GIEC et climat, publication du rapport du Groupe 2

Le changement climatique peut être causé par des processus internes naturels ou des forçages humains, solaires ou volcaniques.

Un article de Skyfall.

Le rapport s’intitule cette fois « Changement climatique 2014 : Impacts, adaptation et vulnérabilité » et est disponible ici. Il y a deux tomes, donc il faut plusieurs petites pièces et clous.

Le passage clef pour comprendre le rapport et qu’il faut avoir à l’esprit lorsque vous lirez les articles incriminant le changement climatique (CC) est le suivant :

Background Box SPM.2. Terms Central for Understanding the Summary5 climate change: Climate change refers to a change in the state of the climate that can be identified (e.g., by using statistical tests) by changes in the mean and/or the variability of its properties, and that persists for an extended period, typically decades or longer. Climate change may be due to natural internal processes or external forcings such as modulations of the solar cycles, volcanic eruptions, and persistent anthropogenic changes in the composition of the atmosphere or in land use. Note that the Framework Convention on Climate Change (UNFCCC), in its Article 1, defines climate change as: « a change of climate which is attributed directly or indirectly to human activity that alters the composition of the global atmosphere and which is in addition to natural climate variability observed over comparable time periods. » The UNFCCC thus makes a distinction between climate change attributable to human activities altering the atmospheric composition, and climate variability attributable to natural causes.

En attendant la version française, je traduis les phrases importantes :

Le changement climatique peut être causé par des processus internes naturels ou des forçages humains, solaires ou volcaniques. […] Notez que le la convention sur le changement climatique, dans son article 1, définit le changement climatique comme : « un changement de climat qui est attribué directement ou indirectement à l’activité humaine ».

La définition du CC par le groupe 2 est pour le moins très large et n’est pas la même que celle du groupe 1, ni celle qui est généralement comprise pas le grand public. Il y a certainement une part de pragmatisme de la part du groupe 2 : quoi que puisse en penser le groupe 1, on ne sait pas rendre au CO2 ou au soleil la part qui leur revient. Le GIEC va probablement entamer une vigoureuse campagne d’information, d’abord auprès des journalistes, puis du grand public pour préciser les choses.

En attendant, il est à craindre que la plus grande confusion régne dans les esprits. Comment faire la distinction entre ce qui est causé par les émissions de CO2 par l’homme ou le changement d’utilisation des sols ? Comment distinguer ce qui dû au soleil ou à l’homme ? Le GIEC pour le moment n’en dit rien et s’il montre par exemple cette carte :

Le quidam se dira : l’homme est coupable.

PS : Le rapport du groupe 1 a été mis au propre dans sa version définitive et lisible.

Sur le web.