Un gouvernement pléthorique ou « resserré » ?

img contrepoints115 remaniement

Le nombre de ministère est un faux problème. C’est l’État lui-même qui est le problème de la société française.

Par Nicolas Nilsen.

img contrepoints115 remaniement

Dans une interview pour Le Parisien dimanche, Jean-Marc Ayrault vient de se déclarer favorable à un gouvernement resserré… « En Europe, a-t-il observé, beaucoup de gouvernements ont moins de ministres, et ça ne marche pas plus mal. »

Tiens, tiens, le Premier ministre se réveille. Les élections approchent et il commence à percevoir la désillusion grandissante des Français devant les échecs de son gouvernement pléthorique, et le ras-de-bol des contribuables devant un État de plus en plus inefficace qui les accable d’impôts alors qu’il est incapable de remplir ses missions les plus basiques. Mais ce que le Premier ministre n’a manifestement toujours pas compris est plus grave.

Le nombre de ministères est un faux problème

Le chef du gouvernement aura beau réduire le nombre apparent des ministères, ce ne sera qu’un tour de passe-passe factice et artificiel : il ne fera en effet que regrouper plusieurs « petits » ministères dans de plus « gros » ministères, mais au total, toute la bureaucratie qui est cachée derrière — tous les services, tous les bureaux, toutes les directions, toute la grosse tuyauterie administrative — tout cela restera évidemment inchangé : rien ne bougera en profondeur dans le grand organigramme de l’État-mammouth. Il y aura peut-être moins de ministres, mais davantage de secrétaires d’Etat ou de ministres délégués et donc rien n’aura changé. Personne ne sera dupe en tout cas : ils seront toujours aussi inefficaces et nous coûteront toujours aussi cher.

C’est d’abord l’État qu’il faut réduire. En préalable à tout le reste

Ce qu’Ayrault n’arrive pas à comprendre — parce que son idéologie socialiste interventionniste l’en empêche — c’est que c’est l’État lui-même qui est le problème de la société française : son périmètre, son poids, sa masse, sa pesanteur, son coût, son omniprésence qui étouffe toutes les initiatives sous des piles de procédures, des montagnes de paperasse, de lustrine et de bureaucratie inutiles…

Parler d’un « gouvernement resserré » n’a donc strictement aucun sens. Bien sûr, moins il y aura de ministères et mieux ce sera. Mais si l’État n’est pas au préalable réduit et dégraissé ça ne servira à rien. C’est lui, ses agents, ses guichets, ses hygiaphones et ses formulaires qu’il faut réduire ! C’est à sa manie interventionniste qu’il faut s’attaquer, à sa prétention à vouloir tout faire, tout réglementer, tout diriger. Prétendre réduire le nombre des ministères ne servira donc à rien qu’à distraire les journalistes durant quelques jours pendant que la France continuera de couler.

Réduire le nombre des ministères n’est évidemment pas le problème…

C’est la grosse bestiole qu’il faut commencer par réduire !

Gouvernement_plethorique_D

gouvernement_plethorique_c

Il n’a rien compris mais ça ne fait rien. Les élections approchent et, pour lui, l’essentiel est de distraire les médias et d’aller dans le sens du vent…


Sur le web.