La peur de la parole

Les temps sont durs pour la parole, c’est jour de fête pour le silence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La peur de la parole

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 1 janvier 2014
- A +

Par Yoani Sánchez, depuis La Havane, Cuba.

langage liberté d'expressionLes temps sont durs pour la  parole, les jours gris pour une philologue. Le principal problème n’est pas tant la recrudescence de vulgarités dans les expressions, qui se révèlent même intéressantes dans le cadre d’une analyse linguistique ou sociologique. Le plus triste c’est la réduction du langage articulé, la peur de prononcer des mots, le mutisme qui s’installe. « L’homme vrai est celui qui ne parle pas tant », m’a dit ce matin un vendeur alors que j’insistais pour savoir si les gâteaux étaient à la goyave ou à la noix de coco. Plus tard, c’est le grognement d’une fonctionnaire que j’ai eu comme réponse à ma question sur les horaires d’ouverture des bureaux. Pour clore la journée, je n’ai reçu que des haussements d’épaules comme indication de la direction des toilettes dans une cafétéria.

Que se passe-t-il avec le langage ? Pourquoi cette aversion à s’exprimer de manière cohérente à l’aide de phrases structurées ? Cette tendance à l’utilisation de monosyllabes et de signes, à la place de phrases avec sujet, verbe et complément, est très préoccupante. Qui a pu dire à tous ces gens que converser était un signe de fragilité ? Adjectiver une preuve de faiblesse ? Le phénomène se développe parmi les hommes jeunes, parce que dans les codes machistes l’éloquence est incompatible avec la virilité. Les coups, le rictus, ou le simple bredouillis ont remplacé les conversations fluides et la précision des formulations.

« Moi, je ne discute pas… » se glorifiait hier un monsieur auquel un adolescent essayait de dire quelque chose. Pendant que ce dernier argumentait, il agitait les mains comme pour prévenir qu’au lieu de mots lui préférait le code des coups. Le pire est que pour la grande majorité de ceux qui assistaient à l’altercation, c’est lui qui avait raison : ne pas tant parler et en venir aux mains. Parce que pour beaucoup, discuter c’est céder, argumenter c’est faire preuve de mollesse, essayer de convaincre c’est le lot des couards. Au lieu de cela, ils préfèrent le cri et l’insulte, peut-être l’héritage de trop de discours politiques agressifs. Ils choisissent le grognement de l’animal et les baffes.

Les temps sont durs pour la parole, c’est jour de fête pour le silence.


Sur le web. Traduction : Jean-Claude Marouby

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Peur de la parole ou constat de son inefficacité quand les mots n’ont plus le même sens pour tous ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles