Carême à l’Élysée

Le regard de René Le Honzec.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Carême (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Carême à l’Élysée

Publié le 7 mars 2014
- A +

img contrepoints133 carême

Mercredi soir, le Président de la République escorté des grands noms de l’élite politique française s’empiffrait au dîner du CRIF, Conseil représentatif des Institutions Juives de France. Accessoirement, c’était aussi le Mercredi des Cendres qui marque l’entrée des catholiques dans le Carême, période de 40 jours à la profonde signification religieuse, débouchant sur la commémoration du Sacrifice du Christ Rédempteur, ce dont toute la même classe politique se fout éperdument, pour ceux qui auraient encore un doute sur le concept de « racines chrétiennes de l’Europe ». En 2013, Valls avait même poussé le scrupule du respect de la laïcité à deux/trois vitesses en assistant au rompt du jeûne du Ramadan, équivalent musulman du Carême, dans trois mosquées différentes.

Aucun ministre n’assiste en tant que tel à des cérémonies catholiques (ni protestantes). Il ne manque pourtant pas d’occasion, comme la Conférence épiscopale des Évêques, le rassemblement à Lourdes, ou la belle fête de Noël. Il est vrai que Valls, ministre des Cultes, se fit une douce violence en critiquant les « bouffeurs de curés » au déjeuner du Conseil Protestant. Pour autant, si Henri IV estima que Paris valait bien une messe, Anne Hidalgo et NKM rivalisent d’attention et de visites à l’occasion du Yom Kippour ou du Roch Hachana, planchent comme des folles devant les Frères à Tablier (comme les candidats présidents, qui font les mêmes circuits pré-électoraux), mais aucun rendez-vous officiels avec les Cathos.

Cette conception de la Laïcité brandie comme une icône par les sectaires revendiqués comme Peillon ne semble interpeller personne. Moi, si. Catholique Breton affirmé, je comprends les nobles sentiments qui poussent cette classe politique à se la jouer laïque depuis 1905, et suis en partie d’accord, étant d’un courant qui aime faire mon pèlerinage à Sainte Anne, Patronez Vad er Vretoned, mais qui a toujours apprécié de pouvoir acheter Play Boy (pour les articles) .

Mais j’aimerais que nos élus m’expliquent pourquoi ils s’invitent chez la « Concurrence » et jamais chez moi/nous. Parce que, nous autres libéraux, nous sommes pour la libre concurrence. Ou alors je vais finir par comploter et soupçonner des ententes illicites pour des captations de voix, ce qui ne se peut être, Dieu possible, Inch Allah.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • La laïcité française est un cache-sexe pour empêcher le voile et polémiquer sans fin quand un officiel rencontre un évêque. Quant à l’indépendance réelle entre la cité et la religion (i.e., comme le dit la loi de 1903, « la République ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte », rien de plus, mais rien de moins non plus), ça ne fait pas gagner des élections. Donc en s’en fout.

  • Il n’ y malheureusement rien à faire contre l’hypocrisie et la c****rie de la gauche.

  • J’en profite pour citer notre ami Peillon, dans « la révolution française n’est pas terminée », qui explicite tout hait ce qu’on n’a fini par comprendre tout seul « la laïcité n’est pas la neutralité » (religieuse). Ben oui, la définition du dictionnaire, il se torche avec. Il est socialiste, donc c’est lui qui fait les définitions. Na.

  • Commence donc par pratiquer ta religion avant de parler des autres.
    Christ est mort pour tes péchés, et pas pour que tu continues à pécher devant playboy.
    Converti toi premièrement et cherche a connaître la volonté de ton dieu.

    Et que tu le veuilles ou non,: Jésus n’est il pas né juif?
    Que Dieu te bénisse…

    • Certes il est né juif, mais faisait la leçon sur les écrits divins aux plus grands rabbins avant même qu’il ait des poils à la moustache. C’est aussi des juifs marchands qu’il a chassé du temple. Mais là n’est pas le sujet. Si la France était politiquement démocratique et laïque, alors notre gouvernement accorderait une importance au moins égale à chaque religions dont le peuple est constitué. En France il y a (chiffres CSA 2012):
      58% de chrétiens, 32% sans religion, 6% de musulmans, 1% de juifs et 3% autres.
      Alors, la majorité des français ne sont pas racistes, ni antisémite, ni islamophobe (contrairement à ce que les médias et politiques ne cessent de répéter)… mais n’avoir aucune considération, ni représentativité, se faire cracher dessus ou pire (Femen, etc) et voir en permanence nos dirigeants faire des courgettes à 7 ou 10 ou même 42% commence sérieusement à les agacer.
      Tolérants, patients, mais pas stupides. Ceux qui abusent risque fort de le regretter dans un avenir proche.
      Paix (pour le moment) 🙂

  • Rappelez-vous le scandale lorsque Michel Charasse a refusé d’entrer dans une église (de Rouen, je crois) lors des obsèques d’un douanier mort en service. Il a été traité de « laïcard ». Pourtant, il ne faisait que respecter la séparation des églises et de l’Etat instaurée par la loi du 9 décembre 1905.
    Il est vrai que les ministres de l’Intérieur transgressent la loi en participant à des cérémonies religieuses en leur qualité de membre du Gouvernement. Tout comme les élus ces collectivités territoriales qui participent, ès qualités, écharpe nouée, aux offices religieux de réception des travaux réalisés dans les édifices religieux.

  • La loi de 1905, qui est le fondement juridique dans notre République, est pourtant très claire.

    Article 1:
    La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public

    Article 2:
    La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte.

    Donc
    Chacun pratique la religion qu’il veut, mais dans le cadre de la liberté de conscience, n’a pas à imposer ses croyances (ou ses non croyances). Les athées ont le droit de ne pas croire mais non pas a imposer leur non croyance. Tout cela est d’ordre personnel et privé. La République n’est pas athée, catholique, protestante, musulmane, juive etc, etc. Elle est laïque donc neutre. Il ne reconnait aucun culte.

    Donc les élus de la République n’ont pas à parader dans quelques instances religieuses que ce soit.

    En début de cette émission, rappel didactique et historique du principe de laïcité.

    http://www.dailymotion.com/video/x1ekmyb_la-libre-pensee-sur-radio-mon-pais-mars-2014_webcam

    Maintenant, lorsque les élus respecteront et appliqueront les principes qu’ils défendent, qu’il soient de droite comme de gauche, Marianne aura alors le sourire. Lorsque Marine LE PEN se fait l’égérie de la laïcité. C’est clair. l’arrêt cardiaque est proche.

    Cette V ème République est à bout de souffle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

C’est un texte que l’on attendait depuis des années qui vient d’être publié le 25 novembre 2022 pour le Vatican par l’Académie pontificale des sciences sociales : Mensuram bonam.

Ce document est consacré à des conseils d’ordre moral adressés aux catholiques en matière d’investissements financiers. On dit souvent que les catholiques ne sont pas très à l’aise avec l’argent. Il faudrait surement nuancer car Jésus lui-même était à l’aise avec ce sujet, incitant à investir et à prendre des risques et non à laisser l’argent dormir (parabole ... Poursuivre la lecture

Par Daniel Borrillo.

Il existe une idée répandue selon laquelle les valeurs du catholicisme rendent celui-ci incompatible avec la philosophie libérale.

Certes, de l’encyclique Rerum Novarum de Léon XIII à Laudato Si de François en passant par Quadragesimo Anno de Pie XI ou encore Mater et Magistra de Jean XXIII, la doctrine de l’Église condamne les dérives des économies libérales telles que :

Le profit comme motif essentiel du progrès économique, la concurrence comme loi suprême de l’économie, la propriété privée des bien... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Minuit, chrétiens est, sans conteste, un des plus célèbres chants de Noël. Même si son appellation devient parfois Minuit chrétien ! Il est, en effet, de tradition de chanter ou d’écouter à cette période de l’année, un certain nombre de chants évoquant Noël.

Pourtant, en dépit des apparences, Minuit, chrétiens n’est pas un « chant traditionnel ». Né dans un contexte très particulier, composé par un musicien célèbre en son temps, il a toujours été tenu, malgré son titre, en suspicion par l’église catho... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles