Un nombre jamais atteint de faillites d’entreprises

La France a connu l’an dernier 62.252 défaillances d’entreprises, soit 1,7% de plus qu’en 2012.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tribunal de commerce d'Aix en Provence (Crédits Andrea Schaffer, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un nombre jamais atteint de faillites d’entreprises

Publié le 13 février 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Tribunal de commerceSelon la nouvelle logique qui veut qu’un ralentissement de l’augmentation de la dépense soit présenté comme une économie, ou un ralentissement de l’augmentation du chômage comme un inversement de tendance, la Banque de France souligne que « ce rythme annuel de progression des faillites ralentit » ! C’est beau comme de la novlangue ! Ainsi nous explique-t-elle que le nombre de défaillances d’entreprises cumulées sur douze mois s’affichait à fin septembre en hausse de 5,5% par rapport à fin septembre 2012, et que ce même taux a baissé à 3,7% fin octobre, puis 3,3% fin novembre et donc 1,7% fin décembre. D’où ce ralentissement du « rythme annuel de progression des faillites »… CQFD.

En 2013 c’est l’hébergement et la restauration qui ont le plus souffert (+5,4% à 7.600). Un problème de TVA, peut être ?

Viennent ensuite les activités immobilières (+3,5% à 2.156). Et dire que certains prédisaient pour 2013 un effondrement des prix de vente qui entraînerait une reprise du marché !

En valeur absolue, le secteur le plus touché l’an dernier par les faillites a été, comme en 2012, celui de la construction avec 15.743 défaillances (+0,2%). Ne dites pas que cela n’était pas prévisible, relisez tous nos articles depuis trois ans, nous l’avions clairement et explicitement prévu dès que le gouvernement Fillon a commencé à réduire les « niches fiscales » sur le bâtiment. La politique déconnectée de l’actuel gouvernement n’a fait qu’accroître le mouvement. Il faudra plusieurs années pour réparer les dégâts.

Le commerce/réparation automobile souffre aussi très fort avec 14.084 cas (+3,1%). Conséquence directe de la paupérisation.

À l’inverse le nombre de défaillances a baissé très légèrement dans les activités financières et d’assurance (-0,1% à 1.164) et dans les transports et entreposage (-0,8% à 1.996).


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Une statistique sur la taille des sociétés qui ferment aurait été intéressante, car nous saurions si les entreprises de tailles moyennes ne cèdent pas la place à une multitude de très petites sociétés beaucoup moins pérennes.
    Ce qui pourrait grandement fragiliser le tissu économique français sans pour autant se voir dans les statistiques.

  • les esthéticiennes et les coiffeurs aussi ont pris une grande baffe ; normal , les gens ont des dépenses plus importantes , ajouté à cela tout le pognon pris au contribuables , c’est pas prêt de s’arranger ;

  • Article révélateur.
    Néanmoins , et ce dans l’optique d’un bilan complet et exhaustif, il faudrait également compter le nombre d’entreprises créées en 2013, la balance création/faillites se révélant plus opportune je pense.

  • Des esthéticiennes il y a ou avait 3 ou 4 dans la commune 3000 hab ça me laisse perplexe c’ est pas clair .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

Par Timothy G. Nash, Lisa McClain, Thomas Savidge, Ashley Wright.

Pratiquement tous les objets que nous utilisons quotidiennement (voiture, téléphone portable,  nourriture, vêtements, brosse à dents, etc.) ont été produits par des personnes qui recherchent le profit.

Nos emplois et nos salaires sont également basés sur la recherche du profit. Même les États et les organisations à but non lucratif sont rendus possibles par les profits des entreprises privées et les salaires de leurs employés.

Qu'est-ce que le profit ?

Dans... Poursuivre la lecture

Entreprise crise actionnaires se gavent
2
Sauvegarder cet article

Par Philbert Carbon. Un article de l'IREF Europe.

Les entreprises du CAC 40 ont commencé à publier leurs résultats pour l’exercice 2021. Les premières annonces laissent croire que pour la première fois, les profits des 40 premières entreprises françaises vont dépasser, en cumul, les 100 milliards d’euros nets, un chiffre qui avait été frôlé en 2018. 

Le 10 février 2002, TotalEnergies a annoncé un résultat net de 13,5 milliards d'euros (multiplié par 4,4 par rapport à 2020) ; ArcelorMittal, plus de 13 milliards (contre plus de 64... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles