10 raisons d’être optimiste pour 2014

Alors que le moral des Français est en berne, un vent d’optimisme semble souffler sur le Royaume Uni.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Optimisme (Crédits bert kommerij, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

10 raisons d’être optimiste pour 2014

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 janvier 2014
- A +

Par Daniel Hannan, depuis Oxford, Royaume Uni.

optimisme

1. La reprise est en cours. Ce ralentissement a été ressenti dans les salaires et non le chômage, à la surprise de la plupart des économistes. Les réductions des dépenses ont été plus que compensées par 1,4 million de nouveaux emplois dans le secteur privé au cours des trois dernières années. Plus de gens travaillent que jamais auparavant. Mais bien que la baisse du chômage soit bienvenue, elle ne consolera pas les personnes dont le salaire stagne et les factures ne cessent d’augmenter. Heureusement, la compression des salaires se finit quand l’économie repart. Le Royaume-Uni a connu une croissance 8 fois plus importante que la zone euro au dernier trimestre et, selon le Bureau des Statistiques Nationales, les salaires réels vont repartir à la hausse en 2014.

2. Les gens sont sauvés de la misère d’être dépendants de l’État-providence. Il y a cinq ans, dans une grande partie de ma circonscription, chaque réceptionniste, chaque serveur, chaque employé de magasin semblait être polonais ou lituanien. Désormais, beaucoup de ces emplois sont occupés par des Britanniques. En partie à cause du plafond de l’aide sociale, en partie parce que l’impôt sur le revenu a été réduit pour les faibles salaires. Le piège des allocations, qui a éloigné certaines personnes du premier barreau de l’échelle de l’emploi, est supprimé.

3. La criminalité est en baisse. Le nombre total d’infractions est au niveau le plus bas depuis que nous ayons commencé à compter en 1981. Il existe diverses théories sur la cause de cette baisse. Il y a peut-être l’amélioration des techniques de la police, ou une meilleure surveillance. C’est peut-être une suite logique de la décision de Michael Howard d’enfermer plus de criminels pour diminuer le taux de criminalité. Peut-être que tout simplement, comme le suggère Steven Pinker, les êtres humains deviennent moins agressifs. Quelle que soit la cause, c’est un fait à célébrer.

4. La vie devient plus facile. Des millions de petites innovations et améliorations rendent nos journées plus confortables et plus pratiques. Sur la mesure la plus constante de richesse – combien d’heures nous devons travailler pour acheter le nécessaire – nous sommes mieux que jamais. Je ne sais pas d’où viendra la prochaine grande révolution technologique. Peut-être les voitures sans conducteur, ou l’impression 3D, ou la technologie génétique. Si je savais avec précision quelle forme cela prendrait, je serais milliardaire. Mais je sais que cela viendra : c’est toujours le cas.

5. Le monde anglo-saxon est prospère. Le Canada a connu une croissance de 2,5%, les États-Unis 2,5%, La Nouvelle-Zélande 2,7%, l’Australie 3,6%, l’Inde 5,4% pour ce que ça vaut. Pendant ce temps, l’Union Européenne a connu une récession de 0,3% et la zone euro 0,9%.

6. Les écoles sont en plein essor, en dehors du contrôle de l’État. J’ai récemment visité une école dont j’étais autrefois membre du conseil d’administration. À l’époque, un cours était considéré réussi si les élèves restaient calmes tout le long. Maintenant, ils écoutent avidement et posent des questions intelligentes. Pourquoi ? Parce qu’un homme d’affaires philanthrope qui connaissait une chose ou deux à la motivation a pris en charge cette école et l’a transformée. Plus de 2.000 écoles sont devenues des écoles à charte depuis les dernières élections et les écoles libres fleurissent partout : 80 à ce jour et davantage dans le futur. Les mauvais enseignants peuvent désormais être licenciés et les bons payés plus. L’inflation des notes a pris fin. Les choses continuent de s’améliorer.

7. Nous reprenons le contrôle de nos frontières. Quand le Labour Party a pris le pouvoir en 1997, il a  mis en place ce qui ne peut être appelé qu’un relâchement calculé de la politique d’immigration au travers du regroupement familial, des demandes d’asiles et de la non-exécution des décisions d’expulsion. Le solde migratoire est passé de 50.000 en 1997 à 250.000 en 2000 et près de 4 millions de personnes sont entrées dans le pays au cours du mandat du Labour Party : un nombre pour lequel je ne trouve aucun superlatif adéquat. Le gouvernement actuel a réduit l’immigration hors de l’Union Européenne, a émis moins de permis de travail, a restreint les conditions de visa, et l’immigration nette a chuté de 30%. Désormais, les ministres se sont rendu compte qu’il fallait des contrôles similaires sur les ressortissants de l’Union Européenne. Un moratoire sur les prestations d’aides sociales semble inévitable, et un plafond sur leur nombre est envisagé. Ceci est important, car il rend encore plus probable le fait que…

8. La Grande-Bretagne va quitter l’Union Européenne. Au moins, nous cesserons d’être membres à part entière de ce que l’UE est devenue. La vitesse à laquelle l’opinion publique et politique a changé est vertigineuse. Il y a cinq ans, suggérer la possibilité d’un retrait (croyez-moi sur ce point) vous rendait infréquentable. Désormais, les députés débattent sincèrement de la formulation du bulletin de vote pour le référendum. C’est probablement une question de temps avant que le Royaume-Uni ne se retrouve avec un accord similaire à la Suisse, dans le marché commun, mais en dehors des structures politiques associées. Que cela se fasse par négociation ou par un clash avec Bruxelles est secondaire. Ce qui importe, c’est ce qui va arriver.

9. L’Écosse restera dans le Royaume-Uni. Ce qui nous donnera un gros coup de pouce au moral des deux côtés de la frontière. Nous avons, après tout, fait des miracles ensemble Nous oublions ça trop facilement.

10. Le Royaume-Uni est toujours le meilleur endroit au monde pour vivre. C’est tout simplement le cas.

Tout n’est pas parfait, évidemment. Tous les gouvernements font des erreurs, y compris celui-ci. Mais regardons la situation dans son ensemble: nous vivons plus longtemps, nous sommes plus riches, en meilleur santé et plus satisfaits que les générations précédentes. Il y a des creux et des revers, mais la direction générale est positive, et le restera tant que les entrepreneurs privés surpasseront les régulateurs du gouvernement. « Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage. »


Sur le web. Traduction : Cthulhu/Contrepoints.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  •  » La criminalité est en baisse »
    Elle baisse partout dans l’OCDE que l’on fasse n’importe quoi ou rien. Les seules exceptions sont les pays touchez gravement par le trafique de drogues.
     » Le gouvernement actuel a réduit l’immigration  »
    En réalité les migrants sont parti/ne viennent plus parce que le Royaume Unis a perdu de sont attrait économiques.
    « Le monde anglo-saxon est prospère.[…] l’Inde 5,4% »
    L’inde fait parti du monde anglo saxon? Première nouvelle pourquoi pas Israel, Chypre, la Chine ou le Pakistan?
    « La reprise est en cours »
    J’attends de voir les explications sur le triple dip à la fin 2014.

  • Ce vœu pieu est fort mal traduit.

  • Avec la force militaire des États-Unis, la géopolitique oligo-financière britannique, les réserves naturelles du Canada et de l’Australie, la main d’oeuvre Indienne… le monde anglo-saxon est un cartel qui biaise les marchés de l’Europe et du reste du monde à travers un système financier pyramidal. La vaste majorité des richesses qui circulent sur les marchés du monde anglo-saxon proviennent d’agression, de corruption et de violence contre des pays étrangers. Qu’est-ce donc que le libre marché sans respect du principe de non-agression?

    C’est la délusion à l’anglaise, le royaume du capitalisme de connivences. Le monde anglo-saxon ne prospère que relativement à un faux libre-marché. Le monde ne peut être construit sur un mensonge longtemps sans conséquences politiques, économiques ou militaires.

    En cette époque moderne où le conflit militaire devient chirurgical et où la guerre classique ne peut plus être envisagée à cause du nucléaire, on ne peut qu’entrevoir que l’équilibre mondial pivotera sur l’économie et les ressources. Suffit que quelques pays du BRICS consolident leurs marchés et leurs ressources pour que le monde anglo-saxon et ses alliés européens et coloniaux voient une inflation se présenter par compartiments. Le monde aura deux marchés.

    Avec la moitié de la planète qui cesse d’empiler des dollars US dans leurs coffres, le monde anglo-saxon devra admettre l’échec de son système financier, avec en tête l’angleterre, qui devra compétitionner avec l’Europe dans le marché d’innovation et qui n’aura pas la facilité des 320 millions d’États-Uniens à se réindustrialiser avec la proximité des ressources du Canada.

    Sans système financier pour supporter l’infrastructure militaire et géopolitique (espionnage et corruption) requise pour faire pencher les marchés, l’angleterre devra absorber une dette à long terme pour importer les ressources nécessaires à son maintien, dette auprès de ses partenaires Europe et Amérique.

    L’angleterre se révèlera alors comme le mauvais exemple de l’occident.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Truss
1
Sauvegarder cet article

Par Robert Jackman.

Après six semaines de lutte acharnée, le résultat est là : Liz Truss sera le nouveau Premier ministre de la Grande-Bretagne. Cette ambitieuse politicienne conservatrice, qui a été la secrétaire aux Affaires étrangères de Boris Johnson pendant la crise ukrainienne, a pris officiellement ses fonctions mardi. Mais son arrivée à Downing Street mettra-t-elle fin au style grand État et grandes dépenses de son prédécesseur ?

Il y a certainement des raisons d'être optimiste. Au sein du village de Westminster, Mme Tru... Poursuivre la lecture

Charles III
1
Sauvegarder cet article

Par Jess Carniel.

Avec le décès de la reine Elizabeth II, l'Angleterre, mais aussi l'ensemble des pays du Commonwealth ont un nouveau roi. La BBC a confirmé que Charles prendra le nom royal de King Charles III.

Charles a été désigné prince de Galles à l'âge de neuf ans en 1958, son investiture ayant eu lieu dix ans plus tard. Il est l'héritier royal qui a attendu le plus longtemps son accession au trône, alors que le règne de sa mère fut le plus long de tous les monarques britanniques.

Aujourd'hui, la question se pose pou... Poursuivre la lecture

Une image vaut mieux que mille mots. Cette expression, présente des deux côtés de la Manche, ne saurait perdre de sa superbe à quiconque était présent à Londres ce vendredi. Le London Underground est habituellement fort des 5 millions de voyageurs quotidiens de son réseau de métro soit l’équivalent du trafic quotidien de la SNCF sur l’ensemble du territoire français. Un réseau complètement à l’arrêt ce vendredi à l’inverse du réseau de bus où les voyageurs se sont réfugiés, entassés tant bien que mal dans les iconiques bus rouges à impériale.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles