Politique politicienne démocrate et panne de l’emploi aux USA

Les pauvres continuent de payer par leur chômage les politiques égalitaristes d’Obama.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Chômage USA (crédits : René Le Honzec/Contrepoints, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Politique politicienne démocrate et panne de l’emploi aux USA

Publié le 29 janvier 2014
- A +

Par Bernard Zimmern.
Un article d’Emploi-2017.

imgscan  contrepoints 2014624 chômage USA

Une intéressante note du blog de l’OFCE sur ce qui se cache derrière la chute des chiffres du chômage aux États-Unis, montre que loin d’être créée par une reprise de l’emploi, la chute du taux de chômage traduit en fait une détérioration de la situation économique. Elle se caractérise par un retrait accru du marché du travail par une partie des actifs qui n’espèrent plus trouver un emploi ou préfèrent en sortir.

Comme visible sur le graphique ci-dessous, le taux de chômage baisse parce que le taux de participation chute. Le taux de participation est le ratio de la population au travail plus ceux qui cherchent un travail, rapportés à la population en âge de travailler1.

US labour market

Traditionnellement autour de 66% alors qu’il est en dessous de 60% en France, il est tombé à environ 62% avec la crise et ne s’est pas relevé mais continue de chuter.

Comme le note l’auteur, la principale cause de cette mauvaise performance se situe dans le manque de création d’emplois ; les créations d’emplois salariés du secteur privé ne suffisent même pas à absorber l’accroissement démographique de la population.

Sans développer toutes les conséquences importantes que l’auteur en tire et que nous invitons à lire sur son article référencé ci-dessus, ce tableau d’une Amérique dont la reprise est famélique ne surprendra pas les lecteurs d’Emploi-2017.

Comme nous l’avons écrit à plusieurs reprises, il ne peut y avoir de reprise vigoureuse que si les entrepreneurs américains, qui constituent 75% des « riches » du 1%, ont suffisamment confiance dans l’avenir et leur gouvernement pour prendre des risques et investir. Tant que la tactique électorale du parti au pouvoir sera de condamner les riches au nom de l’égalité afin de gagner les élections, une reprise sérieuse n’aura pas lieu et ce seront les pauvres qui continueront à payer par leur chômage les campagnes égalitaristes du parti démocrate.


Sur le web.

  1. Population de plus de 15 ans.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Faire preuve d’honnête ce n’est jamais inutile dans la vie. La crise a explosé après 8 ans de mandature républicaine et sous Bush fils. Obama tente comme il le peut, mais pour l’instant on ne peut pas dire que les autres pays ai fait beaucoup mieux.
     » il ne peut y avoir de reprise vigoureuse que si les entrepreneurs américains, qui constituent 75% des « riches » du 1%, ont suffisamment confiance dans l’avenir et leur gouvernement pour prendre des risques et investir »
    C’est faux, l’investissement n’est pas lié au gouvernement mais bien aux entrepreneurs eux mêmes. Le gouvernement peut nuire mais ne peut surement pas créer, et dans la situation actuelle le problème américain et plus généralement des pays développés c’est bien un problème de repositionnement.

    • « C’est faux, l’investissement n’est pas lié au gouvernement mais bien aux entrepreneurs eux mêmes. »

      Justement, et c’est ce qui est dit dans l’article, les entrepreneurs investissent moins parce qu’il y’a une grosse incertitude politique. Les entrepreneurs agissent en fonction de leur environnement, que le gouvernement s’ingénie à rendre hostile.

      « Faire preuve d’honnête ce n’est jamais inutile dans la vie. »

      Tout à fait.

      « La crise a explosé après 8 ans de mandature républicaine et sous Bush fils. »

      Exact encore.

      « pour l’instant on ne peut pas dire que les autres pays ai fait beaucoup mieux. »

      Ca dépends lesquels, mais en effets, le US sont en assez bonne posture pour l’instant, comparé à d’autres pays.

      « Obama tente comme il le peut »

      N’importe quoi. Obama est le digne héritier de Bush, juste un peu plus socialiste.

      « c’est bien un problème de repositionnement. »

      Ce serait bien la première fois dans l’histoire que les entreprises Américaines auraient du mal à se repositionner ou à revoir leur gestion.

      • Je voulais pas dire qu’Obama ne faisait pas n’importe quoi. Par contre ils sont nombreux comme lui, ce n’est pas une raison vous me direz mais Cameron fait pareil tout le monde trouve que c’est parfait. Le gauche droite ça va 5 minutes.
        Pour ce qui est du repositionnement, je pense que la déflation est bêtement du a des prix trop élevé. Les deux solution possibles sont soit la baisses des prix soit une augmentation de la qualité. Je pense pas que tout le monde pourra augmenté la qualité de sa production simultanément. Donc un certain nombres de pays sans doutes petits pourront sortir de la crise par le haut. Mais pour le reste la seul perspective est la baisse des salaires. Celle ci sera sans doute combattu en vain par les gouvernements par plus de dette comme au Japon. Ce qui mènera au défaut.

  • ce matin à la radio, o’banana, assis sur 4% de croissance économique et une ( apparente ? )
    relocalisation de certaines industries, clamait qu’il voulait augmenter les bas salaires de 30 % !!
    est ce un grenelles américain ? le début de la vague d’inflation que certains prédisent ? le signal d’une re-relocalisation vers la chine ou les phillipinnes ?
    vite, l’horoscope …

    • La relocalisation c’est uniquement lié au prix du gaz en baisse.
      Ce qui attend les US c’est pas l’inflation mais bien l’hyper inflation. Mais l’hyper inflation ça ne se produit pas comme ça. C’est généralement après avoir renié toute rationalité macroéconomique et que toutes les dindes aient quitté le navire que ça ce produit, c’est donc un peu long.
      Pour l’instant les inflations sont très faibles, les dollars que vous avez caché sous votre matelas sont donc en sécurité.
      Pour savoir si j’ai tors c’est simple, il suffit d’attendre de voir une inflation au dessus des 2.5 aux US sur deux années de suites. Si la vente de hache n’a pas explosé en ce temps là alors c’est que j’avais tors.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Avec le conflit en Ukraine, les questions de défense européenne sont devenues plus d’actualité que jamais. Dans le même temps, certaines initiatives comme le bouclier antimissile sous initiative allemande posent des questions sur sa réalité.

Pour avoir des réponses, la rédaction s’est entretenue avec Jean-Dominique Merchet, journaliste à L’Opinion et spécialiste des questions de défense nationale et internationale. Entretien réalisé par Alexandre Massaux.

 

Alexandre Massaux : Le développement d’un bouclier antimissi... Poursuivre la lecture

photo de Donald Trump
1
Sauvegarder cet article

Hier, en sa fastueuse résidence de Mar-a-Lago, adossé à une forêt de drapeaux américains, fidèle à sa veste bleue, sa chemise blanche et sa cravate rouge, Donald Trump annonçait sa candidature à la prochaine campagne présidentielle.

Comme on pouvait s’y attendre, son discours long d’une heure a consisté à marteler ses thèmes favoris – immigration, sécurité, prospérité –, avec les formules-choc et le style qui ont fait sa gloire pour les uns, sa honte pour les autres. De toute évidence, Trump Saison 2 sera le sosie politique de Trump Sa... Poursuivre la lecture

C’est officiel, Donald Trump se représentera en 2024 à l’élection pour le poste de président des États-Unis. Depuis la station balnéaire de Mar-a-Lago à Palm Beach, l’ancien président a déclaré : « Nous sommes une nation en déclin », mais qu’heureusement, « le retour de l'Amérique commence dès maintenant ». Ça n’a pas l’air d’être l’avis de tous les conservateurs, qui craignent globalement que l’ancien serial winner, tombeur de la dynastie Clinton, ne soit devenu un boulet insupportable pour la droite.

Politiquement, le produit Donald ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles