Soyez plus indifférents

La création d’un pays tolérant exige seulement une insouciante indifférence envers la diversité.

Par Alex Korbel.

indifferenceLes petits ruisseaux d’antisémitisme et de bêtise affleurant suite aux si populaires saillies dieudonniques sont un rappel choquant de l’influence durable de la xénophobie.

L’hostilité envers ce qui est perçu comme différent ne se limite pas à quelques propos toxiques, à des insultes blessantes, à des gestes odieux, ou à des actes violents isolés. Ceux-ci captent quelquefois l’attention des médias mais tout donne à penser que la xénophobie est un phénomène extrêmement commun. On ne serait pas étonné d’apprendre que 15 ou 20% des gens se sont sentis victimes de discrimination en raison de la couleur de leur peau, de leur origine ethnique ou de leur religion.

Le « respect » pourrait sembler l’antidote le plus efficace contre la xénophobie. Pour rendre la société plus tolérante, ne devrions-nous pas respecter nos concitoyens, indépendamment de leur origine ethnique, religieuse ou culturelle ? Bien que le projet de création d’une société plus respectueuse soit louable, cet appel au « respect » semble inutile et irréalisable. Si toutes les personnes tenaient soudain en estime toutes les religions, toutes les cultures, toutes les origines, le fléau social de la xénophobie serait certainement éliminé. Toutefois, veiller à ce qu’aucune personne ne soit maltraitée ou agressée dans sa vie de tous les jours n’exige pas quelque chose d’aussi exigeant que le respect universel.

« On s’en fout. Vis ta vie. Oublie-moi. »1

En réalité, la création d’un pays tolérant exige seulement une insouciante indifférence envers la diversité.

Il n’est pas nécessaire que ceux qui font bêtement un salut complice en posant devant la plaque de la Rue au Four développent soudainement un profond enthousiasme pour la cuisine casher ou la philosophie rabbinique. Il faudrait juste qu’ils cessent de faire tout un plat de la diversité culturelle et religieuse. Qu’ils fassent preuve d’un peu plus d’apathie, de désengagement, de désintérêt, de détachement, voire de nonchalance. Qu’ils soient moins obsédés par tout cela. Qu’ils passent à autre chose. Bref, qu’ils s’en fichent un peu plus.

Et cela vaut aussi pour les champions auto-proclamés de la diversité – qui ne devrait jamais être un but politique. Mais ce sera le sujet d’un autre article.

Non seulement le respect n’est pas nécessaire pour mettre fin à la xénophobie, mais un objectif plus modeste d’indifférence est le seul à être réaliste.

img contrepoints082 indifférenceNotre vorace appétit pour la nourriture, la musique, les films, les festivals et bien d’autres choses venant d’ailleurs suggère que la plupart apprécie la diversité humaine. Mais la minorité de ceux qui aiment à s’en prendre à ce qui leur est étranger ne partagera probablement jamais cette perspective cosmopolite. Au lieu de vainement essayer de faire des xénophobes des adeptes d’une grande célébration des autres cultures et religions, il vaudrait mieux les convaincre de considérer ceux de divers horizons avec une bénigne indifférence.

Jusqu’à ce qu’un « et alors ? » ou un haussement d’épaules indifférent soit la pire réaction que les gens de toutes couleurs, croyances et cultures puissent imaginer recevoir de leurs concitoyens, notre société a encore du chemin à parcourir.