pas moins quelques espaces de liberté au quotidien (flâner un peu au retour des champs, draguer la fille du voisin pendant qu’on garde les troupeaux etc… autant d’espaces dont l’ouvrier nouvellement arrivé se voyait soudain privé) N’y voyez aucune idealisation naïve, on parle bien d’une vie très rude, mais on peut comprendre que les premiers « prolétaires » aient eu le sentiment de se retrouver à la merci d’une machine infernale (on pense bien sûr aux « Temps Moderne »).
    Ne négligeons pas non plus l’aspect « métaphysique »: en le paysan est certes aliéné, mais c’est avant tout par les lois de la nature -donc par l’ordre divin, (ou par son représentant terrestre pour le serf).

    Dans l’usine, l’ouvrier est soumis aux contraintes de la machine, oeuvre humaine, et est sous les ordres d’un vulgaire contremaître, qui n’a rien de different de lui et qui n’est même pas de sa famille.

    Je pense qu’au delà des conditions de vie matérielles, le sentiment de révolte qui va rapidement conduire les prolétaires vers le marxisme trouve sa source dans ce sentiment d’aliénation « contre nature » .

    Et ne negligeons pas non plus les dérives d’un certain paternalisme qui en certains cas n’a pas hésité à s’immiscer de manière abusive dans la vie privée des travailleurs. On évoquera le cas de certaines « villes-usines » desquelles on ne pouvait sortir que sur autorisation, des inspections et des fouilles de logements, immixtion dans la vie privée et la moralité des individus etc.
    Cela ne fut pas systématique, mais ca a existé.

    Je pense qu’au lieux de s’intéresser aux seules conditions de vie matérielles du prolétariat durant la révolution industrielle, les libéraux devraient aussi examiner son impact sur la liberté, ou le sentiment de liberté des intéressés.

    •  » le paysan est certes aliéné , mais c’est avant tout par les lois de la nature  »

      ho que non ! avant la révolution française, dans le royaume de france, les  » paysans  » ( cela recouvre un spectre de niveau social trés étendu ) devaient payer une quantité importante de taxe pour financer les deux ordres privilégiés qui étaient, eux , exemptés d’impots : la noblesse et le clergé. cela représentait une ablation importante de leur pouvoir d’achat déja bien faible. et cela n’avait rien à voir avec les lois de la nature. il s’agissait de survivance du droit moyenageux , assez anachronique vu qu’en france, le noble ne servait plus à grand chose depuis que la défense et l’administration d’un fief était entièrement dévolu au périmètre royal .
      la révolution française et la révolution industrielle, dont il faut observer la concomitance, apporte bien une césure dans l’histoire de l’occident, vers plus de liberté et plus de pouvoir d’achat pour les masses laborieuses, ultramajoritaire dans la population de l’époque, en débarrassant le peuple de ses anciennes servitudes et en lui permettant d’acheter des produits de nécessité courante moins cher qu’auparavant.
      dans l’histoire des deux derniers siècles, en aucun pays, les ouvriers de l’industrie ne sont majoritaire dans la population, si ce n’est dans les fantasmes marxiste de certains idéologue : sous la révolution française, le secteur secondaire est embryonnaire et ne joue un role important uniquement dans  » l’émeute reveillon  » d’avril 1789. quand la russie bascule dans le rouge en 1917, le pays est essentiellement peuplé de paysans, ce qui fera rigolé le grand responsable socialiste allemand kautsky lorsqu’on lui annonça que la dictature du prolétariat y avait été installé. mao s’appuya sur la paysannerie chinoise pour conquérir le pouvoir, et s’y maintenir…
      au 19ième siècle , au dela du sentiment d’aliénation contre nature, c’est plutot la faiblesse des salaires, du à l’arrivée sur le marché du travail d’une abondante population jeune grace à une démographie généreuse, et la grande inégalité des conditions entre riches et pauvre qui poussent les ouvriers vers des partis qui leurs proposent la disparition de la classe capitaliste .
      au mème moment, en chine, la mème démographie abondante, sans qu’il y est possibilité pour les fils de paysans de se recycler dans l’industrie, va provoquer l’explosion de la société : révolte millénariste dans la plupart des provinces, avec finalement, une forte réduction de la population par la guerre, la famine, et l’immigration pour les plus chanceux.

      la révolution industrielle a bien été la chance de l’occident …

      • Pour faire court: par « contraintes de la nature » j’entendais un « ordre (présenté/considéré comme) naturel » au sens très général, par opposition à l’ordre « artificiel » proposé par la révolution industrielle.

  • Alexis de Tocqueville décrit au chapitre XII la condition paysanne pre révolution indistruel: http://www.archive.org/stream/oeuvrescomplte04tocquoft#page/178/mode/2up

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Tous ces médias entre les mains de groupes privés, tous ces capitalistes qui achètent des journaux, des radios, des chaînes de télé, et s’allient entre eux pour chercher des synergies et de la rentabilité, préoccupent quelques sénateurs de gauche.

Des sénateurs contre les patrons des médias

Une commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias a été créée fin 2021, et ce serait bien, pensent ses membres, de boucler ladite enquête avant le premier tour de l’élection présidentielle afin d'inciter les candidats à se saisir de ... Poursuivre la lecture

La théorie du taux d’intérêt naturel trouve ses fondements dans les travaux de l’économiste Knut Wicksell, un économiste suédois (1851-1926). Il est un des fondateurs de la macro-économie moderne.

Sa théorie inspira les premiers travaux de Lord Keynes, des économistes autrichiens et de certains théoriciens du déséquilibre monétaire. Comprendre la théorie du taux d’intérêt est important pour saisir les cycles monétaires inflationnistes et déflationnistes.

Description de la théorie du taux d’intérêt naturel

Avant Knut Wicksell, le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles