Valls sans pitié

Valls Dieudonné (Crédits : René Le Honzec/Contrepoints.org, licence Creative Commons)

Si Dieudo peut se révéler obscène sur scène, que doit-on dire des obscénités des politiques qui se vautrent de compromissions en scandales ?

Le regard de René Le Honzec.

imgscan contrepoints 2013-2542

Suite à la campagne médiatique orchestrée pour attirer l’attention du bon peuple vers le danger épouvantable pour la démocratie qui nous rappelle les pires heures et des images qu’on voudrait oublier et Pétain et Vichy et le fascisme et la quenelle tueuse (de ridicule), tous ces périls à cause d’un Noir (Afro-britto-français), qui s’agite dans son théâtre à Paris de 250 places de temps en temps, effectue quelques tournées et surtout occupe une visibilité sur internet ; le Ministre de l’Intérieur, sans rien dire à sa collègue (et néanmoins affectueuse amie) de la Justice a carrément ordonné à la Bureaucratie de faire cracher ses pépètes à l’ignoble individu, qui doit payer des amendes en retard. Séparation des pouvoirs ?

Pendant le même temps, le même État a décidé d’effacer la dette de 4.000.000 d’euros du torchon préféré de Staline, Marchais, Hue qui pendant des décennies a prêché la haine et le racisme de classe. Bon, soyons honnête, plus bezef de lecteurs, à part quelques prolétaires aigris par la paupérisation du communisme en France.

Bon, vous préférez un exemple plus proche ? Demandez à Désir Harlem pour ses 80.000 francs de contraventions non payées, amnistiées par Tonton Mitterrand ; a-t-il finalement payé ses amendes pour emploi fictif ? OK, il y a prescription. Mais allez voir ici, ce n’est pas triste.

Si Dieudo peut se révéler obscène sur scène, que doit-on dire des obscénités des politiques qui se vautrent de compromissions en scandales, de corruptions en reniements, d’incompétences en dilapidations de notre patrimoine ? Là est le vrai scandale, c’est à cela que sert Dieudonné le bouffon : à cacher que le roi est nu.