Ukraine : la Troisième Guerre mondiale attendra

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ukraine : la Troisième Guerre mondiale attendra

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 avril 2014
- A +

Un article de Richard North, à Bradford, Angleterre.

Hier, nous avons eu droit au grand Armaggedon militaire, avec un convoi de pièces de musée ukrainiennes défilant vers Salvyansk, présenté par le Mail et d’autres comme le prélude à la IIIème Guerre mondiale. Au bout du compte, cependant, la grande cavalcade militaire a été arrêtée de la façon la plus humiliante qui soit, quand des séparatistes pro-russes, soutenus par une foule en colère, a saisi six de leurs jouets et les a paradés dans les rues.

tank ukraine bbc

Des cris de « Russie ! Russie ! » provenant de foules réunies dans la ville d’Ukraine orientale de Slavyansk tenue par les rebelles, ont salué les véhicules comme ils passaient devant l’hôtel de ville. Ils avaient été pris auparavant aux troupes ukrainiennes à Kramatorsk, à 20 minutes de route de Salvyansk, ayant été envoyés pour déloger une rébellion armée qui se consolide rapidement dans cette zone.

La BBC est sur le coup et, pour autant que je puisse le saisir par leur reportage, les activistes ont planqué certains de leurs blindés libérés, ce qui a envoyé Gabriel Gathouse de la BBC courir comme un lièvre dans tous les sens à leur recherche.

À en croire ce minet, il a dûment trouvé un de ces « tanks », leur trophée, sur la photo ci-dessus. Et c’est l’un des rares moments où l’on peut avoir du plaisir à être un nerd. Le « tank », comme il sera évident à nos lecteurs de longue date, n’est pas un tank.

Ceci, bien sûr, est un 2S9 Nona, un mortier de 120 mm automoteur, introduit pour la première fois dans les forces armées en 1981. C’est l’un de ces équipements gériatriques qui ne peut jouer aucun rôle pour mater une supposée rébellion, ce qui démontre une fois de plus le fait très évident que cette tentative d’intervention militaire n’est pas une affaire sérieuse.

Malgré les meilleures tentatives des médias traditionnels et des politiciens occidentaux pour faire mousser cette crise, le résultat immédiat du cycle actuel d’activités semble être l’acquisition par les Russes de quelques pièces de musée supplémentaires, dans une opération que même le très va-t-en-guerre Telegraph reconnait comme étant un « fiasco ».

Le gouvernement provisoire ukrainien s’est pris un bel oeuf dans la face et la IIIème Guerre mondiale a été repoussée de quelques millénaires. Elle est finie avant même d’avoir commencé, à peu près aussi réelle que les « tanks » de la BBC. Les poules mouillées des médias vont devoir travailler un petit peu plus dur s’ils veulent la redémarrer, tandis que les politiciens vont devoir accumuler un petit peu plus d’airmiles.

Pendant ce temps, face à l’incompétence et à l’impuissance de l’Occident (un mélange vraiment toxique), les Russes et les Ukrainiens avancent à démêler leurs problèmes entre eux, ce qui revient, en fait, à ce que l’Ukraine fasse ce qu’on lui dit de faire. Si vous voulez un exemple de « démocratie par fax », je suppose que l’Ukraine est un aussi bon endroit que tout autre pour commencer votre recherche.


Sur le web.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Qu’il qualifie de « gériatrique » un équipement uniquement parce qu’il date des années 80 montre qu’il ne semble pas connaître grand chose du monde militaire…

    Les chars sont inutiles dans ce genre de combats, ils sont faits pour les grandes manœuvres (comme une guerre avec la Russie…), ce qu’il faut là c’est des unités d’infanterie pour reprendre et occuper le terrain, avec un appui d’artillerie… artillerie dont c’est le rôle du « char » sur la photo. Rien d’étonnant donc à sa présence. Par contre, on a pas vu l’infanterie et on peut en effet douter de l’existence de la prétendue réponse ukrainienne à cette insurrection.

    Du reste il a raison, pour l’instant il n’y a rien d’inquiétant. Mourir pour l’Ukraine ? Les Russes peuvent rigoler. Les « stratèges » américains suivis des européens ont pitoyablement « géré » cette crise.

    Sans doute qu’ils avaient l’intention d’affaiblir la Russie en basculant l’Ukraine dans le camp occidental, et pour ça en supportant des manifestations de gens assez douteux dans leurs méthodes (tout cramer parce qu’on a pas envie d’attendre les prochaines élections pour faire tomber celui qu’on venait d’élire, histoire de changer de bonnet blanc pour prendre un blanc bonnet).

    Résultat : la Crimée, un site d’importance primordiale pour la géostratégie de la mer Noire et de la Méditerranée est désormais russe. Peut-être même que les Russes récupéreront la partie est de l’Ukraine, la plus riche à tous niveaux. Si jamais la Russie ne le fait pas, l’Ukraine gardera une forte part de russes, et elle basculera donc une fois saoulée des prochaines dirigeants pro-européens qu’elle va élire prochainement pour les remplacer par des dirigeants pro-russes. Bis repetita…

    Car en plus de tout ça, la perfusion de la Russie à l’Ukraine va cesser, heureusement on a prévu quelque chose. On en a les moyens. Non ? Ah non. Et c’est ainsi que ce qui restera de l’Ukraine va sûrement sombrer avec les bons à rien qui prendront certainement la suite. Ce qui, si l’est de l’Ukraine n’est pas détaché, aidera au retour d’un gouvernement pro-russe.

    Grandiose.

    Mais bon c’est pas la faute à nos dirigeants, non non non, ils sont bien trop futés pour être responsable de cette catastrophe… Les coupables c’est les Russes ! Donc, comme on l’a promis, on va leur mettre bien cher avec nos sanctions. Ou pas, histoire d’être ridicule de bout en bout.

  • A propos d’une vision du monde de certains Américains, se rappeler aussi le PNAC est en particulier le rapport :
    Rebuilding America’s Defenses: Strategies, Forces, and Resources For a New Century
    Un petit tableau en page 2 résumant bien la chose :
    http://iiscn.files.wordpress.com/2014/04/pnac.jpg
    Le « exploit transformation of war » en particulier, bien caractéristique de l’approche necon.
    Rapport ci dessous :
    http://www.informationclearinghouse.info/pdf/RebuildingAmericasDefenses.pdf
    Remarque : Victoria « fuck the EU » Nuland est aussi la femme de Robert Kagan, co fondateur du PNAC.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Première partie de l'article ici

L'augmentation des prix et les embouteillages dans la chaine logistique vont finir par s’atténuer une fois que les retards accumulés au cœur de la crise seront résorbés ; les prix de l’énergie redeviendront à un niveau plus proche de celui d’avant la pandémie (partie gauche de la Figure 2 et de la Figure 3).

Voilà pour l’immédiat. Ceci aura eu le mérite de montrer combien est essentielle l’énergie dans notre vie quotidienne et surtout de révéler à ceux qui l’ignoraient que la demande en énergie n... Poursuivre la lecture

Par Julien Théron. Un article de The Conversation

Les graphies officielles des noms utilisés dans cet article sont, en langue ukrainienne : Kyiv (Kiev), Donbas (Donbass) et Kharkiv (Kharkov).

Quel que soit le cadre, les pourparlers entre la Russie et les Occidentaux ont échoué. Moscou considère sa situation vis-à-vis de l’OTAN, qui serait pour la Russie une « question de vie et de mort », comme « intolérable ». L’acmé a été récemment atteint quand Vladimir Poutine en personne a allégué que la situation dans l’est de l’Ukraine «... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le 17 janvier 2022, aux Cafés Géographiques, Michel Bruneau a présenté son livre, L’Eurasie. Continent, empire, idéologie ou projet.

Voici ce que j’en ai retenu.

L’idée générale est de comprendre que l’Europe et l’Asie forment un seul continent et notamment que les États ou les empires (une vingtaine) ont souvent été à cheval sur les deux. Les plus connus sont ceux d’Alexandre, l’empire romain puis byzantin, ceux des turco-mongols dont l’empire ottoman, et la Russie.

La géo-histoire

Michel Bruneau commence par une rapide ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles