GIEC et climat, publication du rapport du Groupe 2

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

GIEC et climat, publication du rapport du Groupe 2

Publié le 2 avril 2014
- A +

Un article de Skyfall.

Le rapport s’intitule cette fois « Changement climatique 2014 : Impacts, adaptation et vulnérabilité » et est disponible ici. Il y a deux tomes, donc il faut plusieurs petites pièces et clous.

Le passage clef pour comprendre le rapport et qu’il faut avoir à l’esprit lorsque vous lirez les articles incriminant le changement climatique (CC) est le suivant :

Background Box SPM.2. Terms Central for Understanding the Summary5 climate change: Climate change refers to a change in the state of the climate that can be identified (e.g., by using statistical tests) by changes in the mean and/or the variability of its properties, and that persists for an extended period, typically decades or longer. Climate change may be due to natural internal processes or external forcings such as modulations of the solar cycles, volcanic eruptions, and persistent anthropogenic changes in the composition of the atmosphere or in land use. Note that the Framework Convention on Climate Change (UNFCCC), in its Article 1, defines climate change as: « a change of climate which is attributed directly or indirectly to human activity that alters the composition of the global atmosphere and which is in addition to natural climate variability observed over comparable time periods. » The UNFCCC thus makes a distinction between climate change attributable to human activities altering the atmospheric composition, and climate variability attributable to natural causes.

En attendant la version française, je traduis les phrases importantes :

Le changement climatique peut être causé par des processus internes naturels ou des forçages humains, solaires ou volcaniques. […] Notez que le la convention sur le changement climatique, dans son article 1, définit le changement climatique comme : « un changement de climat qui est attribué directement ou indirectement à l’activité humaine ».

La définition du CC par le groupe 2 est pour le moins très large et n’est pas la même que celle du groupe 1, ni celle qui est généralement comprise pas le grand public. Il y a certainement une part de pragmatisme de la part du groupe 2 : quoi que puisse en penser le groupe 1, on ne sait pas rendre au CO2 ou au soleil la part qui leur revient. Le GIEC va probablement entamer une vigoureuse campagne d’information, d’abord auprès des journalistes, puis du grand public pour préciser les choses.

En attendant, il est à craindre que la plus grande confusion régne dans les esprits. Comment faire la distinction entre ce qui est causé par les émissions de CO2 par l’homme ou le changement d’utilisation des sols ? Comment distinguer ce qui dû au soleil ou à l’homme ? Le GIEC pour le moment n’en dit rien et s’il montre par exemple cette carte :

Le quidam se dira : l’homme est coupable.

PS : Le rapport du groupe 1 a été mis au propre dans sa version définitive et lisible.

Sur le web.

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • Pierre Estrelka
    2 avril 2014 at 11 h 15 min

    le jour où on publiera (enfin) le rejet de CO2 dû à l’activité volcanique, un certain nombre de donneurs de leçons vont tomber sur le cul.

  • Ce rapport est un tissu de contre-vérités qui montre que l’IPCC ne sait plus quels dieux invoquer pour assurer sa survie. Le doute s’installe progressivement dans les esprits mais il faudra encore des années pour que les politiciens reviennent à la raison et comprennent qu’ils ont été floués par ces pseudo-scientifiques plutôt idéologues. J’ai écrit un billet le 31 mars au sujet de ce rapport :
    http://jacqueshenry.wordpress.com/2014/03/31/ca-va-griller/
    Le flou artistique de ce rapport est risible …

    • Le doute s’installe, certes, mais beaucoup de croyants et de zélateurs se portent bien. Ce fut pareil pour la phrénologie, de Gall. Au début du XXème siècle, des « Phrenological Societies » existaient encore un peu partout dans le monde anglo-saxon. Espérons que la religion giecienne durera moins longtemps.

  • Le GIEC me fait penser à un gamin ayant inventé le fil à couper le beurre chaud, qui tellement satisfait de son invention, le découpe en fines lamelles 🙄

  • HiPOPOlyte CACAnasson
    2 avril 2014 at 17 h 24 min

    Il était une fois le GLOBAL WARMING (échauffement global), appellation trop proche de GLOBAL WARNING (alarme générale) pour être fortuite et innocente.

    Cette alarme générale au réchauffement planétaire a progressivement évolué, natura non facit saltum, de réchauffement global vers réchauffement climatique puis vers changement climatique, puis encore sur le dérèglement climatique. Qui a perdu le thermostat ?

    Cette évolutive édulcoration en dit long, elle dit tout.

    Devant le décrochage de la température de la teneur en co2 et la disparition en douceur de l’origine humaine de le changement climatique, on voit montré d’un doigt manucuré les conséquences des intempéries.

    Là nous touchons au sublime !

    Sur la terre inoccupée par l’Homme, les frasques du climat n’avaient pas d’effet sur l’Homme.

    Puis, plus tard, plus qu’il y a d’Hommes plus qu’il y a de conséquences des caprices climatiques sur l’Homme et sa civilisation.

    Monsieur de LA PALISSE aurait dit que les conséquences des fluctuations du climat suivent la courbe démographique.

  • M’enfin, pourquoi s’acharner à dénoncer une manipulation si celle-ci consiste à créer un monde meilleur ?

    • HiPOPOlyte CACAnasson
      2 avril 2014 at 18 h 50 min

      La promesse (pro-messe) d’un monde meilleur (paradis) est d’ordre religieux, de l’ordre de la foi, pas de la gouvernance des nations ni d’ordre technique et scientifique.

  • Contrecontrepoints
    2 avril 2014 at 18 h 36 min

    Fantastique désinformation de la part de Contrepoints & Skyfall !

    « Le changement climatique peut être causé par des processus internes naturels ou des forçages humains, solaires ou volcaniques. »
    Bien entendu, et qui a dit le contraire ?

    « Comment faire la distinction entre ce qui est causé par les émissions de CO2 par l’homme ou le changement d’utilisation des sols ? Comment distinguer ce qui dû au soleil ou à l’homme ? »
    Les réponses à ces questions sont précisément apportées par les études d’attribution, synthétisées dans le Chap 10 du 1er volume du 5e rapport du GIEC dont vous donnez le lien (http://www.ipcc.ch/report/ar5/wg1/). Je vous laisse lire, Contrepoints.

    • HiPOPOlyte CACAnasson
      2 avril 2014 at 18 h 48 min

      Pourpre Pourpoint.

      De la dialectique de café du commerce votre pseudo réponse.

      Plus la terre sera peuplée, plus les dégâts dus aléas climatiques seront importants.

      C’est ce qui disent maintenant le GIEC, Ni coca ni cola Hublot et consorts comiques.

  • HiPOPOlyte CACAnasson
    2 avril 2014 at 18 h 52 min

    Pourquoi je tousse TONTON, parce qu’on m’enfume. C’est du bicarbonate !

  • HiPOPOlyte CACAnasson
    2 avril 2014 at 19 h 43 min

    De haut niveau ??! Elle est ensuite devenue avocat./

    Il n’y a plus de parallélisme entre la courbe de c02 et l’augmentation de la recrudescence de la hausse de l’élévation de la température.

    • HiPOPOlyte CACAnasson
      2 avril 2014 at 20 h 07 min

      Disons qu’en matière de chimie, je lui préfère ALLEGRE, géochimsite, de haut niveau, titulaire du prix CRAAFORD de cette discipline.

      • Citoyen: « Personnellement je préfère les 95% de climatologues »

        Ceux qui nous ont pondu les 73 modèles climatique qui prédisaient le réchauffement à venir et dont les courbes ce sont toutes révélées fausses ?
        http://www.drroyspencer.com/wp-content/uploads/CMIP5-73-models-vs-obs-20N-20S-MT-5-yr-means1.png

      • HiPOPOlyte CACAnasson
        2 avril 2014 at 20 h 34 min

        Tout l’égout sont dans la rature.

      • lemiere jacques
        2 avril 2014 at 22 h 48 min

        ben c’est là où ça merdoie, il faut TOUJOURS être sceptique, ce sont des modèles , il y a plein d’hypothèses alors 120% de climatologues qui « croient » à …quoi d’ailleurs..ça ne change rien pour moi…
        m’enfin….oh..de quoi on nous parle…de niveau de la mer ..le niveau de la mer je ne sais pas trop ce que c’est , j’arrive à comprendre les choses qui le font varier ..mais…maîtriser l’ensemble me laisse songeur…
        Comme on a pas 36 façons de mesurer le « niveau » de la mer en vrai, on peut vite raconter n’importe quoi, il suffit de regarder les données satellites qui changent….pour qu’au final tout le monde soit à peu près d’accord..

        On vous parle de température des océans…ça ne fait pas tilt chez vous , vous ne vous demandez pas comment diable font il pour mesurer ça et avec quelle précision..

        Comment pouvez vous vérifier que les taux de CO2 mesurés dans la glace sont bien les taux atmosphériques du passé?

        D’un coté on a des gens qui semblent bricoler comme ils peuvent pour réussir à avoir des lumières sur le passé ou sur des grandeurs globales , de l’autre 95 % de confiance dans qu’on sache d’où ce chiffre sort…

        Et tiens…d’ou sort il ce 95% de climatologistes?

        ça veut dire qu’on a posé une question simple énoncée clairement à tous les gens qui se disent climatologistes et qu’ils ont répondu à 95% ? alors de deux choses l’une, ou bien cela repose sur des faits alors il faut virer les 5% qui restent qui sont des incompétents, ou bien ça ne repose pas sur des faits et c’est une OPINION chose sans valeur en science et même mortifère.
        95% de climatologistes? ça veut juste dire 95% auront eu raison, ou 95% auront eu tort…

        Lisez le témoignage de darriulat chez les british…vous comprendrez exactement pourquoi ça coince, et que si on peut avoir une opinion la science ce n’est pas ça…
        ce n’est pas de la science ce sont des spéculations modelistiques inappréciables

      • Moi, je préfère les 5% restants :mrgreen:

      • lemiere jacques
        2 avril 2014 at 23 h 11 min

        et j’ajoute que du fait que ce sont des spéculations, avoir tort ou raison ne change rien sur le fond, en science la méthode et la logique sont essentiels.

        Il ne faut remonter bien loin pour saisir ce que ça signifie, des andouilles nous ont dit que les hivers seraient doux, plus exactement que d’après les modèles la probabilité d’avoir un hiver plus doux que la moyenne historique augmenterait, manque de bol, on a eu des hivers rigoureux en Europe, au lieu de parler de la signification limitée de de ce radoucissement des hivers, de variabilité naturelle etc, d’autres andouilles veulent nous expliquer quelles hivers rudes sont une conséquence de ce qui aurait du causer des hivers doux…quand une théorie peut expliquer après coup une chose et contraire, c’est que son caractère prédictif est fort limité….mais plus encore que des andouilles surinterprètent des éléments de preuve dérisoires.

        Bah ce que j’attends surtout des scientifiques c’est qu’ils remettent à leur place tous les gens qui distordent des rares faits pour faire la promotion d’un politique à la mode.

  • HiPOPOlyte CACAnasson
    2 avril 2014 at 19 h 51 min

    Le GIEC c’est la « quête du thermostat perdu », rien de plus.

    Un mythe, LE mythe légendaire mystérieux énigmatiquement introuvable malgré pendule oscillant et baguette de sourcier vibrante maniés par moult professeurs TOURNECOL (sic) dument barbus et binoclés.

  • HiPOPOlyte CACAnasson
    2 avril 2014 at 20 h 09 min

    La hausse de la température n’est pas en corrélation avec la teneur en CO2, depuis près de 20 ans./

  • Ya vraiment pas de quoi s’exciter dans un sens ou dans l’autre avec cet article de Skyfal. Chacun a déja dit ce qu’il pensait de l’AR5.

    J’ai jeté lu ce « Rapport du groupe 1 » (d’un derrière discret). Cela me fait penser à la foire aux prédicateurs du film « La vie de Bian » des Monty Python. Mais quand on rejette la validité scientifique et les conclusions de l’AR5, ça n’a pas grand intérêt (à part calculer ses prochains impots et donc la date limite de son départ de ce pays).

  • Ah cette douce croyance de l’adepte crédule et du parfait imbibé ! La voulez-vous vraiment ainsi, tel un cheval voyant loin (entre ses œillères), ce qui vous éviterait l’effroi de penser latéralement ?

    Il y a (approx.) 50.000 Gigatonnes de CO2 captif dans l’hydrosphère, la biomasse, l’atmosphère et les substances fossiles identifiées. Il y a de la houille, du pétrole & du gaz pour des siècles (!).
    80 % de ces gigatonnes sont contenus dans la seule hydrosphère (océans, eaux diverses), elle qui échange en permanence avec l’atmosphère sans nous le demander. Right ?

    La « libération » de CO2 pour tous usages dits anthropiques (donc culpabilisants pour l’espèce humaine assujettie à la dite croyance) s’élève à … (approx) 30 GT/an (soit 0,06% du total).
    Ceci suffit-il à un réseau de zigotos (professionnellement rémunérés au PPM de CO2 ?) pour décréter la fin du monde, l’effondrement de la biodiversité, le refus des OGM, … et laisser crever des millions de pauvres gens chaque année par leurs pratiques d’Apocalyse. Flipo : arrêtez donc de flipper ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Emilio Raimondo.

Les opposants au nucléaire avancent souvent les deux arguments suivants « le nucléaire est dangereux » et « les déchets peuvent durer des milliers d’années ». Mais ces deux affirmations n’informent pas sur les risques encourus.

Ce sont les risques provoqués par les activités dangereuses qui posent un problème et non les dangers eux-mêmes s’ils sont contrôlés.

Un danger est caractérisé par deux critères : sa probabilité d’occurrence (fréquence) et sa gravité.

Ainsi le soleil est dangereux à rega... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Une écologie politique dogmatique abuse les Français en voulant leur faire croire qu’ils pourront vivre de vent et de soleil. Mais sa volonté impérieuse d’imposer rapidement des règles contraignantes et de formater la pensée pour atteindre le nirvana écologique se heurte aux réalités physiques, économiques et humaines.

Un nouvel obscurantisme vert

Une nouvelle forme pernicieuse d'obscurantisme vert s’insinue dans les esprits au nom d'une valeur supérieure qui serait la Nature ou Gaïa.

Dans ce monde idéalis... Poursuivre la lecture

Par Armand Paquereau.

Après le gel du printemps et les pluies diluviennes de l’été qui ont retardé, compliqué voire ruiné les récoltes de céréales et le mildiou qui a sévi dans les vignobles et les cultures de pommes de terre, la tavelure dans les vergers, il a bien compris que les agriculteurs avaient besoin que l’on s’occupe de leur moral.

Il a annoncé une enveloppe de 600 millions d’euros par an pour indemniser les agriculteurs victimes de catastrophes climatiques et les aider à s’assurer contre les risques moyens. Ces fonds... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles