L’Afrique a besoin de compétences professionnelles et techniques

Il est temps pour les États africains de repenser l’adéquation des compétences dans le secteur informel et rural pour répondre aux besoins du marché du travail

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Afrique a besoin de compétences professionnelles et techniques

Publié le 28 février 2014
- A +

Par Chofor Che.
Un article de Libre Afrique.

afrique-informel

L’inadéquation des compétences dans les secteurs informel et rural par rapport aux besoins du marché du travail en Afrique a été identifiée comme l’une des raisons à l’origine des sérieux problèmes de chômage des jeunes et de sous-développement du continent. Selon l’étude des Perspectives économiques en Afrique (AEO), les secteurs pour lesquels il est le plus difficile, pour les recruteurs, de trouver des employés convenables sont ceux qui exigent des qualifications techniques, tels que ceux du pétrole et du gaz, de l’exploitation minière, des industries chimique et pharmaceutique, l’industrie manufacturière, l’agro-alimentaire et la logistique. La plupart des établissements d’enseignement supérieur en Afrique se focalisent sur les exigences de l’emploi dans le secteur public plutôt que de tenir compte des attentes des employeurs dans le secteur privé. Comment le continent peut-il surmonter cet obstacle d’autant que l’on parle beaucoup de la renaissance de l’Afrique ?

Les diplômés dans les disciplines des sciences humaines et sociales ont plus de difficultés à obtenir un emploi que ceux qui se spécialisent dans la technologie de l’information, l’agriculture et les domaines de l’ingénierie. Une étude de l’institut Mo Ibrahim, en 2013, montre que les sciences sociales et les sciences humaines ont les taux d’inscrits et de diplômés les plus élevés. Ceux dans les secteurs de l’ingénierie, l’industrie manufacturière, la construction et l’agriculture, sont en queue de la liste en termes de taux d’inscrits et de diplômés.

À ce titre, notons que seulement 2% des jeunes en Afrique étudient l’agriculture alors que le continent a grand besoin de spécialistes dans ce domaine surtout que l’agriculture contribue en moyenne pour 25% au produit intérieur brut de l’Afrique (PIB). L’Afrique subsaharienne a la plus faible proportion de diplômés en génie dans le monde. Les secteurs des ressources naturelles, telles que les industries minières, pétrolières et gazières emploient moins de 1% de la population active en Afrique. Malgré ces statistiques inquiétantes, le continent souffre en plus d’un sérieux problème d’exode des cerveaux parce que les conditions d’emploi dans ces secteurs demeurent précaires.

Une étude de la Banque Africaine de Développement (BAD) avise qu’en Afrique subsaharienne, l’emploi non rémunéré représente plus de 80% de l’emploi total pour les femmes et plus de 60% pour les hommes. Neuf travailleurs sur dix, ruraux et urbains, ont des emplois informels en Afrique. La plupart sont des femmes et des jeunes. Les plus grands employeurs en Afrique sont les secteurs de commerce de détail, l’agriculture et l’industrie hôtelière qui restent cependant précaires. Près de 90% des emplois fournis par le secteur agricole, par exemple, sont précaires.

Il existe donc un besoin d’efforts conjoints pour rendre les compétences techniques et professionnelles plus attractives aux yeux des jeunes et des femmes en Afrique. Les États africains, en collaboration avec des universités et des think tanks, doivent encourager l’inscription, en particulier au niveau universitaire, dans des spécialisations comme l’ingénierie, l’industrie manufacturière, la construction, l’exploitation des ressources naturelles et l’agriculture. Les administrations centrales, en collaboration avec les gouvernements régionaux et locaux doivent sécuriser les emplois, notamment dans le secteur agricole. Si ces emplois demeurent précaires, les jeunes et les femmes de l’Afrique ne seront pas incités choisir ces formations, créant ainsi une inadéquation par rapport à la demande de travail dans le secteur privé.

Puisque les capacités d’emplois publiques et privées existantes sont trop faibles, l’investissement dans le secteur informel et rural peut être considéré comme une opportunité si les défis des salaires et de la productivité ainsi que l’éducation et de la formation sont relevés. Il est donc temps pour les États africains de repenser l’adéquation des compétences dans le secteur informel et rural pour répondre aux besoins du marché du travail en Afrique.


Article publié initialement en anglais par africanliberty.org, traduction : Libre Afrique.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • l’Afrique noire est mal partie a dit René Dumont. Des politiques jusqu’aux techniques le colon a tout planifié pour l’échec de l’Afrique. « Apres l’indépendance est égal à l’avant indépendance » nous ont ils dit à l’aube des indépendances. Dieu seul va délivrer l’Afrique , car le transfert des civilisations suit la volonté qui veut élever une nation ou l’abaisser. l’Afrique appelée berceau de l’humanité fut la première civilisation florissante devenue aujourd’hui dernière de toutes les civilisations. Tout est donc possible que la civilisation retourne en Afrique après avoir effectuée le tour du monde. Aux Africains de s’aimer et s’unir pour émerger, car même avec les compétences les plus compétentes, les Africains ne réussiront pas.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le journal Le Soir a récemment publié une Carte blanche intitulée « Dans l’enseignement supérieur, ce sexisme toujours ordinaire… »

Les auteurs y indiquent qu'il serait grand temps de s'attaquer, sur les campus, au fondement des violences sexistes et sexuelles : le sexisme ordinaire. Il est question de compliments déplacés, de remarques en apparence anodines, qui seraient bel et bien du harcèlement sexiste et sexuel, et auraient un impact considérable sur la santé mentale des personnes concernées, en grande majorité des femmes. Le prob... Poursuivre la lecture

Klaus Kinzler est cet enseignant de civilisation allemande à Sciences Po Grenoble qui, rappelez-vous, a été victime il y a un peu plus d’un an d’un véritable déferlement de haine de la part d’une minorité d’extrémistes adeptes des thèses racialistes et de la cancel culture. Jusqu’à être mis à pied par la direction, étant accusé d’avoir tenu des « propos diffamatoires ». Et avoir subi des menaces de mort.

Loin de se laisser faire, ce professeur a choisi d’exprimer sa révolte et son indignation, à travers un livre dans lequel il livre sa... Poursuivre la lecture

En France, la séparation marquée entre les arts dit « libéraux » et « mécaniques » remonte à l’Antiquité. Elle est restée présente dans les esprits de nos « élites » qui vouent à la pensée un culte disproportionné aux dépens du simple bon sens. Ils perdent ainsi pied avec la réalité du monde physique pour le malheur des hommes en favorisant une idéologie déconnectée du terrain dont le fondement s’enracine dans l’Histoire.

Des origines antiques

Depuis l’Antiquité, les « arts » ont été classés selon une échelle de valeurs, mais les Grecs... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles