Un nombre jamais atteint de faillites d’entreprises

La France a connu l’an dernier 62.252 défaillances d’entreprises, soit 1,7% de plus qu’en 2012.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tribunal de commerce d'Aix en Provence (Crédits Andrea Schaffer, licence Creative Commons)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Un nombre jamais atteint de faillites d’entreprises

Publié le 13 février 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Tribunal de commerceSelon la nouvelle logique qui veut qu’un ralentissement de l’augmentation de la dépense soit présenté comme une économie, ou un ralentissement de l’augmentation du chômage comme un inversement de tendance, la Banque de France souligne que « ce rythme annuel de progression des faillites ralentit » ! C’est beau comme de la novlangue ! Ainsi nous explique-t-elle que le nombre de défaillances d’entreprises cumulées sur douze mois s’affichait à fin septembre en hausse de 5,5% par rapport à fin septembre 2012, et que ce même taux a baissé à 3,7% fin octobre, puis 3,3% fin novembre et donc 1,7% fin décembre. D’où ce ralentissement du « rythme annuel de progression des faillites »… CQFD.

En 2013 c’est l’hébergement et la restauration qui ont le plus souffert (+5,4% à 7.600). Un problème de TVA, peut être ?

Viennent ensuite les activités immobilières (+3,5% à 2.156). Et dire que certains prédisaient pour 2013 un effondrement des prix de vente qui entraînerait une reprise du marché !

En valeur absolue, le secteur le plus touché l’an dernier par les faillites a été, comme en 2012, celui de la construction avec 15.743 défaillances (+0,2%). Ne dites pas que cela n’était pas prévisible, relisez tous nos articles depuis trois ans, nous l’avions clairement et explicitement prévu dès que le gouvernement Fillon a commencé à réduire les « niches fiscales » sur le bâtiment. La politique déconnectée de l’actuel gouvernement n’a fait qu’accroître le mouvement. Il faudra plusieurs années pour réparer les dégâts.

Le commerce/réparation automobile souffre aussi très fort avec 14.084 cas (+3,1%). Conséquence directe de la paupérisation.

À l’inverse le nombre de défaillances a baissé très légèrement dans les activités financières et d’assurance (-0,1% à 1.164) et dans les transports et entreposage (-0,8% à 1.996).


Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Une statistique sur la taille des sociétés qui ferment aurait été intéressante, car nous saurions si les entreprises de tailles moyennes ne cèdent pas la place à une multitude de très petites sociétés beaucoup moins pérennes.
    Ce qui pourrait grandement fragiliser le tissu économique français sans pour autant se voir dans les statistiques.

  • les esthéticiennes et les coiffeurs aussi ont pris une grande baffe ; normal , les gens ont des dépenses plus importantes , ajouté à cela tout le pognon pris au contribuables , c’est pas prêt de s’arranger ;

  • Article révélateur.
    Néanmoins , et ce dans l’optique d’un bilan complet et exhaustif, il faudrait également compter le nombre d’entreprises créées en 2013, la balance création/faillites se révélant plus opportune je pense.

  • Des esthéticiennes il y a ou avait 3 ou 4 dans la commune 3000 hab ça me laisse perplexe c’ est pas clair .

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Comme l’avait courageusement souhaité Bruno Le Maire au début de l’invasion ukrainienne par la Russie, l’économie est maintenant à genoux, avec le petit souci qu’il s’agit de l’économie française : après neuf mois de sanctions diverses et de décisions – notamment énergétiques – parfaitement consternantes, la France réalise grâce à quelques bidouillages statistiques audacieux un magnifique surplace artistique avec une croissance symbolique autour du chiffre fétiche de notre ministre de l’Économie, à savoir zéro.

Après douze mois d’une t... Poursuivre la lecture

La performance des entreprises est souvent perçue comme n’ayant aucun impact sociétal.

Elle semble ne relever que du strict domaine financier et ne concerner que ses actionnaires, et personne d’autre. Et à ce titre elle est moralement suspecte. On est content pour l’entreprise qui a de bons résultats, mais on ne voit pas trop l’intérêt et, à la limite souvent franchie dans notre pays, on soupçonne même que cette performance se fasse au détriment de la société. Pourtant, la performance des entreprises représente un enjeu sociétal majeur... Poursuivre la lecture

Dans cette période difficile que nous traversons, une dizaine de bombes à retardement nous menacent à plus ou moins brève échéance. Je les traiterai individuellement dans de prochains articles.

L'une d'entre elles va prochainement éclater qui, malheureusement, ne fait pas la Une des médias. Il s’agit des entreprises dites zombies, celles qui ne sont pas ou plus viables, mais surtout celles qui ont artificiellement été maintenues la tête hors de l’eau avec le « quoiqu’il en coûte » mis en place à l'occasion du covid.

 

U... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles