Le Venezuela est-il au bord du chaos ?

Le conflit qui oppose le régime de Maduro à ses opposants peut-il dégénérer en guerre civile ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Venezuela manifestations CC AndresAzp

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le Venezuela est-il au bord du chaos ?

Publié le 20 février 2014
- A +

Par Juan Carlos Hidalgo.
Un article du Cato Institute.

Venezuela manifestations CC AndresAzp

Ces jours-ci pourraient être tragiques pour l’histoire du Venezuela. Encore marquées par les morts de la semaine dernière, deux grandes manifestations, l’une de l’opposition et l’autre organisée par l’État, se sont déroulées ce mardi dans les rues de la capitale à faible distance l’une de l’autre – aucun incident n’était à déplorer mardi soir. Le régime de Nicolas Maduro avait interdit les marches de l’opposition et menacé de violence si elles tentaient d’entrer dans la municipalité de Libertador, au centre-ville de Caracas. Les choses peuvent dégénérer à tout instant.

Les tensions se sont développées depuis la semaine dernière, lorsque des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des étudiants, sont descendues dans les rues pour protester contre le gouvernement. La manière forte avec laquelle le régime a traité les manifestations est quasiment sans précédent. Au moins trois personnes sont mortes, des dizaines ont été arrêtées et beaucoup sont toujours portées disparues. Les étudiants qui ont été libérés ont dénoncé avoir été torturés et violés en détention. En outre, le gouvernement a émis un mandat d’arrêt contre Leopoldo López, l’un des meneurs les plus emblématiques de l’opposition, ancien maire de la commune de Chacao. En qualité de chef de file de la contestation de mardi, il s’est rendu à la garde nationale.

Gardons à l’esprit quelques éléments pour interpréter les événements.

Une grande partie de la population est excédée

Ce n’est pas la première fois que des dizaines de milliers de Vénézuéliens prennent la rue pour protester contre l’État. Cependant, avec l’aggravation de la crise économique, le niveau de désespoir de la population atteint un point culminant, surtout parmi la classe moyenne. Les indicateurs de pénurie montrent que plus d’un produit de base sur quatre est en rupture de stock. Les queues d’une heure dans les supermarchés sont le lot quotidien des Vénézuéliens. Et lorsqu’ils parviennent enfin à trouver un produit, ils mesurent combien leur revenu est en chute libre au moment de l’acheter. Le taux d’inflation officiel a atteint 56% l’an dernier, mais selon les calculs de mon collègue Steve Hanke du Troubled Currency Project, le taux annuel d’inflation implicite est en fait de 305%.

Le crime a fortement détérioré les conditions de vie : le Venezuela est aujourd’hui l’un des endroits les plus dangereux au monde, avec près de 25 000 homicides en 2013, soit un taux de 79 homicides pour 100 000 habitants. Le pays est devenu invivable et de nombreux Vénézuéliens pensent qu’ils n’ont plus rien à perdre.

Le gouvernement fera tout pour conserver le pouvoir

C’est quasiment mot pour mot ce que Nicolás Maduro a laissé entendre ce week-end, en précisant que cela ne le dérangeait pas qu’on le prenne pour un dictateur. Les personnes qui craignent l’éclatement d’une guerre civile au Venezuela voient d’un mauvais œil le fait qu’une seule des deux factions soit armée, celle du gouvernement et de ses partisans. Le régime de Maduro, dont l’appareil de sécurité est étroitement contrôlé par les services secrets de Cuba, a déjà réprimé avec brutalité les manifestants.

L’armée et la garde nationale sont aux ordres de l’État et il y a très peu de chance qu’elles rechignent à déchaîner leur violence contre les civils désarmés. De plus, ceux que l’on nomme les « Tupamaros », des bandes armées qui soutiennent le gouvernement, interviennent spontanément avec la complicité des services de sécurité et sont d’ailleurs suspectées d’être derrière les meurtres de deux manifestants la semaine dernière. Il est difficile d’imaginer une guerre civile compte tenu du déséquilibre des forces en présence.

La réelle menace pour Maduro vient de l’intérieur de l’État

L’opposition est désarmée et ne constitue pas une réelle menace pour Maduro et son emprise sur le pouvoir. Ses véritables ennemis sont à l’intérieur de l’État, en particulier du côté des forces militaires alliées au président de l’Assemblée Nationale, Diosdado Cabello. Tout signe de faiblesse de Maduro pourrait donner le feu vert à cette aile du chavisme de prendre le pouvoir. Maduro le sait, et c’est une autre raison pour laquelle il est susceptible de déployer une violente répression des manifestations.

Les pays d’Amérique latine se rangent du côté de Maduro ou gardent le silence

Maduro n’a pas à s’inquiéter de la communauté internationale ; du moins peut-il compter sur ses pairs d’Amérique latine. Le Mercosur1 a déjà publié une déclaration affirmant sa solidarité avec le régime vénézuélien. Des déclarations similaires ont été faites par d’autres gouvernements de gauche comme ceux de l’Équateur, de la Bolivie et du Nicaragua.

D’autre part, les pays d’Amérique latine qui bénéficient de démocraties plus avancées tels que le Mexique, la Colombie, le Pérou, le Chili et le Costa Rica ont préféré se taire par lâcheté ou cynisme, et continueront probablement de garder le silence. Ainsi l’État vénézuélien a-t-il les mains libres pour réprimer son peuple sans avoir besoin de se justifier auprès de ses voisins ou des organismes régionaux tels que l’Organisation des États américains ou la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes.

Enfin, l’État vénézuélien s’est contenté de balayer d’un revers de main toute autre critique venant de Washington ou de Bruxelles.

Il n’y aura pas de solution miracle. La question est de savoir si l’opposition sera intimidée par les menaces de violence, comme cela a été le cas jusqu’ici, ou continuera sa lutte, même si cela signifie un certain nombre de victimes. Personnellement, je pense que les choses vont aller de mal en pis.


Sur le web. Traduction : Contrepoints.

Lire aussi :

  1. Mercosur : Mercado Común del Sur, le marché commun des pays d’Amérique du Sud.
Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • En pendant ce temps nos kamarades communistes nient la réalité. Plus tard quand ça deviendra impossible ils s’en laveront les mains et diront que ça n’avait rien à voir avec le communisme réel. Et ainsi le temps fera qu’on oubliera leur complaisance (ou complicité morale dans le cas de Mélenchon) à l’égard du régime bolivarien.

  • 25 000 homicides ??? c’est hallucinant. Ça voudrait dire que un mort sur six est un assassiné …
    Il n’y a pas d’erreurs ?

    • Il ne s’agit pas d’une erreur. Même les autorités ont reconnu que le nombre de meurtres dans le pays du socialisme triomphant du XXI° siècle avait été multiplié par 4/5.

      Le kamarade Mélenchiasse qui ne faiblit pas d’amour pour le socialisme bolivarien a-t-il un jour fait un petit tour dans Petare, le bidonville de la capitale ?

    • 25.000 homicides par an, ça correspond à 83 meurtres / 100.000 habitants, c’est beaucoup en effet.
      Le chiffre officiel, c’est moitié, autour de 40 et on trouve ça en Afrique (en particulier l’Afrique du Sud, qui est en train de partir en sucette) et dans les villes américaines gouvernées par les Noirs comme Detroit, Nouvelle Orléans, Birmingham, Newark ou Camden.

      • Minitax toujours obsédé par la couleur de peau des individus et ce même quand l’article n’a rien à voir avec le racisme ou la race : on ne se refait pas.

  • Encore les americanis sionistes….qui detruisent les peuples de la planete …pour creer des ombres aux service des banquiers juifs

    • Oui Toubon vous avez bien appris par coeur votre petit manuel socialiste. C’est toujours plus agréable de mettre la situation du Venezuela sur le dos des américains et des sionistes que sur celui du socialisme dont l’histoire à démontré que cette idéologie a failli partout.

      Vous n’avez décidemment rien compris. Pas besoins de comploter contre les socialistes pour les anéantir. Ils savent très bien faire cela de eux-mêmes.

      D.J

  • Heureusement les journalistes français sont présents pour raconter les horreurs, tortures et repressions actuelles … Ah en fait non, j’avais oublié que Maduro comme Chavez était membre du Parti du Bien.

  •  » et dans les villes américaines gouvernées par les Noirs comme Detroit, Nouvelle Orléans, Birmingham, Newark ou Camden.  »

    Dire gouverner par les démocrates serait plus adéquat.

    D.J

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La loi 92-3 du 3 juillet 1992 reconnait « l’eau comme patrimoine commun de la nation ».

Mais cette décision n’apaise pas les tensions entre les utilisateurs, comme en témoignent les affrontements du 29 octobre 2022 à Sainte-Soline (79120). Entre 4000 et 7000 manifestants (selon les sources) se sont violemment opposés aux forces de l’ordre en occasionnant une cinquantaine de blessés parmi les manifestants et 61 blessés dont 22 sérieusement pour les forces de l’ordre. Seulement six interpellations ont été effectuées.

La violence d... Poursuivre la lecture

Sans eau, il n'y a pas d'agriculture – de production alimentaire pour l'Homme et les animaux (qui, en majorité, nous nourrissent à leur tour) ou à d'autres fins. Depuis des millénaires, l'irrigation est pratiquée là où elle est nécessaire ou utile, et possible, en prélevant l'eau dans le milieu directement ou après stockage.

Les « bassines » du Val de Sèvre – devenues « méga-bassines » dans le discours militant-militant et médiatique-militant ou médiatique-indigent – sont des « retenues de substitution » (ou des « réserves de substitut... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Razavi. Un article de Conflits

 

Le mouvement de contestation féministe qui s’étend à tout le pays depuis l’assassinat de Mahsa Amini par la police des mœurs le 16 septembre dernier, va bien au-delà d’une simple revendication anti-voile. L’Iran fait en effet face à une crise économique, sociale et environnementale sans précédent à laquelle s’ajoute la brutalité d’un régime usé.

Dans ce contexte, les manifestants peuvent-ils avoir raison des mollahs ?

La République des mollahs fait face à un mouvem... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles