La nef des fous qui conduit la France à sa perte

En écoutant le discours de politique générale du Premier ministre, j’ai repensé à la Nef des Fous de Sébastien Brant qui se dirige inéluctablement vers son naufrage.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
nef_des_fous_aa

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La nef des fous qui conduit la France à sa perte

Publié le 11 avril 2014
- A +

Par Nicolas Nilsen.

nef_des_fous_aa

En écoutant le discours de politique générale du Premier ministre et en découvrant la composition finale du nouveau gouvernement, j’ai repensé à la Nef des Fous de Sébastien Brant qui se dirige inéluctablement vers son naufrage – et surtout à cette peinture de J.-F. Segura qui les montre en position « de combat », déterminés et résolus à faire avancer la France !

Les gens ont beau voter, manifester, protester (mariage pour tous, « veilleurs », famille etc.) – rien n’y fait : les mêmes fous restent désespérément accrochés aux commandes d’un navire ayant perdu la boussole et condamné à tourner en rond. Aveuglés par leur idéologie, ils continuent à confondre l’essentiel et l’accessoire, l’urgent et le dérisoire, nommant de surcroît les plus nuls aux fonctions les plus élevées. Partout, ils refusent de regarder la vérité en face et vivent dans un monde dont toutes les valeurs sont inversées : dans leur système, c’est le sage qui les met en garde qui sera considéré comme fou et tourné en dérision ; et l’incompétent qui est un « atout » ! Ils marchent sur la tête et ne comprennent pas qu’ils ne peuvent pas être la solution parce qu’ils sont le problème ! Le drame, évidemment, c’est que nous sommes tous embarqués dans la nef conduite par ces dingues !

Le même parti, la même idéologie, la même incompétence

L’avantage des fous de l’époque de Sébastien Brant (fin du xve siècle), c’est qu’ils étaient reconnaissables à leurs « marottes » et leurs bonnets à clochettes : on était alertés. Aujourd’hui, il est plus difficile de les identifier car ils se dissimulent avec les mêmes costumes et la même langue de bois. Mais on peut les reconnaitre au nom de leur « promo de l’ENA », ou à la rose du Parti qu’ils portent à la boutonnière – ou encore au ruban de la Légion d’Honneur qu’ils ont obtenu grâce à leurs bons et loyaux services rendus, non pas au Pays mais aux petits copains.

Quasiment interchangeables, les « fous gouvernementaux » délirent depuis des décennies en appliquant les mêmes recettes et les mêmes politiques insensées qui conduisent au même désastre : chômage massif, dette abyssale, déroute économique et financière. Mais essayez de leur dire qu’ils accumulent les échecs : ils ne vous écoutent pas, mettent leur entonnoir sur leur tête et vous traitent de fou ! Et quand il y a la chance inespérée d’un remaniement, ils n’envisagent à aucun moment de faire venir des libéraux, mais prennent exactement les mêmes, armés de la même idéologie, pour faire exactement la même chose…

Une inversion tragique des valeurs

img contrepoints220 pédaloCe qui caractérise le fou politique d’aujourd’hui, c’est une inversion généralisée des valeurs doublée d’une incapacité maladive à voir la vérité.

Ce qui est mal, il l’appelle « progrès ». Ce qui est mauvais, il l’appelle « avancée ». Quand il crée des emplois qui ne mènent nulle part, il les appelle des « emplois d’avenir ». Quand le chômage continue de monter, il nous assure qu’il y a « inversion de la courbe ». Quand on lui dit de faire des économies, il augmente les pactes dits de « solidarité ». Quand il y a le feu au lac, il propose des réformes à l’horizon 2021! Quand il faudrait réduire les dépenses de l’État, il augmente la dette. Quand il entre en guerre « pour quelques semaines » (Mali, Centrafrique) c’est qu’il va nous enliser pendant des années. Quand l’insécurité augmente, il nous certifie qu’elle recule. Quand tout le monde rame en raison de la crise, il dit que la croissance repart. Quand le peuple attend des réformes structurelles, il crée la nervosité dans le pays en multipliant les réformes dites de « société » qui sont en fait des réformes idéologiques destinées à provoquer politiquement. Quand les citoyens attendent une justice apaisée, il nomme une Garde des Sceaux militante. Quand il nomme un incapable au poste important de secrétaire d’État chargé de l’Europe, il dit que c’est un « atout ». Quand tous les pays de la zone euro sont en faillite, il dit que l’Europe est une magnifique construction porteuse d’avenir et de progrès. Quand il n’y a plus d’argent dans les caisses, il ne réduit pas la gabegie financière et le train de vie de l’État, mais préfère réduire celui des Français. Quand il y a des scrutins de défiance dans le pays, il prétend qu’il a « entendu le message » mais prend les mêmes pour continuer la même chose en pire…

Vivement un sursaut du peuple souverain !

Le peuple a beau essayer de les mettre en garde en leur envoyant des coups de semonces répétés aux municipales, rien n’y fait. Ils ne changent pas. Pareil pour les « sages » de la Cour des Comptes ou la Commission européenne qui essayent de les inciter à corriger leurs dérives : peine perdue. Ils se drapent dans leurs certitudes et demandent de nouveaux délais pour continuent à foncer dans le mur en klaxonnant. Partout les mêmes « Socio-Démagogues » qui font fausse route et continuent à nous vendre du vent (ils appellent ça « communiquer »). Et quand leur système prend l’eau de toute part, c’est seulement parce qu’ils n’ont pas pu aller « assez loin, assez vite et assez fort » ! Ils sont désespérément sourds, ils n’écoutent pas et n’entendent rien, comme les garçons de café parisiens !

Bref, à moins d’un sursaut du peuple souverain, ils conduisent le pays à sa perte. Le problème est que ça va être une longue agonie car il va falloir attendre la fin du quinquennat. C’est marrant mais je le sens très mal ce calendrier électoral ! Vivement que leurs discours lénifiants s’arrêtent et qu’on passe enfin aux choses sérieuses à coups de référendums !

Le « gouvernement de combat » dont la France avait besoin :

bosch_nef_b_tot
J.Bosch – La Nef des fous. Akademie der bildenden Künste, Vienna.


Sur le web.

 

Voir les commentaires (15)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (15)
  • ils ne changent pas…..et pourquoi donc changeraient ils ces olibrius ? bien sur que nous allons dans le mur ! la belle affaire ! c’est pas eux qui vont se le prendre en pleine tronche ! parce que si ces imbéciles étaient aussi concernés que nous par le naufrage qui nous attend , on peut être sure qu’ils changeraient de cap , mais comme ils sont à l’abris de tout………

  • Les socialistes étant complètement déconnectés de la réalité, ils vivent dans leur monde pétri d’idéologie. Comme parfois la réalité vient frapper à la porte de leur bulle où ils délirent entre fous, ça les affole encore plus et cette image de la Nef des Fous illustre parfaitement la situation.
    Le seul point positif, c’est que la fin du système se rapproche de plus en plus vite grâce à ces fous qu’elle n’aurait pu le faire avec des personnes sensées aux commandes. Mais il est vrai qu’avec des personnes sensées aux commandes il n’y aurait pas eu de bateau ivre.

  • Il y a une version contemporaine politiquement incorrecte de la Nef des Fous. C’est celle de Théodore Kaczynski.
    Texte traduit là (pas long, 5 minutes à lire seulement) : http://www.teleologie.org/OT/deboard/5231.html

    Encore plus subversif du même auteur, lire son Manifeste (100 pages). Avec des morceaux de libéralisme qui font grincer des dents.

    Enfin, regardez la bio du personnage !

  • Je crois que l’erreur que nous faisons est de vouloir embarquer tout le monde dans notre réflexion.
    Pourquoi s’embarrasser des collectivistes qui pataugent joyeusement dans leur médiocrité ?
    Pourquoi vouloir, à la manière des socialistes, sauver les gens malgré eux ?

    Et si on s’y prenait autrement ?

    Faisons sécession.

    Créons un Etat dans l’Etat, qui se substituerait à l’Etat existant. Appliquons y nos règles, nos lois, nos valeurs.
    La seule façon de combattre une sécession est la violence étatique.
    Obligeons l’Etat à être violent envers des pacifistes, obligeons le à montrer son vrai visage.

    • Impossible. Autant des socialistes pourraient organiser leur utopie dans un pays libéral (il suffit de contrats entre les membres), autant les libéraux ne le peuvent pas sans rébellion ouverte.

    • Faut se choisir une région, demander l’indépendance et y créer les institutions que l’on veut.

      Sondage : quelle région de France actuelle, voudriez-vous voir se détacher de la mère patrie et créer un pays libre ?
      – PACA : pour le soleil et en faire une nouvelle Californie.
      – Bretagne : a déjà des velléités d’indépendance.

  • Excellent pamphlet qui est malheureusement la triste vérité; jamais ils ne scierons la branche sur laquelle ils sont assis. Je ne vois que la rue qui pourra leur mettre un coup de pied au fesse; mais le petit confort de tout un chacun est encore présent. Patience…………….

  • très bon article, tristement vrai

  • Ils se gavent en nous méprisant ouvertement… Pourquoi voudriez-vous que d’eux-mêmes, ils changent quoi que ce soit ?

    Quand la farce sera finie, quand tout s’effondrera, ils feront comme n’importe quel dictateur Africain : ils enverront le pognon volé aux Français à l’étranger et partiront jouir d’une retraite en or massif dans un pays corrompu dirigé par un autocrate aussi pourri qu’eux.

    Et il ne nous restera que des montagnes de dettes, et nos larmes pour pleurer d’avoir été aussi naïfs, aussi passifs, aussi niais pour ne pas nous révolter contre cette nomenklatura de camarades et de frères…

  • L’ a l ‘ ègement d’ honneur

    Ce pays n’ a pas besoin d’ ennemi il est capable de s’ autodétruire petit à petit un exemple les  » allocations familiales  »
    Plus on se défonce , plus on a besoin de fric pour acheter la came et plus il faut faire d’ enfants ….
    du social pervers , du social décadent

    Pour nos socialos des divers partis ce sont des carriéristes et des affairistes forts doués pour leurs cptes .

  • J’ai trouvé d’où sortait cette comparaison ! Article intéressant. Je vous l’envoie. Me dire si vous l’avez bien reçu

  • Très bon article. Très juste. Ceci dit, vous parlez d’un prochain quinquennat et après ? Ca sera l’autre parti quasi identique qui passera mais rien de changera. Non non, nous allons bien finir, comme la Grèce ou l’Espagne, c est a dire, dans le mur.

  • fonctionaires incapables cretins enarques tres loin du monde du travail la revolution est en marche

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Moment historique pour certains, enfilement de platitudes pour les autres, le discours de politique générale de la nouvelle "Première ministre" Élisabeth Borne ce mercredi s’est voulu rassurant.

Rassurant pour les élus, tant madame Borne a laissé entendre que le gouvernement « jupitérien » allait lâcher un peu de lest et impliquer un peu plus les collectivités territoriales dans les décisions collectives en matière d’éducation, de santé ou de ruralité.

En 10mn, Borne vante la décentralisation et déplore l'ém... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Candidat sous la casaque présidentielle, Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour de la 5e circonscription des Français de l’étranger regroupant Monaco, Andorre, l'Espagne, et le Portugal. La claque l’a laissé sans voix : il a même décidé de fermer son compte Twitter.

🔴 Après sa défaite dès le premier tour des élections #Législatives, Manuel Valls supprime son compte Twitter. pic.twitter.com/pwNVKemzwx

— Élections 2022 🗳 (@2022Elections) June 5, 2022

La défaite de l’ancien Premier minist... Poursuivre la lecture

À la suite de la réforme de la Constitution française de juillet 2008, des circonscriptions législatives sont créées à l'étranger pour permettre aux Français établis hors du pays d'élire des députés à l'Assemblée nationale, les Français hors de France n'étaient auparavant représentés qu'au Sénat.

Ces députés, au nombre de 11 (un par circonscription hors de France), ont été élus pour la première fois lors des élections législatives de 2012. Les Français établis hors de France ont voté pour la seconde fois lors des élections législatives... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles