2014, épreuve de vérité pour la dette française ?

Le problème de la dette est loin d’être réglé et 2014 sera une année explosive, en particulier en France

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
danaïdes (Image libre de droits)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

2014, épreuve de vérité pour la dette française ?

Publié le 21 janvier 2014
- A +

Par Jean-Yves Naudet.

Un article de l’Aleps.

danaidesLa dette publique ? On dit que le problème est derrière nous, la rigueur est passée par là, la règle d’or a été votée, le redressement est en route. La preuve ? Les taux seraient au plus bas, jamais on n’aurait emprunté à si bon marché, les marchés nous feraient donc confiance. Pourquoi y revenir en ce début d’année ? Parce que le problème est loin d’être réglé et que 2014 sera une année explosive, en particulier en France, car la reprise aux États-Unis annonce la fin du laxisme monétaire et donc des illusions créées par ce laxisme.

70 milliards de déficit = 173 milliards d’emprunts

Depuis quelques semaines, il est de bon ton de se rassurer sur l’état de nos finances publiques. Le budget de l’État français est en déficit depuis 1974, cela fait quarante ans, et pour revenir à l’équilibre on n’en est pas à un ou deux ans près. On en est encore à 4,1% du PIB en 2013, mais il va se réduire, selon les chiffres du gouvernement, à 3,6% en 2014, puis à 2,8% en 2015. Nous voici bientôt au bout du tunnel, la règle d’or (un déficit maximum de 0,5%) est en ligne de mire.

La réalité est plus compliquée. Le budget voté pour 2014 prévoit un déficit d’un peu plus de 70 milliards. Beaucoup doutent que cette prévision soit réaliste, car elle repose sur des hypothèses de croissance économique (+ 0,9%), peu crédibles. L’effet Laffer va en outre aggraver la situation puisque les taux d’imposition augmentent, ce qui réduira la matière imposable, donc les recettes, tandis que les dépenses risquent de ne pas être maîtrisées.

Mais gardons cette hypothèse de 70 milliards. On pourrait penser que cela implique 70 milliards d’emprunts. Mais non, car on doit rembourser la dette antérieure arrivant à échéance. C’est le problème : si l’on est en déficit, on est hors d’état de rembourser les dettes arrivant à échéance. 116 milliards environ arrivaient à échéance en 2014. On en a remboursé 13 milliards en 2013, par anticipation, pour rembourser plus tôt celles qui sont à taux élevé, quitte à emprunter plus à taux plus faible. Il reste donc 103 milliards qu’on sera bien incapables de rembourser sur nos ressources, donc on les empruntera, remboursant ces dettes grâce à de nouvelles dettes. En gros, on empruntera cette année 173 milliards, dont 70 pour combler le déficit de l’année et le reste pour rembourser les emprunts antérieurs arrivant à échéance.

Le paiement des intérêts, premier poste du budget

Voilà qui peut sembler paradoxal : nous faisons des efforts de rigueur, puisque le déficit de l’année se réduit, du moins théoriquement, or la dette poursuit sa course folle et, même avec les prévisions officielles, elle passera de 93,4% à 95,1%. Qui dit dette, dit charge de la dette : il faut payer les intérêts. Certes, au niveau mondial ils n’ont jamais été aussi bas, la confiance dans la signature des États étant revenue. Pour notre pays, le minimum, pour la dette à dix ans, a été atteint milieu 2013, avec 2,23%. Résultat : la charge de la dette devrait être de l’ordre de 46 milliards en 2014, à peu près la même qu’en 2013.

Mais elle n’en demeure pas moins le premier poste de dépenses du budget de l’État, juste devant l’enseignement scolaire. Peut-on espérer une inversion de la courbe des déficits ? En refusant les vraies réformes, et en dépit des discours officiels, l’économie française sera privée des bienfaits de la reprise mondiale. La croissance sera donc faible et le chômage ne diminuera pas. Les vraies réformes, ce sont celles qui diminuent la place de l’État, donc les dépenses publiques. Les vraies réformes, ce sont celles qui allègent les taux de prélèvements, alors que jusqu’à présent on les a augmentés, ce qui diminue les recettes fiscales. Moins de recettes, toujours plus de dépenses : le déficit va augmenter et la dette progressera encore. Nous ne respecterons pas nos engagements européens.

Une dette détenue par les non-résidents

Certes, on peut imaginer de continuer à emprunter à des taux raisonnables. Mais ce sera de plus en plus difficile. Depuis des semaines, les taux remontent et on annonce que les taux moyens à dix ans, pour la France, devraient être de 3,3% : un point de plus que le plus bas de 2013. Or, un point, s’il s’appliquait à l’ensemble de la dette, c’est 20 milliards d’euros d’intérêt en plus. Bien sûr, cela ne s’applique pas d’un coup à toute la dette, mais aux nouveaux emprunts et à ceux qui, arrivant à échéance, doivent être remplacés. Or les grandes vagues d’emprunts arrivent à échéance. Rien qu’en 2015, ce seront 150 milliards d’euros qui devront être refinancés, auxquels s’ajoutera le déficit 2015.

La réalité sera plus redoutable. La France est un des pays dont la dette est le plus largement détenue par les non-résidents (à plus de 63%), qui ne nous feront pas de cadeaux : tout reposera sur la confiance que nous ferons les prêteurs étrangers. Si la confiance revient dans des pays plus malades que le nôtre, comme l’Espagne voire la Grèce, c’est parce qu’ils ont entrepris des réformes radicales de nature à rassurer les prêteurs. Quel est notre capital confiance sur les marchés financiers ? Il diminue si l’on en croit les agences de notation.

Demain, la hausse des taux

De façon plus générale, au niveau mondial, il ne faut pas s’attendre à un maintien des taux à un niveau aussi bas qu’aujourd’hui. Une remontée est dans la logique des politiques keynésiennes dites de « stop and go ».

Jusqu’à une période récente, la tendance était au « go », et les délires des politiques monétaires nous ont momentanément servi. Les États-Unis, depuis les années 2000, et plus encore depuis 2008, ont pratiqué des politiques monétaires « non conventionnelles » (le quantitative easing), qui ont inondé le monde de monnaie. L’Europe a suivi, avec quelque retard et plus de modération. Les taux d’intérêt ont donc été très faibles et même quasi-nuls à court terme.

Mais la fête est finie : c’est le stop. Certes, la FED a annoncé qu’elle continuerait à pratiquer de faibles taux ; mais elle ne maîtrise que les taux à court terme. Le long terme dépend beaucoup des anticipations, notamment inflationnistes. Or, même si elle est encore timide, la reprise est là aux USA. Les finances publiques et la politique monétaire n’y sont pour rien, en dépit des discours officiels, c’est la souplesse et l’innovation des petites entreprises américaines qui ont résolu la crise. Mais du coup la FED annonce que les injections de liquidités passent de 85 milliards de dollars par mois à 75, en attendant de disparaître peu à peu.

Ainsi cette politique du stop and go donne-t-elle l’illusion que procure toute drogue dans un premier temps : l’argent est facile, abondant et bon marché ; tant mieux pour les États qui, comme le nôtre, doivent s’endetter. Puis le laxisme monétaire fait place à une certaine rigueur, l’argent est plus rare et plus cher parce que les entreprises ont été privées des crédits gaspillés par les États.

Certes, pour les taux à court terme, l’illusion durera un temps, mais les taux à long terme se tendent déjà. Ce n’est qu’un début. Demain, tous les États emprunteront plus cher, surtout dans les pays où se produira une crise de confiance. Or, faute de réformes, ce sera le cas du nôtre. Dès la dernière semaine de 2013, les taux américains ont grimpé, au plus haut depuis 2011, entraînant ceux de l’Europe ; et ce n’est pas fini.

Le laxisme monétaire entraîne un jour ou l’autre une inflation ou des bulles spéculatives ; il donne le sentiment d’un argent abondant et bon marché ; nous allons maintenant goûter aux joies du resserrement monétaire et des taux plus élevés. Ceux qui auront résorbé leurs déficits s’en sortiront ; ceux qui resteront surendettés recevront le choc de plein fouet. Le sevrage est toujours redoutable pour les drogués, surtout s’ils ont refusé de commencer à se soigner avant.

Sur le web

Voir les commentaires (17)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (17)
  • Effectivement 2014 risque de filer un sacré mal de tête. Ajoutez à tout ce merdier que c’est l’année, si je ne m’abuse, où les entreprises et associations qui emploient vont pouvoir commencer à déduire le cice, voire récupérer en crédit d’impôt la différence. Ca va faire tout drôle lorsque la collecte de l’impôts sur les sociétés va se réduire de 45 % d’un coup. Les caisses de l’Etat pourront-elles supporter un coup de massue aussi brutal ?

  • Tout gouvernement digne de ce nom devrait passer la quasi-totalité de son temps sur les sujets économiques. A la place, il batifole sur les sujets sociétaux et légifère en permanence pour complexifier tout retour arrière, rendant la tâche quasi-impossible à tout autre gouvernement de bonne volonté. N’y aura-t-il que la solution d’une grande révolte pour repartir sur des bases saines ?

    • Non, un gouvernement digne de ce nom devrait se concentrer sur les fonctions régaliennes. Cela implique de renoncer à s’occuper de l’économie, au-delà de la simple mise à jour d’une réglementation légère et raisonnable, pour empêcher que cette dernière ne devienne une fausse régulation à la place des marchés, car les marchés sont la régulation. Renoncer à s’occuper d’économie commence par le recul des dépenses publiques à moins de 20% du PIB (soit un maximum de 400 milliards de dépenses, au lieu des 1200 milliards en France).

      • Tout à fait d’accord. Pour laisser une réponse courte, dans le vocable « sujets économiques », il s’agit bien de traiter des mesures pour sortir de l’ornière et ramener les fonctions étatiques au strict régalien.

  • Nous sommes gouvernés depuis 40 ans par des  » élites auto-proclamées »… et cependant élues par le suffrage universel !
    C’est vrai qu’elles ont passé le plus clair de leur temps ( et de leur « intelligence » ? ) à confisquer le système électoral par la démagogie et des réformes « societales » , mais nous méritons quand même , un peu, la bonne fessée « cul nu » qui s’annonce !
    Bref , comme disait une grand’mère à Jacques Chirac sur un marché aux bestiaux de la Haute Corrèze , une bande de bons à rien et de mauvais partout

  • Attention aux enfumages… Les banques centrales sont tres fortes a ce petit jeu.

    -suivant la propagande de la FED, les « commentateurs » et « investisseurs » blablatent au sujet d un resserrement… depuis mi 2009. Oui, oui, relisez l histoire. Les fameux « Green Shoots » d Obama.
    Quatre ans apres… nous sommes au meme point.

    A quelques details pres :
    -Bernanke etait « epuise » (ecart trop grand entre les discours et la realite)
    -on en a donc profite pour le remplacer par… une femme ( c est a la mode parmi les bobos)
    -et on a invente un nouveau mot pour enfumer les gogos : « tappering »

    Autre fait :
    -la BCE a baisse ses taux en novembre. Ou est le resserrement ?

    Idem au UK, Japon, Chine… ou les banques centrales continuent leurs magouilles.

    Enfin, l argument massue, dont vous parlez tres bien d ailleurs : nos economies ne resisteraient pas une hausse des taux.

    Donc… cette hausse n aura pas lieu !

    C est aussi simple que cela.

    Croire qu il existe encore un « marche » libre, autour des dettes souveraines…. est une lourde, une tres lourde erreur.

    Il faut prendre au mot ce que disent les crapules.

    Mario Draghi defendra l Euro « a tout prix ».

    Croyez vous qu il se laissera mettre en echec et mat… par une vulgaire hausse des taux sur les OAT ? Ou sur la dette italienne ou espagnole ?

    • Non, c’est vrai , il va imprimer a mort ; et comme il n’y a pas de limite…
      C’est là où j’ai du mal a imaginer. Après tout l’univers est en expansion perpétuelle.
      Donc.. j’ai du mal a voir la limite (exit) ??
      Est-ce que les non résidents vont retirer leur billes ? (hmm.. -> risque systémique.. donc ?)

      • La limite de l’impression, c’est la défiance des marchés : le papier qui brûle les mains, les taux de marchés déconnectés des taux officiels, le refuge dans la liquidité puis l’abandon de cette liquidité, l’obligation pour la BC d’augmenter ses taux afin de solder son stock de titres à la casse…

        Ceci dit, SuperMario a plutôt détruit de la monnaie en 2013, ce qui lui donne de la marge de manoeuvre.

  • Mr. Naudet,

    Vous dites « Certes, au niveau mondial ils n’ont jamais été aussi bas, la confiance dans la signature des États étant revenue. »

    Croyez-vous vraiment que le niveau des taux d’intérêt, que vous savez manipulés par les banques centrales, reflètent adéquatement le risque de défaut intrinsèque des emprunteurs étatiques tel que la France? Tout dans votre article pointe vers un défaut plus que probable de la France. Alors comment pouvez-vous justifier le bas taux d’intérêt demandé à la France par une confiance renouvelée? A moins que les créditeurs de la France se rassurent (ou soient rassurés) avec le potentiel de spoliation (bail in) de l’épargne (considérable) des contribuables français par l’Etat?

    • L’état peut aussi vendre ses bijoux de famille (enfin les notres) pour couvrir ses dettes : les oeuvres d’art du Louvre, l’immobilier, la Tour Eiffel, les infrastructures, ses territoires (iles par exemple)

      C’est bizarre comme gestion, mais que ne ferait-on pas par idéal socialiste. (Tout sauf exploiter les gaz de schistes – les écolos veillent)

  • je vois que nous commençons a nous réveiller doucement ,nous commençons a voir poindre la catastrophe
    qui nous arrive. la vie a crédit ça ne peut pas durer éternellement, malgré les tricheries et les subterfuges
    la réalité nous rattrape . je vois pointer la crise de 1929 .

  • Moi cette année je vais toucher un maousse crédit d’impot : je vais vous couter de l’argent.
    Mais ce n’est pas moi qui ait fait les règles…

  • Un peu de patience, bientôt le problème de la dette et des socialistes , tout cela sera derrière nous.
    Comme annoncé, Bernadette Chirac a confirmé sur Europe 1 la détermination de Nicolas Sarkozy de revenir à l’Elysée en 2017.

    Dès qu’il en fera l’annonce officielle dans moins de 16 mois, tout va aller très vite et le pays reprendra confiance.

    http://www.lefigaro.fr/politique/2014/01/22/01002-20140122ARTFIG00059-bernadette-chirac-annonce-la-candidature-de-nicolas-sarkozy-en-2017.php

    • Pour quel motif s’il vous plait ? Il ne confondrait plus Bastia (la ville) et Bastiat (l’auteur)? Il a appris à respecter un référendum ? Il a un programme qui contienne le mot « liberté » ? Il va arrêter de nommer des gauchistes à des postes où il ne devrait JAMAIS y en avoir ??? (kouchner !!! le contraire d' »un état n’a pas d’ami »)…

      Ou il compte seulement sur le ras le bol des électeurs de vespaman ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

cryptomonnaies
3
Sauvegarder cet article

Par Liz Wolfe. Un article de Reason

Le monde des crypto-monnaies a pris une raclée la semaine dernière. Le prix du bitcoin est tombé à des niveaux jamais vus depuis 2020 ; Coinbase, la plus grande bourse de crypto-monnaies, a vu son action s'effondrer ; et un stablecoin important appelé Terra, ainsi que sa crypto-monnaie associée, Luna, se sont effondrés.

En réponse, les opposants aux crypto-monnaies se sont emparé de Twitter pour danser sur la tombe du bitcoin, et les subreddits qui étaient auparavant remplis de célébrations... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles