Matteo Renzi, le Tony Blair italien ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Matteo Renzi, le Tony Blair italien ?

Publié le 20 mars 2014
- A +

Un article de l’aleps.

matteo-renzi
Matteo Renzi, président du Conseil des ministres italien

 

Les débuts du nouveau Premier ministre italien font sensation. Il bénéficie du soutien non seulement du Parti Démocrate, qu’il  préside depuis trois mois, mais aussi du patronat de Milan, dont l’organe de presse 24 Ore ne cesse de vanter ses idées et son programme ; catholique pratiquant on dit qu’il a également séduit le Vatican et l’Osservatore Romano a fait l’éloge de son discours devant le Sénat : « Le moment est venu pour l’Italie entière de tourner la page après vingt ans d’atermoiements. »

Ce jeune (39 ans) et talentueux leader de centre gauche est souvent comparé à Tony Blair : un social démocrate qui propose une politique libérale – celle que Silvio Berlusconi n’a pas réussi à mettre en œuvre. Renzi, c’est la volonté de réforme, c’est la charge d’audace et la force de conviction nécessaires pour changer le cap de l’Italie. Il persuade ses compatriotes qu’il y a mieux à faire que d’être « la lanterne rouge de l’Europe ». La direction choisie ne fait pas de doute : diminution des charges sociales et des impôts, réduction de la réglementation et de la bureaucratie, remboursement des dettes de l’État à commencer par celles qui sont dues aux entrepreneurs italiens. On pourrait faire le rapprochement avec la « conversion » de François Hollande. Mais Renzi n’est pas prisonnier de l’extrême gauche ni des écologistes, et à la différence du Président français, il sait clairement ce qu’il veut.

Sera-t-il réellement l’homme providentiel ? Il est bien trop tôt pour le dire et certains, notamment au sein de son propre parti, disent qu’il y a loin de la coupe aux lèvres. La dette souveraine de l’Italie est de 133% du PIB, le chômage est de 12% (mais il s’est stabilisé). Le chemin de la réforme est difficile, mais Renzi redonne confiance et courage à son peuple : la France aurait besoin d’un Renzi ou d’un Tony Blair pour mener des réformes libérales.


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La comparaison avec Blair est-elle pertinente ? Rien n’est moins sûr !

    En effet, en bon socialiste, Blair a continuellement augmenté les dépenses publiques et le poids de l’Etat dans l’économie anglaise durant ses trois mandats, dilapidant l’héritage de Thatcher et conduisant le RU à la crise dont il ne fait que sortir actuellement, grâce aux réformes de Cameron.

  • Il est encore tôt pour tirer des jugements.

    Cependant, Renzi a montré une prise de position nette avec son plan de réformes du code du travail s’opposant aux droits que les syndicats revendiquent depuis toujours. Avec la diminution de l’imposition fiscale aux entreprises (sans pacte de responsabilité), j’estime que son programme a tout de même une nuance libérale. S’il évitait de taxer les rendements sur les produits financiers ce serait un très bon plan pour l’Italie.

  • ha ! qu’est ce que julie regrete de ne pas etre née à rome…

  • Je ne voie pas non plus, le rapport avec Tony Blaire. Je suis très impressionné par un train de mesure aussi libéral. Si il parvient à l’exécuter je pense que cela fonctionnera, car les allègements de charges permettront aux travails noirs de passer, pour partie, dans la légalisation. Sachant que les balances commerciales et budgétaires sont nettement plus favorable que pour la France.
    La suppression du sénat me fait rêver, mais j’ajouterai la fermeture du conseil économique social et de l’environnement, avec une réduction du nombre de nos chers députés.
    J’attend avec impatience d’autres commentaires. ( H16 …)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

Par Luigi Curini. Un article de l'IREF Europe

Cette année et demie de pandémie a ravivé le débat sur les limites de la liberté individuelle, surtout lorsque la santé est en jeu. Alors que dans plusieurs pays, les gouvernements semblent raisonnablement prudents à cet égard, l’Italie a adopté des politiques (le fameux "laissez-passer vert") qui n’ont pas d’égal parmi les démocraties occidentales.

Les citoyens italiens ne peuvent pas prendre le train, assister à un cours universitaire ou se rendre au travail sans fournir la preuve... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La décision de la Cour constitutionnelle polonaise du jeudi 7 octobre fait réagir. Elle considère que la Constitution polonaise est au-dessus des traités européens. En effet, ses derniers contiendraient, selon la cour, des dispositions inconstitutionnelles.

Ce n’est pas la première fois qu’une Cour constitutionnelle européenne bloque le droit européen : la Cour allemande de Karlsruhe avait considéré en 1974, avec l’arrêt Solange, que le droit européen ne primerait sur le droit allemand que s’il respectait ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles