En images : la manifestation Jour de Colère du 26 janvier 2014

Retour en images sur Jour de Colère, une manifestation dure à cerner qui a eu lieu à Paris hier, le 26 janvier 2014.

C’est dans une atmosphère pluvieuse que le cortège de la manifestation Jour de Colère s’est lancé dans un trajet de la Bastille à la place Vauban (en passant par les boulevards Saint-Marcel, de Port-Royal, du Montparnasse et enfin des Invalides). Les banderoles se sont succédées, de celles de la Manif Pour Tous, de Civitas, ou des Catholiques en colère à celles des identitaires et autres groupuscules d’extrême-droite en passant par les soraliens ou les partisans de l’humoriste controversé Dieudonné. Ces derniers exhibaient d’ailleurs pour beaucoup d’entre eux des ananas tenus en main ou au bout d’une pique, ce fruit symbolisant la chanson controversée de l’humoriste Shoananas (il s’y moque de la Shoah ostensiblement avec l’un de ses assistants habituels déguisé en déporté juif).

imgscan  contrepoints 2014617Bien qu’assez bien organisée, c’est en effet cet aspect des choses qui était le plus surprenant dans ce cortège : son extrême hétérogénéité. On y trouvait même beaucoup de supporters du Paris Saint-Germain, disons des attroupements assez compacts de personnes dont une bonne partie des membres portaient des produits issus du merchandising du club parisien à capitaux qataris. Il s’agit bien d’individus supportant un club bénéficiant à plein de la mondialisation notamment sous la forme de pétrodollars moyen-orientaux qui côtoient dans la même manifestation des gens hostiles à la mondialisation (soraliens, identitaires, etc.) ou pas (les manifestants de droite classique), hostiles aux pays arabes (les adversaires de l’islamisation du monde) ou pas (les soraliens et certains identitaires étant proches d’États comme la Syrie).

Enfin, on pouvait y croiser également des personnes apparemment très intéressées par la Belgique ou la Palestine puisque portant des drapeaux de ces pays, sans que l’on sache vraiment ce qu’ils revendiquent dans ce contexte de Jour de Colère. Ainsi qu’un certain Mohamed Belaïd, ancien chauffeur de François Hollande qu’il accuse entre autres de travail dissimulé.

Chauffeur François Hollande

À l’arrivée des cortèges place Vauban, lieu de la fin de l’itinéraire de la manifestation, divers discours ont été prononcés par divers intervenants, sur tous les sujets de colère des manifestants : théorie du genre sur le point d’être inculquée à tous les enfants par Vincent Peillon et Najat Vallaud-Belkacem, courbe du chômage et atermoiements du gouvernement en la matière, mariage homosexuel, etc. Plusieurs vidéos humoristiques ont été diffusées sur les écrans géants déployés place Vauban : une parodie des Guignols de l’info d’un tube du chanteur de Robin Thicke, une vidéo humoristique sur la vie sexuelle du Président de la République notamment. Comme vous le verrez en vidéo, le drapeau européen a bénéficié d’un traitement particulier par quelques-uns des jeunes présents sur place.

Nous avons pu prendre un certain nombre de photographies et de vidéos durant la manifestation, celles-ci sont peu nombreuses et parfois de qualité un peu dégradée pour une raison simple : la plupart des gens au comportement et au look un peu tendancieux (par un exemple un jeune homme au visage dissimulé portant un tee shirt sur lequel on pouvait lire « François, b…. ta s….. et casse-toi », suggérant au Président de copuler avec sa nouvelle compagne et de s’en aller ensuite) ne tenait pas particulièrement à être photographié, il a parfois fallu ruser ou abandonner.

P1080267 P1080268 P1080270 P1080271 P1080272 P1080273 P1080274