Abolition de la peine de mort et démocratie en Tunisie

Tunisie : la classe politique doit trancher la question de la peine de mort.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Abolition de la peine de mort et démocratie en Tunisie

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 janvier 2014
- A +

Par Farhat Othman

peine-de-mort-tunisie

L’abolition de la peine de mort est un marqueur éminent de la démocratie nouvelle en Tunisie. C’est une question stratégique urgente qu’il ne faut point négliger. Elle est de celles qui agissent efficacement et en profondeur sur l’inconscient humain en y éliminant freins et blocages. Or, on sait à quel point l’inconscient, quand il est gouverné par de fausses conceptions, nous fait mal agir.

1. D’abord, eu égard à la fausse conception que l’islam serait contre l’abolition ; et nous avons démontré dans nombre d’articles sur Nawaat1 et ailleurs, dont un en arabe sur mon blog Tunisie Nouvelle république2. Abolir la peine de mort permettra assurément de faire évoluer les consciences, faisant surtout sauter le blocage psychologique actuel chez les islamistes et qui contrecarre leur adhésion franche et totale aux valeurs de la démocratie.

2. Ensuite, dire que la société tunisienne n’y serait pas préparée et qu’il ne faut pas la bousculer est à la fois une erreur et un mensonge pour justifier une démission à la fois politique et éthique. En effet, notre société n’est point conformiste, sinon en apparence, et juste dans la tête de certains de ses politiciens qui se prennent pour être son élite. C’est l’ouverture qui marque l’esprit du Tunisien, surtout lorsqu’il peut en tirer une fierté légitime. Et ce sera le cas avec l’abolition de la peine de mort, la Tunisie devenant le premier pays abolitionniste dans le monde arabe et musulman. Déjà, juste cette perspective est suffisante pour le Tunisien pour être pour l’abolition. De plus, il suffit à ses politiciens de lui expliquer les tenants et les aboutissants de la cause de l’abolition pour y adhérer sans réserve; n’est-ce pas la mission du politicien de faire évoluer sa société ? Faut-il qu’il soit déjà convaincu par la nécessité et l’utilité de l’abolition ! Surtout qu’il est bien connu que ses concitoyens sont tolérants par nature et très réceptifs au raisonnement et à la logique.

3. Par ailleurs, l’abolition n’est pas nécessairement une cause relevant exclusivement de la pensée dite de gauche. Elle peut même servir la cause de la religion en transformant les honteux couloirs de la mort en des aires de spiritualité permettant aux condamnés à mort, dont la peine serait alors la prison à perpétuité, d’éprouver le remords, de se refaire une nouvelle conscience grâce à la noblesse des valeurs spirituelles de l’islam. Il faut à ce niveau rappeler pour les tenants de la loi du talion et de l’instinct de vengeance que le pire châtiment pour le plus odieux des criminels n’est pas de le mettre à mort, mais de l’amener à éprouver le remords et d’en souffrir. Aussi, le mettre à mort, c’est en quelque sorte avoir pitié de lui, alors que le remords jusqu’à la fin de sa vie peut être la plus atroce des tortures quand la conscience est éveillée. Ce à quoi pourrait aider la spiritualité de notre religion.

4. De plus, la Tunisie a déjà fait un bout de chemin pour la cause abolitionniste en rejoignant les États appelant à la mise en place d’un moratoire sur la peine de mort en vue de son abolition universelle sur la base du texte présenté par la France et 90 pays, adopté par la résolution de la 3e commission de l’Assemblée générale des Nations unies le 19 novembre 2012. Il ne s’agit donc pour notre pays que de transformer cet essai dans sa future constitution. À cet égard, signalons que cheikh Ghannouchi, dans un entretien récent au site Rue 89 a déclaré qu’il espérait pour la Tunisie le modèle scandinave3. Aussi doit-on lui signaler que les pays nordiques ont tous aboli la peine de mort, et que donc opter pour ce modèle impose de commencer à être abolitionniste aussi en Tunisie comme ces pays. Certes, M. Ghannouchi vise davantage dans ses propos la symbiose réussie en Scandinavie entre la démocratie et la justice sociale. Toutefois, un modèle est un tout et prétendre le faire réussir en Tunisie commande que la mentalité y change devenant véritablement démocratique. Or, c’est bien l’une des règles premières d’une démocratie réelle que d’accepter qu’un criminel, méritant objectivement la mort pour un forfait atroce, y échappe par principe, au nom de son droit à s’amender pour réparer sa forfaiture ; et que sa victime se sente en devoir de lui reconnaître ce droit et de se faire violence en lui pardonnant son forfait, au lieu de vouloir s’en venger, pour lui souhaiter la rédemption. C’est aussi la preuve d’une religiosité sincère et d’un islam authentique, la loi du talion ne résumant point la conception islamique de la mise à mort qui y reste un droit exclusivement divin ; sauf à vouloir faire dieu de l’homme, ce qu’un vrai musulman ne peut se permettre !

5. Enfin, pour ceux qui croient malin de citer les États américains non abolitionnistes pour réfuter le lien que nous venons d’établir, nous nous limitons à leur rétorquer que la démocratie que nous souhaitons pour notre pays est une démocratie nouvelle, revitalisée, enracinée dans nos traditions, s’inspirant de nos valeurs arabes musulmanes et non la copie d’un modèle étranger dans ce qu’il a de moins bon. D’ailleurs, venant généralement d’islamistes qui n’hésitent pas à vouer aux gémonies les Américains, pareille réaction est assez révélatrice d’une duplicité avérée. C’est pourquoi il est urgent que nos gouvernants abandonnent leur langue de bois et alignent leurs actes sur des paroles concrètes. Aujourd’hui, ils ont l’occasion rêvée pour démontrer leur sincérité en matière d’adhésion à la démocratie en proposant un amendement au texte actuel du projet de la constitution abolissant la peine de mort en Tunisie et en le votant sans aucune hésitation. Et qu’on se le dise : tout aussi que de cause abolitionniste, il s’agit pour le parti Nahdha de démontrer la véracité de son credo démocratique. Rien de moins ni rien de plus !


Article original publié chez Nawaat (sous licence CC by-nc-sa).

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Nul n a le droit d oter la vie que dieu alors faites votre loi et laissez la
    destinee vitale dans les mains de dieu
    Dieu vous a facilite les choses pourquoi vous
    Voulez les compliquer merci de votre comprehention

  • Je pense plutôt qu’il faut faire les choses par étapes en commençant par très sérieusement limiter son champ d’application ( dans des cas extrêmement rares comme en Inde ou au Japon) et maintenir le moratoire actuel mis en place par Ben Ali depuis les années 90.Puis lorsque les esprits seront apaisés la supprimer des textes en prenant bien soin de prévoir une peine réelle de remplacement …Toutefois la Tunisie est un pays précurseur dans le monde musulman et cela pourrait arriver plus rapidement qu’on le pense…

  • Pour un site qui se targue de libéralisme, vous êtes plutôt liberticide et je vous remercie de m’avoir montré votre vrai visage en supprimant mon message précédent: Très instructif !
    Malheureusement ce n’est pas comme ça que vous pourrez convaincre de votre sincérité. Quant à moi, je ne suis pas vraiment étonnée de votre réaction. Cela confirme ce que je pense de votre site,
    libéral, oui, mais pas trop, n’est-ce pas?

    Réponse de Contrepoints >> Les commentaires sur Contrepoints sont modérés. Les messages à caractère injurieux, xénophobes, racistes, de même que les messages qui incitent à la haine et à la violence sont supprimés.

    • Mais exprimez vous!
      Si vous enfreignez la charte du site dans vos propos précédant, reformulez votre commentaire.
      Il y a de nombreuse personnes qui se revendique d’extrême droite ici et leurs propos sont visibles. Élevez le niveau!

  • Les mots ont un pouvoir extra ordinaire ca va du doux

    au violent en passant par l agressif pourtant c est facile de formuler

    Des mots simples et paciphiques

    (la violance commence la ou s arrete l intellgence)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les pays occidentaux ont atteint une prospérité sans précédent. Nombreux sont ceux qui pensent que cette richesse est fondée sur l'esclavage et l'exploitation des pays non occidentaux. Ils partent du principe que « nous » nous sommes enrichis en pillant les pays pauvres et qu'il est donc de notre devoir de fournir une aide au développement et de verser une compensation pour les souffrances infligées.

 

Tromperie

Cependant, cette version de l'histoire est plutôt trompeuse. Il est vrai que les pays occidentaux ont exploré et ... Poursuivre la lecture

Les résultats des élections législatives de 2022 sont tombées ce dimanche 19 juin à 20 heures : la coalition présidentielle Ensemble! n’aura pas de majorité absolue à l’Assemblée nationale, mais une très fragile majorité relative avec 245 sièges remportés. La NUPES obtient 131 sièges, devenant théoriquement la première force d’opposition et le RN obtient 89 sièges, devenant le premier parti de l’opposition avec 89 sièges (contre 79 pour LFI).

Pour la première fois sous la Cinquième République, un Président élu n’obtient pas de majorité... Poursuivre la lecture

Face à l’hyper-présidentialisme de la Ve République, le Parlement semble faire pâle figure et ne plus jouer son rôle de contre-pouvoir, pourtant nécessaire dans une démocratie libérale. Outre sa participation à la confection de la loi, par l’initiative ou par le débat parlementaire, le Parlement est aussi chargé de contrôler l’action du gouvernement, en clair, de faire jouer la responsabilité politique.

Le présidentialisme de la Ve République s’est renforcé suite à l’introduction du quinquennat par la loi constitutionnelle du 2 octobre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles