On va tuer votre chien pour votre bien

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
chienloulou

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

On va tuer votre chien pour votre bien

Publié le 22 janvier 2014
- A +

Par Olivier Laurent, depuis la Belgique.

chienloulou

Cela est passé presque inaperçu, ce 9 Janvier. Un chien, « Basile », a été exécuté faute de papiers en ordre par une administration belge qui ne cesse de gagner du pouvoir : l’AFSCA.

Basile est un jeune « Podenco ». Il a été trouvé en vacances quelque part sur un sentier d’Espagne. Ce petit orphelin de 4 mois a été ramené en Belgique. Il avait trouvé sa meute (en langage humain, sa famille) et après une courte petite vie pleine de chagrin, il était enfin heureux.

J’imagine que comme moi vous connaissez déjà le reste de cette histoire. Un chiot plein d’énergie, des maitres aux anges… Des journées à lui faire son éducation, quelques ras-le-bol devant ce énième pipi du matin à côté du journal. Ras-le-bol vite estompé par un regard plein de tendresse. Un bonheur banal qui ne mériterait pas une seule ligne dans Contrepoints, ça se vit. Une fois écrit, ça devient niais.

Ces  maitres ont entrepris de faire les choses « sérieusement ». Ils ont informé l’autorité compétente de leur adoption.

Malheur à eux. Cette autorité compétente s’appelle l’AFSCA et elle s’est fait une spécialité de tuer tout être vivant sans papiers. Car ne pas avoir de papiers signifie corps étranger. Et à l’AFSCA, on n’aime pas les corps étrangers.

Elle n’a pas attendu les résultats des prélèvements vétérinaires. l’AFSCA s’est jetée sur le petit animal qu’une vie de bonheur attendait. Peu de temps après sa destruction (langage administratif fleurit de rigueur), on apprenait que Basile n’avait aucune maladie…

Voilà les faits, chers lecteurs…Que dire. Continuer de parler d’un chien comme d’une personne et on va m’appeler la Bardot de Contrepoints. J’avoue être un peu bouche bée… Donnons la parole au peloton d’exécution : « L’AFSCA a tenu une campagne d’information auprès des voyageurs et des vétérinaires pour éviter que des situations difficiles comme le cas de « Basile » ne se produisent. »

Je me permets de traduire ce charabia qui n’inspire que de solides baffes : « C’est la faute des propriétaires. Nous avons informé par voie de presse que tout animal importé sur le territoire que nous contrôlons sera fusillé sur le champ. Ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes, nous ne sommes en rien responsables. » En plus de tuer votre chien, cette joyeuse administration dit que c’est de votre faute. Charmant, non ?

Ce que personne n’oserait faire isolé – ouvrir sans crier gare la porte d’entrée de la maison de son voisin. Profiter de l’effet de surprise pour avancer dans sa cuisine. Prendre le chien par le collier devant son maitre tétanisé, sortir un pistolet de sa poche et abattre l’animal d’une balle dans la nuque… – vient d’être fait. Cerise sur le gâteau, vous lui glissez dans l’oreille avant de sortir : « C’est de ta faute si je l’ai tué. » Fier du devoir accompli, sans aucun soupçon de culpabilité en tête, vous sortez par où vous êtes entré.

Faire cela seul, vous seriez considéré comme un psychopathe. En groupe vous devenez une administration.

Voir les commentaires (64)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (64)
  • Si cette histoire est véridique, elle est indigne. Elle montre bien dans quel mépris on tient l’animal dans nos sociétés. Il n’y a donc pas de loi protégeant les animaux en Belgique ? Et quel exemple pour cette famille, quel souvenir de cette cruauté va-t-elle garder surtout s’il y a des enfants. On me dira que le monde est cruel, OK mais ce n’est pas la peine d’en rajouter au nom d’administrations imbéciles et liberticides..

    • Histoire véridique !

    • Et le mépris de la propriété.

    • L’histoire est non seulement véridique, mais loin d’être unique.

    • Il n’y a surtout aucune loi pour se protéger de ces gros connards.

    • « on me dira que le monde est cruel » ? C’est quoi cette excuse à deux balles ? Ah bah oui alors, le problème est résolu, le monde est cruel c’est normal alors.
      LE MONDE C’EST NOUS qui le construisons, TOI HUMAIN, MOI HUMAIN, EUX humains qui disent ça !! Ces phrases sont juste dites par des fainéants qui ne veulent pas se responsabiliser ! L’absurdité et l’immoral n’est pas pour autant plus normal parce qu’elle est d’autant plus présente : STOP INFLUENCE. La réalité que certains hommes conçoit face aux millions d’êtres sur terre comme nous, ne font pas le poids face à la vérité de la vie et celle à laquelle nous aspirons tous.

  • Elle est véridique, et a été pas mal relayée.
    Exemple: http://www.dhnet.be/actu/faits/basile-le-podenco-a-ete-execute-par-l-afsca-52ce27c335701baedab44bb1

    L’AFSCA commence d’ailleurs à s’attirer de solides inimitiés en Belgique…
    Exemple: http://www.lavenir.net/article/detail.aspx?articleid=DMF20130702_00331479

  • L’Etat est toujours au maximum de son efficacité pour détruire:
    Tuer des animaux
    Détruire des stocks de nourriture
    Fermer des entreprises
    Anihiler la génerosité
    Saper la structure familiale
    Etc…
    L’Etat, c’est la destruction.

  • Contrepoints a été racheté par « 30 millions d’amis » ?
    C’est quoi ce ton gnangnan, pôv petite bête « exécutée », pipi sur le journal et tout ça ?
    La rage est une maladie mortelle incurable, qui tue des milliers de gens chaque année, les règles qui s’appliquent pour la contrôler sont strictes, mais justifiées.
    Les vrais criminels sont ceux qui ont bêtement ramené ce pauvre chien d’Espagne, où il serait peut-être encore vivant à l’heure qu’il est.
    Réécrivez donc l’article en changeant l’objet trouvé : « j’ai trouvé dans les bois un obus de la dernière guerre, je l’ai ramené chez moi, il est si mignon dans mon jardin. Mais non, ça ne risque rien, tiens c’est quoi ce truc qui coule, pas grave je vais mettre un journal ».

    • c’est quoi ce commentaire ?
      Les propriétaires ont sans doute commis une faute en ramenant le chien, mais grâce à l’AFSCA et à sa façon débile de procéder, tout le monde aura compris que leur plus grand tort c’est d’avoir tenté de rentrer dans les règles.
      Réécrivez donc votre commentaire : « j’ai trouvé dans les bois un obus de la dernière guerre, je l’ai ramené chez moi, il est si mignon dans mon jardin. Ah merde je me demande si j’ai pas fait une connerie, le machin pue la mort. Mais si j’appelle les autorités bonjour les emmerdes, je vais plutôt le jeter discrétos dans la rivière »

      Les règles en matière de possibilité de rage sont au contraire de garder l’animal en vie, isolé mais nourri et abreuvé normalement. Mais on peut aussi, tout simplement, vacciner l’animal : le vaccin agit presque sûrement que les symptômes ne sont pas déclarés

    • Si on part comme ca on peut aussi se demander si votre bêtise et votre haine n’est pas contagieuse elle aussi. Il vaut mieux tuer l’hote.
      Victimes de la rage: 50 000 personnes par an dans le monde. Victimes d’accidents de la route: 1,3 millions de personnes par an. Dans le doute on tue les automobilistes?
      Les gens qui adoptent des chiens sont des criminels? Et les gens qui tuent des chiens SAINS, ce sont quoi?
      Crétin.

    • Ouais, le problème, c’est pas les lois idiotes annoncées dans les médias perdus dans une page et en tout petit, le problème ce sont les gens qui ne les respectent pas…

    • Modération : les insultes ne sont pas tolérées sur Contrepoints

  • Après on peut faire une lecture libérale 100 % des mesures à prendre contre cette maladie : j’ai récupéré un chien dans la nature, il tombe malade, il meurt de la rage, à charge pour moi de retrouver TOUS les animaux, humains compris, qu’il a pu côtoyer depuis les derniers quinze jours, et de les faire soigner à mes frais.
    Attention, le jeu est de les retrouver TOUS.

    • Yann si contrepoints se tapent désormais les articles de 30 millions d’amis…De tout évidence on se tape en même temps les commentaires de beauf du Parisien.

      Merci de ne pas ré-écrire la réalité. Cet animal était en bonne santé. Vos angoisses de fin de monde doivent être pris pour ce qu’elles sont. J’ai vécu toute ma jeunesse en Ardenne belge au beau milieu d’une zone ou la rage avait cours. Diable je n’ai pas assister à des millions de morts.

      Tant que l’on ne savait pas si il était en bonne santé :Il n’y a eu aucune quarantaine, rien. Le tuer pour éviter une contamination à ce stade est totalement absurde puisque « le mal » était déjà fait (il était déjà en Belgique).

      Une attitude raisonnable si vous paniquez à propos de la rage (en dehors de consulter un psychologue…Pour rappel un cas en Espagne en 2012, vous avez plus de chance de gagner au lotto que de ramener la rage en Belgique) aurait été, de le mettre lui et ses propriétaires en quarantaine, de faire les prélèvements médicaux adéquats (ou d’obliger à les faire), et ensuite coller une amende (à la limite) aux propriétaires. Tuer leur chien n’a strictement aucune base raisonnable dans ce cas-ci, c’est de la cruauté gratuite. Aussi gratuite que l’agressivité de votre commentaire.

    • Le message etait pour yann

  • Et si en plus vous demandez de l’argent, vous devenez tout simplement une entreprise ! C’est tellement plus beau !

    • vous connaissez des entreprises qui tuent votre chien sans votre autorisation et vous demande de l’argent?

      l’Etat vous prend de l’argent sans vous demander votre avis, pour financer une administration qui peut decider unilateralement de tuer votre chien.

      Une entreprise, elle vous propose un service (par exemple, un veterinaire peut tuer votre chien) mais uniquement avec votre consentement, et si vous acceptez de payer le prix, volontairement.

      Vous voyez pas la difference?

      • Non, je vois pas la différence, car finalement, ce qu’on appelle souvent «service» c’est un impot déguisé…

        Il est après tout plus facile d’échapper aux impots (surtout quand vous êtes riche et pleins de relations) qu’à son garagiste…

        Il y a plein d’occaz où une entreprise faisait un truc que je ne lui demandait pas (harcèlement téléphonique) ou se montrait tout simplement corrompue au possible. L’entreprise, avec mon consentement ? Mon oeil !

        En comparaison, l’état m’a permis de m’élever socialement, puisque je suis devenu ingénieur grâce à l’université, et pas aux super écoles privées où j’ai pourtant candidaté !

        Maintenant, si on pouvait sortir du discours basiquement binaire qui pourrit tout débat français (voila, on peut être intelligents maintenant ?), on verrait que les problèmes de la France sont beaucoup plus complexes qu’un bête État trop présent ou trop peu de libéralisme :
        – entrepreneurs arrogants et autoritaires
        – syndicats ringardisés par un patronat que ça arrange bien
        – éducation supérieure bloquée pour un grand nombre de jeunes

        Ce que je dénonce finalement par le commentaire précédent, c’est que ce que vous reprochez à l’état ou à un organisme public (avec justesse bien sûr), la plupart des entreprises le font tout autant ! Citez moi un exemple d’un truc con ou dégueulasse que l’état fait, je vous sortirais la même chose d’une entreprise !

        Corruption, absence d’humanisme et irresponsabilité sont aussi monnaie courante dans nos belles entreprises françaises, mais personne pour le dénoncer ça !

        Devinez quoi ? Je me suis barré à l’étranger ! Et pas par manque de libéralisme ! Par manque d’humanisme ! Et dans un pays pas libéral sur des questions de société assez importante !

        • « Corruption, absence d’humanisme et irresponsabilité sont aussi monnaie courante dans nos belles entreprises françaises, mais personne pour le dénoncer ça ! »

          Ca a été dénoncé à longueur d’article sur ce site. Ca et la collusion entre grandes entreprises et état.

          « En comparaison, l’état m’a permis de m’élever socialement, puisque je suis devenu ingénieur grâce à l’université, et pas aux super écoles privées où j’ai pourtant candidaté ! »

          Et maintenant, il vous prends 57% de vos gains (du coup, non, vu que vous êtes expat). Sans contrepartie.

          « En comparaison, l’état m’a permis de m’élever socialement, puisque je suis devenu ingénieur grâce à l’université, et pas aux super écoles privées où j’ai pourtant candidaté ! »

          La différence c’est que personne ne vous oblige à faire affaire avec ces entreprises. Avec l’état, si vous refusez, c’est la prison.

          « Il y a plein d’occaz où une entreprise faisait un truc que je ne lui demandait pas (harcèlement téléphonique) ou se montrait tout simplement corrompue au possible. L’entreprise, avec mon consentement ? Mon oeil ! »

          Et pourtant, elle agissait selon les règles. Et qui définit les règles?

          Un entreprise peut faire des chose que vous ne lui demandez pas. Après tout, appeler les gens au téléphone n’est pas illégal. Si il y’a harcelement, vous pouvez poursuivre. Mais aucune entreprise ne peut vous forcer à acheter ses services, ou à renflouer ses pertes.

          L’humanisme, c’est un bien grand mot. Commencez donc par le définir.

          • L’humanisme, c’est respecter la vie humaine et assumer ses responsabilités. J’ai vu peu d’entreprises le faire.

            Donc le harcelement téléphonique publicitaire ce’st cool ? Ok, je retiens…

            «Et qui définit les règles?» Bien justement, le principe du libéralisme, c’est «pas de règles de l’état» Donc on doit énoncer une règle dit que les entreprises ne doivent par harceler au téléphone (si on pouvait l’étendre au spam ! bonheur…) et cette règle peut-être morale (finalement de même ordre de grandeur que celle qui dit qu’en cas de bon résultats, une entreprise devrait être un peu large sur la prime de fin d’année : juste retour des choses et tout et tout…) ou légale (mais dans ce cas, on est plus dans un cadre libéral pour cet exemple, et gageons que de nombreux entrepreneurs iraient se plaindre de ne pas pouvoir arcel… trouver des clients…).

            «Et maintenant, il vous prends 57% de vos gains (du coup, non, vu que vous êtes expat). Sans contrepartie.»

            Je ne sais pas d’où vous sortez ce chiffre… Mais il y a une contrepartie : l’éducation, la santé relativement libre, les bibliothèques publiques en libre accès…

            Je me demande quelle part de mes gains mon employeur me prendrait tiens !…

            • Ce soir , le harcèlement téléphonique ici c’était la SOFRES qui s’enquerrait de la popularité de la candidate socialiste.

            • Une entreprise fait des contracts avec des individus (clients, fournisseurs, employes…). Si vous n’aimez pas une entreprise, si vous pensez qu’elle est corrompue ou qu’elle ne vous paie pas assez, rien ne vous oblige a travailler pour elle ou a acheter ses produits.

              Votre employeur ne prends rien de « vos gains », puisque vos gains c’est votre salaire qu’il vous verse, defini par un contrat que vous avez signe librement, Il vous offre un salaire regulier contre la possibilite de se faire une marge.

              L’Etat il oblige des gens a payer pour les autres, par exemple imaginez un employe celibataire au smic qui ne recoit aucune aide et paie des impots: ces impots, il les paie pour que n’importe qui puisse faire l’universite « gratuite » et se barrer a l’etranger comme vous. Vous trouvez ca juste?

              57% c’est la depense publique en percentage du PIB. C’est ce que l’Etat prend sur l’economie, sur tout le monde, d’une maniere directe ou indirecte.

            • @F.Bastiat

              Vous vivez dans un monde theorique. Je vis dans la réalité.
              Dans cette realité, on a pas vraiment le choix de travailler ou non, d’avoir une voiture ou non… Donc la liberté…

              Quand au fait que je m’enfuis honteusement… je considère que la société a une obligation d’aider les individus, qu’elle ne doit pas les lacher dès la majorité venue. J’ai donc simplement profité du droit que j’avais à une éducation…

              Soyez donc sûr et certain que si j’etais resté en France, j’aurais continué à payer mes impots sans râler, considérant que c’est là ma contribution à la société pour tout ce qu’elle m’a permis de faire ou d’avoir (entre autre la possibilité d’être ingénieur quand les autre me le refusaient, d’avoir pû passer un grand nombre de jours dans une bibliothèque publique, d’avoir pû me soigner…).

              Je devine que vous n’aimez franchement pas mon argumentaire, je vous propose donc de laisser tomber. On ne peut pas discuter ensemble. Le débat est donc clos.

            • « Vous vivez dans un monde theorique. Je vis dans la réalité. »

              Vous vous prenez pour qui?

              « Dans cette realité, on a pas vraiment le choix de travailler ou non, d’avoir une voiture ou non… Donc la liberté… »

              Ah bon? c’est marrant, parce que je travaille mais je n’ai pas de voiture, je connais des gens qui ne travaillent pas mais en ont une… je connais aussi des gens qui font le choix de ne pas travailler depuis plus de 10 ans et qui ont un niveau de vie tout a fait agreable (ecran plat, iphone, vacances…).

              « Quand au fait que je m’enfuis honteusement… je considère que la société a une obligation d’aider les individus, qu’elle ne doit pas les lacher dès la majorité venue. J’ai donc simplement profité du droit que j’avais à une éducation… »

              la societe, c’est qui? Qui a obligation d’aider les autres? tout le monde? tout le monde doit aider tout le monde c’est ca? donc c’est normal que des pauvres qui bossent dur paient pour des jeunes ingrats, pour qu’ils puissent devenir ingenieur et partir a l’etranger? Et pendant ce temps la, il ne leur reste pas assez apres impots pour payer des cours supplementaires a leurs enfants, qui vont dans des ecoles publiques tellement pourries qu’ils n’ont aucune chance de pouvoir reussir l’universite, eux?

              Bien sur que vous l’aimez ce systeme, c’est lui qui vous permet de piller les autres… mais venez pas nous raconter qu’il y a quoi que ce soit de moral la dedans.

            • « J’ai vu peu d’entreprises le faire. »

              Le but d’une entreprise est de créer des richesses et de dégager des profits, pas de faire de l’assistance sociale.

          • « l’état m’a permis de m’élever socialement »

            Sympa pour vos parents.
            La lobotomisation par l’EdNat à l’état pur.

            • Mes parents n’auraient jamais pû me payer une école privée…
              D’ailleurs j’ai pas été admis ! Le système est bien fait hein !

              Je n’ai pas été lobotomisé, par contre si vous n’êtes pas capable de sortir de votre haine de l’état et de comprendre que des gens ont une autre opinion, peut-être tout aussi valable que la votre, et que peut-être pour eux, ça devait marcher comme ça, bah vous prouvez par l’absurde que j’ai raison de ne pas être libéral…

          • Je comprends pourquoi Léon Degrelle n’est jamais rentré en Belgique. Ces connards de l’ASFCA l’auraient fait piquer.

    • Et si en plus vous faites une prière c’est tout simplement une religion !

      Et si en plus vous vendez un ticket de tombola pour l’école du coin, c’est tout simplement une œuvre scolaire !

      Et si en plus vous……… J’adore ce type de raisonnement. 😀

      • Et si en plus vous mangez, c’est tout simplement un repas! Ah ouais, ça marche!

      • Comme indiqué dans le commentaire au dessus, je souhaitais juste faire réagir…

        Maintenant, si on pouvait sortir de la bête pensée binaire qui caractérise la société française, alors oui, on peut discuter, et intelligemment !

        Mais ça demande des efforts ! Entre autre d’essayer d’accommoder le point de vue de l’interlocuteur !

        • Quelle pensée binaire? Vous êtes sur un site libéral, ne jouez pas les étonnés si vous y trouvez des article, commentaires et auteurs libéraux.

          D’autre part, expliquez-nous donc ou vous voyez une pensée binaire dans l’article.

          • L’article n’évoque pas de pensée binaire. Mais de nombreux commentaires en font preuve par simple haine de l’état.
            C’est binaire et irréflechi…

            Je ne suis pas étonné de trouver des commentaires libéraux, j’ai joué là dessus et vous avez marché dedans.

            Maintenant, si vous voulez discutez entre libéraux, je vous laisse… Mais vous ne convaincrez jamais personne de vos convictions ou des bienfaits de votre idéologie avec ça (restez entre vous ! pas de débat puisque vous êtes forcement plus ou moins d’accord ! Et puis personne à convaincre non plus…).

            Au contraire, si vous voulez convaincre, il faut arrêter de considérer l’autre comme forcement un adversaire, et donc le comprendre et peut-être aussi comprendre ce qu’il vous reproche ou ce qu’il espère, qui est sûrement très différent de ce que vous vous voulez ! Après tout, si je suis venu ici, c’est bien que je ne suis pas totalement hermétique aux idées libérales, même si je n’ai pas envie de prendre tout le package !

            • Bonjour 22decembre
              « Mais de nombreux commentaires en font preuve par simple haine de l’état. »
              C’est connu les libéraux sont bêtes et méchants.
              « j’ai joué là dessus et vous avez marché dedans. »
              La preuve, vous vous êtes intelligent, nous pas.
              C’est le b.a.-ba de la pensée socialiste, le peuple est bête, il faut lui montrer la voie sinon, si on le laisse libre il va faire n’importe quoi. Les socialistes sont restés des profs (ils savent les élèves non).
              Vos commentaires sont plein de mépris et de condescendances. Evidemment vous êtes ingénieurs et nous bac-5 forcement.

            • Toi, ingénieur ? Vantard. Tu as un diplôme, et peut-être des fonctions, mais tu n’es pas ingénieur. Pas encore.
              L’ingénieur est socialiste ET libéral (pour une action en commun de gens qui adhèrent au projet, pas de gens enrôlés de force).
              L’ingénieur est rationnel, froid ; il est sentimental à l’égard des vrais gens, pas à l’égard d’abstraction comme l’Etat.
              L’ingénieur est cartésien, il prend les problèmes dans l’ordre, du plus gros au plus petit. Et le plus gros, ce n’est pas les entreprises qui te téléphonent 5 fois dans la journée ou qui remplissent tes boites au lettres pour te vendre leurs machins. C’est l’Etat, au sens large, qui dépense sans compter ton pognon pour te faire chier, le plus souvent pour de très mauvaises raisons, et parfois pour des bonnes raisons mais très, très mal appliquées.
              Tu n’es pas client de l’Etat, tu ne peux pas simplement l’ignorer ou l’envoyer chier avec ses produits et ses méthode de merde, comme tu peux faire avec une entreprise. Tu en es actionnaire, que ça te plaise ou pas. Prétendre que TA société (l’Etat) fonctionne du feu de Dieu et que ses produits sont géniaux, c’est le boulot des « gazeux », les gens de la com et du marketing, pas le boulot des « solides », les ingénieurs. D’ailleurs tu fais ça très mal : quel entreprise se défendrait en prétendant que les concurrents (lesquels ? ) sont aussi mauvais qu’elle ???
              Le boulot des ingénieurs, c’est de faire en sorte que l’Etat fonctionne réellement bien, alors qu’il fonctionne horriblement mal, avec des couts minimum 1/3 plus élevé que le privé à service égal (chiffres officiels ! pour l’enseignement ), autrement dit avec 50% de production en moins pour un même cout. Et quand le cout représente 57 % du PIB, c’est 30 % de PIB total perdu pour strictement rien.
              Alors gueule comme un putois pour que l’Etat s’améliore réellement, ou ferme ta gueule, mas ne vient pas te prétendre ingénieur ET défendre l’Etat avec des argument aussi débiles et des méthodes aussi minablement inefficace (« oh les gars quel manque d’humour je faisait rien que de la provoc et de l’ironie »)

            • @gillib : J’ai jamais dit que vous étiez bête, sinon je ne serais pas là !

              Mais évidement, si je n’ai pas une haine de l’état, c’est que j’en suis amoureux et incapable de penser plus loin… Donc je dois manifestement être idiot moi aussi…

              Ce que j’ai toujours trouvé plein de mépris et de condescence, ce sont les entrepreneurs avec leurs salariés … Et c’est sûrement la principale raison pour laquelle je n’ai pas envie d’être moi-même entrepreneur en France : absence d’humanisme… Peut-être justement dans d’autres pays, où justement on peut faire des choses bien sans arnaquer tout ce qui passe, où les gens se respectent… Bref…

              Maintenant, si vraiment on peut pas sortir de la pensée binaire type « j’aime/je deteste l’état » ou « j’aime/je deteste l’entreprise », alors je prouve que j’ai raison de ne plus vouloir m’impliquer dans un débat politique français (partout ça me fout le bourdon cette pensée binaire…) et que j’ai encore plus raison de me barrer.

              Où j’ai dit que j’attendais de l’état qu’il décide tout à ma place ?

            • @P : si, je suis ingénieur…
              Je ne prétends pas que l’état soit efficace.
              Je le prétends utile, et sacrément !

              Ça ne veut pas dire qu’il ne faille pas le remettre en question, lui et son fonctionnement.

              Et sinon, je ne pense pas que l’état soit le seul problème de la France. Si c’était ça on serait tranquilles…
              C’est beaucoup plus compliqué… Mais si vous voulez pas en discuter.

            • Bon ya du boulot
              Vous passez du coq à l’âne.
              D’abord le libéralisme ce n’est pas être pro-entreprise, ensuite être libéral c’est n’est pas être contre l’état (au contraire), ensuite l’éducation n’est pas forcement entre les mains du publique.
              Si vous êtes de bonne volonté lisez ceci: http://www.dantou.fr/ c’est un résumé du libéralisme.
              Bonne lecture 🙂

            • tu est ingénieur ? à Grenoble ?

              mais est tu ingénieux ?…

            • « le libéralisme ce n’est pas être pro-entreprise »

              Les socialistes sont pro-entreprises parce qu’il en ont rien à cirer du pouvoir d’achat des clients et que ça permet de les racketter à mort quand les entreprises sont monopolistiques.

              Les libéraux sont pro-marchés : le pouvoir des entreprises est mis en balance avec celui des clients.

            • « simple haine de l’état »

              Les cent millions de morts du communisme devraient faire l’objet d’un culte officiel, n’est-ce pas ?

  • dans les fermes française, je suis agriculteur, si une vache perd malencontreusement ses deux boucles d’identification qu’elle doit impérativement avoir aux oreilles ( une à chaques ) elle doit etre « euthanaziée  » sur le champ, et sa carcasse transporté à l’équarissage ! probablement au frais du propriétaire… Kafka n’est plus trés loin…

    pendant la crise de la vache folle, tout troupeau qui avait un cas avèré devait etre  » eutanazié  » dans les jour qui suivaient. une ferme de 650 bovins a été liquider à coté de chez moi, en quatimini, pour pas que les gens ne s’inquiètent. une cousine qui habitait non loin ce demandait à quoi correspondait ce vas et vient de camion… cette mesure absurde ( il n’ y a eu aucun cas de ferme en france ou il y a eu 2 bètes de positive, sauf un à 10 km de chez moi ) destiné à réstaurer la confiance du consommateur, en lui montrant que l’état lavait plus blanc que blanc, avait l’effet pèrvers inverse: elle inspirait le dégout, et faisait peur. tous les éleveurs, qui généralement aiment leurs bètes, étaient terrorisés à l’idée de découvrir un cas dans leur troupeau !

    en angleterre, le gouvernement Blair à poussé l’holocauste plus loin: lorsque en 2001, des cas de fièvre aphteuse se sont déclareés dans un compté, c’est la totalité des bètes qui ont été abattu dans un rayon donné, comme d’autre cas de cette maladie trés contagieuse ( qui se traite assez bien ) se déclaraient un peu plus loins, une course poursuite morbide à été entamé dans la campagne anglaise, sacrifiant des dizaine de millier de bovins et ovins, tous cela aux frais du contribuable bien sur, et dans le but ultime, de proclamer à la face du monde que le pays était indemne de fièvre aphteuse, ce qui n’aurait plus été le cas si les autorité avait mis en place un programme de vaccination , alors que les TV du monde entier filmaient les charniers en train de bruler !!!… cette mesure, destiné à protèger les exportations a été prise dans un pays qui n’avait plus rien à exporter pour cause d’épidémie de vache folle… là, Kafka est dépassé…

    • +1
      Dans le même genre, on envoie régulièrement à l’équarrissage des animaux dont on sait parfaitement qu’ils ne sont concernés par un problème sanitaire quelconque ; un peu comme le chien Basile. Par « précaution ». Aux frais du contribuable et au grand dam de l’éleveur.

      • il y a mieux: quand on est vétérinaire sanitaire dans un abattoire, on écarte sciemment les foies en prétendant qu’il sont douvés ( maladie parasitaire fréquente en pature ) et on organise un petit trafic pour arrondir ses fins de mois…
        aprés les bobo parisiens hurlent au principe de précaution à la TV !

      • à l’époque de la crise de la vache folle, il y a eu une famine en corée du nord ( étonnant non ? ) . les nord-coréens ont demandé de pouvoir  » récupèrer  » de la viande européenne ! mais dans sa grande humanité, la commision européenne a refusé de leur livrer: trop risqué !!!
        il vallait mieux que les nord-coréens crèvent de faim, plutot que de risquer de contracter une maladie imaginaire inventé par le lobby anti-viande anglais, et propagé par la propagande boboide télévisuelle: cette derniere estimait qu’il y aurait 300.000 victimes pour les seules iles britaniques, comme pour le rechauffement climatique, on attend toujours…

  • Je pensais prendre cher sur ce coup, je suis servi !
    Entendons-nous bien : je suis libéral, favorable à un état centré sur ses fonctions régaliennes, tout en incluant l’aspect sanitaire à la sécurité et à la défense. Appelons ça du libéralisme pastorien. C’est peut-être là-dessus que le débat de fond pourrait porter.
    Autre précision : l’état n’a pas non plus à fourrer son nez sale dans toutes les affaires de santé. Je ne vois pas pourquoi je paye pour que les vieux soient vaccinés contre la grippe, quand le vaccin vaut 6 malheureux euros et que de toutes façons les « morts de la grippe » sont appelés, pour la plupart, à mourir d’autre chose dans à peu près les mêmes délais. Ni pourquoi on devrait vacciner la France entière contre l’hépatite B, maladie à transmission sanguine ou sexuelle.
    La rage est un autre problème. Elle a été éradiquée dans toute l’Europe de l’Ouest grâce à la vaccination des renards, ce qu’aucun particulier n’aurait pu ni voulu faire. Les chasseurs auraient préféré continuer à pouvoir les buter en toute saison (mesure notoirement inefficace), et ça ne concerne pas Kiki qui est très gentil et incapable de mordre qui que ce soit.
    Que ceux qui ont une bonne idée (libérale) pour arriver au même résultat lèvent la main !
    Je ne connais pas les détails précis de l’affaire hispano-belge (et ce ne sont pas les articles larmoyants qui vont m’y aider), et il est probable que l’administration belge a un peu abusé, mais j’aimerais dire à ceux qui parlent de quarantaine que faire garder le toutou pendant six mois (pour la rage, c’est le tarif) à la maison, en faisant le tour du pâté de maisons, et en interdisant juste de l’emmener en vacances, n’est PAS une quarantaine (sérieuse, en tous cas).
    Pour finir sur l’euthanasie animale, un cas pratique : un gars décide d’emmener ses deux chiens chez le vétérinaire pour les faire piquer parce qu’ils ont tué 10 poules, 2 brebis, et montré les dents à ses gosses. Il exerce sa responsabilité d’homme, non ? C’est pas marrant, mais que nous proposent les amis des bêtes ? (nota : il a essayé de les donner, rien à faire. nota 2 : si vous les voulez, mettez le dans les commentaires dans la journée)

    • « un gars décide d’emmener ses deux chiens chez le vétérinaire pour les faire piquer parce qu’ils ont tué 10 poules, 2 brebis, et montré les dents à ses gosses. Il exerce sa responsabilité d’homme, non ? C’est pas marrant, mais que nous proposent les amis des bêtes ? »

      Que vous devriez arrter d’en prendre parce que vous ne savez pas les éduquer et quand on voit votre façon général de considérer les chiens, il n’y a rien d’étonnant. Si d’aventure apprendre à éduquer un chien vous intéresse je vous conseille la série César Milan que vous pouvez trouver sur Dailymotion.

      • Désolé de vous décevoir, je suis pas le propriétaire des chiens.

        Sinon, on a bien compris que vous êtes libertarien et que vous aimez les chiens (dans cet ordre ?), mais que pensez-vous d’une nécessaire (ou pas, le débat peut porter là-dessus) politique sanitaire ?

        • « Désolé de vous décevoir, je suis pas le propriétaire des chiens. »

          Ne vous excusez pas, c’est au contraire une très bonne nouvelle.

          « Sinon, on a bien compris que vous êtes libertarien et que vous aimez les chiens (dans cet ordre ?), »

          Décidemment l’ordre est une obsession chez vous.

          « mais que pensez-vous d’une nécessaire (ou pas, le débat peut porter là-dessus) politique sanitaire ? »

          Aucun intérêt. Je suis pour une justice qui punit des crimes et des dommages, point. Toutes ces « politiques sanitaires » n’ont provoqué que des malheurs à n’en plus finir. Allez faire un tour dans les fermes ou l’on abat du bétail (malade ou pas) alors qu’ils ont la maladie que l’on craint n’a strictement aucun effet sur l’homme. C’est révoltant.

          • Bonjour,

            Je suis entrain de passer la même chose en ce moment avec L’AFSCA, mais malheureusement pour eux il ne verront pas le chien que j’ai ramené de l’Albanie, ce n’est pas un chien que j’ai trouvé du jour au lendemain, mais bien un chien que ma mère à trouvé et lui a trouvé une maison d’accueil ou le chien a habité 2 ans et n’a jamais montré de signe de rage…J’ai décidé de reprendre le chien car la famille qui le gardait ne pouvait plus subvenir a ses besoins, effectivement avant de le prendre en Belgique au mois d’avril je l’ais vacciné mais là il n’y avais pas de puce donc le chien n’étais pas pucé venue en voiture j’ai passé plus de 3 douanes ou je n’ais eu aucun problème pour passer avec le chien. Ma mère l’a ramené chez le veto pour son œil et tout a commencé là car le veto a appelé l’AFSCA pour leur faire part qu’un chien non identifié est rentré dans le territoire belge venant de l’Albanie. Ils on voulu l’euthanasier après il m’on demandé en échange de le renvoyer en Albanie ( mais ou dans les rues de l’Albanie ??) Maintenant j’ai reçu un procès verbal m’accusant de beaucoup de point et j’attend cette fameuse amande administrative que je ne sais même pas de combien elle va être. Ce son de humains handicapés avec qui on ne sait même pas discuter et ils on une manière de vous faire sentir coupable comme pas possible. Je suis vraiment dégoutté de cette AFSCA…Mais une chose est sure que mon chien ne va pas mourir parce qu’ils l’ont décidé !!!!

  • Dans la mesure où bientôt on nous tuera pour notre bien…

  • Je pense que l’application de la loi était légitime dans ce cas, la rage est une maladie mortelle, il faut décourager les gens de ramener des animaux en provenance de pays où elle est endémique.

    On peut souhaiter une loi qui accorde plus respect à la vie animale et qui permette de régulariser des animaux, par exemple à une époque le Royaume Uni obligeait à une quarantaine tous les animaux domestiques importés (c’est peut-être toujours en vigueur).

    Je pense qu’il ne faut pas s’enflammer pour ce sujet et penser aux contaminations humaines potentielles.

    •  » on peut souhaiter une loi …  »

      encore un qui n’a rien compris ! les lois, c’est le problème, pas la solution. il y en a deja pléthore de lois, alors basta !!

      dans ce pays, et apparement en belgique aussi, on a plus besoin de bon sens, comme dirait thomas paine, que de lois…

      •  » penser aux contaminations humaines potes en ciel …  »

        courage ! fuyons !

        vous etes au courrant que vos ancètres on tenus 4 ans devant les allemands, dans les tranchées, sous un orage d’acier, avec la faim et la peur au ventre ?
        essayez de vous élever au niveau de leurs chevilles .

  • la plupart des problèmes sanitaires sur animaux, sont du bourrage de mou, et des exagèrations destinées à fournir du boulot pas fatiguant à des petits fonctionnaires bornés, et à donner de l’importance à de petits cheffaillons qui serait au chomage s’il devaient travailler dans le privé:

    dans mon département, il y a eu un cas de grippe aviaire en 2005. la réaction des autorités à été ridicule d’exagèration, alors que le risque sanitaire pour les hommes, et apparement pour les volailles avait été sérieusement surestimé par les medias, avides de sensations fortes digne d’un film catastrophe. le premier ministre vil pain ( quand on aura plus de pain on mangera de la brioche… ) est venu en personne, acompagné par la directrice de la DSV, qui a profité de la « crise  » pour faire du zèle, car elle visait une promotion dans le ministère… le plus rigolo dans l’affaire, c’est que tous le monde y allait de son petit couplet sur l’hecatombe d’oiseaux sauvages que le frère du cousin du copain avait soi-disant vu ( le soir, à la tombée de la nuit, avec 2 grammes d’alcool ) prés de chaque étang de la dombes…
    6 mois aprés, on n’avait jamais vu autant d’oiseaux dans le ciel.
    la connerie est plus mortelle que tous les microbes de la création !

    • Je vous rejoins en partie sur la grippe aviaire, et surtout sur les âneries de la potarde Bachelot.

      Je vois qu’il y a finalement chez les libéraux autant de variétés qu’ailleurs, voici la tendance bio, avec des petits bouts de complot non pasteurisé dedans ;O)

  • C’est n’importe quoi !!! On est retourné au temps d’Hitler mais envers les animaux « étrangers » maintenant ? Où est l’absurdité ? BANDE DE CONS !!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Charlez.

La Belgique va décider d’ici quelques semaines de sortir du nucléaire lui fournissant aujourd’hui la moitié de son électricité. À moyen terme il serait remplacé par des centrales à gaz nouvelle génération. Mais, selon ECOLO, à plus longue échéance la Belgique devrait opérer le virage vert rêvé de tous. Le gaz serait alors abandonné au profit d’un mix 100 % renouvelable (ENR). Cette stratégie relève-t-elle d’une véritable logique climatique ou constitue-t-elle pour le plat pays un suicide programmé ?

La tran... Poursuivre la lecture

Par Drieu Godefridi.

Le 18 août dernier, Sciensano, l'organisme qui centralise en Belgique les données médicales et hospitalières relatives au covid, publiait un rapport agrégeant les données hospitalières — non contestées — pour la période du 1er janvier 2021 au 8 août 2021, correspondant très exactement à la campagne belge de vaccination (d'ailleurs remarquablement efficace, le fait mérite d'être souligné, tant la gestion de la première partie de la pandémie par les pouvoirs publics belges fut calamiteuse).

Citons le rapport S... Poursuivre la lecture

Par Justine Colinet.

Scandale des masques, confinement, déconfinement, couvre-feu, reconfinement : on mélange tout et on recommence... On pensait avoir tout vu, mais c'était sans compter la fâcheuse tendance de la Belgique à copier, sans honte mais toujours avec un peu de retard, sur ses voisins français.

Cela a été le cas pour les masques (ou le manque de masques), pour les confinements, pour les couvre-feux. Alors pourquoi ne pas continuer sur cette charmante lancée ?

Ainsi donc, la rumeur court désormais depuis une diz... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles