Lettonie : l’Euro imposé contre la volonté populaire

62% des Lettons se disaient opposés à l’entrée dans l’Euro selon un sondage récent, mais l’intelligentsia a malgré tout imposé la monnaie unique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Lettonie : l’Euro imposé contre la volonté populaire

Publié le 6 janvier 2014
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

euro pouvoir d'achatRiga, capitale de la Lettonie a intégré la zone euro au premier janvier 2014. Trois ans après l’Estonie, la Lettonie devient le 18e État européen à abandonner sa monnaie nationale. Comme nombre de pays (dont la France), cette intégration est imposée par une intelligentsia en complète contradiction avec le peuple qui, jamais consulté, a le mois dernier répondu à 62% non à un sondage sur cette adhésion.

Il faut dire que le pays a déjà beaucoup souffert de cette volonté inflexible de sa bourgeoisie. Après une croissance impressionnante, de l’ordre de 10%, les années précédant la crise financière mondiale, le PIB s’est contracté d’un quart sur les exercices 2008-2009. Le gouvernement a alors instauré un programme d’austérité drastique, avec une baisse des dépenses publiques de 8% en deux ans qui a permis au pays de sortir quasiment de la récession dès 2010.

Mais voilà, bon nombre d’économistes se déchirent sur la question de savoir si l’assainissement de l’économie lettone n’aurait pas pu être mené à bien de manière plus progressive, avec, en particulier, un assouplissement du taux de change, autrement dit si laisser glisser la monnaie n’aurait pas donné un coup de fouet à l’économie… La rigueur l’a emporté à Riga. Plutôt que de prendre le risque du cercle infernal de l’inflation, le gouvernement a pris celui du chômage qui était monté à 16% et dépasse encore 13%. Malgré les conseils du Fonds Monétaire International, Riga a refusé de dévaluer sa monnaie, le lat, arrimée à l’euro précisément en guise de préparation à l’adhésion. À l’inverse de la majorité des pays de la zone euro, le pays disposait aussi d’un avantage : une dette publique à peine supérieure à 10% du PIB.

Toujours est-il que la Lettonie a retrouvé des taux de croissance parmi les plus élevés d’Europe, avec plus de 4,5% actuellement, qui permettraient de retrouver enfin le niveau du PIB de 2007 cette année. C’est donc un pays sain, bien géré, germanique et peu enclin au laxisme latin qui rejoint l’Euro. Pas un allié pour les membres du club Med…


Sur le web.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • Il n’y a pas de bonne solution monetaire unique à un problème economique. Les acteurs ont des besoins monétaires différents, et parfois un meme acteur peut avoir besoin tantot d’une monnaie forte tantot d’une monnaie faible. La solution est de laisser le marchémonétaire libre et de laisser exister les monnaies privées répondant aux divers besoins.

  • Il me semble que la Lettonie a été remis sur pied grâce à Alain Madelin, qui était parti conseiller le gouvernement… Il me semble.

    Quant à l’UE, elle a un vrai problème avec le peuple.

  • La monnaie ressortit au domaine régalien. Le choix letton est l’exemple parfait de la non-pertinence d’une application de la loi du Nombre dans ce choix. D’ailleurs le pays est adepte du suffrage indirect en politique, les masses braillantes ne sont pas son style.
    Pour un territoire qui s’arrache à la crasse soviétique, les fondamentaux sont en voie d’assainissement, le pays-carrefour est dans l’orbite de Berlin dont il vient d’adopter la monnaie, ses marges de progression du commerce extérieur sont réelles dans le cadre d’une nouvelle Hanse en cours de constitution.
    Il ne reste plus qu’à s’enrichir. Et en travaillant, c’est possible (ben oui !).
    Nous ne les intéressons pas.
    Ils n’ont d’ailleurs rien importé de chez nous, tant au plan institutionnel que social !

    • En quoi la monnaie ressortirait-elle au domaine régalien ?

      • La monnaie d’un pays est un instrument de souveraineté et une arme dangereuse à manipuler (c’est d’ailleurs pourquoi on l’a retirée à certains pays comme on supprime les revolvers dans le coffre à jouets des enfants).
        L’euro et le bitcoin sont deux développements inédits du concept de monnaie, qui font atterrir l’école autrichienne sur le tarmac de l’essai en vraie grandeur. Intéressant, non ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'inflation annuelle dans la zone euro continue d'augmenter, passant de 7,4 % en avril 2022 à 8,1 % en mai, dépassant les attentes de 7,8 %, atteignant le niveau le plus élevé depuis la création de l'euro. L'énergie a augmenté de 39,2 % - contre 37,5 % en avril - et l'alimentation, l'alcool et le tabac de 7,5 % - contre 6,3 % en avril - mais même sans les prix de l'énergie et de l'alimentation, l'inflation est passée de 3,5 à 3,8 %.

Les coupables sont bien connus : l'expansion monétaire effrénée des banques centrales, les distorsions d... Poursuivre la lecture

Lionel Laurent de chez Bloomberg n’a pas de patience pour les cryptos… Auparavant, il attaquait le Bitcoin pour son utilisation d’énergies.

Il écrit :

« L’énergie représente environ la moitié des dépenses des sociétés qui minent le Bitcoin. »

Aujourd’hui, il revient à la charge, et appelle les autorités à une prise en charge du secteur :

« Il est temps pour les régulateurs de se demander quel est l’impact dans le monde réel du prochain retournement de cycle contre les cryptos. »

Les échanges décentralisés « ... Poursuivre la lecture

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles