L’insécurité du transport aérien en Afrique subsaharienne

Il est important que les États africains revoient concrètement leurs conditions de sécurité aérienne.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Boeing 777-300 ER au décollage (Crédits revedavion.com, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’insécurité du transport aérien en Afrique subsaharienne

Publié le 22 mars 2014
- A +

Par Chochor Che

Boeing 777-300 ER au décollage (Crédits revedavion.com, licence Creative Commons)L’Afrique subsaharienne est à la traîne derrière toutes les autres régions du monde en ce qui concerne le volume du trafic aérien. Selon les statistiques de la Banque africaine de développement, en termes de kilomètres parcourus et de tonnes, la région ne peut se vanter que de 1,5% de l’industrie mondiale, alors que les régions du Pacifique et d’Afrique de l’Est représentent 35,7% de l’industrie du transport aérien. L’Afrique subsaharienne n’accueille que 1,5 % des passagers du monde à la fois dans les vols internationaux et domestiques, comparativement à 28% pour l’Amérique du Nord.

Sur le continent africain, l’industrie du transport aérien est dominée par trois grandes compagnies qui comprennent South African Airlines, Kenya Airways et Ethiopian Airlines. Selon une étude de l’IOSA en 2013, au moins 200 compagnies aériennes africaines sont actuellement actives en Afrique dont seulement 38 répondent aux normes internationales de sécurité.

Ces médiocres performances restent le plus grand défi dans ce secteur. Selon un rapport de la Fondation Mo Ibrahim : fin 2013, bien que les capacités d’accueil des terminaux et des pistes soient généralement aux normes, la surveillance et le contrôle du trafic aérien restent un problème important.

Un autre obstacle est celui du coût du carburant dans la région. Sur la scène mondiale, le carburant représente environ 35% des coûts d’exploitation d’une compagnie aérienne. Cela peut atteindre 45 à 55 % en Afrique, ce qui rend le prix du carburant, dans certaines stations en Afrique, deux fois plus cher que la moyenne mondiale.

Les taxes d’aéroport en Afrique subsaharienne sont aussi exorbitantes. En comparaison avec plusieurs aéroports en dehors du continent, les taxes de passagers sont très élevées. La BAD note que la taxe d’atterrissage d’un passager à Accra, au Ghana est de 75$ et 137$ en Ambouli en Djibouti , comparativement à 14$ à Paris en France et 6$ à Mumbai en Inde.

En 2013 le Conseil international des aéroports a constaté que la sécurité aérienne en Afrique s’est détériorée au cours de l’année 2012, enregistrant la perte de 3,71 coques de jet par million de vols alors que la perte était de 3,27 en 2011. Ainsi, l’Afrique subsaharienne a le niveau de sécurité aérienne le plus médiocre au monde en dépit de l’accent mis en mars 2014 sur ​​l’accident très médiatisé d’un avion malaisien. La plupart des accidents en Afrique subsaharienne se concentrent dans deux pays, le Soudan et la République Démocratique du Congo.

Un plan d’action d’amélioration stratégique en Afrique a été mis en avant par les États africains et approuvé par l’Union africaine en 2013. Ce plan est censé renforcer la surveillance réglementaire et parer aux lacunes de sécurité relevées sur le continent. L’idée est d’atteindre des performances de sécurité conformes aux exigences mondiales d’ici fin 2015.

L’Afrique subsaharienne a besoin de traduire ces plans en actions concrètes. Les dirigeants africains ont tenu en vain des réunions avec l’appui de l’Union africaine. Il est important que les États africains revoient concrètement leurs conditions de sécurité aérienne. L’infrastructure est très convenable. La plupart des aéroports sur le continent doivent répondre aux normes internationales. Le personnel doit avoir un niveau de formation comparable à celui d’autres régions du monde. La corruption dans les aéroports en Afrique doit être réprimée. Répondre à ces exigences permettraient non seulement d’accroitre la sécurité mais aussi les gains financiers en re-dynamisant le secteur.
—-
Chofor Che analyste pour africanliberty.org – Article initialement publié en anglais par Africanliberty.org – Traduction Libre Afrique – 21 mars 2014

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • C’est a double tranchant, il y a de nombreuses choses à améliorer, mais attention à la l’hypersecurisation qui pourrait devenir ruineuse sur le prix des billets d’avion,
    De la meme maniere que: heureusement que les gens peu fortunés ont le droit de rouler avec des vieilles caisses genre Citroen Zx pourvu qu’elle respectent une base de securité (controle technique), il y a un equilibre à trouver entre securité et accessibilité qui doit rester raisonnable compte tenu du pouvoir d’achat des gens en Afrique, donc rejoindre les standards internationaux vite n’est peut etre pas opportun

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Rodolphe Oppenheimer.

[caption id="attachment_260135" align="aligncenter" width="640"] By: istolethetv - CC BY 2.0[/caption]

Les vacances sont synonymes de voyages, de repos, de détente. Cette période de l’année que beaucoup attendent est pour certains le reflet de leur pire cauchemar. Le rêve d’évasion que procurent les aéroports peut être un rêve inatteignable pour tous ceux qui souffrent d’aviophobie.

 

Qu’est-ce qu’une phobie ?

Phobos est l’incarnation de la peur, il suivait son père sur les champs de ... Poursuivre la lecture

Le Premier ministre britannique sera à Kigali à partir de jeudi 23 juin pour le sommet des chefs de gouvernement des pays du Commonwealth qui se clôture le 26 juin.

À Kigali, Rwanda, s’ouvrait lundi le sommet du Commonwealth. Boris Johnson va en profiter pour montrer qu’il n’a aucune intention de faire marche arrière sur l’accord avec le Rwanda signé mi-avril, pour que le pays des mille collines accueille sur son territoire – moyennant finance – des migrants et demandeurs d’asile acheminés depuis le Royaume-Uni en attente d’un éventuel... Poursuivre la lecture

Par Manuel Tacanho. Un article du Mises Institute

L'Afrique a été en proie à une inflation galopante et à une instabilité monétaire au cours des cinquante dernières années. Il y a eu de nombreux cas de crises monétaires et de rétablissement de la monnaie. Même l'hyperinflation, le phénomène économique le plus destructeur, a laissé sa marque ruineuse sur plusieurs sociétés africaines.

Certains diront que c'est parce que les banques centrales africaines sont incompétentes dans la gestion de leurs monnaies. D'autres peuvent prétend... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles