Matteo Renzi, le Tony Blair italien ?

Président d’un parti de gauche, Matteo Renzi veut engager des réformes libérales.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Matteo Renzi, le Tony Blair italien ?

Publié le 20 mars 2014
- A +

Un article de l’aleps.

matteo-renzi
Matteo Renzi, président du Conseil des ministres italien

 

Les débuts du nouveau Premier ministre italien font sensation. Il bénéficie du soutien non seulement du Parti Démocrate, qu’il  préside depuis trois mois, mais aussi du patronat de Milan, dont l’organe de presse 24 Ore ne cesse de vanter ses idées et son programme ; catholique pratiquant on dit qu’il a également séduit le Vatican et l’Osservatore Romano a fait l’éloge de son discours devant le Sénat : « Le moment est venu pour l’Italie entière de tourner la page après vingt ans d’atermoiements. »

Ce jeune (39 ans) et talentueux leader de centre gauche est souvent comparé à Tony Blair : un social démocrate qui propose une politique libérale – celle que Silvio Berlusconi n’a pas réussi à mettre en œuvre. Renzi, c’est la volonté de réforme, c’est la charge d’audace et la force de conviction nécessaires pour changer le cap de l’Italie. Il persuade ses compatriotes qu’il y a mieux à faire que d’être « la lanterne rouge de l’Europe ». La direction choisie ne fait pas de doute : diminution des charges sociales et des impôts, réduction de la réglementation et de la bureaucratie, remboursement des dettes de l’État à commencer par celles qui sont dues aux entrepreneurs italiens. On pourrait faire le rapprochement avec la « conversion » de François Hollande. Mais Renzi n’est pas prisonnier de l’extrême gauche ni des écologistes, et à la différence du Président français, il sait clairement ce qu’il veut.

Sera-t-il réellement l’homme providentiel ? Il est bien trop tôt pour le dire et certains, notamment au sein de son propre parti, disent qu’il y a loin de la coupe aux lèvres. La dette souveraine de l’Italie est de 133% du PIB, le chômage est de 12% (mais il s’est stabilisé). Le chemin de la réforme est difficile, mais Renzi redonne confiance et courage à son peuple : la France aurait besoin d’un Renzi ou d’un Tony Blair pour mener des réformes libérales.


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • La comparaison avec Blair est-elle pertinente ? Rien n’est moins sûr !

    En effet, en bon socialiste, Blair a continuellement augmenté les dépenses publiques et le poids de l’Etat dans l’économie anglaise durant ses trois mandats, dilapidant l’héritage de Thatcher et conduisant le RU à la crise dont il ne fait que sortir actuellement, grâce aux réformes de Cameron.

  • Il est encore tôt pour tirer des jugements.

    Cependant, Renzi a montré une prise de position nette avec son plan de réformes du code du travail s’opposant aux droits que les syndicats revendiquent depuis toujours. Avec la diminution de l’imposition fiscale aux entreprises (sans pacte de responsabilité), j’estime que son programme a tout de même une nuance libérale. S’il évitait de taxer les rendements sur les produits financiers ce serait un très bon plan pour l’Italie.

  • ha ! qu’est ce que julie regrete de ne pas etre née à rome…

  • Je ne voie pas non plus, le rapport avec Tony Blaire. Je suis très impressionné par un train de mesure aussi libéral. Si il parvient à l’exécuter je pense que cela fonctionnera, car les allègements de charges permettront aux travails noirs de passer, pour partie, dans la légalisation. Sachant que les balances commerciales et budgétaires sont nettement plus favorable que pour la France.
    La suppression du sénat me fait rêver, mais j’ajouterai la fermeture du conseil économique social et de l’environnement, avec une réduction du nombre de nos chers députés.
    J’attend avec impatience d’autres commentaires. ( H16 …)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Après Berlusconi et Salvini, Meloni sera t-il le nouveau nom de la droite en Europe ? L’ancienne ministre de la Jeunesse du dernier gouvernement Berlusconi et présidente de la formation nationaliste Fratelli d’Italia est favorite pour devenir présidente du Conseil à l’issue des élections du 25 septembre grâce à une alliance incluant notamment les mouvements des deux anciens hommes forts de la droite italienne.

En Suède, la victoire du bloc de droite et en particulier des Démocrates de Suède lors des élections générales du 11 septembre ... Poursuivre la lecture

Le 19 août, Emmanuel Macron a invité les Français à « accepter de payer le prix de notre liberté et de nos valeurs » du fait de la guerre en Ukraine.

Le 23 août, il a enfoncé le clou en déclarant : «  Nous ne pouvons […] avoir aucune faiblesse, aucun esprit de compromission, parce qu’il en va de notre liberté à toutes et à tous, et de la paix dans toutes les parties du globe ». Un message adressé aux pays à travers le monde.

Ukraine: Emmanuel Macron appelle à n'avoir "aucune faiblesse" face à la Russie pic.t... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles