Pas de créations d’emplois sans entreprises nouvelles

Ce sont les entreprises nouvelles qui en moyenne créent des emplois et non pas les entreprises existantes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pas de créations d’emplois sans entreprises nouvelles

Publié le 11 avril 2014
- A +

Par Dominique d’Emploi-2017.

En moyenne, les entreprises existantes détruisent des emplois. Ceci n’est pas le fait de la crise mais s’observe sur de longues périodes et dans différents pays. Si la création nette d’emplois est positive, c’est uniquement grâce à la création d’entreprises nouvelles. Or, comparée aux anglo-saxons, la création d’emplois par les entreprises nouvelles en France est particulièrement faible.

L’importance des entreprises nouvelles dans la création d’emplois est un fait connu depuis longtemps par la Kauffman Foundation, fondation américaine spécialiste de l’entrepreneuriat. L’essentiel de sa découverte est bien résumé par le graphique ci-dessous, publié il y a quelques années. Ce graphique donne en bleu clair les créations d’emplois par les entreprises nouvelles et en gris foncé la variation d’emplois (positive ou négative) dans les entreprises existantes. On y voit bien que si les créations dans les entreprises nouvelles sont stables et importantes, d’environ 3 millions par an depuis 25 ans, la variation d’emplois dans les entreprises existantes est non seulement instable en moyenne mais négative : sur la période, les entreprises existantes ont détruit en moyenne 2 millions d’emplois chaque année.

création d'emplois

À la suite de la Kauffman, l’Institut IRDEME a produit les mêmes graphiques pour la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, et il a actualisé les données sur les États-Unis. Il en ressort que l’Allemagne (en bas à droite) diffère mais que le constat de la Kauffman pour les États-Unis se vérifie bien en France et au Royaume-Uni. Les taux de croissance du PIB allemand n’étant pas supérieur en moyenne à celui des autres pays, sa différence est une caractéristique structurelle propre.

Les graphiques sont présentés ci-dessous pour les périodes maximales disponibles pour chaque pays. En bleu apparaissent les créations d’emplois par les entreprises nouvelles, qui sont très stables quel que soit le pays, et en rouge apparaissent les variations d’emplois dans les entreprises existantes, qui en moyenne sont bien négatives.

créations d'emplois europe

Ces graphiques permettent de confirmer un point capital : ce sont les entreprises nouvelles qui en moyenne créent des emplois et non pas les entreprises existantes.

Or, il est frappant de constater que les entreprises nouvelles en France créent particulièrement peu d’emplois par rapport aux entreprises nouvelles chez nos voisins. Outre les données présentées dans les graphiques ci-dessus et compilées par l’Institut IRDEME, ce fait est confirmé par les statistiques d’Eurostat1, qui confirment elles aussi que les entreprises nouvelles en France créent 2 à 4 fois moins d’emplois qu’en Allemagne ou au Royaume-Uni. Les entreprises nouvelles françaises créent moins de 100.000 emplois salariés par an quand les entreprises allemandes en créent près de 200.000 et les britanniques près de 500.000.

création d'emplois entreprises nouvelles

Ces chiffrent confirment qu’il existe un potentiel significatif de créations d’emplois par les start-up. Pour rattraper notre retard de 4 à 7 millions d’emplois marchands2, il n’y a pas d’autre choix que de les encourager, et ce notamment par des mesures fiscales incitatives à destination des business angels.


Sur le web.

  1. Le champ est légèrement différent des chiffres compilés par l’IRDEME ce qui explique que les chiffres ne se recoupent pas exactement.
  2. Emplois dans les secteurs qui produisent et vendent à des prix économiquement significatifs, à opposer aux emplois dans les secteurs non marchands, c’est-à-dire les emplois vivant de fonds publics.
Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • « les entreprises nouvelles […] créent des emplois »

    Heureusement! Creer une entreprise ne permet pas de detruire des emplois inexistants…

    Il serait interessant de savoir au bout de combien de temps une entreprise n’est plus consideree comme « nouvelle » et si l’espace bleu represente un solde net ou un solde brut de creations d’emplois (si il s’agit du solde brut, la demonstration est un peu faible, si il s’agit du solde net et que l’entreprise est nouvelle sur 5 ans, la demonstration serait beucoup plus convaincante)

  • Un emploi de fonctionnaire supprimé c’est deux emplois du secteur privé de créés !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Certes, la vaccination et la sécurité font les Unes de la campagne électorale. Mais le pouvoir d’achat est également objet de débats, de programmes et de promesses des candidats déclarés ou putatifs. L’idée d’une hausse des salaires généralisée imposée à tous les employeurs est désormais banale, une hausse du SMIC ou un niveau de salaire garanti à toute personne active (2000 euros par exemple), l’accroissement substantiel des traitements des enseignants et soignants, la participation obligatoire des salariés aux profits ou au capital des entr... Poursuivre la lecture

2023 sobre
11
Sauvegarder cet article

Décidément, 2023 commence sur les chapeaux de roues et pas seulement parce que le premier janvier est tombé un dimanche : au vu des petites nouvelles passées discrètement, presque inaperçues, pendant la période des fêtes, voilà une année qui ne pourra qu’accumuler les bonnes surprises !

Mentionnons déjà l’arrivée, dès ce premier janvier, de la Croatie parmi les pays membres de la zone euro : ayant fait le choix bizarre de rejoindre le groupe des pays européens qui se sont attachés un gros boulet à la cheville en espérant courir plus vi... Poursuivre la lecture

L’importance des ruptures auxquelles nous sommes parfois soumis et le côté impératif de certaines d’entre elles peut nous empêcher de penser sereinement et nous amener à conclure que nous n’avons pas le choix de telle ou telle action.

C’est pourtant faux. On peut même arguer que plus la rupture est importante, plus la crise est pressante, plus le stratège doit éviter de tomber dans le piège de la voie unique. Les organisations qui survivent aux crises sont en effet celles qui, précisément, trouvent une réponse originale et créative aux... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles