L’entreprise ne doit plus être sacrifiée !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’entreprise ne doit plus être sacrifiée !

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 avril 2014
- A +

Par Guillaume Cairou, Président du Club des Entrepreneurs.

entrepreneur

Les entrepreneurs ont largement et lourdement sanctionné le gouvernement. Voilà la leçon à tirer de ce scrutin municipal. Nos gouvernants doivent dès lors prendre conscience du fait que notre pays, en concurrence avec d’autres pays, ne peut plus attendre. Il faut tirer les enseignements de ce scrutin avec gravité et lucidité.

Nous ne faisons pas de chantage. Notre pays mérite mieux. Nous disons simplement au Président de la République : prêtez attention à ce qui se passe. Écoutez les entreprises, parce que la défense de la France ne peut passer que par la défense de ses entreprises et l’encouragement de ses entrepreneurs qui tirent vers le haut notre économie.

L’ensemble des chefs d’entreprise doit être écouté et respecté parce qu’il n’y a pas de démocratie véritable là où les entrepreneurs ne sont pas écoutés !

Le Président de la République doit prendre en compte les résultats de ce scrutin, en regardant honnêtement la réalité du terrain entrepreneurial, pour que l’économie française et l’emploi ne soient pas affaiblis.

Les entrepreneurs n’ont cessé de tirer la sonnette d’alarme depuis plusieurs mois sur l’état économique conjoncturel du tissu entrepreneurial et l’urgence d’agir. Ils n’ont pas véritablement été entendus parce qu’aucune mesure concrète n’a été prise afin de rendre opérationnelles les annonces pro-entrepreneuriales salutaires formulées par le Président de la République notamment dans le cadre des assises entrepreneuriales.

Les résultats du second tour des élections municipales ne doivent pas créer une atmosphère alarmante anti-entrepreneurs. Au contraire, ils doivent être l’initiation d’une dynamique accélératrice en faveur de la création d’entreprises, d’emplois et de richesses.

Il est indispensable que les entreprises, et notamment les plus petites d’entre elles qui composent la majorité de notre tissu entrepreneurial, soient enfin reconnues en tant que telles. Il est crucial d’en finir avec ces clivages artificiels qui asphyxient notre économie.

Dans une perspective de simplification, il faut supprimer sans délai les seuils qui constituent un véritable boulet ultra-pénalisant à tirer pour notre pays dans la compétition mondiale. Ils empêchent la création d’ETI puissantes dont nous manquons cruellement.

Le Club des Entrepreneurs considère que ces résultats sont un véritable avertissement. Le Club continuera de s’associer pleinement aux travaux du gouvernement sur l’entreprise. Il sera très attentif au premier chantier post-municipal alors que l’on apprend que l’abyssal déficit public s’est élevé à 4,3 % de PIB en 2013…

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « il n’y a pas de démocratie véritable là où les entrepreneurs ne sont pas écoutés »

    Je ne vois pas très bien le rapport avec la démocratie !

    L’état n’écoute pas les techniciens qui lui disent que sa politique énergétique est un non-sens. L’état n’écoute pas les économistes qui lui disent que la politique keynésienne ne saurait fonctionner sur le long terme. L’état n’écoute pas les comptables et la cour des comptes qui lui dit qu’il jette l’argent par les fenêtres. Pourquoi écouterait-il les entrepreneurs ?

    Mais les techniciens sont des exécutants, les économistes des consultants, les comptables des fonctionnaires. Les entrepreneurs sont en revanche des décideurs. Ils doivent agir en fonction de la situation et des perspectives et entreprendre différemment ou ailleurs si cette situation n’offre pas les perspectives et les garanties nécessaires à leur investissement personnel dans le travail.

    Et tant pis pour la France et les français qui les rejettent et place des autistes au pouvoir.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La plupart des plans de transformation ne donnent pas grand-chose malgré l’importance des moyens mis en œuvre. L’une des raisons est qu’ils essaient d’aller trop vite. Cette volonté d’aller vite est guidée à la fois par la peur d’échouer et par une mauvaise compréhension de la nature profonde de la transformation, qui est un processus social.

Je n’ai qu’un vague souvenir du reportage, car c’était il y a longtemps, mais il m’a marqué. La scène filmée se passe dans un centre de formation d’apprentis en mécanique. Le professeur, vieux de ... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Lorsque je discute avec des amis, revient souvient la réflexion que les riches peuvent rester riches parce que l’argent rapporte naturellement. Malheureusement la valeur ne se crée pas par magie, elle résulte de certains mécanismes qu’il est nécessaire de bien appréhender afin de comprendre pourquoi on gagne ou l’on perd de l’argent.

Dans un monde de déflation, l’argent, entendu comme l’épargne, rapporterait puisqu’avec une même quantité de monnaie vous pourriez acheter davantage de biens ou services. Dans un ... Poursuivre la lecture

Par Marius-Joseph Marchetti.

 

1) Big Players and The Economic Theory of Expectations, de Roger Koppl (2002)

J’ai terminé récemment la lecture de cet ouvrage, que je conseille ardemment à tout un chacun.

Méthodologiquement, Koppl part de deux fondements qu'il qualifie de misésiens, inspirés de Friedrich Hayek et Alfred Schultz. Il construit par la suite une théorie des anticipations cognitives (subjectives) et a-cognitives (objectives), plus ou moins fiables selon la nature des institutions.

Basant sa t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles