12 Years a Slave : un succès mérité

12 Years a Slave, le nouveau film de Steve McQueen, sorti voici quelques semaines déjà, mérite amplement son succès public et ses récompenses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Poster de 12 years a slave (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

12 Years a Slave : un succès mérité

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 février 2014
- A +

Par Victoria Melville.

12-years-a-slave-posterLe film de Steve McQueen est le récit de l’histoire horrible et inspirée de faits réels de Solomon Northup, campé par un Chiwetel Ejiofor impressionnant de justesse, homme noir libre de New-York qui, dans les années 1840, se retrouve kidnappé et vendu comme esclave dans le sud esclavagiste.

Loin de tomber dans un sentimentalisme tentant, le film conserve juste la distance nécessaire pour décrire l’horreur qu’ont pu vivre les esclaves dans l’Amérique pré-guerre civile tout en s’attardant suffisamment sur les bourreaux et les circonstances pour que l’on s’interroge sur les motivations de tous les personnages. On se prend même à éprouver de la pitié pour l’auto-destruction qu’ils s’infligent par la souffrance qu’ils infligent à autrui, volontairement ou par négligence – notamment le personnage de Benedict Cumberbatch, touchant de contradictions – comme en reflet de leur propre psyché martyrisée. Une écriture tout en nuance et une interprétation de grande qualité permettent au film de ne jamais sombrer dans le manichéisme souvent associé à cette thématique.

Steve McQueen pousse encore plus loin son attirance morbide que lors de son précédent film, Shame, dans lequel on observait avec fascination Michael Fassbender se vautrer dans la fange la plus répugnante. Ici, à mesure que le film se déroule, que les conditions de vie des esclaves se font plus difficiles, l’existence d’Edwin Epps, le même Michael Fassbender, se réduit à la violence extrême avec laquelle il se torture psychologiquement en torturant physiquement jusqu’à son ouvrière préférée pour laquelle il développe une coupable attirance.

Le film est aussi bon sur le fond que la forme. L’écriture est soignée et la réalisation impeccable. Certaines scènes prennent vraiment aux tripes. Sans en dévoiler davantage, quelques splendides plans séquences ne pourront pas vous laisser indifférents tant notre réalisateur est virtuose. Hans Zimmer nous offre même une bande sonore d’une surprenante originalité, tout en restant dans son style habituel qu’on adore.

Un beau film qui se présente comme une ode à la volonté et à la liberté, témoignant d’un espoir dans la nature humaine que l’on n’attendrait guère sur un tel sujet.

12 Years a Slave, drame historique américain (sorti depuis le 22 janvier 2014) de Steve McQueen II avec Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender, Benedict Cumberbatch, Lupita Nyong’o, Paul Dano, Brad Pitt… Durée : 2h13.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • C’est un film que je compte voir. Pour deux raisons : Mc Queen et Fassbender.
    Le premier est un génie du cinéma qui reste fidèle aux fondamentaux qui font les chef d’oeuvres . À savoir de longs plans séquences (style Leone) et une caméra fixe (c’est à dire pas une caméra sur l’épaule).
    La manière de filmer de Mc Queen (à l’ancienne, sans cette hystérie actuelle qui rend les films irregardables et qui donne mal aux yeux et au coeur) permet de rentrer émotionnellement dans le film.
    La nouvelle mode (caméra sur l’épaule et plans d’une nano seconde, on ne voit jamais la fin d’une action) entraîne une superficialité : vite regardé (quand on y voit quelque chose !), vite oublié.
    Quand à Fassbender, il possède un charisme ravageur.

  • commentaire débile et creux qui n’explique en rien pourquoi ce film est « fabuleux »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Lipton Matthews.

 

Le film à succès The Women King a ressuscité le mythe selon lequel l'esclavage procure de la richesse. Si les critiques irritées affirment que le film minimise le fait que l'empire du Dahomey tirait sa richesse de l'esclavage, cette observation associe à tort la réussite politique à l'épanouissement humain. L'État et l'individu sont deux entités distinctes et, à ce titre, les objectifs des individus sont souvent incompatibles avec ceux de l'État.

En Afrique, la traite des esclaves a enrichi les... Poursuivre la lecture

le wokisme neo-racisme gauche
7
Sauvegarder cet article

L'obsession de la gauche radicale de tout centrer sur la race et le sexe a abouti à l'apothéose de la prochaine sortie du film The Woman King.

L’épopée historique est centrée sur le véritable royaume africain du Dahomey, qui existait pendant le partage de l'Afrique à l'âge des empires, entre 1800 et 1904.

Viola Davis incarne le général Nanisca, chef d'un groupe de guerrières composé intégralement de femmes baptisées les Amazones du Dahomey, alors qu'elle lutte contre les tentatives européennes de conquérir le royaume.

Oua... Poursuivre la lecture

Les pays occidentaux ont atteint une prospérité sans précédent. Nombreux sont ceux qui pensent que cette richesse est fondée sur l'esclavage et l'exploitation des pays non occidentaux. Ils partent du principe que « nous » nous sommes enrichis en pillant les pays pauvres et qu'il est donc de notre devoir de fournir une aide au développement et de verser une compensation pour les souffrances infligées.

 

Tromperie

Cependant, cette version de l'histoire est plutôt trompeuse. Il est vrai que les pays occidentaux ont exploré et ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles