Manuel Valls et la « politique des échangeurs »

Manuel Valls étant de gauche, tout le monde s’attend à ce qu’il fasse une politique de droite. C’est l’absurde « principe des échangeurs ».

Par Nicolas Nilsen.

manuel valls

La politique française est super simple à comprendre : il y a des cours de ScPo pour ça. Notamment ceux sur « la politique des échangeurs »… Je les ai suivis à l’époque et donc je peux vous en expliquer le principe sans problème…

Ce qui rend la vie politique française passionnante, ce n’est pas seulement qu’il y ait la « gauche » et la « droite » – ce serait trop simple – c’est qu’il y ait également la droite de la gauche et la gauche de la droite ; et aussi des gens soi-disant de droite qui font une politique de gauche, et des gens de gauche qui veulent faire une politique de droite… C’est pour ça que le pays va mal !

La droite fait une politique de gauche

Si vous êtes un Premier ministre de droite, vous avez évidemment compris dès le berceau que ce sont les entreprises qui créent la richesse. Mais la gauche vous reprochera d’être loin du peuple et de ne pas avoir de cœur (forcément, vous êtes de droite).

Vous devrez donc affirmer solennellement que vous êtes vous aussi soucieux de justice sociale, respectueux des « acquis sociaux », sensible aux exigences des plus démunis, que vous allez défendre l’État-providence et le « modèle social » français etc.

Comme ça votre programme ne sera pas seulement approuvé par vos électeurs de droite, mais il convaincra également la frange des électeurs du camp d’en face que vous devez nécessairement séduire pour gagner dans l’opinion et vous maintenir au pouvoir.

La gauche fait une politique de droite

Si vous êtes un Premier ministre de gauche, en revanche, vous n’avez pas trop à vous inquiéter de votre « volet social » (vous êtes de gauche et c’est donc compris dans le forfait). Mais à l’inverse, on vous reprochera de ne rien comprendre à l’économie et au fait que ce sont les entreprises qui créent la richesse.

Et donc si vous voulez engager un « Pacte de responsabilité » en faveur des entreprises (forcément soupçonné d’être un « cadeau au patronat ») vous devrez affirmer parallèlement que vous allez bien entendu exiger des « contreparties » et accompagner votre pacte de responsabilité d’un « Pacte de solidarité » pour les plus démunis.

Comme ça votre programme sera non seulement approuvé par votre camp, ce qui est la moindre des choses, mais il ne fera pas fuir la frange des électeurs du camp d’en face que vous devez convaincre également pour réussir dans les sondages et vous maintenir au pouvoir. Donc savoir faire de la « rigueur » mais en précisant bien que c’est tout sauf de « l’austérité » ! (qui serait forcément de droite)

L’absurde « principe des échangeurs »

  • Si vous venez de la droite, l’échangeur vous fera passer à gauche.
  • Si vous venez de la gauche, l’échangeur vous fera passer à droite.
echangeur_b
Échangeur Ve République modèle système majoritaire.

Pas le moindre problème : dans la vie politique française, les « échangeurs » c’est la forme banalisée de l’exercice du pouvoir. Comme sur les autoroutes, ça se fait insensiblement, sans même que l’électeur ne s’en rende compte. Même pire : il le demande. Prendre un homme de gauche pour faire une politique de droite (ou l’inverse) quelle joie, quelle délectation, mais comme c’est génial ! Bien sûr que ça ne peut pas marcher.

Prenez Manuel Valls…

Le nouveau Premier ministre est de gauche ? Donc tout le monde s’attend à ce qu’il fasse une politique de droite. Les gens seraient même étonnés s’il annonçait qu’il va faire une politique de gauche ! On l’a même nommé pour ça ; on l’a fait passer par l’échangeur et hop, il roule de l’autre côté. Ça fait évidemment hurler la gauche — et surtout la « gauche de la gauche » — mais ce n’est pas grave puisque c’est la droite qu’il faut rassurer.

Et ça fait des décennies que ça dure : vous êtes élu sur un programme de droite ou de gauche et ça merde ? Pas de problème : vous passez par l’échangeur et vous faites l’inverse ! Si vous étiez à droite vous serez un peu plus à gauche. Et si vous étiez à gauche, vous serez un peu plus à droite ! That’s easy !

Il y a évidemment un tout petit hic !

Le problème de cette pratique de la « politique des échangeurs », c’est le FN qui l’a soulevé : si la droite fait comme la gauche et si la gauche fait comme la droite, Marine le Pen a beau jeu de dire que c’est « l’UMPS », du pareil au même : t’es à gauche tu fais une politique de droite ; t’es à droite tu fais une politique de gauche. En gros c’est “blanc bonnet, bonnet blanc”…

Contre les échangeurs : rouler carrément au Centre !

Le seul moyen d’éviter que les gens de droite roulent à gauche et que les gens de gauche roulent à droite, ce serait d’avoir des gens qui roulent carrément au centre : un centre puissant, humaniste, libéral et européen. Ce serait plus simple et cela éviterait tous les têtes-à-queue que ces deux camps nous infligent inlassablement depuis des décennies.

Mais il faudrait évidemment pour cela qu’existent au centre des libéraux courageux, déterminés, ayant une colonne vertébrale et un programme solide ! Et pas seulement quelques personnalités sympathiques mais qui se satisfont d’être à la tête d’un parti qui n’a jamais ambitionné de mobiliser assez de personnes pour remplir complètement une cabine téléphonique !

Aux États-Unis, il y a également les démocrates et les républicains. Mais il y a aussi le mouvement « libertarien » (Ron et Rand Paul et d’autres) qui – heureusement – commence à convaincre de plus en plus de gens. Peut-être les libéraux français finiront-ils par se révéler ? Ils n’ont pas besoin d’échangeurs : ils roulent au centre et ont une autoroute ouverte devant eux. Mais encore faut-il qu’ils se réveillent ! Marre des marmottes. Et qu’ils accélèrent : marre des escargots !


Sur le web.