12 Years a Slave : un succès mérité

12 Years a Slave, le nouveau film de Steve McQueen, sorti voici quelques semaines déjà, mérite amplement son succès public et ses récompenses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Poster de 12 years a slave (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

12 Years a Slave : un succès mérité

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 février 2014
- A +

Par Victoria Melville.

12-years-a-slave-posterLe film de Steve McQueen est le récit de l’histoire horrible et inspirée de faits réels de Solomon Northup, campé par un Chiwetel Ejiofor impressionnant de justesse, homme noir libre de New-York qui, dans les années 1840, se retrouve kidnappé et vendu comme esclave dans le sud esclavagiste.

Loin de tomber dans un sentimentalisme tentant, le film conserve juste la distance nécessaire pour décrire l’horreur qu’ont pu vivre les esclaves dans l’Amérique pré-guerre civile tout en s’attardant suffisamment sur les bourreaux et les circonstances pour que l’on s’interroge sur les motivations de tous les personnages. On se prend même à éprouver de la pitié pour l’auto-destruction qu’ils s’infligent par la souffrance qu’ils infligent à autrui, volontairement ou par négligence – notamment le personnage de Benedict Cumberbatch, touchant de contradictions – comme en reflet de leur propre psyché martyrisée. Une écriture tout en nuance et une interprétation de grande qualité permettent au film de ne jamais sombrer dans le manichéisme souvent associé à cette thématique.

Steve McQueen pousse encore plus loin son attirance morbide que lors de son précédent film, Shame, dans lequel on observait avec fascination Michael Fassbender se vautrer dans la fange la plus répugnante. Ici, à mesure que le film se déroule, que les conditions de vie des esclaves se font plus difficiles, l’existence d’Edwin Epps, le même Michael Fassbender, se réduit à la violence extrême avec laquelle il se torture psychologiquement en torturant physiquement jusqu’à son ouvrière préférée pour laquelle il développe une coupable attirance.

Le film est aussi bon sur le fond que la forme. L’écriture est soignée et la réalisation impeccable. Certaines scènes prennent vraiment aux tripes. Sans en dévoiler davantage, quelques splendides plans séquences ne pourront pas vous laisser indifférents tant notre réalisateur est virtuose. Hans Zimmer nous offre même une bande sonore d’une surprenante originalité, tout en restant dans son style habituel qu’on adore.

Un beau film qui se présente comme une ode à la volonté et à la liberté, témoignant d’un espoir dans la nature humaine que l’on n’attendrait guère sur un tel sujet.

12 Years a Slave, drame historique américain (sorti depuis le 22 janvier 2014) de Steve McQueen II avec Chiwetel Ejiofor, Michael Fassbender, Benedict Cumberbatch, Lupita Nyong’o, Paul Dano, Brad Pitt… Durée : 2h13.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • C’est un film que je compte voir. Pour deux raisons : Mc Queen et Fassbender.
    Le premier est un génie du cinéma qui reste fidèle aux fondamentaux qui font les chef d’oeuvres . À savoir de longs plans séquences (style Leone) et une caméra fixe (c’est à dire pas une caméra sur l’épaule).
    La manière de filmer de Mc Queen (à l’ancienne, sans cette hystérie actuelle qui rend les films irregardables et qui donne mal aux yeux et au coeur) permet de rentrer émotionnellement dans le film.
    La nouvelle mode (caméra sur l’épaule et plans d’une nano seconde, on ne voit jamais la fin d’une action) entraîne une superficialité : vite regardé (quand on y voit quelque chose !), vite oublié.
    Quand à Fassbender, il possède un charisme ravageur.

  • commentaire débile et creux qui n’explique en rien pourquoi ce film est « fabuleux »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Albouy.

Nourris à l’idée que la domination blanche impose ses règles de fonctionnement dans tous les domaines de la vie (de l’économie à la cuisine en passant par le code vestimentaire) aux populations dominées, ils estiment dans la lignée de l’approche marxiste que les populations souffrant de la domination blanche que l’économie de marché et le capitalisme ne sont que des instruments de pouvoir pour les asservir.

Au passage, certains économistes n’hésitent pas à affirmer que la richesse des pays occidentaux s’est co... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

Dans la grande clairvoyance qui caractérise actuellement la recherche en sciences sociales, le CNRS a récemment publié une étude qui permet de retracer les propriétaires d’esclaves ayant reçu une indemnité de l’État après son abolition, et donc de savoir si vous êtes le descendant d’un propriétaire d’esclave.

La démarche de cette étude, dans la continuité de celles qui évaluent le « coût de la virilité », interroge particulièrement. On se demande en effet quel est le but de telles recherches, si ce n’est pointer ... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer.

Non contents de torturer le langage à faire pâlir d’envie Isabelle de Castille, les wokes passent leur temps à se flageller afin de s'excuser de leur blanchité.

Pour remédier à ce péché originel, plusieurs proposent que le gouvernement – et donc, les contribuables – paient un tribut aux descendants d’esclaves en compensation des désavantages subis. L’administration Biden considère même la proposition ouvertement.

Le racisme institutionnel américain est évident pour quiconque ne porte pas d’œillères. A... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles