Non, le vote Front National n’est ni disruptif ni constructif

Certains se plaisent à concevoir le vote FN comme disruptif, avec plus ou moins de bonne foi. Ils se trompent : le FN est dans le système, et non contre lui.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
vote

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Non, le vote Front National n’est ni disruptif ni constructif

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 25 mars 2014
- A +

Par Baptiste Créteur.

fnLe Front National construit depuis des décennies un discours simple : si nous voulons maintenir les avantages et privilèges que confèrent la nationalité française, nous devons rester entre nous. Nous devons fermer nos frontières aux capitaux étrangers, aux biens importés de pays pratiquant le dumping social, aux immigrants qui viennent vivre aux crochets de notre bel État-providence.
Ce discours, traditionnellement considéré comme conservateur, passe aujourd’hui pour une remise en cause du système. Le FN, avec ses petits scores en pleine croissance, occupe peu de sièges locaux et nationaux ; il ne traîne encore, comme le rappelle h16, que peu de casseroles. Le Front National passe pour avoir une parole plus libre, pour ne pas s’embarrasser d’un politiquement correct qui vise à cacher une réalité que personne d’autre ne voudrait voir en face.

Les deux partis qui se partagent jusqu’à présent le pouvoir ont accepté de laisser sa place au Front National pour mieux ensuite demander aux électeurs de soutenir un Front Républicain qui les arrange bien. En faisant des appels du pied aux partisans d’un racisme modéré (on blague, hein, mais c’est pas méchant) et en ravivant à chaque occasion le spectre de la menace fantôme fasciste, ils ont permis la progression d’un FN qui se nourrit d’une part de réalité.

Oui, c’est vrai : une politique d’État-providence généreuse n’est pas compatible avec une immigration aussi ouverte [1]. Mais s’il faut n’en garder qu’un, conservons l’atout, pas le boulet : coupons l’État-providence, et conservons l’immigration bénéfique à l’économie.

Oui, c’est vrai : l’UMP et le PS proposent peu ou prou la même chose, et ont la même tendance à se servir d’abord, puis servir leurs amis, puis leurs électeurs, en faisant payer le reste de la population. Mais le FN ne propose pas grand chose de mieux ; les pseudo-baisses d’impôts proposées ne sont rien face à la baisse de pouvoir d’achat des Français une fois les frontières rendues moins poreuses.

Oui, c’est vrai : l’Europe dépossède les États-membres d’une part de leur souveraineté. Mais ce n’est pas la France qui est la plus à plaindre ; à entendre les hommes politiques français, leurs premiers réflexes si on leur donnait les commandes seraient de faciliter le financement de leurs dépenses aussi inutiles que massives et de jouer avec les règles du commerce international en tentant de masquer les effets délétères que leurs politiques ont à l’échelle nationale derrière un nuage de fumée douanier et règlementaire. Le FN propose la même chose : reprendre les jouets, s’amuser avec, et faire comme si c’était la faute du reste du monde si ça n’a pas marché.

Oui, c’est vrai : il faut envoyer un message clair de ras-le-bol à la classe politique. Mais pas seulement ; c’est avant tout à chacun de nos concitoyens qu’il faut envoyer un message. Il ne s’agit pas de faire tomber la 5ème République, ou quelques têtes, comme on peut le lire ici ou là ; il s’agit de la remplacer par un système plus respectueux des droits individuels et des libertés fondamentales, et ce n’est pas le Front National qui sera à l’origine de ce changement. Pas plus que n’importe quel autre parti, d’ailleurs ; même les programmes qui semblent parfois bien commencer se révèlent à la lecture truffés de « souveraineté », « soutien aux entreprises », « subventions ».

Ce sont les Français qui feront naître le changement. En s’abstenant de voter, en préférant se faire entendre et prendre leur pays en main.

  1. si tant est qu’on considère la politique d’immigration française comme ouverte, c’est-à-dire qu’on n’ait jamais eu à demander un visa pour visiter l’espace Schengen
Voir les commentaires (92)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (92)
  • Pourquoi focaliser sur l’immigration ?

    Marine Lepen est la seule à :
    -critiquer les bruxellois européistes fanatiques
    -réclamer une sortie de l’euro

    N’est-ce pas une position fondamentalement différente de celle de l’UMPS ?

    Rien que pour ces deux points, la logique commande de voter FN.

    Autre argument : c’est une affaire de degrés, d’échelle si vous préférez.

    Admettons que vous ayez raison : le FN fait partie du Système.

    En revanche, et vous ne pouvez pas le nier, si vous mettez ces 3 partis sur une échelle, il y a bien une gradation. Le FN est MOINS délirant que l’UMPS.

    Ergo : le bon sens commande de voter FN.

    Vous demeurez dans une posture idéologique. Depuis que vous êtes né, on vous dit que le FN c’est « mal ».

    Etant intelligent, vous êtes devenu libéral. Bravo. Mais vous avez conservé certaines chaînes mentales, celles autour du Front National. Un véritable conditionnement.

    Alors qu’il faut analyser la situation froidement. Sans aucun affect.

    • christophe : « En revanche, et vous ne pouvez pas le nier, si vous mettez ces 3 partis sur une échelle, il y a bien une gradation. Le FN est MOINS délirant que l’UMPS. »
      ————————————–
      Le FN est bien PLUS délirant que l’UMPS (voyez, moi aussi, je peux affirmer).
      Le FN n’a pas eu le temps de délirer parce qu’il n’a pas encore eu le pouvoir, c’est tout. Laissez lui les commandes et les gens en seront tellement dégoûtés qu’ils reviendront vers l’UMPS comme les poules au poulailler, vous serez bien avancé avec ça !

      christophe : « Depuis que vous êtes né, on vous dit que le FN c’est « mal ». »
      ————————-
      Non, non et non. Le FN, c’est mal, parce que c’est du socialisme+écologisme+anti-libéralisme, point barre, c’est pas du « on dit », c’est écrit en noir et blanc dans son programme. A la rigueur, le FN paternel était encore potable en matière de libéralisme économique.

      C’est plutôt vous qui êtes dans le registre « on vous dit que le FN, c’est bien, le FN, c’est la troisième voix », ne projetez pas vos travers sur les autres.

      • Les degrés dans le délire, bof ! Le FN conspue le libéralisme autant ou plus que les autres. Qu’il devienne pragmatique et nous verrons si nous avons quelque chose en commun, mais pour le moment, rappelons nous que rien ne nous oblige à soutenir quelque parti que ce soit.

        • Marine Le Pen : « tous les totalitarismes, qu’ils soient nazi, communiste ou mondialiste »

          On se demande si elle a oublié « libéralisme ».

        • le FN à la sauce hollandaise:

           » je remonte sur mon scooter aprés avoir Fort Niqué  »

          le FN est comme l’auberge espagnol, on y trouve ce qu’on y apporte…

      • « A la rigueur, le FN paternel était encore potable en matière de libéralisme économique. »

        « A la rigueur » et il faut le dire haut et fort parce que prôner un semblant de libéralisme et pratiquer un bon protectionnisme des familles par derrière 😀

    • LOL ! Après avoir lu le programme du FN, je me demande comment quelqu’un de censé peut voter pour eux ! Economiquement c’est tout ce qu’il ne faut pas faire, et pour le reste, alors là c’est du grand portnawak…

      • Notre contexte démographique et géographique nous oblige à supprimer droit du sol et regroupement familial, sauf abolition totale de l’État-providence, hypothèse complètement illusoire.

        C’est une priorité absolue: Même si les autres partis avaient des vues plus pertinentes en matière économique, il faudrait opter pour le FN.

        Or tel n’est pas le cas. Nous serons quoi qu’il arrive gérés par des incompétents économiques.
        Par ailleurs, il faut revenir au Franc, c’est regrettable mais c’est la sanction des 35 heures et du cortège de stupidités économiques que nous ont imposées les ânes qui nous dirigent depuis 40 ans.

        Inutile de pleurer sur le lait renversé: Prenons nos pertes maintenant et mettons-nous au boulot, plutôt que retarder l’inéluctable à tout prix – cela a du sens pour les politiciens dont le métier consiste à miner le mandat de leur successeur et retarder l’explosion des bombes héritées.
        Mais pas pour nous.

        • Si la priorité absolue était alors voilà : c’est terminé. Nous ne pouvons pas revenir en arrière, le mal est fait. Donc soit c’est l’apocalypse, soit on fait ce qu’il y a à faire, et ne pas pleurer en effet. Il aurait fallu fermer les frontières dès le 15è siècle, nous en avons 5 de retard et ce n’est pas rattrapable. Il faut prendre les priorités de notre temps et non celles du passé. A partir du moment ou l’organisation en état-nation a donc montré son inadéquation avec cette fameuse priorité de son époque, maintenant qu’il est entendu que l’état-nation ne doit pas ˆetre artificiellement conservé dans son coma actuel : comment conduire le changement, comment organiser l’émergence d’une nouvelle société ? Il n’est pas acceptable, pas raisonnable de nous laisser entrainer dans la chute de l’état-nation, meme si c’était une belle idée. Faites votre deuil… ou ne le faites pas d’ailleurs, ça n’a pas d’importance.

        • Par ailleurs, il faut revenir au Franc, c’est regrettable mais c’est la sanction des 35 heures et du cortège de stupidités économiques que nous ont imposées les ânes qui nous dirigent depuis 40 ans.

          Oui, ce sera la sanction immédiate, dure. Mais si les politiciens français sont incapables de réformer le pays, c’est une manière assez violente de le faire. Nous avions François I, II. Nous avons François le Mou!

    • Un jour il faudra qu’on m’explique en quoi un retour au Franc (et aux manipulations associées par nos politiques, inutile de se voiler la face) aiderait la France à s’en sortir…
      Aider nos exportations grâce à la dévaluation ? L’Allemagne a le même euro que nous et est juste derrière la Chine, devant les États-Unis (source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_volume_d%27exportation). En outre en considérant que toute notre énergie hors hydraulique / éolien / solaire est importée, je ne vois pas en quoi une dévaluation nous aidera… sans même parler de la dette, libellée en Euros.
      La critique de l’Europe telle qu’elle se construit est saine. Il serait bon aussi que madame Le Pen mette ses actes en accord avec ses paroles et arrête de manger dans la main de Bruxelles. Quand il s’agit de toucher des subventions pour elle ou pour son parti, bizarrement, elle n’est pas très incisive…

      • Il suffit de voir l’échec de l’euthanAbe et les problèmes en Argentine pour discréditer le fenouille et la blonde femdom.

      • Pas d’accord sur le raccourci sur l’énergie.

        Nos importations de nucléaire ne coûtent pas cher (le marché du combustible nucléaire n’est pas très dynamique) et rapportent à l’export. La différence alimente les salaires Areva et EDF. Si les salaires baissent avec la dévaluation, on devient plus compétitif.

        Bien évidemment, les salaires Areva et EDF servent aussi à payer les carburants liquides importés.

      • Le retour au Franc sera la sanction de l’incurie, comme toute dévaluation.
        Non pas une solution, mais une sanction méritée.
        Il eût été préférable d’adopter une monnaie stable avec ses exigences, mais le mal est déjà fait.
        Le nier ne fait que repousser la baffe, dont la force grossit exponentiellement avec ce délai.

      • Le pays vit à crédit. Rien n’est trop beau pour nos princes. Vu leur incapacité à se défaire de leurs mauvaises habitudes, mettre du chaos permettra de trouver des solutions.
        Avec le Franc, il faudra payer tout Franchement cash, car personne ne prêtera à une bande de rigolos pas très sérieux. personne n’aura confiance en le Franc-Lire! Même les français. Chaque Franc-Lire sera échangé dès que possible en Euro!

    • « Alors qu’il faut analyser la situation froidement. Sans aucun affect. »
      C’est fait. Le FN, c’est le pire mal avec les extrêmes gauches (FdG, NPA, PC, etc.). Dans votre échelle, il arrive après le PS et et l’UMP. Dans la mienne, il va à la poubelle, la même.
      Vous êtes dans une posture idéologique aveugle et persistez dans votre déni de ce qu’est réellement le FN.

    • « Le FN est MOINS délirant que l’UMPS »

      Le FN est donc délirant.

  • Oui et non, je ne serais pas si catégorique.

    Le programme du FN au niveau economique est clairement n’importe quoi, il y aurait une baisse globale énorme de pouvoir d’achat et ça ils se gardent bien de le dire à leurs électeurs.

    Mais

    Tout ce que compte la France de personnes non qualifiées, au chômage ou pas ne s’en sortira JAMAIS sans sois une baisse du smic sois une sortie de l’euro.
    MLP le sait peut etre, et dans ce cas, elle peut éventuellement améliorer le sort de ces gens qui, dans son systeme pourraient trouver un boulot, mais adieu smartphone et autre luxe de smicard d’aujourd’hui, retour à sans doute une vie plus simple mais sans problemes pour les vrais besoins primaires.

    Pas sur que ses electeurs en soient conscients et l’accepteront

    Sinon, l’immigration certes elle veut conserver que le boulet de l’état providence, mais la situation actuelle est en mode « double boulet » donc idem c’est quand meme un changement.

    • je ne vois pas en quoi une sortie de l’euro peut être une solution…

      • Pour devaluer et rendre compétitifs des gens qui ne le sont pas (personne non qualifiés, jeunes sans qualifs ni experience ect ect), bon ca revient au meme que de baisser fortement le smic

        • Oui, enfin, une dévaluation ça ne marche qu’à court terme.

          Avec le ralentissement économique si on fait du protectionnisme en même temps, ça va vite devenir sportif, en France.

      • Ce n’est pas une solution mais une sanction.

        Par ailleurs la question de l’immigration est prioritaire, pas l’économie.
        Du reste l’incompétence économique est uniforme dans l’offre politique actuelle, cessons donc de faire comme si c’était un critère discriminant.

        • « Par ailleurs la question de l’immigration est prioritaire, pas l’économie. »

          Whouaou. Vous sortez d’un coma dans lequel vous etes tombes en 2007? Que les politiques n’aient aucune solution a proposer, je veux bien l’entendre mais que la priorite soit la question de l’immigration, il va falloir m’expliquer! Emmigration peut-etre?

        • La priorité, c’est la fin de l’Etat-providence, dont l’immigration n’est qu’une conséquence, et du social-clientélisme qui fonde le pouvoir des politocards et des nervis du syndicalisme. Le jour où des politocards feront comme Dioclétien n’est pas près d’arriver.

  • Et si au lieu de donner des mauvais points au FN et accessoirement aux autres partis politiques vous proposiez quelque de plus concret que  » remplacer ( la Ve république ) par un système plus respectueux des droits individuels et des libertés fondamentales » ?
    Qui remplace un système politique par un autre ? comment se passe un tel remplacement ? quelle équipe adoubez-vous pour y parvenir ?
    A moins que selon vous, l’abstention massive et la prise en main directe du pays par les Français (?) soit la réponse…

    Si rien n’oblige les libéraux à soutenir un parti quel qu’il soit comme le dit MicheO, et si ces mêmes libéraux ne s’organisent pas pour proposer un système qui tienne debout et qui soit accepté par une majorité de français, s’ils ne jugent pas utile d’expliquer le libéralisme à ceux qui ne le connaissent pas ou mal, tout cela reste du blabla et de l’entre-soi.

    • Le problème du libéralisme est qu’il est stigmatisé de tous les côtés et sa vision est déformé. Ainsi, monté une liste ou un parti est très coûteux en terme de temps et d’argent. Tant qu’il n’y a pas un changement de mentalité, le moins que l’on puisse faire c’est de convaincre les gens petit à petit. Malheureusement, le mal est si profond que le peuple est aveuglé par le socialisme. Il suffit d’ailleurs d’en parler dans votre entourage, le simple fait de parler du libéralisme et on vous considère comme pire qu’un fasciste (c’est du vécu)
      Dans ces conditions, il n’est pas étonnant qu’un mouvement pur libéral n’existe pas mais plutôt des idées a droite et a gauche.

      Les libéraux doivent être patient et simplement attendre un moment plus propice. Etant optimiste par nature, je suis persuadé que ce temps arrivera mais dans une ou plusieurs générations.

      Enfin, il est toujours étonnant de voire le PS donné de « mauvais point » l’UMP et inversement, le FN faire également la même chose et pourtant cela ne choc personne de voir qu’au final, ils n’ont rien à proposer de concret pour vous. Par contre, il faut que les libéraux eux, redouble d’effort pour donner des solutions concrètes sinon « tout cela reste du blabla et de l’entre-soi » … Étonnant la France….

      • virtua: « Le problème du libéralisme est qu’il est stigmatisé de tous les côtés  »

        L’autre problème est que les libéraux en France sont bien trop divisés pour représenter une réelle force de persuasion. Les courants extrémistes servent de repoussoir et une bonne partie ne soutient même pas les vagues libéraux qui existent sous prétexte qu’ils trahissent la pureté de la doctrine.

        Un bon nombre de libéraux français ne voteraient pas pour le parti libéral radical Suisse par exemple.
        Prise de positions souverainistes, sociales, pragmatisme et consensus politique.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Parti_lib%C3%A9ral-radical

        • Je voterais sans hésiter pour le parti libertarien Belge. Et j’aurais voté sans hésiter pour le PLD, s’ils n’avaient pas fait la connerie de s’allier au Modem.

          Ceci dit, si pour vous le pragmatisme c’est e voter pour un parti étatiste, alors non, je ne vous suis pas dans cette voie.

  • Vous allez me détester pour certains, mais je n’ai lu aucun pg, ne suis pas allé voter et je n’ai même pas regarder les résultats. Savoir qui mieux mieux n’a aucune importance, si FN il y a, peut être aggravera-t-il plus rapidement la situation du pays ou pas, mais c’est une possibilité envisageable dans le pire, pas mieux que tous les autres!

  • Les petits bourgeois libéraux ont peur du FN, à pisser de rire. Je croyais que les libéraux étaient déjà tous expatriés faute d’avoir trouvé du boulot décent en France à part les pistonnés, mais non ils se sentent encore une fois obligés de faire un discours conservateur. L’UMPS vous sied bien finalement, bande de libéraux.

  • En grande partie d’accord avec cette article.
    Cependant il faut se poser la question de ce qu’est la « valeur changement ».
    L’appeler de ses vœux comme un St Graal est aussi productif que de faire des processions pour qu’il pleuve.
    N’y a-t-il pas plutôt besoin d’un rassemblement discipliné pour trouver les vrais compromis qui permettent à une société de fonctionner ensemble.
    Depuis des années j’observe une culture d’invective et d’irrespect: n’est-ce pas là qu’il faille changer ?

  • Le FN est un symptôme de délitement social. Il s’agit de traiter les causes pas les symptômes. Je m’amuse quotidiennement à compter les cadeaux que font les pouvoirs actuels au FN; en d’autres mots lorsqu’ils amplifient le délitement social. A ce jeu là la gauche vaut la droite et le pouvoir économique ln’est pas en reste …
    Le FN est évidement sur des propositions imbéciles mais il se met à la porté de son électorat… Et souvent ceux qui le critique ne voient même pas qu’ils sont dans de l’idéologie ce qui fait encore plus son jeu.

    Par exemple,( juste pour le plaisir de vous faire bondir, enfin les libéraux), le futur traité commercial euro-USA est une catastrophe : il faut faire les bonnes choses au bon moment et dans les bonnes conditions, on apprend ça, à la base, à l’école… et pourtant .. Hollande( mais l’UMP ferait de même) est en train de forcer les choses; le bilan sera + 10 au FN à la première affaire où les français se sentiront floués dans leur souveraineté nationale (et, sous un certain angle, avec raison….). C’est simple de faire monter le fn, ce sera bcq plus difficile de le faire descendre. Je craints que nous ne passions rapidement à la trappe poussés par le croc à phynance à ce rythme là.

    Vous connaissez le loup et l’agneau de Mr De la Fontaine je suppose. On y trouve certainement plus de pertinence que dans l’ensemble des théories économiques existantes. Elle a fait ses preuves et ce depuis le début de l’humanité. Quelle théorie (ou modèle) économique a aujourd’hui prouvé quoique ce soit ?

    • « Le FN est un symptôme de délitement social. »

      C’est quoi, le délitement social ?

      « le futur traité commercial euro-USA est une catastrophe »

      En quoi ?

      « le bilan sera + 10 au FN à la première affaire où les français se sentiront floués dans leur souveraineté nationale »

      Ah, les prophéties… Marx avait prévu que le capitalisme s’effondre à la fin du XIX siècle et le triomphe du communisme…

      « Vous connaissez le loup et l’agneau de Mr De la Fontaine je suppose. On y trouve certainement plus de pertinence que dans l’ensemble des théories économiques existantes. »

      Et hop, la lutte des classe… KAMARAAAADES !!!

      • Monsieur PH11 si vous entendiez au lieu d’écouter vous verriez que les réponses à vos questions sont dans ce que j’ai dis….

        Si la monté d’un parti comme le FN n’est pas un signe de délitement , … 36 % d’abstention, 10 millions de pauvres environ etc… Evidement c’est du spontané ça n’a pas de causes…

        ET pour votre couplet sur Marx, à part les lieux commun… il semble qu’à l’analyse nous soyons pas loin de la situation qu’il décrit pour expliquer l’effondrement : une crise de surproduction , Marx était un historien et un sociologue, pas un économiste , il y a beaucoup à y glaner au lieu de bêtement rejeter même et surtout pour un libéral.

        PS : mes prophéties se sont quasiment tjs vérifiées ça étonne mes amis (la plupart économistes) la différence : je suis aussi historien et sociologue ça élargit l’esprit ; essayez ….

    • 24 avril 1981: 1er tour des élections présidentielles JM Le Pen 0 voix, l’extrême droite est annihilée. Novembre 1981 constatant l’état de sa prostate et redécouvrant en faisant le ménage sa francisque, Le Père François se dit « tiens je devrais appeler Jean-Marie et lui donner un petit temps d’antenne. »

  • La question que personne ne semble se poser c’est si un passage du FN ne serait pas bénéfique pour montrer aux Français que « Gauche/droite ou troisième voix autoproclamée », c’est finalement pareil. Que la seule vrai question c’est « plus d’Etat ou moins d’Etat »

  • Pour le reste de l’article …. mouarf avec mention spéciale au couplet sur l’immigration, de la pure idéologie libérale… Vous irez donc loin.

    • Reprocher à un site libéral d’être libéral, c’est juste lol…

      Enfin… Les frontistes c’est comme les cocos : une minorité extrémiste qu’on entend parce qu’elle crie plus fort. Rien à voir avec la majorité silencieuse qu’elle prétend représenter comme son alter-égo de gauche…

      • Le FN doit représenter 25 % des électeurs (je suis pret à prendre le pari pour les européennes).

        Si on retire, les français, d’origine antillaise, africaine, maghrébine, asiatique et si on retire les français de confession juive et musulmane, car, je ne pense pas qu’ils votent FN. Alors on arrive à 40 % des blancs de ce pays qui votent FN, on est loin d’une minorité (il y en a même peut être dans votre famille, attention!)

        • On peut voir aussi les choses de manière complètement inverse.
          L’électorat maghrébin pourrait bien se retrouver dans les thèses du FN par exemple. La morale ouvrière et l’appartenance de classe était autrefois « de gauche » relativement à une organisation de la société, tandis qu’aujourd’hui la souffrance qui y est associée est due à une désorganisation. De plus le verrou identitaire a sauté avec la troisième génération post-immigration, ou dès la première génération des immigrés travailleurs et il y en a beaucoup, qu’ils soient déclarés ou non, qui ne comprennent pas pourquoi ils devraient partager le fruit de leur travail avec des immigrés « non méritants » : ils ne se sentent pas concernés par la xénophobie puisqu’ils y sont plutôt favorables et se sentent tout à fait français. Alors évidemment le manque de fermeté sur la condamnation du libéralisme culturel et moral par le FN (par exemple sur le mariage pour tous) les ennuie, mais ce n’est pas compris pour autant comme un laissé-aller. La condamnation des religions non catholiques est aussi une confirmation pour beaucoup de la centralité de la religion, et ils préfèrent une France catholique à une France athée.
          L’engagement dans des causes religieuses fondamentalistes se traduit le plus souvent par de l’abstention, mais de toutes façons le FN y est vu comme structurant plutôt que comme un acteur perturbateur.
          Je pense qu’on retrouve une distribution des votes pour le FN assez homogène dans les différents groupes ethniques des votants. Ou en tous cas la dynamique est plutôt vers une homogénéisation. Les disparités des taux d’abstention me semblent plus intéressantes.

          • L’électorat africain peut se retrouver dans toutes les thèses non-identitaire du FN, mais ne se retrouvera jamais dans l’esprit xénophobe qui motive principalement son électorat.

            Les gens qui votent FN le font d’abord et en premier lieu pour protester contre le remplacement ethnique et l’insécurité physique et économique qui en résulte.

            • Tout le jeu du FN c’est de réussir à garder cet électorat là tout en se positionnant sur un clivage plus pertinent pour ratisser plus large. C’est compliqué mais ils y arrivent pas trop mal. Cependant je pense qu’ils sont quand même en train de perdre un peu au niveau de la base xénophobe, malgré le bon travail de Jean-Marie Le Pen qui a pas mal discipliné tout le monde sur le sujet et les différents « accidents » (bien gérés) en matière de communication qui permettent d’entretenir la confusion.
              Nous verrons. Mais encore une fois les dynamiques profondes actuelles remettent en cause l’auto-identification de tout le monde, le ressort identitaire est général. L’électorat africain se retrouve dans la question identitaire avec le FN qui est le seul qui le porte au premier plan. La différence identitaire joue moins que la peur de l’absence d’identité : le « verrou » est sauté pour beaucoup de monde.

        • Vous les sortez d’où vos chiffres… le FN c’est 13,95% des électeurs inscrits en 2002… et la présidentielle est le moment le plus fort électoralement parlant pour ce parti.

          Vous sous estimez totalement la force de la propagande anti-gauloise. La majorité des blancs comme vous dites est pro-étatiste et indifférente au grand remplacement.

      • Encore une fois apprenez à entendre, pas à vous écouter; je ne critique pas là le libéralisme mais l’idéologie… idéologie (le nom ) libérale (l’adjectif qualificatif)…. Un minimum de rigueur syntaxique est nécessaire, sinon c’est du bistrot du commerce…

    • Le « couplet sur l’immigration » ne peut pas être considéré comme du libéralisme.
      Le libéralisme n’a pas de politique migratoire, il ne traite pas des conditions de citoyenneté.
      Il est donc parfaitement compatible avec des frontières fermées à toute immigration.

      Les penseurs libéraux ont démontré les vertus de l’échange libre de marchandises, de biens et de services.
      Pour le reste, la préférence pour la liberté, le principe de non-agression, n’a aucun rapport avec l’immigration incontrôlée.

      Même le libéralisme intransigeant d’Ayn Rand exige des frontières:
      Dans La grève (Atlas Shrugged), John Galt a développé une société libre dissimulé par un savant dispositif, où ne sont admis que ceux qui prononcent l’allégeance à ses principes.

      • Libéral ET sectaire.

      • « Le libéralisme n’a pas de politique migratoire, il ne traite pas des conditions de citoyenneté.
        Il est donc parfaitement compatible avec des frontières fermées à toute immigration. »

        Dès l’origine les libéraux ont défendu la liberté de circulation des personnes, et ce d’ailleurs avant même que le mot libéralisme existe (voir l’école de Salamanque par exemple).

  • Rendre la France libérale. Quand l’a-t-elle été ? Avant 1974 ? avant 1914 ? avant Richelieu ou Louis XIV ? Libérale la Hollande l’était dès le XVIIe siècle et l’Angleterre définitivement dès 1688. Notre pays a été soumis à l’absolutisme royal puis napoléonien et républicain, ensuite dévasté par les guerres mondiales qui ont été le vecteur d’un étatisme absolu. Toutefois nous avons eu la chance d’avoir une école libérale de renom, notamment au XIXe siècle et qui sont republiés depuis peu grâce aux efforts d’éditeurs passionnés par les idées de liberté.

    Aujourd’hui le militant libéral est donc outillé au plan intellectuel. Etait-ce le cas à l’époque d’ID Actions ou de Démocratie-Libérale ?

    Que faire ?
    Selon l’Art de la Guerre – SUN TZE – observer l’adversaire.
    Avez-vous relevé comment s’organisent pas seulement les socialistes – fort clientèlistes – mais les collectivistes de conviction ? Quelles structures ont-ils pour agir ? Quel est le temps qu’ils consacrent à leur lubies ?

    Est-il possible d’instaurer le règne des libertés en France si les gagnants du système libéral : entrepreneurs, cadres supérieurs, professeurs émérites, bref l’élite authentique du pays, ne consacre pas davantage de temps au bien commun du Pays ?

    Denis Payre a fondé Nous Citoyens. Venez-voir comment c’est !

    • Quand on relie l’histoire de France, on peut sans se tromper affirmer qu’elle n’a jamais été libérale.

      La révolution est une forme d’accident qui a poussé des fanatiques a remplacer une oligarchie par une autre, et à remplacer des impôts par d’autres.

      Son oligarchie a pu être pro-business capitaliste jusqu’en 1910, mais aussi conservatrice et autoritaire, ou fanatique et constructiviste. Jamais libérale, toujours à vouloir orienter le peuple, l’éduquer, le manipuler, le contrôler, l’asservir…

      Espérer une révolution libérale basé sur la confiance en les citoyens, c’est du rêve.

    • Sun Tzu dit aussi: attaques l’adversaire où il est faible, retires-toi où il est fort.

      Nous savons où il est fort: dans la politique, dans les médias, dans le système des partis, dans la fonction publique, dans les syndicats, dans la culture…

      Reste à trouve ou il est faible.

      On a put remarquer ces derniers temps, que si le gouvernement sait réagir face à de grands groupes structurés, il semble en revanche désarmé face à des groupes moins hiérarchisés et plus diversifiés. Ou bien face à des gens qui refusent ses « cadeaux ». Il y’a peut-être quelque chose à creuser de ce côté-là.

  • Il est peut être ni disruptif ni constructif mais il est jouissif 🙂

    Sérieusement, en l’absence de parti libéral et de programme libéral, ma voix ne peut aller à gauche ou au centre. Elle ne peut non plus aller à l’UMP & associés (Sarkozy aux affaires n’a en gros rien glandé du tout).

    Reste le vote blanc ou l’abstention (ie les autres décident à ma place) ou le FN.

    J’admet que le programme économique est débile et que le reste du programme est puissamment étatique. Bref, c’est méchamment moisi.

    Mais comme choix par défaut, ça défoule.

    Comme je disait précédemment, avec le FN:
    – Au pire, c’est comme avec l’UMPS depuis 30 ans…
    – Au mieux, ça fait exploser le pays plus vite (quoique, on pourrait avoir un tournant à gauche toute de moije qui pourrait nous aider dans moins d’une semaine).

    • « ie les autres décident à ma place »…
      A partir du moment où vous êtes libéral, donc fortement minoritaire, les autres décideront à votre place quoi qu’il arrive. Votre (notre) objectif doit être d’obtenir de ceux qui décident qu’ils prennent en compte quelques unes de vos (nos) idées. Pour ce faire, nous n’avons que notre pouvoir de conviction, celui de notre bulletin de vote est nul.

      • Je suis fortement sceptique sur les libéraux sont aussi peu représentatifs en France.

        La plupart des personnes avec qui je bosse sont fortement réceptifs au théses libérales.

        Bon ok, ce sont des gens qui créent des boites et/ou qui bossent 15h/jour.

        Un parti libéral, avec un programme libéral aux petits oignons et n’ayant pas peur d’expliquer qu’il faut taper vite et fort là ou ça fait très mal (état limité au fonction régalienne, plus de subventions, réforme syndicale, réforme des retraites avec une retraie à la carte pour chacun, privatisation de la sécu, etc…), en ayant un bon volet social pour ceux qui en ont VRAIMENT besoin, et présentant une libéralisation massive de l’économie (code du travail en 10 pages, bulletin de salaire à 3 lignes, flat tax progressive pour toute le monde et destruction progressive de toute niche fiscale et de l’intervention de l’état dans l’économie, etc etc…) pourrait percer.

        Je pense que bon nombre de Français n’attendent en fait que cela : une programme de rupture, avec des perspectives sociales, fiscales et économiques sur 5 ou 10 ans.

        Ok, yaquefaucon, mais en l’absence de ceci, je vote FN jusqu’à nouvel ordre. Aucune envie de me battre contre des moulins qui n’en n’ont rien à cirer, autant mettre le waï.

        • Par définition, une flat tax n’est pas progressive.

          J’aime mieux me pendre par les c…. que de voter pour des communistes, fussent-ils du FN.

          Pour le reste, d’accord avec vous. Un parti libéral n’a rien à gagner à faire des concessions.

  • Il y a également l’espoir qu’avec un FN élu, ce pleutre peuple de moutons Français accepte ENFIN de se révolter, afin d’accoucher de quelque chose de plus « propre » (voir plus libéral, soyons fou).

    Révolte que l’on ne verra jamais sous l’UMPS, mais vu que le FN c’est mal, se révolter et foutre en l’air la Ve République à ce moment la sera un devoir national. Parfait !

  • le problème avec marine, c’est qu’on peut pas voter pour elle parce qu’elle a une jolie femme…

  • le vote FN :

    l’économie est une chose, mais le vote FN est souvent un vote  » ethnique  » !

    • Ah, et sur quoi vous basez vous donc pour affirmer ceci ? parce que de tous ceux qui se sont exprimés sur le vote FN ici, je n’en ai guère vu qui revendiquaient ainsi une « saine épuration » ?

      Même si mathématiquement, du point de vue du chômage, retirer une partie de la population active (insérer ici : immigrée, féminine, roux aux yeux verts, fonctionnaire … ah non, pas ces derniers, pardon) libère autant de postes à pourvoir (notez que je parle de poste à pourvoir, et non de réduction du chômage). Le nier farouchement comme le font tous les anti « anti-immigration » revient à nier l’évidence.

      Quant au Calgon, c’est surtout un anti-calcaire, plutôt qu’un agent nettoyant … mais je dis ça, …

      • « Même si mathématiquement, du point de vue du chômage, retirer une partie de la population active (insérer ici : immigrée, féminine, roux aux yeux verts, fonctionnaire … ah non, pas ces derniers, pardon) libère autant de postes à pourvoir (notez que je parle de poste à pourvoir, et non de réduction du chômage). Le nier farouchement comme le font tous les anti « anti-immigration » revient à nier l’évidence. »

        ce n’est pas si évident. Ce genre de choses se paye par un ralentissement de l’économie (ça à toujours été le prix pour le protectionnisme, quel qu’il soit).

        D’une manière générale, il faut se méfier des évidence. Par exemple on aurait put penser que le colonialisme enrichissait le colonisateur. Hors l’exemple Anglais prouve qu’il n’en est rien. Les colonies ont au contraire été un gouffre financier pour l’empire Britannique.

        Qu’on nie une évidence ne signifie pas toujours qu’on a tord.

        Il ne faudrait pas oublier, par exemple, le potentiel de création d’entreprises que produit l’apparition d’une main d’oeuvre bon marché. Ni le potentiel des immigrés en terme de consommation et d’épargne.

        L’économie n’est pas un jeu à somme nulle.

      • pour affirmer ça, je me base sur mon experience et sur le fait que le vote FN, jusqu’à une periode proche, ce superpose quasi parfaitement avec la présence de l’immigration africaine…

  • FN= marxisme économique qui fleure bon le programme commun de la gauche des années 70…Grâce à Marine…

  • La spécificité du FN, qui explique son engagement contre l’Europe, c’est son territorialisme et l’idée de la matérialité du lien social : une appartenance forte à l’état, des dépendances peu nombreuses mais capitales, une hiérarchie très rigide, une autorité construite par la force plutôt que sur la compétence, des échanges interpersonnels (au mieux un proto-capitalisme catholique, avec une banque unique), des frontières très contrôlées (dans l’idéal elles sont fermées : ils savent que c’est impossibles, mais ça reste un idéal) à toutes les échelles (nationale, mais aussi régionale et communale), une méfiance globale de l’urbanité… etc.
    On ne retrouve pas ça à l’UMP (ou au PS, c’est globalement la même chose sur les points les plus importants) qui s’inscrit dans le capitalisme, l’industrie, la ville (si ce n’est la mégapole, ce qui ne veut pas dire qu’ils oublient la province évidemment, ni le territoire, mais ceux-ci se pensent autrement). Alors certes le FN ne va pas dans le sens de plus de liberté, ni dans un diagnostic réaliste de la situation actuelle : il n’empêche que leur approche est bien alternative, une laternative délirante. On pourrait remarquer que le Front de gauche est très proche du FN sur beaucoup de points qui, au 20è siècle, étaient périphériques et qui se retrouvent aujourd’hui être au centre de la construction des lignes de clivage du 21è.

  • Tant que les libéraux nieront les frontières et leur utilité, ils n’auront aucune audience électorale.

    • Je pense que les choses sont de plus en plus claires : nous avons besoin d’une fusion entre l’UMP et le PS, et entre le FN et le FDG. A partir de là les libéraux pourront avoir une voix un peu plus claire, différente de cet UMPS et des écologistes. Je crois que la piste se trouve au niveau du Parti Pirate, mais de toutes façons la participation à des élections qui entérinent d’une manière ou d’une autre la structure de nos institution est problématique.
      A quelles frontières fais-tu référence ? Il faudrait tout de même remarquer qu’une ligne géographique ne peut pas servir de frontière pour tout et n’importe quoi : il y a tout un tas de frontières qui se superposent parfois, qui se croisent, qui divergent, selon les activités humaines. Il ne s’agit pas de nier les frontières, il s’agit au contraire de les accepter, mais celles qui sont signifiantes, pas juste des trucs décidés par une administration dont on ne sait pas trop d’où vient la légitimité.

    • Les frontières ont une utilité (et une seule): délimiter le champs d’action d’un état.

      • Le champs d’action territorial, a priori le champs d’action symbolique est délimité par la loi. Et donc il y aurait une loi unique qui fonctionnerait sur tout un seul et meme territoire, pour toutes les activités humaines quelles qu’elles soient, quelles que soient leur portée géorgraphique par exemple… surprenant. On remarque en tous cas que les polices occidentales ne semblent plus respecter ces délimitations territoriales, relativement à des activités qui justement les dépassent et qui ont pourtant des impacts locaux : ça ne marche plus. Il y a évidemment tout un tas d’exemples assez amusants concernant ce type de glissement du déploiement des moyens d’action en dehors du territoire, encadrés par des « programmes de coopération » parce que plus personne n’y comprend rien (parfois l’encadrement est trouvé a posteriori, c’est innovant), et on peut s’attendre à une multiplication de ces cas aujourd’hui simplement « accidentels », parce que ça ne marche plus. Est-ce que ça veut dire que le désordre est inévitable ? a priori non, en tous cas ça n’y ressemble pas trop.

        • Ah, ça, c’est sûr que ça ne peux marcher que si l’état se borne à accomplir sa tâche.

          Les fonctions légitimes de l’état (sécurité défense justice) peuvent être accomplies aux sein de frontières. Les autres tâches n’ont pas à être accomplies par l’état.

          • Encore une fois : quelles frontières pour quoi ? Il y a des atteintes à la sécurité qui se gèrent de manière très locales, d’autres qui se gèrent à l’échelle internationale : on n’arrive plus à tout faire tenir dans les mêmes délimitations parce que nos moyens d’action sont plus fins, ce qui entraîne des exigences plus qualitatives.
            Le minarchisme qui veut un état minimal se traduit concrètement par un renforcement de l’état : on donne à celui-ci le monopole des moyens relatifs à la gestion de la sécurité, et tout devient instantanément un problème de sécurité nationale. De plus une légitimité faible est encore ce qui oblige le plus à la négociation.

            • Exact. Cet aspect peut tout de même être atténué pas la concurrence entre état.

              Mon point est plutôt qu’ les frontières, c’est pour les états, pas pour les individus.

  • @ Christophe,

     » Marine Lepen est la seule à :
    -critiquer les bruxellois européistes fanatiques
    -réclamer une sortie de l’euro  »

    Marine Le Pen veut une sortie de la France de l’Euro pour de mauvaises raisons. Elle accuse l’Euro fort de pénaliser les exportations françaises alors que les allemands ont le même Euro fort qui pourtant voient leurs exportations progresser.

    D.J

    • Tout à fait.

      Je veux bien une sortie de l’Europe si elle s’accompagne d’une politique unilatérale de libre-échange, et de la fin de l’état providence.

      Je veux bien une sortie de l’euro si elle s’accompagne de l’abandon du monopole monétaire.

      MLP ne propose rien de tout ça, elle propose même l’inverse. Pourquoi irais-je voter pour elle?

  • le FN était  » libéral  » du temps du père, jean – marie…

    le FN est étatiste avec sa fille, marine…

    bientot le FN troisième génération avec … jean – marine lepen, le FN sera tout ce que vous voudrez !

  • le programme économique du ps et de l’ump est un programme étatiste, socialiste tandis que le programme économique du fn est encore plus socialiste à la limite du communisme. c’est presque le meme programme que le front de gauche.
    si la france est ruiné c’est à cause du socialisme (menée depuis 40 ans) alors opté pour encore plus de socialisme ne me parait pas tres judicieux.
    l’auteur de l’article est un économiste libéral . on ne peut pas dire qu’il défende le socialisme ou des partis comme l’ump et le ps. ce n’est pas parce qu’on est contre le fn que l’on est forcement pro ump ou pro ps. on peut tres bien etre contre les 3 partis

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On entend beaucoup d’intervenants de la vie politique se désoler de l’abstentionnisme et du désintérêt des électeurs. Avec 54 %, l’abstention est le plus grand parti de France, nous répète-t-on. De la même façon que les subventions aux syndicats ont détourné les gens de ces instances qui ne finissent plus par ne représenter qu’elles-mêmes, les subventions aux partis politiques ne sont-elles pas nuisibles ?

Nous, contribuables, payons 66 millions d’euros par an pour financer les partis politiques. L’argent est distribué au prorata des r... Poursuivre la lecture

référendum libéralisme
6
Sauvegarder cet article

Moi ou le chaos ? Cette interrogation résume en trois mots toute la politique macronienne.

Elle est à la fois juste et fausse. Juste, parce que ne s’opposent à l’option d’une majorité présidentielle que deux délires irresponsables et démagogiques. Fausse, parce que cette absence de choix raisonnable est avant tout la résultante d’une entreprise de démolition en règle de toute opposition crédible.

Si le paysage politique n’offre plus aujourd’hui qu’une seule option : Macron ou le grand n’importe quoi, on ne le doit qu’au présiden... Poursuivre la lecture

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles