Les dirigeants de Dexia s’accordent des augmentations de salaire de 30% !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les dirigeants de Dexia s’accordent des augmentations de salaire de 30% !

Publié le 24 janvier 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

 

La polémique a atteint un niveau que la direction de Dexia ne peut plus se permettre d’ignorer. Après les révélations du Journal du dimanche le week-end dernier, concernant les augmentations de salaires de  trois cadres dirigeants de la banque franco-belge qui avaient vu leur salaire augmenter de 30% au 1er janvier (450.000 euros par an), Dexia vient d’annoncer « rouvrir » ce brûlant dossier.

La banque justifie cette décision par le fait que le démantèlement d’un établissement était « un métier complexe qui demande des compétences pointues et des professionnels expérimentés ».

Ces informations étant parues dans la presse, le « cœur des pleureuses » s’est mis en branle. Que ce soit avec ou sans juste raison, ce concert de cris d’orfraie de la part de députés et de ministres – Moscovici en tête, relayé par son homologue belge Koen Geens, qui a quand même tenté de défendre cette décision en déclarant notamment : « Je respecte vos objections éthiques mais la concurrence est très forte et ni vous, ni moi ne pouvons diriger Dexia. C’est un aspect dont nous devons tenir compte. Beaucoup de gens ont déjà quitté le navire » – a quelque chose d’irritant lorsque l’on sait que cette mesure a été approuvée par le CA du mois de décembre et que Dexia appartient aujourd’hui pour 50% à l’État belge et pour 44% à l’État français… Monsieur Moscovici qui s’emporte aujourd’hui devant les micros, jugeant cette hausse « inappropriée », faisant pression sur le gouvernement belge qui lui fait le plaisir de lui emboîter le pas, était parfaitement au courant et n’a pu que donner son aval sans lequel on n’imagine pas les représentants français au CA se prononcer.

« Après concertation avec les ministres français et belge [des Finances], nous allons convenir prochainement d’une réunion du comité des nominations et des rémunérations, ainsi que du Conseil d’administration, afin de réexaminer le dossier », a finalement répondu mercredi Dexia. Cette réaction intervient après que Pierre Moscovici et le ministre belge des Finances ont demandé au comité en question et au CA de reconsidérer la politique de rémunération des membres concernés. Mercredi matin en effet, Pierre Moscovici avait indiqué avoir « pris des contacts » avec le gouvernement belge « pour une approche commune afin que cette décision soit revue ». « J’espère que nous serons entendus », avait-t-il déclaré, tout en rappelant que Dexia avait bénéficié de la part de la France et de la Belgique d’un soutien financier « énorme ».

Rappelons tout de même que Dexia, sauvée de la faillite par les États belge et français à l’automne 2008, a bénéficié d’un second sauvetage en octobre 2011. Les déboires de la banque ont coûté des milliards d’euros aux deux États.

Le vrai scandale est là. Ou plus exactement les deux scandales sont là.

Le premier scandale est que des banques appartiennent à l’État. Entre le Crédit Lyonnais et Dexia, nous pourrions croire que notre pays pourrait être vacciné de ce communisme qui veut nous faire croire que la banque détenue par l’État est vertueuse quand la banque privée est avide. Aucune banque n’a commis dans l’histoire de notre pays autant d’escroqueries, de détournements de fonds, de blanchiment d’argent sale que le Crédit Lyonnais dirigé par les fonctionnaires de Bercy. Jusque dans son « nettoyage », puisque le « vertueux Peyrelevade » qui vient donner des leçons de moralité à Tapie est celui sous la présidence de qui les archives (qui n’existaient pas en double ni sous forme dématérialisée) du Crédit Lyonnais sont parties en fumée dans un incendie toujours inexpliqué… Des méthodes de voyous qu’aucun autre organisme français n’a osé utiliser.
Et que dire de Dexia, à l’heure où les collectivités locales, les hôpitaux, les organismes publics se révèlent « victimes » d’emprunts toxiques, tous placés par cette banque qui appartenait aux États français, belge et luxembourgeois ? Le n°1 européen des emprunts toxiques était une banque d’État ! Non, vraiment, il est incompréhensible que des hommes et des femmes politiques continuent à préconiser la nationalisation de banques !

Le second scandale est que l’argent des contribuables serve à renflouer des banques. Des banques sont au bord de la faillite ? Qu’elles meurent, la nature a horreur du vide et elles seront très vite remplacées. Quant aux personnes qui perdront leurs avoirs, elles apprendront à ne pas faire confiance à un seul organisme, elles apprendront à vérifier la solvabilité d’un établissement avant de lui confier leurs avoirs financiers, elles pourront faire l’objet d’une aide de la part d’un fonds commun interbancaire. De toute manière, il faut bien comprendre que sauver une banque par l’argent public se fait en utilisant l’argent du contribuable (seule source de financement de l’État) et que donc, de toute manière, ce sont les particuliers qui paieront. Autant que cette « casse » se limite aux clients de la banque plutôt qu’à l’ensemble de la Nation. Sachant que cela ne présage en rien des recherches en responsabilité et des condamnations des responsables – et a fortiori des coupables…


Sur le web.

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Moi ça me fait un peu mal de payer l’augmentation de faux banquiers mais si vous acceptez peut suis-je radin?

  • « Quant aux personnes qui perdront leurs avoirs, elles apprendront à ne pas faire confiance à un seul organisme, elles apprendront à vérifier la solvabilité d’un établissement avant de lui confier leurs avoirs financiers »……….Mettez vous à la place d´un pauvre bougre qui n´y comprend rien. Imaginez un petit agriculteur qui met ses économies dans une banque vous pensez sérieusement qu´il va en vérifier la solvabilité. Ne soyez pas aussi dogmatique que les socialistes.

    • reste le livret A, des courtiers dont on peut vérifier la réputation, et pourquoi pas des métiers a créer.

    • Le pauvre bougre d’agriculteur est bien plus habitué à vérifier par lui-même la crédibilité de ceux auxquels il est invité à faire confiance que l’enseignant ou autre fonctionnaire qui fait une confiance aveugle à l’état. Savoir discerner où placer sa confiance n’est de toute façon ni quelque chose qui s’apprend sans douleur, ni quelque chose qu’on peut déléguer. C’est peut-être dommage, mais il n’y a pas d’alternative.

    • Il ne faut pas hesiter a placer ses oeufs dans plusieurs paniers.

      Mais c’est vrai qu’il est difficile de ne pas courtir un risque en derposant son argent.

      Et les banques qui tombent n’ont pas hesite souvent à tricher.

      C’est choquant qu’on verse des milliards et qu’on ne fasse pas respecter la règle simple de separation des comptes de dépots et des comptes à valeurs mobilières.

  • Le vrai scandale est que du Crédit Lyonnais et de Dexia, aucune condamnation a de la prison n’est sortie.
    C’est là le vrai problème en France.
    Pour les augmentations, le problème est que la caste au pouvoir pourrait, si elle était réellement intéressée pour une vraie gestion du pays , a trouver des bons gestionnaire pour une fraction des salaires mentionnés, mais ces places de direction sont des « fromages » et non pas des challenges pour de vrais gestionnaires .

    • Pourquoi condamner à de la prison ? Pour un délit financier, la condamnation devrait être automatiquement à rembourser, et devrait être impossible à cacher à toute personne avec laquelle on traite jusqu’à réparation complète. Pour le reste, liberté complète, sinon avec quels gains réalisés en prison peut-on réparer ?

  • Une précision, les banquiers augmentés sont-ils ceux qui étaient en place au moment de la faillite ?

  • La banque des (faux) fonctionnaires par les (faux) fonctionnaires pour les (faux) fonctionnaires est une affaire rentable pour ses dirigeants hauts (faux) fonctionnaires, membres éminents du 1% des Français les plus riches mais qui n’ont jamais produit la moindre richesse. Contre tout bon sens, Dexia sera quand même sauvée avec notre fric volé par les impôts car il faut une source vive et pure pour soutenir les divers partis socialistes du pays.

    Dexia : l’idéologie socialiste sans fard, dans toute l’étendue de sa corruption !

    Sans tarder, il convient d’interdire le socialisme.

  • @ Thibault Doidy de Kerguelen

    Au cours d’une réunion-cocktail avec des épargnants du Credit Agricole et la direction de Predica, les dirigeants ont affirmé que dans les contrats en euros, ceux ci sont très diversifiés et qu’ il n’y a pas plus de 15% des actifs investis en obligations d’Etat Donc les titulaires doivent être rassurés sur la sécurité de leur placement et n’ont pas à tenir compte des rumeurs faisant état de perte de capital en cas de defaillance sur les dettes de l’Etat.

    Qu’en pensez-vous ?

    • La question qui me vient immédiatement à l’esprit est « en quoi est investi le reste ? ».

      • En obligations d’autres Etats obèses ?

        • On ne peut pas reprocher aux investisseurs de rechercher la sécurisation de leur capital avec des placements comme les fonds en euros proposés pour les assurances-vies.
          On dirait que les placements securisés comme aussi le livret A ou le LDD , cela dérange les libéraux qui y voient l’intervention de l’Etat..
          L’investisement n’est pas un casino

  • Et Bartolone qui a planté la Seine Denis avec Dexia, maintenant il fait semblant de n’y avoir rien compris, mais ses frais divers et variés pouvaient l’aider à embaucher un spécialiste de la finance, dire qu’il veut diriger Paris Métropole, parisiens à vos économies !

  • Ils devrait être personnellement responsables de leur « erreurs » sur leur patrimoine.Ou des banques en nom collectif ou en commandite…

  • C’ est bien triste il y avait une banque très bien gérée qui s’ appelait ccf dirigée par Ch de Croisset achetée pas bien chère par hsbc pas de surenchère incroyable !
    Dexia ex CLocal France marié à CL Belgique dirigée avt sa faillite par des mégalos , pour le CL difficile d’ y voir clair vraiment c’ est consternant …

  • Faudrait peut-être donner les noms, qualités et circonstances des heureux bénéficiaires.
    Un site cantonné dans le commentaire ne vit pas vieux. Il faut offrir des faits, des « nouvelles ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Eric Verhaeghe.

[caption id="attachment_269808" align="aligncenter" width="640"] Fiscalité des entreprises : les montagnes russes continuent-Maverick at Cedar Point By: Craig Lloyd - CC BY 2.0[/caption]

La fiscalité des entreprises a encore connu des hauts et des bas cette semaine, à l’Assemblée Nationale. Si de bonnes nouvelles sont arrivées sur l’impôt sur les sociétés, la distribution des actions gratuites a en revanche donné lieu à des passes d’armes et à une fiscalisation qui n’en a pas fini de faire couler l’encre.

... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Fréry. Un article de The Conversation

[caption id="attachment_245313" align="aligncenter" width="640"] Conférence de Carlos Ghosn crédits Ecole polytechnique Université de Saclay (CC BY-SA 2.0)[/caption]

Comme chaque printemps, avec la publication des documents de référence des entreprises cotées, la rémunération des grands patrons suscite des réactions indignées. Cette année, c’est la rémunération des dirigeants de l’industrie automobile qui monopolise l’attention. Alors que Carlos Ghosn, en tant que PDG de Renault... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le regard de René Le Honzec

 

... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles