L’utilisation abusive du terme « énergies renouvelables »

L’énergie renouvelable non polluante représente aujourd’hui moins de 4% de l’énergie totale consommée en Allemagne, pourtant très en pointe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
energie solaire eolienne

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’utilisation abusive du terme « énergies renouvelables »

Publié le 22 février 2014
- A +

Par Marc-André Chargueraud.

energie solaire eoliennePour diminuer les émissions de gaz à effet de serre qui compromettent le climat de notre planète, les gouvernements comme les savants fixent des objectifs élevés dans l’augmentation rapide des énergies renouvelables. Meilleure élève de la classe, l’Allemagne annonce qu’en 2013  23% de sa production d’électricité est déjà réalisée à partir d’énergies renouvelables.

Le terme « énergies renouvelables » comprend malheureusement des énergies polluantes. Dans le cas allemand, 7,7% des 23,3% correspondent à la biomasse dont l’usage direct ou indirect produit des gaz à effet de serre1. Il est nécessaire que « l’énergie renouvelable et non polluante » existante puisse s’accroître rapidement. L’hydraulique qui représente 4,6% des énergies renouvelables non polluantes n’est pas dans ce cas, le solaire et les éoliennes sont eux non polluants. L’hydraulique produit de l’énergie verte permanente mais l’augmentation des volumes produits a peu de chances de se réaliser. Les sites qui pourraient en être équipés sont rares et les contraintes environnementales seraient politiquement quasi impossibles à surmonter2. Le solaire et les éoliennes représentent le solde de 11% de l’électricité produite en Allemagne qui peuvent être rapidement  développés3.

Il est impératif de diminuer radicalement l’émission de gaz polluants. Or l’électricité ne représente pas plus qu’un tiers de la consommation totale d’énergie. Les transports routiers, maritimes et aériens, le chauffage et l’ l’industrie chimique sont les principaux utilisateurs des deux tiers restants. Ils utilisent le charbon, la lignite, le pétrole, le gaz et la biomasses, des énergies non renouvelables polluantes.

L’utilisation d’énergies non polluantes telles que le photovoltaïque et l’éolienne restent aujourd`hui les seules énergies renouvelables non polluantes dans la consommation totale d’énergie allemande où elle représente moins de 4%4. La même analyse appliquée à la Grande Bretagne ou la France donnerait des résultats nettement inférieurs, ces deux pays accusant un retard important sur l’Allemagne.

On voit que l’objectif de la Commission européenne demandant une réduction de 40% d’ici 2030 des émissions de gaz à effet de serre a peu de chance d’être atteint. Il faudrait pour cela que d’ici à 2030 la consommation d’énergie diminue de façon substantielle, or le Word Economy Outlook de l’International Energy Agency prévoit au contraire une augmentation. De nouvelles sources d’énergie non polluante seront-elles prêtes à temps de façon industrielle compétitive ? On pense à la plus prometteuse, la géothermie.

  1.  Principalement le bois, les déchets urbains et agricoles et les déjections animales.
  2.  Entre autre la disparition sous les eaux de villages. Notons que depuis 15 ans la production d’énergie d’origine hydraulique est restée stable.
  3.  Le nucléaire représente 16,2 % de l’électricité produite. C’est de l’énergie non polluante mais non renouvelable. Elle doit être démantelée d’ici à 2020 et donc devient un passif qui devra être remplacé par de l’énergie verte.
  4.  La production électrique ne représentant qu’un tiers de la consommation totale.
Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • « La même analyse appliquée à la Grande Bretagne ou la France donnerait des résultats nettement inférieurs, ces deux pays accusant un retard important sur l’Allemagne. »

    Non, Mr Chargueraud, la France a les même résultats que l’Allemagne pour l’énergie renouvelable non polluante, si on inclut l’énergie hydraulique. On peut même penser que l’amélioration de la récupération d’énergie des fleuves français aurait été plus efficace que l’éolienne ou le solaire : emplois, recherche, paysage, politique…

  • La géothermie n’est, malheureusement, pas si prometteuse qu’on pourrait le croire. Voyez les difficultés et les limites de celle-ci sur Wikipédia, par exemple. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle n’est pas plus répandue, et non parce que personne n’y avait pensé avant ou n’avait mis les moyens adéquats pour l’exploiter.

    • Et surtout la géothermie à faible profondeur est aussi à faible température, ça permet de chauffer une maison avec une pompe à chaleur mais pas de produire de l’électricité (et la pompe à chaleur est un mode de chauffage qui consomme de l’électricité, bouh! pas bien!).

      La géothermie profonde se fait par fracturation hydraulique, s’il y a des risques sismiques et de pollution pour l’exploitation des schistes par fracturation hydraulique, il doit logiquement y en avoir aussi avec la géothermie; là les écolos vont devoir se définir (pour ou contre), ça va faire mal!

  • Concernant l’éolien et le solaire, il est à noter que le terme renouvelable est impropre.

    Le soleil chauffe la Terre (et l’éclaire). La Terre garde une moitié de l’énergie et renvoie l’autre moitié vers l’espace. Si une partie de celle qui doit chauffer la Terre est préalablement capturée par un panneau qui la stoppe et qui renvoie plus que 50% vers l’espace puisque les panneaux sont hautement réfléchissant, cela prend mécaniquement une partie du budget chauffant du soleil. Résultat, on refroidit la Terre.
    J’entends d’ici les cris des écolos qui contestent, non pas la démonstration qui ne peut l’être, mais la gravité du refroidissement au vu de la part ridicule du solaire dans l’énergie exploitée dans le monde, soit moins de 1%.
    C’est infinitésimal, et c’est vrai. Tout comme serait infinitésimal 1% d’énergie génératrice de CO2.
    Mais si on remplace toute l’énergie fossile par du solaire, le climat sera vraisemblablement impacté.
    Quand à l’éolien, cette énergie emprunte au soleil et à l’énergie cinétique de la Terre et dans une moindre mesure de la Lune. On refroidit la Terre et on la ralentit.
    Alors renouvelables ?

    • « Quand à l’éolien, cette énergie emprunte au soleil et à l’énergie cinétique de la Terre et dans une moindre mesure de la Lune. On refroidit la Terre et on la ralentit. »

      Je me disais bien que la terre avait ralenti: l’hiver passé avait commencé avec un mois de retard et fini plus tard aussi. Et cette année, l’hiver n’a pas encore commencé, mais que fait le GIEC?

      LOL

      • La terre ralentit ? Très bien : ça va me permettre d’envisager d’en descendre en marche sans me faire trop mal. Parce que ces histoires d’emprunter de l’énergie au soleil (et à la lune !!!!), ça va mal finir. Il est temps de se casser.

    • L’ensemble des énergies produites (puis donc diffusées dans l’environnement lors de leur consommation) dans le monde représente moins de 0,01% de l’énergie solaire incident la surface de la terre (et renvoyée à l’espace par réflexion et ré-irradiation dans l’infrarouge).
      À moins qu’il soit extraordinairement sensible, ce qui se saurait, il n’y a pas de quoi déranger le climat.

    • C’est très farfelu ce que vous dites sur l’impact des panneaux solaires sur le climat. L’impact serait totalement négligeable. Aujourd’hui, la modification de l’occupation des sols a un effet bien plus important sur l’albédo que la surface, bien inférieure, de panneaux solaires déployée(si on remplace le fossile). Lorsque l’on doute de l’impact de rejets massifs de carbone dans l’atmosphère mais dans le même temps on craint un refroidissement à cause des panneaux solaires, c’est pas sérieux.

  • L’allemagne est « en avance » dans la destruction de la planète: c’est le pays le plus polluant d’Europe.
    En cause les mythes éolien et solaire, technologies qui ne sont pas utilisable sans stockage massif parce qu’ils nécessitent des backup. Comme les verts ont flingués le nucléaire (parce qu’il a fait zéro mort à fukushima ?) ils sont retournés au charbon.

    Cerise sur le gâteaux: ils paient leur énergie beaucoup plus cher, s’appauvrir tout en polluant plus, quel beau résultat. Pour « sauver la planète » il est urgent de ne plus écouter les verts.

    • @abitbol qui a écrit
      Le soleil chauffe la Terre (et l’éclaire). La Terre garde une moitié de l’énergie et renvoie l’autre moitié vers l’espace. Si une partie de celle qui doit chauffer la Terre est préalablement capturée par un panneau qui la stoppe et qui renvoie plus que 50% vers l’espace puisque les panneaux sont hautement réfléchissant, cela prend mécaniquement une partie du budget chauffant du soleil.
      Résultat, on refroidit la Terre.
      ——————————————————-
      Voilà que Abitbol verse de l’eau au moulin des écolos ; malheureusement tout est faux
      D’abord la Terre ne renvoie pas la moitié de l’énergie reçue du soleil vers l’espace ; on admet que c’est environ 30% ; ensuite les panneaux solaires ont un albédo qu’on estime entre 0,1 et 0,2 et l’altération de l’albédo dépend donc du substrat sur lequel on les pose ; mais grosso modo cela ne change pas grand-chose ; ensuite vous dites qu’ils sont réfléchissants , c’est vrai pas plus que l’eau quand elle n’est pas agitée et qui elle a un albédo de 0,05
      Enfin vous dites qu’ils prélèvent de l’énergie : c’est vrai , mais cette énergie se retrouvera en fin de compte sous forme de chaleur dans votre appartement ou ailleurs , transformée par un moteur électrique ou un radiateur
      Enfin , il faut vous rappeler que cette énergie électrique est beaucoup plus chère que toute autre ; cela veut dire qu’il a fallu brûler un tas d’énergie fossile pour fabriquer ces panneaux
      Résultat : les panneaux photovoltaïques réchauffent la Terre

  • votre article, très mal documenté au vu de tout ce qui a déjà été débattu ici sur le sujet,a au moins un mérite, c’est de rappeler que toute cette escroquerie n’a qu’un motif:réduire nos émissions de CO2.
    Or, et si vous avez un soupçon de curiosité, vous aurez remarqué que la corrélation hausse des taux de CO2, et T° n’est plus valide.
    Si l’on pouvait, au prix d’un raccourci très peu scientifique admettre que cette corrélation impliquait un lien de causalité, l’absence de celle-ci devrait au moins faire douter du lien de causalité non?

    Toutes les autres motivations n’ont aucune absolue nécessité ni urgence, surtout quand on voit le bilan final de cette gabegie.

    Vous parlez de stockage, illusoire à l’échelle nécessaire ,et sans doute encore pour un temps, je vous signale que si cette technique était disponible, le nucléaire serait encore nettement moins cher.

    En un mot comme ne cent,à part faire frétiller une certaine mouvance, sans doute au prix de notre prospérité( mais ce qu’ils recherchent non?) toutre cette quincaillerie verte n’a guère plus d’utilité que nos cathédrales, bien que celle-ci ,si elles n’ont envoyé personne dans un paradis , auront au moins été des témoins de notre civilisation, je doute que les hachoirs à oiseaux réussissent cette prouesse

  • Une éolienne terrestre en France a une puissance de 1,5 à 3 MW avec un facteur de charge de 20%. Cela fait statistiquement 0,3 à 0,6 MW par éolienne.

    Une rame de TGV atlantique a 8 moteurs de 1,1 MW soit 8,8 MW. (La SNCF dispose de 535 rames)

    En négligeant les pertes par effet Joule, il faut donc 8,8/0,45 soit 20 éoliennes par rame de TGV. Soit 10462 éoliennes pour l’ensemble des rames TGV de la SNCF.

    Allez, soyons fous, pourquoi ne pas équiper les TGV de spinaker pour économiser les éoliennes !

  • Murps: « là où les courants pourront disperser rapidement les écoulements indésirables : vous avez des informations que l’on a pas ? »

    La terre creuse et les grands fleuves à 500m c’est quand même prouvé voir ce site:
    onnouscachetout.com

  • La culture scientifique de l’auteur me paraît bâtie sur une série de fausses croyances et chiffres douteux.
    Il est heureux qu’une série de commentateurs plus compétents corrige ces abberations.
    Contrepoints devrait parfois effectuer un peer review sur les articles publiés, non ?

  • Murps : « là où les courants pourront disperser rapidement les écoulements indésirables : vous avez des informations que l’on a pas ? »
    Le raz Blanchard, passage entre le cap de la Hague et Aurigny est parcouru par un très puissant courant de marée pouvant atteindre 12 noeuds. C’est un des sites européens ayant le plus gros potentiel pour l’installation d’hydroliennes.

  • en tous cas si les écolos n’ont pas encore ‘sauvé’ la planète ils auront été responsables de la perte de millions d’heures de travail utile aux hommes et auront sans doute une grande responsabilité dans de futures famines.

    sinon , pour l’influence sur le climat , c’est surement exact mais c’est essentiellement local et régional donc visible, cela n’intéresse pas les charlatans du réchauffement qui ne s’intéressent pas a la météo mais a la cli ma to lo gie , un truc qui ne se vérifiera jamais de leur vivant .

    • La climatologie c’est la météo sur des échelles d’espace et de temps tellement grandes qu’on n’arrive jamais à confirmer ni réfuter les modèles.

      Enfin, si : dans le sens confirmation, ça marche!

  • Il n’est peut être pas inutile de réviser les connaissance de base sur ce qui fait que l’atmosphère est la température que nous avons.
    Point de départ: bilan énergie entrée = énergie sortie (venant du soleil = rediffusée dans l’espace).
    Si à terme ce bilan n’était pas équilibré nous serions en train de bouillir ou complétement congelés.
    Voir de quoi il s’agit ici: http://bit.ly/1hlp37E

    • « Si à terme ce bilan n’était pas équilibré nous serions en train de bouillir ou complétement congelés. »
      ——————-
      Non, sans blague ! Si le soleil ne se lève pas, nous serions tous morts.

    • amusant car cet équilibre est vrai à quelle
      de temps?
      et avez vous la moindre mesure pour corroborer cela?

      Autrement dit cette affirmation n’est qu’un hypothèse.

      En gros je suis d’accord…autrement dit pour trouver des chiffres approximatifs mais à part ça mon oeil.

  • En simplifiant il y a 2 nucléaires,l’actuel consomme l’uranium 235 rare. A l’opposé les ressources pour les surgénérateurs (uranium 238 et thorium 232 ) sont illimitées,3 milliards de tonnes en mer et à bon compte.Seule raison de la « lenteur »: pas utile aux militaires……

  • « des pays anciennement fascistes, super comme référence » y’en a qui n’ont pas peur d’être ridicule.. enfin qu’a t-il encore à perdre.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand se présente une crise d’envergure, les partis et mouvements politiques bourdonnent d’explications en sens contraire, fonction de leurs intérêts et préjugés. C’est d’autant plus vrai dans des pays tels la Belgique, l’Allemagne et la France dont la presse relaie les thèses les plus fantaisistes des écologistes en politique.

Tentons de démêler le principal de l’accessoire.

La crise énergétique de l’Europe est d’abord la crise, non d’un système, mais d’un pays. Ce pays, c’est l’Allemagne.

 

La transition énergé... Poursuivre la lecture
canicule démantèlement nucléaire
7
Sauvegarder cet article

Par Michel Lebrun et Michel Gay.

Une désastreuse arnaque scientifique a eu lieu dans l’ex-URSS quand l’agronome Lyssenko a réussi à convaincre le Comité central du parti communiste, Staline en tête, que ses méthodes permettraient de multiplier par trois, voire quatre la production agricole. Les scientifiques soviétiques qui osèrent critiquer Lyssenko eurent le choix entre se rétracter ou aller au goulag !

Bilan : des famines abominables eurent lieu en URSS et Lyssenko mourût de sa belle mort en 1964 !

Aujourd’hui, la soci... Poursuivre la lecture

Le gouvernement souhaite faire adopter à l’automne un projet de loi d’accélération des énergies renouvelables afin d’augmenter significativement la part de l’éolien et du solaire dans le mix énergétique français.

Dans l’exposé des motifs du texte de loi, il est énoncé que « la France accuse un retard » dans ces domaines par rapport à ses voisins européens.

Mais le texte de loi évite la question qui nous intéresse vraiment : l’implantation massive d’éoliennes et de capacités solaires nouvelles, est-elle un atout pour produire de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles