L’UMP est à 22,7%, le PS à 18,4%

Le nombre total d’électeurs est constitué des suffrages exprimés + les blancs et non-exprimés + les abstentions, + les non-inscrits.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’UMP est à 22,7%, le PS à 18,4%

Publié le 24 mars 2014
- A +

Pour connaitre le résultat d’une élection, il faut voir le pourcentage d’électeurs ayant choisi chaque parti. Le nombre total d’électeurs est donc constitué des suffrages exprimés + les votes blancs et non-exprimés + les abstentions + les non-inscrits. Nous pouvons estimer les non-inscrits en soustrayant les inscrits à la population totale ayant le droit de vote.

Pour le premier tour des municipales de 2014, il faut donc inclure environ 10,5% de non inscrits, cette différence étant de 4,7 millions de personnes pour 44,6 millions d’inscrits, 38,6% d’abstentionnistes et 7% d’électeurs ayant voté blanc ou non-exprimé.

Les scores des principaux partis lors de ce premier tour sont donc :

Électeurs n’ayant voté pour aucun candidat : 51,3%
UMP : 22,7%
PS : 18,4%
FN : 2,3%
Autres : 5,3%
Sous forme graphique, voici à quoi ressemble le choix des électeurs :

participation municipales 2014 premier tour1er tour municipales 2014, tous électeurs

La force de très loin la plus importante dans le paysage politique français en ce lendemain d’élection est, de façon criante, les gens qui ne trouvent plus aucun candidat à qui apporter leur voix, qui représentent une nette majorité des électeurs.

La place donnée à ce chiffre dans l’inévitable déferlement de commentaires est, de façon criante, inadéquate. Les classes bavardes passent la majeure partie de leur temps à couper les cheveux en quatre sur que penser de ce qu’a dit une minorité des électeurs, et passe bien trop peu de temps à s’interroger et analyser l’éléphant dans le salon : la majorité.

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • ce qui ne veut pas dire que la majorité serai d’accord comme un seul homme si on lui demandait son avis…

    • Eh oui, chassez un biais… un autre revient (par la fenêtre).

      Il est bien évident que cette « majorité »… n’en est pas une.

      Nick, l’homme pour qui la surpopulation est un « mythe », retombe donc dans le piège du biais (ici statistique).

      Résumons : une fois les règles de trois calculées… et que la vérité « vraie » apparaît (les politiciens clowns sont élus par des électeurs clowns, et minoritaires en plus) on fait quoi ?

      Là, le libéral de salon s’arrête, se fige. Terrifié. La ligne rouge. Au-delà c’est l’inconnu ça fait peur.

      Donc un pas en arrière, retour dans la zone de confort.

      Le libéral de salon, satisfait de son analyse hyper pointue, satisfait d’avoir redécouvert le principe de l’eau chaude et heureux d’avoir démasqué l’entourloupe derrière les principes vertueux de l’arithmétique, pousse un soupir, tire sur sa pipe et retourne se coucher.

      Le débat n’est pas de décrire l’arnaque. Ce fut fait des zillons de fois. Le débat n’est pas d’analyser les causes de l’arnaque. Là encore du réchauffé.

      La question est : que faire ?

      Lénine s’y était collé en son temps.

      Donc Nick, on fait quoi maintenant ?

      • On fait ce qu’il fait, on fait ce que pas mal de gens font, on communique. On montre cette facette des élections, on montre la proximité des différents programmes, on fait différentes choses de ce type en se disant que si suffisament de gens commencent à penser comme soi ca finira par pousser nos politiques à évoluer. Certains s’investissent dans des associations ou jouent le jeu électoral.

        On fait comme tous les gens qui veulent faire avancer leurs idées sans pour autant en passer par la violence.

      • @christophe :
        Je ne sais pas ce qu’il faut faire, mais en tout cas on peut constater que les Français n’ont pas fait le choix xénophobe que tu espérais et appelais de tes vœux. Eh oui, contrairement à ce que tu t’imagines, tes phobies ne sont pas partagées par les Français puisque ton petit parti de fachos de salon, le FN, ne représente en fait que 2,3% des électeurs. Peau de zob, quoi !

        • « un parti de facho de salon » ????

          Pourriez-vous developper et expliquer votre affirmation ?

          • c’est parce que christophe traite souvent les chroniqueurs ( pas les gros niqueurs comme holland ou saute-khan… ) de libéraux de salon …

      •  » lénine s’y était collé en son temps, on fait quoi maintenant ?  »

        si vous voulez faire sauter le pays, vous pouvez commencer par faire sauter les dépots d’engrais, il suffit d’une allumette et d’un peu d’essence, ils ne sont pas gardés la nuit, sont innombrables ( un par commune en moyenne ) et ça fera moins sale par terre que de vous faire sauter avec une ceinture d’explosif au millieu de la foule…

      • Libéral de salon, libéral de cuisine…

    • En l’occurrence on lui a bien demandé son avis, mais elle est d’accord pour ne pas le donner.

  • S’il est un sujet unissant les partis politiques français sans exception, c’est la défense unanime, obstinée et acharnée du modèle social français. Du centre aux extrêmes, les partis ne se distinguent qu’à la marge, dans la désignation hystérique de boucs émissaires imaginaires, de la finance aux étrangers, de l’euro à la mondialisation, des jeunes aux vieux.

    Pour les Français, la remise en cause du modèle social est désormais le sujet essentiel du débat démocratique, ainsi que nous l’apprennent les résultats des derniers votes, jusqu’à celui d’hier. En effet, puisque sa défense est le point commun des partis en lice, ce modèle social apparaît clairement rejeté par une large majorité des électeurs, même s’ils expriment ce rejet plus ou moins consciemment. Et ne parlons pas des millions de Français qui ont fuit l’enfer fiscal, qui ont voté avec leurs pieds, expression supérieure de l’opposition au modèle inique et immoral imposé à tous par la force.

    Les politiciens ne pourront plus longtemps dévoyer la démocratie en ignorant l’expression de la majorité qui exige que le sujet soit mis sur la table.

    • Fiez vous plutôt aux résultats des élections nationales pour « deviner » (car vos analyse sont de la pure fiction) les envies des électeurs.
      Si l’on se base sur 2012, 100% des votants ont choisi un candidat étatique et constructiviste, qui chante les louanges de la république sociale et protectrice. Ces 100% de votants représentant 80% de l’électorat.

      Les « français » (s’il est permis de les essentialiser) sont à 80% pro-état, seule la banqueroute nous sauvera.

      Je vais paraphraser H16 : ce pays est foutu…

        • D’une élection à l’autre et de 2012 à 2014, on s’aperçoit que plus de la moitié des Français n’apporte aucun soutien ni au PS ni à l’UMP. (et encore moins au FN ou à EELV)
          Ces deux partis, dits de gouvernement, ont beau montrer leurs muscles, il ne représentent qu’au plus chacun 20% du choix des Français.
          De quel droit ont -ils le droits d’emmerder avec des lois, des règlementations, des normes, plus de la moitié de la population française ?
          C’est ça la vraie question de société à poser

      • Bonsoir,
        Oui, je suis d’accord avec vous, les Francais n’ont que ce qu’ils meritent.

        Depuis 40 ans, ils votent pour des hommes politiques (droite ou gauche) sortis des memes ecoles, aux memes casiers judiciaires. Et meme s’ils font de la taule, ils sont re-elus.

        Donc, les Francais, en connaisance de cause, choisissent des representants a leur image !

        Ces elections prouvent qu’ils n’ont toujours rien compris. L’avenir leur apprendra qu’il n’y a pas de fatalite dans l’histoire et qu’ils n’ont que ce qu’ils meritent !

      • @ liberalol

        Les électeurs qui ne votent plus, voire fuient le pays pour les plus lucides, rejettent en bloc les partis parce que ces derniers proposent uniformément la même politique, à quelques nuances près. Quelle est donc cette politique réunissant l’ensemble des partis politiques ? La défense aveugle et obstinée du modèle social archaïque et dépassé, précisément ce modèle à l’origine du chômage de masse perpétuel et provoquant le délitement de la société.

        Que reste-t-il de la démocratie lorsque le débat sur le seul véritable sujet de fond intéressant les électeurs est interdit ? Une pathétique comédie qui ne trompe plus la majorité des Français !

  • Excellente remarque. Il serait malin de ne pourvoir les « postes » politiques qu’à hauteur du nombre réel de votes. Exemple : un député ne serait élu que s’il y a plus de 50% de votants ; dans un conseil municipal seuls 50% des sièges seraient pourvus s’il n’y a que 50% de votants, etc.
    L »offre » politique serait obligée de prendre en compte les non-votants, abstentionnistes etc.

    • Excellente proposition et faute de pourvoir un siège, le système est géré par le préfet, parce qu’il faut bien quelqu’un pour gérer le tout.
      J’ai même une meilleure solution: on supprime les élections, de toute façon ça n’intéresse plus personne et ce sont les fonctionnaires qui gèrent, ce qui ne changera pas grand chose à aujourd’hui.

    • Il existe en systeme dans certaines elections, en pays anglo-saxons.

      C’est « renomination ».

      Si vous n’avez le choix qu’entre deux minables (ce qui est presque toujours le cas en France), vous votez « renomination ».

      Si cette appellation arrive en tete, l’election est repoussee a plus tard, et les deux candidats, desavoues par les electeurs, ne peuvent plus se representer.

      Autre idee, qui existe au Royaume-uni : pour etre candidat (juste candidat, je ne parle pas s’il gagne), un fonctionnaire doit demissionner de son poste. Vraiment demissionner !

      Donc, il a interet a etre efficace…… pas comme les gros sacs de fonctionnaires francais qui sautent d’un poste a un porte-feuille,….. en cumulant les payes !

      • realy ? ho ! so shoking …

        chez moi, c’est le contraire, il y avait une liste unique et seul les fonctionnaires avaient le droit de se présenter !

      • Très intéressant !
        Concernant la démission des fonctionnaires, c’était le cas en France à moment donné, probablement avant l’épisode mitterrandien.

      • La démission des fonctionnaires pour les élections devrait être une évidence.

        Mais j’ai bien peur que ce ne soit trop tard.
        Avec la majorité au parlement et ailleurs, toute couleur confondue, les fonctionnaires sont en fait les maîtres du pays.

        • Sans effet. Il y aura toujours un non-fonctionnaire volontaire pour se faire élire pour faire la politiques voulue par les fonctionnaires.
          Il faudrait carrément leur retirer le droit de vote, ce qui est inimaginable.

  • Dans vos chiffres, on ne distingue pas les abstentionnistes qui ne trouvent pas leur bonheur dans les listes proposées, des abstentionnistes qui n’ont rien à battre des élections.
    Mais c’est pur extrapolation de ma part. En fait on ne sait pas pourquoi ils ne vont pas voter, la seule supposition valable est que la majorité des électeurs refuse le système électoral.
    Le plus simple serait donc de supprimer les élections.
    A partir de maintenant. On garde donc Hollande à vie.
    Ca me plait très fort. J’aime bcp Hollande.

  • Il m’est arrivé de ne pas voter simplement parce que le résultat était couru d’avance. Même quand il y avait un candidat pour qui je pouvais voter.

    Enrôler les abstentionnistes et les non inscrits dans « les gens qui ne trouvent plus aucun candidat à qui apporter leur voix », c’est simplement faux

    Mais inversement, j’ai parfois voté alors même que les candidats me débectaient tous. Justement parce qu’ils me débectaient tous.

  • Sur le graphique le « aucun parti choisi » laisse penser que ça regroupe aussi les listes dites « citoyennes », alors qu’il me semble que ce n’est pas le cas.

    Un de mes amis a fait la confusion.

  • Attention aux statistique ! On leur fait dire n’importe quoi.
    L’analyse ici faite n’est pas valide car elle présuppose que l’échantillon national est homologue de toutes les communes additionnées, ce qui n’est pas le cas.

    Qu’a voté un électeur FN dans une commune où aucune liste FN n’était présentée: abstention, blanc, autre parti ? Personne ne le saura jamais. N’oublions pas que Mme LePen a récolté 18.5% des voix valablement exprimées au premier tour de la présidentielle de 2012.
    La même question se pose pour les adhérents de tous les partis (extrême gauche, centre) qui n’ont pas présenté de candidats dans beaucoup de communes.

  • Notez qu’il y a encore masse de sombres abrutis pour continuer à faire confiance à des partis comme l’UMP ou le PS.

    • Des intéressés plutôt, entre les intermittents du spectacle ou les fonctionnaires qui votent PS et les médecins ou notaires qui votent UMP, le vote de ces gens est essentiellement intéressé.

  • On retrouve bien les 18% des français qui supportent Hollande

  • Une façon comme une autre de faire voter les absents , sans intérêt , pure démagogie
    Et pour bien rigoler , combien de libertaire on été élus et quelle est leurs pourcentage pour l’ensemble des votes
    Vous faites vraiment pensé à la mouche du coche

  • Il en est de même pour les syndicats qui décident de nos vies….

    l’ensemble des syndicats ne représentent pas plus de 20% des salariés inscrits aux seules elections concernant l’ensemble des salariés : les prudhommales

    Et encore, ils s’arrangent pour interdire les listes sans étiquette aux élections IRP..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On entend beaucoup d’intervenants de la vie politique se désoler de l’abstentionnisme et du désintérêt des électeurs. Avec 54 %, l’abstention est le plus grand parti de France, nous répète-t-on. De la même façon que les subventions aux syndicats ont détourné les gens de ces instances qui ne finissent plus par ne représenter qu’elles-mêmes, les subventions aux partis politiques ne sont-elles pas nuisibles ?

Nous, contribuables, payons 66 millions d’euros par an pour financer les partis politiques. L’argent est distribué au prorata des r... Poursuivre la lecture

référendum libéralisme
6
Sauvegarder cet article

Moi ou le chaos ? Cette interrogation résume en trois mots toute la politique macronienne.

Elle est à la fois juste et fausse. Juste, parce que ne s’opposent à l’option d’une majorité présidentielle que deux délires irresponsables et démagogiques. Fausse, parce que cette absence de choix raisonnable est avant tout la résultante d’une entreprise de démolition en règle de toute opposition crédible.

Si le paysage politique n’offre plus aujourd’hui qu’une seule option : Macron ou le grand n’importe quoi, on ne le doit qu’au présiden... Poursuivre la lecture

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut être le vivre ensemble.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.<... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles